Dans ce 17e épisode de la série « L’Alchimie du roman, Jean-Philippe Depotte explore  “L’étrange cas du Dr Jekyll et de M. Hyde” de Robert Louis Stevenson, un roman connu de tous que vous verrez peut-être d’un autre oeil après cette analyse.

 

 

 

L’étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde

 

 

À propos de R. L. Stevenson

 

Écrivain écossais, Robert Louis Stevenson naît le 13 novembre 1850 à Édimbourg et meurt d’une crise d’apoplexie le 3 décembre 1894 à Vailima (Samoa). Il est enterré selon son désir face à la mer au sommet du mont Vaea surplombant Vailima.

Maître incontestable du roman d’aventures. Il en est l’un des plus grands auteurs, avec des œuvres comme L’Île au trésor, Le Maître de Ballantrae ou Enlevé ! Il demeure l’une des figures les plus influentes, puisqu’il initie le renouveau du genre.

R. L. Stevenson est souvent considéré comme un auteur de romans d’aventure ou de récits fantastiques pour adolescents. Mais son œuvre fut saluée avec enthousiasme par les plus grands de ses contemporains et de ses successeurs : Henry James qui le considérait comme le plus grand romancier de son temps, Marcel Schwob et Alfred Jarry qui l’ont traduit, André Gide, Antonin Artaud (auteur d’un scénario adaptant Le Maître de Ballantrae), Vladimir Nabokov qui fit cours sur L’Étrange Cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde, Jorge Luis Borges, Italo Calvino, Georges Perec et plus récemment Jean Echenoz.

 

Ses nouvelles et romans manifestent en effet une profonde intelligence de la narration, de ses moyens et de ses effets. Il exploite tous les ressorts du récit comme la multiplication des narrateurs et des points de vue, et pratique en même temps une écriture très visuelle, propice aux adaptations cinématographiques. Le roman fit d’ailleurs l’objet d’un nombre très important de pièces de théâtre et de films.

 

L’étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde, de R. L. Stevenson

 

Ce classique de la littérature fantastique est né d’un cauchemar que fit Stevenson qui écrivit sur-le-champ une première version que son épouse l’obligea à brûler. Il produisit alors une seconde version conforme à ses vues.

Publié en janvier 1886, ce court roman rendit Stevenson célèbre, d’autant plus que, quand, en 1888, l’affaire de Jack l’Éventreur vint bouleverser l’Angleterre, certains s’empressèrent d’y voir une œuvre prémonitoire : l’anodin docteur Jekyll qui se transformait en un monstre redoutable parut la parfaite illustration de ce chacun imaginait de Jack qui pourrait être une personnalité en vue de la bonne société qui, la nuit venue, endosserait les habits d’un assassin et que sa position dans le monde empêcherait d’être inquiétée.

 

SURPRISE !

Pour celles et ceux qui voudraient lire ou le relire

L’étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde

Téléchargez le livre

 

 

Comme à son habitude, Jean-Philippe Depotte analyse le roman selon quatre éléments :

 

  • L’Eau, c’est le Style.

C’est la plume de l’écrivain, la poésie, la beauté du langage et le simple plaisir de lire de belles phrases.

 

  • L’Air, c’est la Fiction.

C’est l’invention, qui prend deux formes, en général : l’intrigue (l’histoire que l’on raconte) et les personnages.

 

  • La Terre, c’est le Milieu que décrit le roman.

C’est une époque ou c’est un lieu. C’est ce qu’apprend le lecteur sur la réalité que décrit le roman.

 

  • Enfin le Feu, c’est le Message.

C’est la raison pour laquelle l’auteur a écrit son roman. C’est le message qu’il a voulu transmettre à son lecteur. Une philosophie, une morale ou, simplement, un sentiment, une impression.

***

 

Je vous laisse découvrir cette nouvelle vidéo (Alchimie d’un Roman, épisode 17 – 10’43).

 

 

J’espère que cette vidéo vous a plu. Merci à Jean-Philippe (Depotte) !

 

Si cet article vous a plu, je vous serais reconnaissante de le partager via Facebook, Twitter et autre.

 

À vos succès d’écriture…
Share This