Rappels sur la ponctuation

Partager :

signes de ponctuation

 

Actuellement, les points de suspension, d’interrogation et d’exclamation se multiplient dans de nombreux textes. Ne confondez pas littérature et bande dessinée, ponctuez avec parcimonie.

 

Ponctuez en sachant pourquoi vous le faites

 

Dans un roman et dans tous écrits, la ponctuation est nécessaire. Elle donne du sens aux phrases, précise la pensée et facilite la lecture.

Ne ponctuez pas à la légère, sachez pourquoi vous placez un signe et pas un autre.

Voyons comment utiliser les principaux signes de ponctuation.

 

1/ Le point 

 

Avec lui, pas de doute possible.

Le point indique clairement la fin d’une phrase. Il donne du rythme à un texte, ne vous en privez pas.

Remarque :

Excepté les titres d’œuvres (livre, film…), une phrase nominale, ou sans verbe, se termine par un point.

  • Voici une très belle aventure.
  • La peau de chagrin (roman d’Honoré de Balzac, mon préféré !)

Règles typographiques :

En français : texte.[espace]texte

 

2/ Les deux points

 

Réservez-les pour :

  • annoncer une explication

« Je reste chez moi : il fait froid et j’ai mal aux pieds.

  • une énumération

Il joue de plusieurs instruments : piano, guitare, violon, violoncelle,etc.

  • une citation

Il a affirmé : « J’aurai fini avant qu’elle n’arrive. »

 

Remarque :

On évitera de répéter les deux-points dans une même phrase.

Remplacez le cas échéant par « car » ou « parce que ».

Règles typographiques :

En français : texte[espace]:[espace]texte

 

 3/ Les points de suspension

 

Dans Le Bouquin des citations. 10 000 citations de A à Z de Claude Gagnière, je trouve une citation tout à fait éloquente de Paul Claudel :

 

« Un point, c’est tout. Trois points, ce n’est pas tout. »

En effet, les points de suspension peuvent se substituer à etc. pour signifier que l’énumération est incomplète.

exemple :

  • Ses étagères sont remplies de livres classiques  :  Stendhal, Zola, Victor Hugo, Flaubert…

Ils sont très souvent utilisés dans les dialogues pour marquer une hésitation, nuancer l’indécision, la réticence, et induire le doute…

exemple :

  • « Je voudrais vous dire combien… votre geste m’a bouleversée »

ou pour montrer qu’une phrase a été coupée par une autre personne ou abandonnée par le locuteur

exemple :

  • « Non, c’est impossible, je n’y étais pas.. ».

Ils peuvent également être employés après l’initiale d’un nom ou d’un mot que l’on ne souhaite pas citer.

exemples :

  • Monsieur K… m’a raconté cette étrange histoire.
  • Marre de cette de vie m… !

ou en remplacement du dernier chiffre dans une date.

exemple :

  • Cette histoire s’est déroulée en 194…

 

Remarques :
Entre crochets, les points de suspension indiquent une coupure dans une citation. (Voir section correspondante)

Règles typographiques :

En français : texte…[espace]texte.

 

Voilà pour les rappels des premiers signes de ponctuation. Ce ne sont pas les plus difficiles à utiliser.

La semaine prochaine, nous nous occuperons des autres signes.

Dites en commentaire si la ponctuation vous pose des difficultés. Et pour quels signes plus particulièrement.

En attendant, bonne écriture à tous…

 

 

10 commentaires

  1. LINA ZANNI dit :

    Excusez-moi qu’en est-il des points d’exclamation !!
    Cordialement LINA

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Lina

      Je prévois de continuer mon tour d’horizon des signes de ponctuation dans le prochain article. Alors reviens sur le blog et tu auras des informations sur le point d’exclamation. À bientôt

  2. Séréna dit :

    Bonjour Marie-Adrienne!
    Je me suis demandée arrivée à 48 pages de mon roman :  » mais est-ce que je dois coller mon point d’interrogation à mon texte ou laisser l’espace automatique?  »
    Auriez-vous ma réponse?

    Merci beaucoup, bonne soirée.

  3. Agnes dit :

    Bonjour, je vois dans votre deuxième exemple que vous mettez le point à l’intérieur de la parenthèse. Or, je pensais que la convention était phrase/parenthèse ouverte, parenthèse fermée/point. Qu’en est-il?
    Merci d’avance.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Lorsqu’on veut citer quelques mots, un fragment de phrase ou une phrase incomplète, on encadre de guillemets tous les mots qui font vraiment partie de la citation, et seulement ces mots. La ponctuation de la phrase principale reste à l’extérieur des guillemets :

      Ils ont dit que le projet était « intéressant », sans préciser davantage.
      Le client leur a demandé de réparer les dégâts « au plus tard à la fin du mois », sinon il réclamerait des dommages-intérêts.
      Dans la préface, l’auteur évoque « la complexité des problèmes notionnels que pose le langage du droit au Canada ».
      Son intervention était parsemée de « quand? », de « pourquoi? » et de « comment? ».

      Bien à vous

  4. Kohn dit :

    Bonjours,

    Le signe qui me pose le plus de difficultés, c’est le  » ;  »

    A quel moment utiliser un point, une virgule ou un point-virgule ?

  5. Yves dit :

    Bonjour et félicitations pour votre blog. Selon certains sites, les points de suspension possèderaient une autonomie typographique permettant de les distinguer de la triple répétition du simple point. Démonstration par l’absurde, saisie d’écran sous Word, par le positionnement du curseur autographique ne surlignant qu’un point là où il faudrait qu’il en surligne trois. Après diverses recherches infructueuses sous l’onglet « Options » je me tourne vers vous pour savoir ce qu’il en est et, savoir si la triple répétition est typographiquement acceptable ou non ? Merci pour votre réponse.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Personnellement, je ne connais que la triple répétition du simple point pour écrire des points de suspension.
      Bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article