Les écrivains voyageurs

Partager :

Démarrons l’année avec le voyage, les grands horizons… et les écrivains voyageurs…

 

 
Génial, non ?

Le récit de voyage est l’un des plus anciens genres littéraires : Hérodote, Nerval, Gautier, Stendhal, de nombreux écrivains se sont essayés à cette littérature du «nomadisme».

Je vous laisse découvrir cette vidéo (5’51) intitulée

Le mythe des « écrivains voyageurs » – émission Entrée libre, animée par Claire Chazal

 

 

Pour en savoir davantage sur ce genre littéraire, je vous recommande de lire l’essai fabuleux de Gerard Cogez

 

Les Écrivains voyageurs au XXe siècle

 

Si au XXIe siècle, l’heure n’est plus aux grandes explorations, l’aventure persiste ! C’est ce que démontrent les écrivains voyageurs de la nouvelle génération. Dignes héritiers de Victor Segalen, d’André Gide, de Henri Michaux, de Pierre Loti, de Michel Leiris, de Claude Lévi-Strauss, de Bruce Chatwin, d’Alexandra David-Néel, de Nicolas Bouvier ou plus récemment de Sylvain Tesson, qu’ils soient français ou étrangers, hommes ou femmes, tous ont en commun l’envie de partager la beauté du monde.

 

Qui sont les nouveaux écrivains-voyageurs du XXIe siècle ?

 

Voilà un petit florilège de lectures dépaysantes :

 

 

Bien entendu ce sont juste quelques exemples. Rendez vous dans une librairie au rayon voyage, et vous trouverez bien de quoi vous évader !

Pour ma part, j’ai adoré ce genre de bouquins à une époque. Bloquée plusieurs mois après une opération, j’ai vraiment apprécié de pouvoir voyager tout en étant alitée. Ces vents d’aventures  et de beaux horizons m’ont ffert de vraies bulles d’oxygène.

Je garde un grand souvenir de ces trois recueils de Marc Roger :

 

 

Marc Roger est un lecteur public. Dans son recueil La Méridienne,  il traverse la France, l’Espagne, la Méditerranée, enfin l’Afrique… accompagné de son âne Babel.

Il marche. Il lit. Au gré de ses étapes, il prête sa voix aux textes et aux auteurs, en partage avec tous les publics qui désirent l’écouter. De Saint-Malo à Bamako où il est né, Marc Roger fait le chemin à l’envers. Du 31 mai 2009 au 20 juin 2010, il parcourt un peu plus de 7 000 kilomètres. Je crois que je n’ai pas de mots suffisamment forts pour exprimer mon bonheur de lecture. Si vous ne connaissez pas et que vous voulez passer un bon dimanche d’hiver calé dans le canapé, jetez vous sur ce livre !

 

Si vous ne lisez pas les écrivains voyageurs, j’espère que cet article vous a donné envie  d’en découvrir. Du rêve, du voyage… depuis son fauteuil ! Le plaisir de lecture peut se trouver ailleurs que dans un roman.

Mais si vous en lisez, merci de proposer quelques lectures dans les commentaires.

 

À vos succès d’écriture…

 

18 commentaires

  1. Malheureusement, c’est un sujet très difficile à faire éditer lorsque l’auteur n’est pas déjà célèbre. « Le potentiel commercial est trop faible ». Même en librairie, je me suis fait dire qu’il y a un public pour ce genre de livre, mais très restreint. Ce qui fonctionne, c’est la vente lors de conférences.

  2. Kareen dit :

    Merci pour ce partage. Je ne suis pas particulièrement « fan » du genre, mais votre article donne envie de s’ouvrir à des horizons différents.

  3. Danny KADA dit :

    Merci pour ton article Marie-Adrienne. Je viens justement de dévorer le récit de voyage de Sylvain TESSON : « Dans les forêts de Sibérie » et je suis restée béate d’admiration devant son talent à décrire le moindre petit détail de la nature. Quelle beauté d’écriture ! Quel plaisir de se laisser emporter si loin ! Son prix Médicis-Essais est largement mérité.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Dany

      Merci pour votre commentaire. C’est ce que je disais dans un des commentaires. Il y a à apprendre dans ce genre de livre car pour retranscrire ce que les auteurs voient, ressentent… ils décrivent. Et à mon sens, ce sont de belles leçons d’écriture pour les auteurs de fictions

  4. Lydia dit :

    J’en ai lu beaucoup aussi, qui restent en bonne place dans ma bibliothèque et que j’aime ouvrir au hasard.
    J’ai débuté par Alexandra David Neel.
    J’ai tout lu et tout acheté d’Ella Maillart.
    Je me régale de Nicolas Bouvier.
    C’est un style proche de l’ethnologie alors j’y ajoute Alexander Frater et Nigel Barney.

  5. Aimé dit :

    Merci Marie-Adrienne,
    Le côté description que tu évoques est intéressant pour nous, débutants, en quête de techniques d’écriture.
    Une mauvaise description est souvent rebutante pour le lecteur, un escalier dont les marches souffriraient diverses hauteurs.

    Je connais des lecteurs qui sautent souvent ces passages parce quils les trouvent ennuyeux dans une fiction, comme si l’auteur avait voulu ajouter du volume à son roman sans qu’il puisse le justifier.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Aymé

      C’est chez les écrivains voyageurs que j’ai lu les plus belles descriptions. C’est assez logique au fond puisqu’ils restituent ce qu’ils voient, vivent, ressentent… Autrement dit, ils transmettent leurs émotions en touchant celles des lecteurs !

  6. CAROLINE G. dit :

    Bonjour,
    je suis nouvelle ici et je me nourris des commentaires déposés et de vos réponses. C’est très intéressant ! Quant à moi, j’apprécie beaucoup les romans qui parlent de voyages ou décrivent des endroits, des lieux. Les descriptions apportent une grande richesse au texte et cela permet d’imaginer les merveilleux endroits décrits. Alors, on s’évade, on voyage et c’est ce que je recherche quand j’ouvre un livre !

  7. Didier dit :

    Il est vrai que la description des paysages donne l’ambiance d’un écrit. C’est ce qui permet de se projeter et d’accompagner l’écrivain. Je pense que l’intérêt est présent avec l’action qui suit les présentation des paysages. Merci Adrienne pour cet article
    Le dernier article de Didier : Première rencontre avec AngéliqueMy Profile

  8. Damien N dit :

    Bonjour tout le monde.

    Personnellement, je conseille un ouvrage que j’ai lu il y a quelques années et qui se nomme « Latitude zéro ». C’est écrit par Mike Horn. Oui oui, le monsieur qui crie sur les célébrités quand il les emmène en ballade dans un endroit à l’autre bout du monde.
    C’était avant qu’il ne fasse de la télévision. C’est vraiment superbe et la transcription qu’il fait de tout ce qu’il voit et fait est géniale.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      En effet, j’avais aussi beaucoup apprécié « Latitude zéro ». Une très bonne lecture. Merci d’évoquer cette référence

  9. Valentina dit :

    Un très grand merci à vous Marie-Adrienne Carrara, pour le choix évident de s’ouvrir à ce genre d’écriture.Ces grands voyageurs me seront incontournables car les descriptions sont une de leurs explorations sur lesquelles ils consacrent énormément de leur temps.

  10. Aliénorane dit :

    quand j’étais enfant, je lisais Roger Joseph Fernand Frison-Roche (alpiniste, explorateur et écrivain) qui m’a fait voyager non seulement dans la montagne mais aussi dans le désert, lieux (Chamonix, Alger) et éléments (le froid, la sécheresse) que je ne connaissais pas.
    je citerai notamment : Premier de cordée, La piste oubliée, Retour à la montagne, Djebel amour…
    après j’en ai lu bien d’autres encore, romans ou récits.

  11. Ed dit :

    Article intéressant. Je ne connais aucun écrivain voyageur contemporain mis à part Sylvain Tesson. J’ai lu quelques extraits et le trouve soporifique lol. J’aime voyager, j’aime la littérature, alors je vais forcément en trouver un qui saura m’embarquer 🙂

  12. sannier dit :

    Et Sylvain Tesson?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article