Le point-virgule

Partager :

Les fêtes finies, on se remet au travail ! Dans un commentaire récent, un des lecteurs a souhaité des précisions sur le point-virgule. J’ai qu’une petite révision serait utile à tous…

 

 

 

 

Définition et emploi du point-virgule

 

Le point-virgule est un signe de ponctuation (;) marquant une pause un peu plus longue que la virgule.

Le point-virgule sert très souvent à fixer davantage l’attention sur les diverses nuances qui composent une pensée. Autrement dit, le point-virgule divise mieux le sens total.

Remarques typographiques :

  • une espace insécable avant le point virgule, une espace après.
  • Une lettre minuscule initiale doit être mise au premier mot qui suit le point-virgule, à moins que ce soit un nom propre.

Remarques :

  • Dans la lecture à voix haute, le point-virgule est censé s’accompagner d’une pause de durée intermédiaire entre la pause marquée sur une virgule et la pause marquée sur un point.
  • À l’écrit, il est toujours suivi d’une lettre minuscule, sauf, bien sûr, s’il s’agit d’un nom propre.

 

De manière générale, il est possible de remplacer le point-virgule par un point, puisque le point-virgule sépare deux propositions (deux phrases dans la même  phrase).

 

Mais voilà 5 raisons d’utiliser le point-virgule :

 

1 /  Unir des phrases grammaticalement jumelles

 

Exemple

Je passerai mon épreuve d’anglais lundi ; mon épreuve d’espagnol, mardi.

Sous-entendu ici : Je passerai mon épreuve d’anglais lundi ; [je passerai] mon épreuve d’espagnol mardi.

 

* Note : la marque de l’ellipse (la virgule après espagnol) est nécessaire étant donné l’absence de verbe.

 

2 / Pour mettre en parallèle deux propositions

 

Exemple

Nous adorons pratiquer le ski ; Étienne, lui, n’aime pas cela du tout !

 

3 /  Pour séparer les éléments d’une énumération

 

(de plusieurs objets semblables ou opposés, mais coupés par une ou plusieurs propositions incises, sans être liées par un même antécédent)

Exemples

D’abord c’est un grand lac alimenté par une chute rapide et bruyante ; ensuite, c’est un ruisseau qui serpente, qui se rétrécit, qui s’élargit bientôt après, et qui se sépare pour faire paraitre au milieu de son sein une petite île paradisiaque.

 

Sur la photo : Jeanne Hardy, secrétaire depuis cinq ans ; Pierre-Henri Thibaut, directeur des ressources humaines ; Joël Bidaut, comptable.

 

Autre exemple d’énumération

a / Le point-virgule s’emploie lorsqu’il s’agit de faire une énumération complète et sur laquelle l’on veut appuyer avec plus de considération par des 1°, 2°, 3°, 4°, etc. ou primo, secundo, tertio, etc.

Chacun de ces membres doit alors être terminé par un point-virgule (sauf le dernier qui se termine par un point).

Exemple

Ce programme offre les activités suivantes, primo, des cours de natation ; secundo, des cours de sauvetage ; tertio, des cours de premiers soins.

 

Si l’on veut, on peut placer tous les éléments d’une liste (1°, 2°, 3°, 4°, etc.) en alinéa, Le poinl-virgule se met donc à la fin de l’alinéa (sauf le dernier de la liste qui se termine par un point).

Exemple :

Ce programme offre les activités suivantes :
– des cours de natation ;
– des cours de sauvetage ;
– des cours de premiers soins.

 

4 / Unir deux propositions dont la seconde contient un marqueur de relation

 
Exemple :

Michel a terminé sa course avant tout le monde ; pourtant, il était parti avec cinq minutes de retard !

 

5 / Le point-virgule est également utilisé lorsque la deuxième proposition débute par un adverbe.

 

Exemple

Sa voiture est tombée en panne en pleine campagne ; heureusement un fermier passait par là.

Le point-virgule est-il un signe menacé ?

 

La tendance actuelle est à l’emploi de phrases courtes, et donc à l’emploi exclusif du point et de la virgule. Sylvie Prioul évoque ce manque d’intérêt dans son excellent livre de ponctuation que je vous conseille fortement :

 

La ponctuation : Ou l’art d’accommoder les textes 

 

 

Dans un bloc-notes du 4 avril 2013, Danièle Sallenave de l’Académie française prenait même sa défense en faisant une brillante démonstration de son utilité.

Lisez-le :  http://www.academie-francaise.fr/defense-du-point-virgule

 

Aujourd’hui, la plus grande utilisation du point-virgule reste celle des échanges numériques ! Associé ou non au trait  d’union, aux parenthèses ouvrante et fermante, il forme les fameux émoticônes  (ou smiley en anglais) comme 😉 !

 

Cet article a dû éclairer vos idées ou les conforter

 

À vos succès d’écriture…

 

PS : Merci pour tous vos commentaires, vœux et emails… très touchants !

 

23 commentaires

  1. Lucie Brodeur dit :

    Merci beaucoup pour cette information. Ça fait du bien de rafraîchir, car j’ai tendance à les éliminer quand je le peux ; justement pour faire des phrases plus courtes. 🙂

    Merci encore

  2. Jean-Patrick dit :

    Comme il est d’usage en ces temps de galette, je présente tous mes vœux d’écriture aux lecteurs du forum et à Marie-Adrienne en tout premier lieu.
    Bravo et merci pour ce rappel de ponctuation. Ma tendance naturelle est d’abuser du point-virgule au premier jet, de le réduire à la relecture (cas 1 et 2) ou d’en rajouter à la place des « et » intempestifs (cas 5). Par bonheur, je suis vacciné contre l’adverbe, donc le cas 6 ne me concerne pas !
    Toutes ces pratiques étaient instinctives, merci de m’en avoir fait prendre conscience.
    Bonne journée

  3. Marité dit :

    Bonjour Marie Adrienne
    Je me suis souvenue que Cavanna n’aimait pas le point virgule et je me suis amusée à faire des recherches sur internet. Je suis tombée sur un texte d’un certain Vokovitch, traducteur de prose grecque que je ne connaissais pas. Je ne résiste pas au plaisir de te l’envoyer. Pour ma part, je n’utilise jamais le point virgule.
    Marité

    VERTUS DU POINT-VIRGULE

    Cavanna crache dessus : «Ce parasite, ce timoré, cet affadisseur, qui ne marque que l’incertitude, le manque d’audace, le flou de la pensée…» Moi-même, relisant ma traduction de Toi au moins, tu es mort avant, qui date d’il y a quinze ans, je viens de virer tous les points-virgules, les trouvant trop littéraires pour ce texte proche de l’oral. Mais Cavanna, c’est pas le bon Dieu, et moi je l’aime le point-virgule, j’en ai besoin pour mes écritures perso. Cette page à sa gloire pour me faire pardonner.

    Le point-virgule est précieux quand la matière est complexe : pour bien construire, bien distinguer les plans, les parties et les sous-parties, bref, pour dissiper «le flou de la pensée», on n’a pas trop du point, de la virgule et de ce «sous-point» ou «supervirgule», comme le dit joliment Diane Cuypers. Il met de l’ordre, il clarifie et là le père Cavanna se fourre grave le doigt dans l’œil.

    Il est précieux aussi (le point-virgule, pas Cavanna) pour donner du moelleux, de la légèreté : mis à la place d’une virgule, il produit un rubato infime, laissant la phrase retomber un peu plus pour rebondir de plus belle ; mis à la place du point, il empêche la phrase de toucher terre, de s’arrêter, il la maintient en suspens, en éveil.

    «On tremble de laisser échapper un mot qui peut être mal interprété ; on ne peut plus penser par la poste ; je n’écris point au président Hénault ; mais je lui souhaite comme à vous une vie longue et saine.»

    Voltaire à Mme du Deffand.

    Le second pourrait être un point, et le troisième une virgule ; ces points-virgules en rafale font prendre à la phrase un rythme sautillant, nerveux, mais souple ; sans les points la phrase va plus vite, et à la vivacité s’ajoute la cocasserie grâce à l’effet de coq-à-l’âne ainsi produit. Comme dans cette autre phrase du même Voltaire :

    «…je vous adresse mes plaintes, madame, parce que vous avez du goût ; et je vous prie de crier à pleine tête contre cette barbarie ; voilà ma lettre finie, je vais voir mes greniers et mes granges…»

    Le point-virgule ayant donc quelque chose de félin, Baudelaire ne pouvait qu’en jouer dans son sonnet «Le chat» :

    «C’est l’esprit familier du lieu ;

    Il juge, il préside, il inspire

    Toutes choses dans son empire ;

    Peut-être est-il fée, est-il dieu ?»

    Ce chat-là est immobile, sans doute ; mais l’absence de points, en mettant la phrase comme sous tension, le montre aux aguets, plein d’énergie rentrée.

    «Je me rappelle que j’ai joué autour de ce tas de sable ; il y a longtemps ; j’étais si petit que je me distingue à peine».

    Henri Calet.

    On attendait une virgule après sable ; le pt-virgule ralentit la phrase, mais sans l’arrêter ; il la tient suspendue, comme la mémoire qui hésite.

    «Tout était encore confus et se heurtait dans son cerveau ; le trouble y était tel qu’il ne voyait distinctement la forme d’aucune idée ; et lui-même n’aurait rien pu dire de lui-même, si ce n’est qu’il venait de recevoir un grand coup.»

    Victor Hugo, Les misérables.

    Trois vagues de longueur croissante, que les points-virgules délimitent et signalent mais sans briser le mouvement d’ensemble. «La tempête gronde et enfle en un mouvement continu et submerge le personnage», commentent Olivier Houdart et Sylvie Prioul dans leur excellent ouvrage, La ponctuation ou l’art d’accommoder les textes. (À noter que dans cette phrase de commentaire mimétique, le rôle du point-virgule est tenu par le «et».)

    «Il était là, seul. De temps à autre, le tramway passait ; ou un camion.»

    Raymond Queneau.

    On s’attendait à ce que la phrase reparte ; fausse joie cruelle. C’est là l’un des points-virgules les plus désolés que je connaisse.

    Mais attention à l’excès ! Cette ponctuation haut de gamme devient chez certains, comme chez Beauvoir, un signe extérieur de richesse intellectuelle indiscrètement affiché, un colifichet frimeur dont le cliquetis porte bientôt sur les nerfs.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Merci Marité… Le point-virgule n’a jamais manqué de faire débat. Il y a les adeptes. Il y a les détracteurs.
      Personnellement, je lui trouve une forme d’élégance. Mais j’aime les phrases courtes alors j’en fais peu usage.
      Même pas dans les échanges numériques car je ne suis pas fan de ces émoticônes !
      Bien à vous

    • Mylle dit :

      J’admire votre travail.
      Philippe Mylle

  4. Raphaëlle Petitjean dit :

    Il y a certains cas d’énumérations qui requièrent une majuscule après le point-virgule, selon Antidote.

  5. Paul Béland dit :

    Bonjour, je viens de découvrir ce blog ! Bravo, merci; je me sens moins seul en vous lisant.
    Merci pour la typographie, un détail important pour quelqu’un qui part de loin.
    C’est en me relisant que j’ai découvert que j’utilise le « ; » de façon instinctive, parfois même à outrance.
    J’espère que tu auras un article sur le « : » car lui aussi est particulièrement présent dans mes textes.
    Bref, je crois que je vais en apprendre davantage sur moi-même que jamais auparavant
    À bientôt.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Paul

      Contente de lire que mes conseils pourraient t’aider.
      Etre moins seul, c’est aussi de ce blog. Si l’écriture es tune activité plutôt solitaire, on gagne à multiplier les échanges, les questions, les échecs et les victoires. Reviens autant que tu le souhaites.
      A tes succès d’écriture

  6. José de Penaranda dit :

    Bonjour,
    Je souhaiterais savoir où trouver un bon conseil sur le caractère d’imprimerie recommandé pour l’édition d’un livre

  7. Hamid dit :

    Bonjour ou bonsoir marie et merci pour ce bel et intéressant article.
    C’est vrai que la petite révision que vous nous proposez est utile mais je vous cache rien: le point virgule me fait toujours défaut.

  8. Ericlartiste dit :

    excellent et merci.
    je viens de mettre en application sur le prologue de mon tome 2.
    Comme je fais des phrases assez longues ça aide, il y en a déjà plusieurs.
    C’est vrai qu’on y pense pas assez. Parfois on cherche à couper une phrase longue en deux et il faut en créer deux avec sujet verbe complément mais avec un point virgule, ça passe bien.

  9. Alain Kalenga dit :

    Merci pour l’article.

  10. TONY DUPUY dit :

    Bonsoir, permettez moi de vous souhaitez une très bonne nouvelle année. Aimé Césaire,(normalien) il y a plus de trente ans, lors d’une interrogation par un journaliste ;disait: « bientôt on n’utilisera plus le ; » il est vrai que dans les romans, le ; est de plus en plus rare. Merci pour vos exemples et d’avoir répondu.

  11. Camille d'Aplemont dit :

    Bonjour et tous mes voeux pour la nouvelle année.
    Merci pour cet excellent article, qui m’éclaire quant à l’utilisation de cette ponctuation. A l’avenir, je l’utiliserai plus souvent.
    Merci

  12. Bonne année 2017 et mes meilleurs voeux! Merci Marie Adrienne pour ce cours de français et d’écriture très détaillé. Je crois meme que le point virgule est l’un de nos principaux problèmes. On le voit tellement rarement que ses règles grammaticales finissent par nous échapper…

  13. Eric S. dit :

    Bonjour Marie-Adrienne, et bonjour à tous.
    Lorsque le point virgule circule sans scrupule, ce sont : le point qui recule, et la majuscule qui capitule. Contre toute attente il impose une pause en plein milieu d’une prose ; bref il ose et il propose, mais sans parler d’autre chose. En tout cas il s’expose, mais jamais ne fabule… ça vous parait ridicule ? … bon, alors je circule 🙂
    Quel plaisir de voir fleurir tous ces commentaires… on se croirait déjà au Printemps. Je vous souhaite à tous une excellente inspiration pour cette année !

  14. Aimé dit :

    Bonjour Marie-Adrienne,

    En Belgique francophone :

    Dans les énumérations verticales, il faut faire la distinction entre les énumérations courtes et longues.

    Les énumérations courtes (une ligne par élément) sont séparées par une virgule. Si dans l’énumération, un des éléments fait plus d’une ligne (dernier élément non compris), alors le point-virgule sera utilisé dans toute l’énumération -pour une question de cohérence- comme séparateur. L’énumération sera dite, longue.

    Voici un exemple pris sur la matière que j’ai enseignée au cour de sténo-dactylographie (Ministère de l’éducation nationale belge):

    STAGE DE CONDUITE D’HIVER

    Sont inclus dans le prix :

    • entretien de base des pistes + location,
    • 1 moniteur/voiture/4 personnes,
    • assistants,
    • assurance (couvrant les dommages corporels),
    • trophées,
    • boissons chaudes,
    • locaux du restaurant lapon (repas et consommations facturés séparément).

    A noter en plus :

    • il est possible de prendre en charge 80 stagiaires par jour à raison de 25 à 30 à la fois en stage de conduite pendant que d’autres activités seront proposées aux autres ;

    • si le stage dure plusieurs jours, le prix est fixé en fonction du nombre de participants par jour ;

    • le transport jusqu’au lieu de stage n’est pas inclus dans le prix ;

    • la franchise des autos est de 680 € + 22 % T.V.A./voiture.

    Bonne continuation pour 2017 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article