Accepter de ne pas écrire bien au premier jet

Partager :

réécritureOù en êtes-vous de votre roman ? Recommencez-vous éternellement sans jamais le terminer ? Avez-vous des projets abandonnés plein vos tiroirs ou votre disque dur ? Eh bien, arrêtez d’hésiter et lancez-vous !

 

Les débutants ont tendance à vouloir réussir du premier coup. Ils imaginent qu’un écrivain est capable de produire une prose parfaite dès le premier jet. Alors, sitôt qu’ils écrivent, ils lisent leurs propres premières pages et abandonnent ou les réécrivent sans cesse.

John Steinbeck disait :

Ne jamais corriger, ne jamais réécrire tant que le travail n’est pas complètement ficelé. Réécrire en cours de route est souvent une excuse pour ne pas avancer

Abandonner revient quasiment à jeter votre brouillon. Et réécrire dès les premières pages, c’est comme vouloir crépir les murs de votre maison alors qu’ils sont seulement en construction.

Vous devez d’abord écrire votre histoire en entier avant de vous décourager ou de paniquer. Lancez-vous. Plongez, écrivez avec frénésie jusqu’au mot fin sans réviser quoique ce soit ni prendre de pause ou reconsidérer votre travail. Laissez-vous porter par votre histoire.

Affichez en grand la phrase de John Steinbeck… et dès que vous flanchez, relisez-la !

Pourquoi je vous dis cela… Parce que je l’ai vécu ! Et j’ai cru pouvoir écrire parfaitement dès le premier jet. Ne faites pas cette erreur.

Gardez plutôt votre énergie pour écrire. Prenez votre idée, malmenez-la pour qu’elle devienne une véritable intrigue. Cependant, n’imaginez même pas débuter un roman sans avoir une ligne directrice, un synopsis et un plan. Sinon, votre projet est voué à l’échec.

Si vous voulez que les lecteurs apprécient votre histoire, il faut que vous l’aimiez aussi. Car si vous vous ennuyez à l’écrire… C’est le travail préparatoire de votre histoire qui est à revoir.

Une fois l’écriture lancée, écrivez sans même vous soucier de la longueur. Mais ne vous obligez pas à faire du remplissage qui risquerait de lasser votre lecteur. Écrivez seulement ce qui est absolument nécessaire.

Ne vous tracassez pas à chercher les transitions pour relier les scènes. Écrivez seulement « Le jour suivant… »  « Six mois plus tard… » ou même « Pendant ce temps, dans la gare… »

Des platitudes ? Bien sûr… mais la réécriture servira à les gommer !

Un premier jet sert uniquement à raconter l’histoire. Laissez donc vos personnages se former et l’histoire se dévoiler d’elle-même. Si des incohérences apparaissent en cours d’écriture, mettez une note et continuez d’écrire. Vous reviendrez sur ces points-là au moment de la réécriture.

Jetez les livres d’écriture qui vous conseillent de lire et de corriger ce que vous avez écrit la veille avant d’ajouter de nouveaux mots aujourd’hui. Oubliez aussi votre prof de français qui lisait la copie par-dessus votre épaule et pointait du doigt l’erreur de syntaxe, la faute d’orthographe ou autre de votre brouillon. Votre seul objectif : écrire sans vous préoccuper de rien d’autre.

Il existe nombre de façons d’écrire un roman et si jusqu’ici votre méthode ne vous a pas amené jusqu’au mot fin alors vous devez en essayer une autre. La seule chose que vous avez à faire c’est de ne pas vous lancer sans avoir une petite idée de la direction que vous voulez prendre.

Ceci dit, vous pouvez quand même vous lancer dans l’écriture sans avoir de plan précis. Il ne faut pas construire son plan et réviser son intrigue indéfiniment sans jamais passer à l’écriture !  Le plan parfait et fini n’existe pas. Laissez-vous porter par votre histoire et vos personnages.

Si vous brûlez d’envie d’écrire parce que vous avez une super scène en tête, demandez-vous « Que se passe-t-il après cette scène ? » puis « Où mes personnages vont-ils tous me mener ? »

Prenez note des actions logiques qui vous mèneront de votre première à votre deuxième question. Et vous aurez bien assez de votre synopsis pour commencer à écrire.

Inscrivez-le et mettez-le à un endroit bien visible. Puis démarrez l’écriture.

En écrivant du début à la fin de votre roman sans pause, vous découvrirez plusieurs choses.

Primo, vous vous rendrez compte que vous avez le rythme et la discipline qui viennent toujours quand on s’oblige à une rigueur pendant des semaines et des mois. C’est sur le long terme que les véritables écrivains se forment. Et le succès est possible, si et seulement si, vous consentez à cette rigueur.

Secundo, votre cerveau va se mettre à développer des idées incroyables. Vous verrez où placer des intrigues parallèles ou secondaires, vos personnages commenceront à s’étoffer et prendre la densité que vous aviez envisagée.

Tertio, vous vous surprendrez à devenir plus confiant sur la façon de dire ce que vous voulez dire, et le juste mot vous viendra plus facilement.

Enfin, vous découvrirez que vous aimez vraiment écrire. Tous les prétextes, les blocages et l’inquiétude de ne pas produire une prose parfaite au premier jet vont s’effacer. Vous saurez enfin ce que vous aviez toujours pensé : que vous êtes né pour écrire !

Avez-vous cru vous aussi pouvoir bien écrire du premier coup ?

A vos succès d’écriture…

 

 

9 commentaires

  1. Eric dit :

    Un article qui tombe bien. Je passe trop de temps à tourner « autour du pot » , à chercher les bons mots, à être précis immédiatement. J’ai tellement d’idées, d’envies d’avancer que, au bout du compte, le décalage se fait, et je pose le stylo par découragement.
    je commence à comprendre que la solution vient dans l’action. Merci (et Bonnes vacances sur l’Ile de beauté)

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Eric

      Oui, la solution est dans l’action. Mais cette erreur-là nous la faisons tous car nous voulons faire et trop bien faire de suite. Un jour, on finit tous par poser le stylo ou éteindre l’ordi.

      Merci Eric, c’est un grand bonheur d’écrire de Corse ! Soleil, plage, lecture, écriture… et rosé ! Un joli programme.

  2. Isabelle dit :

    Un article qui tombe à point nommé. J’ai laissé mon « ouvrage » aux oubliettes depuis plus d’un mois, prétextant un tas raisons plus valables les unes que les autres. Mais peut-être était-ce parceque c’était devenu laborieux de chercher le mot exact, le ton exact, tout exact de suite. C’est décidé, je me lâche ! On recouvre d’une première couche de peinture les murs. On laisse sécher. Et on s’applique pour que la deuxième couche soit parfaite. Merci de m’avoir fait comprendre qu’écrire, c’est un peu pareil. Je suis à nouveau plein d’espoir. Je m’y remets, c’est sur. Et j’emporte mon ordinateur avec moi en vacances, non plus comme un dossier sur lequel il faut impérativement travailler, mais comme un joujou amusant. Merci et bonnes vacances.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour et Bienvenue sur Apropospodecriture

      On met toujours la barre trop haut tout de suite quand il s’agit d’écrire. La perfection immédiate voilà ce que nous visons tous dès lors que l’on aligne des mots, que l’on écrit une histoire. L’exemple que vous donnez est éloquent. Parfois même si la seconde couche de peinture n’est pas correcte, nous en faisons une troisième. Mais en matière d’écriture, pour une raison que j’ignore… on s’oblige d’emblée à la perfection qui peut finalement perturber gravement les intentions d’écriture.

      Reprenez votre travail avec un oeil neuf et de l’indulgence… Reposez vous les questions. Votre intrigue est-elle suffisamment solide ? Complexe ? Vos personnages sont-ils suffisamment denses, vrais ? Prenez-vous plaisir à lire ?…

      Bon courage ! Bonnes vacances

  3. Myriame dit :

    Bonjour!

    C’est Myriame! Cela faisait un bon bout de temps que je n’avais pas posté un commentaire!

    Cet article m’a permis de réaliser à cause de quoi j’abandonnais au milieu de certaines de mes histoire! Je me relisais tout les paragraphes! Maintenant, je ne referais plus l’erreur!

    Vous êtes en Corse? Je ne la savais pas! Bonne vacances, alors!

    P-S: Cela n’a rien à voir mais j’ai hâte de savoir les résultats du concours!

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Myriam

      Bien sûr, j’ai fait ce genre d’erreur. C’est pourquoi je voulais en parler sur le blog. D’ailleurs, nous faisons tous ces erreurs. Et les projets abandonnés abondent dans les tiroirs. Dommage !

      Sinon… Oui, je suis en Corse pour des vacances et un repos bien mérité.

      • Manuela24 dit :

        Bonjour, je viens de voir ton site .je suis très nul en tout ce qui est écriture , ça me pose beaucoup de defficulter en cour .j’aimerais m’améliorer en écriture et je me demande ,si j’écri tu pourra me corriger .

        • Marie-Adrienne Carrara dit :

          Bonjour Manuela

          Faire des fautes ne doit pas t’empêcher d’écrire. En revanche, il faut absolument tout reprendre. Plonge-toi dans une grammaire et revois le vocabulaire. En fouillant le net tu devrais trouver des petits cours gratuits avec des exercices corrigés. Il faut absolument y travailler. Bon courage.

  4. Hélène dit :

    J’ai longtemps refusé de commencer à écrire l’histoire que j’avais en tête depuis des années par peur de ne pas arriver à faire bien. Je me suis lancée il y a deux mois, j’ai peu écrit mais je me force à ne pas tout relire depuis le début et tant pis pour les fautes d’orthographe ! Après avoir lu votre article, je vais essayer de vraiment m’y tenir et de continuer comme cela.Je lutte encore contre ma confiance en moi mais je me force à m’asseoir et à écrire car je le fais pour moi et une fois dedans, j’y prends plaisir. Merci pour vos conseils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article