Comment construire une intrigue ?

Le secret d’une intrigue bien menée repose sur 8 éléments de base. Ainsi avant de vous lancer dans la rédaction de votre roman, vous devez déterminer ces huit éléments. Ce sera la seule garantie d’offrir une intrigue bien ficelée à vos lecteurs.

 

 

Ce qui est plus surprenant, c’est que ces choix et le plan qui en découlera peuvent s’établir en moins d’une heure

Alors commençons et détaillons chacun de ces 8 éléments.

a/ Si vous travaillez déjà sur votre roman, lisez la suite de cet article et notez les idées au fur et à mesure. Voyez si chaque élément se retrouve dans votre histoire.

Vous pouvez reprendre votre histoire et la revisiter en vous basant sur cette technique. Elle vous permettra soit de renforcer votre intrigue soit de trouver de nouvelles pistes à exploiter en incorporant un des éléments que vous auriez négligé.

À la fin, je montrerai comment utiliser vos choix pour créer le plan de votre roman.

b/ Si vous n’avez pas encore d’idée de roman, faites appel à votre imagination.  Et si l’idée qui vous vient n’est pas très bonne, ce n’est pas grave. Considérez cette démarche comme un exercice, vous aurez tout le temps d’exploiter cette technique plus tard.

1/ Le but de l’histoire

Le premier élément à considérer dans votre intrigue, c’est le but de votre histoire. Pour faire court, l’intrigue d’une histoire est une suite d’événements qui tournent toujours autour d’un problème à résoudre ou d’un objectif à atteindre.

Les questions à se poser seront donc :

  • Quel objectif mon personnage veut atteindre ?
  • Quel problème veut-il résoudre ?

Et il faudra répondre à ces questions en gardant à l’esprit que ce but affecte également les autres personnages de l’histoire et toute votre histoire.

Prenons un exemple, disons que nous voulons écrire l’histoire d’une jeune cadre de 38 ans qui a toujours mis en retrait sa vie privée pour privilégier sa carrière et qui regrette maintenant son choix car elle se retrouve seule.

Le but de notre histoire pourrait être par exemple

…Qu’elle trouve le grand amour avant qu’il ne soit trop tard.

Mais il y a beaucoup d’autres possibilités qui impliquent d’autres personnages.
Par exemple, nous pourrions donner à notre protagoniste…

… Une mère qui souhaiterait la voir plus heureuse.
… Des amis et des collègues de travail qui assument pleinement leur célibat et leur solitude
… Un ex-petit-ami jaloux qui essaye de saboter sa vie amoureuse.
… Une tante âgée et seule qui ne voudrait pas que la protagoniste fasse la même erreur qu’elle.
… Une jeune famille heureuse qui lui donnerait un exemple de ce qu’elle a manqué.
… Un ami divorcé et farouchement opposé au mariage.

Autrement dit, après avoir défini un but à l’histoire, nous construirons un monde autour de notre protagoniste où toutes les perspectives viendraient perturber son but.

C’est pourquoi le choix du but de l’histoire est le plus important. Car il est le premier à intervenir dans la construction du plan

2/ La conséquence de l’histoire

Une fois que vous avez le but de l’histoire, l’étape suivante consiste à vous demander :

Quel désastre surviendrait si le but n’était pas atteint ?
Ou si le problème n’était pas résolu ?

La réponse à ces questions constitue la conséquence de l’histoire.

La conséquence est la situation négative qui résulterait si le but n’est pas atteint. Et ce risque à lui seul justifie l’effort exigé pour atteindre le but.

La combinaison du but et de la conséquence crée la tension dramatique principale de votre intrigue. En gros, c’est l’idée de la carotte et du bâton qui rendra l’intrigue significative.

Dans certains récits, le protagoniste décide un jour de résoudre un problème ou d’atteindre un objectif.  Cet objectif prend tout son sens quand il découvre quelle conséquence terrible va se produire s’il échoue.

Dans d’autres récits, le protagoniste trouve la motivation d’agir parce qu’il est menacé par un terrible événement. Il doit donc trouver le moyen de l’éviter.

Dans le cas de notre jeune cadre, nous avons déjà inventé une conséquence possible : par exemple qu’elle finisse comme sa tante célibataire.

Nous pourrions rendre cette conséquence plus dramatique. Par exemple, sa tante malade meurt seule parce qu’elle n’a pas de famille proche pour s’occuper d’elle.

À faire : Écrivez une liste de conséquences possibles à votre but d’histoire. Choisissez celle qui fera le meilleur contrepoids par rapport au but que vous avez choisi.

3/ Les conditions

Le troisième élément de votre intrigue décrit ce qui doit être accompli pour atteindre but. Vous pouvez imaginer une liste de diverses conditions à réaliser pour atteindre le but que le protagoniste s’est fixé. Les conditions créent le suspense dans l’esprit du lecteur car il espère la réussite du protagoniste.

Quelles conditions pourrons-nous trouver dans notre exemple ?

Eh bien, si le but de notre protagoniste est de trouver le grand amour, peut-être sera-t-elle contrainte d’ibtégrer un club de célibataires ou de s’inscrire sur un site de rencontre.

Peut-être aura-t-elle besoin de prendre des congés ou des vacances.

À faire : demandez-vous quel événement (s) pourrait permettre d’atteindre le but de votre histoire. Imaginez une quantité de possibilités

Choisissez en un à mettre dans votre plan. (Mais mettez de côté toutes les autres idées, elles pourront toujours servir !).

4/ Les avertissements

Les avertissements sont la contrepartie des conditions. Tandis que les conditions font progresser  l’histoire vers l’accomplissement du but, les avertissements sont les événements qui poussent vers la conséquence et donc l’échec.

Pour notre histoire, quels seraient les avertissements que l’on pourrait soumettre :

– l’entreprise perd l’un de ses employés clés pour une autre entreprise plus favorable aux familles.

– la protagoniste traverse une mauvaise expérience qui lui laisse entendre qu’elle ne pourra jamais rencontrer l’homme de sa vie

– la protagoniste rencontre une femme dans un club de célibataires qui lui dit que tous les hommes bien de son à âge sont déjà mariés.

– un des amis de la protagoniste vit un divorce difficile, ce qui montre à la protagoniste que le mariage ne peut pas être la source du bonheur qu’elle espère.

Tandis que le but de l’histoire et les conséquences créent la tension dramatique, les conditions et les avertissements plongent le lecteur dans une tension émotionnelle qui oscille entre l’espoir de réussir et la crainte d’échouer.

Par moment, on aura l’impression que le protagoniste progresse. Dans d’autres que rien ne va plus.  Si vous structurez bien les avertissements, vos lecteurs auront qu’une envie : tourner les pages pour connaître la suite.

Notre exemple pourrait évoluer de cette façon :
“Une jeune cadre de 38 ans, célibataire, a mis en retrait sa vie privée pour réussir sa carrière professionnelle.  Mais un jour, sa tante célibataire meurt seule (la conséquence). Cette nouvelle agit comme un déclencheur dans la tête de la jeune femme. Elle décide qu’elle doit avoir une famille avant de connaître la même fin (le but). Elle s’inscrit sur un site de rencontre et très vite obtient des rendez-vous (conditions)). Mais chaque rendez-vous se solde en fiasco  (avertissements).

Comme vous le constatez, il n’aura suffi que de quatre éléments parmi les 8 pour créer un plan et du suspense… Certes, ce sont les quatre plus importants.

Remarquez aussi que ces éléments s’équilibrent par paire. C’est un des points importants pour créer de la tension et de l’élan dans votre plan.

À  faire : Inscrivez quelques événements qui pourraient servir d’avertissements dans votre histoire.

Pour le moment, choisissez-en juste un. Et rédigez votre plan à la manière du petit résumé rédigé pour notre exemple qui tient compte des quatre éléments.

5 / les coûts

Pour augmenter la tension dramatique de votre histoire, il faut que votre protagoniste souffre ou accepte de faire des sacrifices pour atteindre son but et se confronter aux avertissements. Ces sacrifices sont appelés les coûts

Quelques exemples classiques de coûts :

– le détective dur à cuire qui se fait tabasser à un certain moment dans son enquête,
-les récits héroïques dans lequel le héros blessé souffre ou se voit contraint de renoncer à ce qui lui est cher pour atteindre son but.

Les coûts peuvent prendre de nombreux aspects. On peut demander aux protagonistes de renoncer à leur fierté, au respect de soi, à l’argent, la sécurité, leurs idées, à la vie d’un ami, ou toute autre chose qu’ils leur sont chers. Plus les coûts seront durs à affronter, plus le lecteur estimera que le protagoniste mérite d’atteindre son but.

Dans le cas de notre histoire, peut-être notre jeune cadre devra-t-elle renoncer à une importante promotion qui la contraindrait à trop voyager ce qui ne lui laisserait aucunement la chance de rencontre un homme et de fonder une famille. Or jusque-là, elle avait tout misé sur sa carrière professionnelle.

À faire : Faites une liste de coûts que votre protagoniste pourrait être forcé d’endurer, d’affronter, de renoncer… pour atteindre son but ou résoudre son problème

De nouveau, choisissez juste une idée (pour le moment) à inclure dans votre plan.

6/ les dividendes

L’élément qui équilibre des coûts dans votre intrigue, ce sont les dividendes. Ils sont la récompense que les personnages reçoivent durant le chemin qui les mène à leur but.

Contrairement aux conditions, les dividendes ne sont pas nécessaires à la réalisation du but. Ils peuvent même être sans rapport direct avec lui.  Mais ils n’existeraient pas si les personnages n’avaient pas cherché à résoudre leur problème ou à atteindre leur but.

Revenons à notre jeune cadre, peut-être que sa volonté de rencontrer le grand amour lui donnera l’idée pour créer une affaire, une agence matrimoniale, par exemple qui lui offrira une carrière plus heureuse que la sienne, par exemple.

Ou peut-être chercher l’amour l’obligera à s’ouvrir davantage et être plus compatissante envers ses collègues et donc plus attachante à leurs yeux.

À faire : Inscrivez des façons possibles de récompenser vos personnages.

Choisissez celle qui vous semblera la plus appropriée à votre plan. Et avancez les deux derniers éléments.

7/ Les prérequis

Les prérequis sont les événements qui doivent arriver pour que les Conditions se réalisent. Ils sont une couche supplémentaire de défis dans votre plan et dans l’intrigue.

Quand les conditions et les prérequis sont respectés, le lecteur sent peu à peu le protagoniste approcher de son objectif ou sur le point de résoudre son problème.

Pour notre exemple, pour rencontrer un homme, la jeune femme s’est inscrite dans un club de rencontres. Elle a obtenu très vite des rendez-vous. Et pour mettre toutes les chances de son côté doit renouveler sa garde-robe avec des tenues faisant moins femme d’affaires (prérequis).

À faire : Jetez un coup d’oeil à la condition que vous avez choisie et faites une liste des prérequis possibles qui doivent être accomplis pour respecter la condition.

Choisissez en un.

8/  Les conditions préalables

Le dernier élément pour équilibrer votre intrigue et établir votre plan  :  les conditions préalables. C’est une version allégée des avertissements. Les conditions préalables sont de petits obstacles parsemés dans l’intrigue. Ce sont des conditions imposées par le ou les personnages

L’exemple classique Orgueil et Préjugés, le roman de Jane Austen. La recherche du bonheur d’Elizabeth Bennett est d’autant plus compliquée que dans son testament, son grand-père avait ordonné que seuls les hommes héritent de la propriété familiale. Ainsi, à la mort de leur père, Elizabeth et ses sœurs seraient sans le sou à moins qu’elles ne trouvent de bons maris avant.

Il y a quantité de voies possibles pour empêcher les personnages d’atteindre leur but.

Dans le cas de notre jeune cadre, on peut imaginer que l’employeur oblige les cadres à se réunir tous les samedis matins à 7h. Cette règle est difficile à suivre pour notre jeune cadre car tous les rendez-vous qu’elle obtient avec ses prétendants sont le vendredi soir et donc elle rentre toujours tard. Le samedi c’est difficile pour elle de se présenter fraîche et concentrée à la réunion de son patron.

À  faire : Ce qu’il vous reste à faire, c’est de faire une liste de toutes les conditions préalables possibles  que votre personnage pourrait rencontrer.

Choisissez celle qui vous plaît le plus.

Comment organiser son plan ?

Une fois que vous avez choisi vos huit éléments, l’étape suivante consiste à réaliser un résumé de votre intrigue. Tant que les huit éléments sont présents, l’ordre n’a aucune importance. En fait, la plupart des éléments peuvent être répétés ou inclus dans plusieurs voies.

Voilà comment nous pourrions réunir tous les huit éléments pour notre histoire.

Une jeune cadre de 38 ans, célibataire, a mis sa vie privée en retrait pour réussir sa carrière professionnelle.  Mais un jour, sa tante célibataire et sans famille pour s”occuper d’elle meurt seule (la conséquence). Cette nouvelle agit comme un déclencheur. La jeune femme décide alors de trouver un homme et de fonder une famille avant de connaître le même sort (le but). Elle renouvelle donc sa nouvelle garde-robe trop marquée femme d’affaires et s’inscrit dans une agence matrimoniale  (prérequis). Son patron lui offre une promotion qui l’obligerait à voyager, mais elle la refuse pour rencontrer quelques prétendants (coûts). Elle arrive à obtenir très vite des contacts et des rendez-vous (conditions). Mais chacun est un fiasco (des avertissements). Par-dessus le marché comme l’agence lui donne des rendez-vous le vendredi soir (les conditions préalables), elle finit par arriver fatiguée et en retard aux réunions imposées à tous les cadres par son patron le samedi matin à sept heures . Sur le chemin, cependant, elle commence à réaliser à quel point son patron est très exigeant en particulier vis-à-vis de ses collègues ayant une famille ou une vie sociale en dehors du travail. Elle commence à avoir de la compassion pour certains d’entre eux ce qui conduit à un rapprochement vis-à vis d’eux (dividendes).

Voilà… vous voyez en quelques lignes le plan est établi et l’histoire, prête à écrire.

C’est un peu complexe, j’en conviens, mais bien maitrisés, ces huit éléments sont les bases de toutes les intrigues. Faites plusieurs exercices et vous adopterez vite cette technique américaine.

Pour finir, vous avez probablement remarqué qu’il manque une fin à notre histoire ! je vous rassure, je ne l’ai pas oubliée, mais je vous en parle dans un prochain article.

À  bientôt

Posez vos questions !
Vous avez besoin de conseils ou d’idées sur un thème bien précis ? Je vous propose de rédiger des articles sur demande, sur des thèmes qui vous intéressent et qui n’ont pas encore été abordés dans ce blog. Contactez-moi dès maintenant et expliquez-moi de la façon la plus claire possible ce que vous aimeriez lire prochainement. Cliquez ici pour vous rendre sur la page Contact

 

Share This