Au fond, quand on aime, écrire n’est pas si compliqué. En revanche, écrire une BONNE histoire est déjà plus difficile !

 

 

 

 

 

Il y a deux ou trois semaines, je me demandais comment Pixar parvenait à sortir presque un film à succès chaque année. Mais en lisant un article sur les studios Pixar, j’ai découvert que les équipes mettaient 6 ans à développer chaque film et qu’elles consacraient tout ce temps à l’histoire.

Dans cet article, vous allez découvrir des conseils pour écrire une histoire, mais surtout les secrets essentiels pour écrire une BONNE histoire.

 

Tout ce que je sais sur la façon d’écrire une histoire

Depuis je me suis passionnée pour l’écriture, je n’ai jamais cessé de réfléchir à la façon d’écrire des histoires. J’ai beaucoup travaillé et lu des quantités de livres sur l’écriture. J’ai expérimenté les nombreuses méthodes exposées par les auteurs eux-mêmes, les scénaristes ou les pros de la dramaturgie.

Les dix étapes suivantes sont un condensé de ce que j’ai appris sur la façon d’écrire une bonne histoire. J’espère que ces 10 points vous faciliteront le travail. Ils offrent l’opportunité d’aller plus loin et de faire un nouveau pas dans votre propre exploration sur la façon d’écrire une histoire.

 

1 / Écrivez en une seule séance

 

Écrivez le premier jet de votre histoire dans un temps aussi court que possible.

Si vous écrivez une histoire courte, essayez d’écrire en une seule séance.

Si vous écrivez un roman, essayez de l’écrire durant une saison (trois mois).

Ne vous inquiétez pas trop des détails à l’avance. Vous pourrez le faire une fois que vous savez que vous avez une histoire à raconter.

Votre premier jet est un processus de découverte. Agissez comme l’archéologue qui creuse à la recherche d’une ancienne cité d’argile. Vous possédez bien quelques indices sur l’endroit où votre ville est enterrée, mais vous ne savez pas à quoi elle va ressembler tant que vous ne l’aurez pas mis au jour.

La seule chose à faire : CREUSER !

 

2 / Développez VOS personnages

 

Lorsqu’ils se lancent dans un roman, la plupart des écrivains ont tendance à créer un personnage qui corresponde à l’intrigue qu’ils ont imaginée, et ensuite à plonger illico dans la partie exaltante qu’est l’écriture de l’histoire.

Mais beaucoup oublient l’existence nécessaire d’un « groupe de personnages » solide, les “acteurs” autour du protagoniste qui donnent vie au livre.

S’accorder du temps pour les étapes de la planification du roman afin de créer un ensemble de personnages auxiliaires forts et réalistes aidera votre processus d’écriture.

Sans compter que ,savoir à l’avance quels personnages seront nécessaires à telle  ou telle « scène » de votre histoire pendant chaque étape de l’intrigue peut vous éviter le syndrome de la page blanche avant même de commencer !

Alors, distribuez les rôles à vos personnages.

 

 3 / Créez Suspense et Drame

 

Pour créer du suspense, introduisez une question dramatique.

Qu’est-ce qu’une question dramatique ?

Quelque chose du genre « Que va-t-il faire ? » Ou « Deviendra-t-il l’homme de ses rêves ? » « Atteindra-t-il son but ? »…

En mettant en doute le destin de votre personnage, vous obligez le lecteur à s’interroger sur la suite des événements.

Pour bien amenez cette question dramatique, limitez volontairement le flux d’informations au lecteur. Trop d’infos d’un coup nuiraient à la tension et au suspense.

 

4 / Ne dites pas, montrez !

 

Que signifie cette phrase ?

Nous avons trop tendance à dire sans montrer. Et pire, à trop dire sans montrer. Les lecteurs sont capables d’imaginer eux-mêmes et de se faire un avis sans que vous leur mâchiez le travail. Créez une image dans l’esprit du lecteur.

Cette citation d’Anton Tchekhov illustre le mieux cette formule

Ne me dites pas que la lune brille. Montrez-moi le reflet de sa lueur sur un verre brisé. 

 

Exemple :

(dire)

La maison était délabrée et sale.

(Montrer)

Les fleurs dans le jardin de devant étaient fanées depuis longtemps. L’herbe montait à la hauteur des genoux. La peinture des cadres de fenêtres était écaillée. Quand Sarah poussa la porte d’entrée, une forte odeur de moisi la saisit. Des taches d’humidité recouvraient les murs du couloir et ceux de la salle à manger. Le plancher était inégal et grinçant.

 

Bon, j’ai écrit vite fait, mais vous avez certainement compris !

 

5 / Écrivez de bons dialogues

 

Écrire de bons dialogues tient à deux choses : la connaissance intime de vos personnages et beaucoup de réécriture.

Chaque personnage doit avoir une voix unique. Vous devez vous assurer que vos personnages ont tous un ton différent.

Lisez le dialogue de chaque personnage et demandez-vous :  cette réplique “sonne-t-elle” comme mon personnage ?

Si votre réponse est non, alors vous avez un peu de réécriture à faire !

En vous tenant à cette technique, vous allez réduire les utilisations de “dit-il” et “elle a dit” Que l’on s’efforce souvent de remplacer par d’autres formules “a-t-il hurlé”, “a-t-elle annoncé” et “il a parlé avec véhémence”, mais ces dernières sont source de lourdeur et de distraction inutiles.

 

J’espère que vous ferez bon usage de ces 5 conseils d’écriture fondamentaux.

Je vous délivre les 5 autres dans un prochain article.

PS : un petit mot pour m’excuser auprès de celles et ceux qui m’ont adressé des mails et attendu un peu la réponse. Vous avez aussi certainement remarqué que jeudi dernier, j’ai loupé notre rendez-vous ! Je me suis envolée pour Montréal où j’ai passé une merveilleuse semaine. Les Montréalais sont ouverts, sympathiques et chaleureux. Un super voyage !

 

À vos succès d’écriture…

 

Pensez-vous déjà appliqué tous ces conseils d’écriture ? Lequel vous pose le plus de difficulté ?

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur votre réseau social préféré, je vous en serais très reconnaissante.

 

 

Share This