Règles typographiques du dialogue

Partager :

Les divers guillemetsIl y a peu j’ai évoqué les 3 règles de base du dialogue, l’article à lire ou relire ici

Aujourd’hui, nous restons sur le sujet du dialogue et je réponds à une question arrivée dans ma boite mail le lendemain de ce fameux article.

La question tombait très bien car l’article du jour que j’avais prévu répond précisément à ce lecteur qui me demandait quelles étaient les règles typographiques d’un dialogue.

Règles de typographie du dialogue

1/ Guillemets et tirets

 

  • on ouvre le dialogue par les guillemets ouvrants : «
  • on le ferme par des guillemets fermants : »

exemple : « Si on allait danser ! »

Remarque : les guillemets sont encadrés par des espaces.

  • Chaque changement d’interlocuteur est signalé par un tiret, sauf la première réplique.

Exemple :

« Si on allait danser !
Bonne idée. J’ai besoin de me dégourdir les jambes.
Pierre, de toute façon, tu as toujours  besoin de bouger ! »

  • Le tiret qui s’utilise normalement pour les dialogues est le tiret cadratin, plus large que le trait d’union.

Il s’obtient en faisant Alt + Ctrl + – (pavé numérique) ou Alt + 0151 (pavé numérique).

Dans Word, vous pouvez aussi paramétrer avec : Outils/Vérification/Option de correction automatique, onglet Correction automatique : cocher trait d’union (–) Par tiret cadratin (—)

Les (–) se transformeront automatiquement (par défaut, Word les transforme en demi-cadratins, un peu plus courts).

  • En français, contrairement à la typographie anglaise, on n’encadre pas chaque réplique de guillemets.
  • Pour chaque dialogue, il ne doit donc y avoir qu’une seule paire de guillemets, au début de l’échange et à la fin.

On écrit : « Viens quand tu veux, dit-il en se levant. Je serai chez moi »

Et non : « Viens quand tu veux », dit-il en se levant. « Je serai chez moi »

2/ Les dialogues sans guillemets

Dans l’édition, il est de plus en plus l’usage de supprimer les guillemets. Dans ce cas, la première réplique commence par un tiret pour marquer le début du dialogue :

Si on allait manger !
— Bonne idée, je meurs de faim.
— Gilles, tu as toujours faim, de toute façon !

Ce sont des tirets cadratins (—)

Il est impératif de mettre un espace après chaque tiret pour le décoller du début de la phrase.

 3/ Exemples de dialogues en colonne correctement écrits

 

Avec guillemets

Sans guillemets

« Si on allait danser ! proposa Jean en se levant.— Bonne idée », répondit Lucie. Elle posa son verre et remit un peu d’ordre à sa tenue.«J’adore ce morceau, ajouta-t-elle.

— Lucie, slow, valse ou rock, tu as toujours aimé danser ! » dit Émilie taquine.

— Si on allait danser ! proposa Jean en se levant.— Bonne idée, répondit Lucie. Elle posa son verre et remit de l’ordre à sa tenue.— J’adore ce morceau, ajouta-t-elle.

— Lucie, slow, valse ou rock, tu as toujours aimé danser ! dit Émilie taquine.

Voilà le tour d’horizon de la typographie du dialogue achevé.

C’était utile de le revoir, parfois, on ne sait plus trop où et quand mettre des guillemets, comment insérer des incises, ni quel tiret utiliser.

Maintenant, vous savez !

À bientôt…

Posez vos questions !
Vous avez besoin de conseils ou d’idées sur un thème bien précis ?Je vous propose de rédiger des articles sur demande, sur des thèmes qui vous intéressent et qui n’ont pas encore été abordés dans ce blog. Contactez-moi dès maintenant et expliquez-moi de la façon la plus claire possible ce que vous aimeriez lire prochainement. Cliquez ici pour vous rendre sur la page Contact

16 commentaires

  1. LINA ZANNI dit :

    Très interessant. Et les points d’exclamations ???
    Cordialement.
    Lina

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Lina

      Contente de te retrouver !
      Les points d’exclamation ne sont pas des signes spécifiques au dialogue.
      Peut-être faudra-t-il envisager pour nous tous un rappel des signes de ponctuation… Bonne idée Lina. Je la retiens.

      Cordialement

    • Bonjour, j’aimerais savoir s’il est possible d’utiliser des guillemets anglais. J’avais lu un article là-dessus il y a quelques années et je ne retrouve rien, aujourd’hui, à ce sujet. Je me demande donc si ce la est correct ou pas… Merci.

      • Marie-Adrienne Carrara dit :

        Bonjour

        L’article du 12 mai à propos des guillemets français et anglais devrait répondre à votre question
        Bien à vous

  2. Arthur dit :

    Bel article. J’ai juste une (petite) nuance à y apporter : je crois qu’on peut aussi, et même qu’on doit, faire confiance à son correcteur ou à sa correctrice et plus encore au typographe de son livre pour peaufiner ces questions délicates. Bien sûr, mieux vaut qu’un texte soit le mieux écrit possible : ça donne des ailes au typographe et lui permet de mieux exercer son magnifique métier. Voyez ici : http://www.orthotypographie.fr/volume-I/date-dynastie.html#Dialogue les trésors graphiques qu’un bon typographe peut déployer pour offrir un dialogue à son lecteur…

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour et Bienvenue

      Je suis d’accord avec vous. L’article répondait à une question.
      Le correcteur est effectivement le complément essentiel de l’écrivain. Et on peut (doit) lui faire confiance. J’exerce le beau métier d’écrivain biographe et je rédige toute la journée. Je vous garantis que j’adoooore mon correcteur ! La typographie, il connait cela par cœur et je le laisse repasser mon travail d’écriture en revue. Heureusement !

      Je vous remercie pour le lien. Les lecteurs du blog apprécieront.
      Au plaisir de vous retrouver bientôt

      Marie-Adrienne

  3. Jean-Luc dit :

    Bonjour Marie-Adrienne,

    Tout d’abord je tiens à vous remercier et à vous féliciter pour votre site internet qui, j’en suis sur, aidera nombre de personnes désireuses de se lancer dans l’écriture comme je l’ai fait moi-même.

    Suite à une ré-écriture de mon premier manuscrit, j’ai été dans la nécessité de tout refaire… j’ai une question concernant les règles de typographie du dialogue…

    Lorsqu’on utilise les tirets cadratins, faut-il laisser un espace entre la marge et le tiret cadratin ? Mon traitement de texte (LibreOffice) me renvoie systématiquement en bord de marge. Je vous prie de voir les exemples ci-après et me dire lequel des deux je dois appliquer pour le bon respect des règles d’écriture :

    Exemple 1 :
     » Elle s’avança vers moi et me dit :
    – Je ne suis pas d’accord !
    – Pourquoi n’es-tu pas d’accord ?  »

    Exemple 2 :
    « Elle s’avança vers moi et me dit :
    – Je ne suis pas d’accord !
    – Pourquoi n’es-tu pas d’accord ?  »

    Dans l’attente de votre réponse,

    Amicalement,

    Jean-Luc

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Jean-Luc

      Lorsqu’on utilise les tirets cadratins, faut-il laisser un espace entre la marge et le tiret cadratin ?
      Non. C’est l’exemple 2 qui est exact (Attention cependant, les guillemets ne sont pas utiles)

      Mon traitement de texte (LibreOffice) me renvoie systématiquement en bord de marge.
      C’est parfaitement normal.

      Bien à vous

  4. COMPTE dit :

    Bonjour,

    Je suis un nouveau visiteur du site et j’i commencer à lire les conseils très pertinents qu’il contient.
    Le sujet à peut-être été abordé mais je pose quand même la question.
    Concernant les règles typographiques du dialogue, est-il important de mettre les dialogues en italique.
    C’est une habitude (bonne, mauvaise?) que j’ai pris car je trouve que cela permet de bien délimité les dialogues en eux-mêmes.

    Qu’en pensez-vous?

    Cordialement.

  5. Aimé dit :

    Bonjour,

    J’ai constaté, quand le texte est justifié, qu’il faut utiliser l’espace insécable après le tiret.
    Si on ne le fait pas, le traitement de texte risque de changer la proportion de cette espace.
    On se retrouve avec des dialogues décalés verticalement.
    Sur Word et LibreOffice en tout cas.

  6. Baroc 1946 dit :

    Bonjour !
    Et d’abord, merci et bravo !
    Ma question est la suivante. Elle porte sur un dialogue sans guillemet, entre deux personnes, mais s’accompagnant d’une phrase de transition. Exemple :
    Le bourreau s’adressa au condamné :
    — Veux-tu un verre de rhum, Tartempion ?
    — Non, merci, je n’ai pas soif, Ducon.
    Un aide du bourreau était en train d’aiguiser la lame de la guillotine.
    Une cigarette alors ?
    OU BIEN :
    — Une cigarette alors ?

    Merci de bien vouloir me répondre.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      c’est cette solution
      — Une cigarette alors ?
      Car c’est le bourreau Ducon qui reprend la parole. Donc changement d’interlocuteur (marqué par un tiret). La réplique précédente, c’était Tartempion qui parlait.

      Bien à vous

  7. Claire dit :

    Bonjour !
    Un grand merci pour cet article qui tombe à pic. Clair, efficace, concis, exactement ce dont j’avais besoin.

    J’ai juste une question. Vous écrivez : « Dans l’édition, il est de plus en plus l’usage de supprimer les guillemets. » Votre recommandation est-elle d’adopter cet usage ?
    (Le contexte : un roman policier, de facture classique.)
    J’avoue que ça me défrise un peu, de supprimer les guillemets. Mais s’il le faut…

    Avec mes remerciements !

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Claire

      Feuilletez des bouquins récents. Vous verrez beaucoup n’ont plus de guillemets.
      Perso, si je peux m’éviter les guillemets… je les évite !

      Bien à vous

      • Claire dit :

        Mille mercis de m’avoir répondu aussi vite. Demain, chasse aux guillemets, ce sera sans merci.
        Je vous souhaite une belle écriture !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article