Pourquoi écrire des microfictions ?

Partager :

Que vous soyez poète, romancier, ou auteur de livres, il y a certaines choses que tous les écrivains doivent faire. Comme la lecture ou l’écriture quotidienne…

 

 

 

Aujourd’hui, j’y ajoute… écrire des microfictions.

Pourquoi me direz-vous ?

Quels intérêts les écrivains auraient-ils à écrire des microfictions ?

Je vous explique

 

Qu’est-ce qu’une microfiction ?

 

Une microfiction est un récit court. Dans le monde de l’écriture, il est commun de fixer sa longueur à 1000 mots. Bien sûr, ce nombre de mots peut varier d’un auteur à l’autre mais 1000 mots constituent une bonne base.

Raconter une histoire entière en moins de 1000 mots vous semble difficile ?

Voilà 3 bonnes raisons de relever le défi :

 

1 / La microfiction apprend la concision

 

J’ai essayé à plusieurs reprises d’écrire une histoire de 1000 mots. Créer en si peu de mots un décor, des personnages bien campés, un début intrigant et une fin satisfaisante peut sembler plus compliqué qu’il n’y paraît.

Mais au fond, pas tant que cela. Bon, disons-le, l’écriture de microfiction exige quand même un peu de pratique. Cependant même si vous n’êtes pas fan de l’écriture de microfiction, le genre vous obligera à être concis et donc à choisir des mots très précis.

Savoir choisir ses mots et dire beaucoup en peu de mots est une compétence essentielle pour tout écrivain.

 

Conseils pour rédiger une bonne histoire concise

Voilà deux conseils pour faciliter l’écriture de microfictions.

a / Démarrez au climax. Avec plus ou moins de 1000 mots, vous n’avez pas le temps de créer une structure complexe et conduire au climax de votre histoire. Aussi consacrez le moins de phrases possible à la
progression de votre histoire et démarrez au climax. C’est ainsi que vous donnerez de la force à votre histoire.

b / Limitez vos personnages. Faire évoluer des personnages est toujours si complexe, qu’il paraît difficile d’en traiter plusieurs dans un si court récit.

Donc limitez-vous à un protagoniste, un antagoniste et peut-être à un personnage supplémentaire. Aller au-delà de trois personnages deviendrait très difficile à gérer.

 

2 / La microfiction peut s’écrire en un jour

 

Un des atouts de la microfiction, c’est qu’elle est rapide à écrire. Même pour les écrivains les plus lents, une journée peut suffire.

Ce format court peut devenir un facteur de motivation impressionnant. L’écriture d’une histoire bouclée en quelques heures peut être source d’un grand sentiment de satisfaction.

En outre, écrire régulièrement des microfictions peut vous aider à maintenir votre habitude d’écriture quotidienne. Une façon comme une autre de stimuler sa créativité !

3 / La microfiction est un bon tremplin

 

Que pouvez-vous faire avec toutes ces histoires ?

Après les dernières modifications, vous trouverez certainement de nombreuses façons de  partager vos microfictions via les plateformes d’écriture, les réseaux sociaux, les concours d’écriture ou trouver des magazines pour les publier.

Si vous choisissez de ne pas partager vos histoires immédiatement, avoir une réserve de votre meilleur travail à portée de main est plutôt une bonne chose.

 

Maintenant, c’est à votre tour

Alors toujours sceptique vis-à-vis de la microfiction ?

Essayez, vous pourriez être surpris de prendre du plaisir à raconter une histoire en quelques lignes.

 

Quels autres avantages voyez-vous à écrire des microfictions ?

Dites-le dans les commentaires 

 

À vos succès d’écriture…

15 commentaires

  1. Bonjour,
    En effet, l’historiette ou la microfiction peut s’avérer très utile lorsque l’on relit les chapitres d’un roman en cours d’écriture. Pour moi, en tous cas, cela m’aide à rendre plus vifs ou plus doux certains paragraphes.
    La microfiction utile au style en quelque sorte.
    Merci Marie Adrienne

  2. Eric Magela dit :

    Salut ma chère,

    Je tenais à le souligner illico que cet article m’a énormément plu… mais j’ai dégagé une toute petite question que j’aimerai que tu me répondes s’il te plait, sinon éclaircir ma lanterne sur ce point. C’est que, y a-t-il une divergence entre la microfiction et le conte, car de ma part je pourrais en déduire qu’ils sont presque ou similaires, voire que le conte entrerai dans le cadre d’une microfiction, puisqu’il est concis. Q’en dis-tu?

    P.S.: je venais de finir d’écrire mon roman, et je suis en passe de correction; et ce, grâce à tes maints conseils. Que Dieu te bénisse ma chère!

    A nos succès d’écriture!

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      La microfiction est une récit court. Elle peut être un conte mais pas forcément.
      Donc le conte comme tu le dis peut entrer dans le cadre d’une microfiction

      Félicitations pour ton roman.
      A tes succès d’écriture

  3. FAMOU Pascal Léonard dit :

    Merci pour tout. Que Dieu nou bénisse pour l’amour de l’écriture

  4. OE dit :

    Bonjour,
    Moi, je suis bien d’accord concernant ces microfictions, j’en ai déjà écrit à 100 mots, 200 jusqu’à 500, mais je ne suis jamais arrivé à 1000.
    Je pense que je fais des nanofictions, moi !
    Bien à vous.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Oui en dessous de 1000 mots on parle de nanofictions. Personnellement j’adore mais c’est un art compliqué d’écrire si court. Certains auteurs sont des spécialistes du genre. C’est un régal de les lire.

      Bonne journée

      • OE dit :

        Ah vraiment ?
        C’est si compliqué que ça ? Je crois que parce qu’il faut maîtriser tant de choses en si peu de mots.
        J’ai déjà essayé, mais ça ne m’a pas paru si compliqué. C’est sûrement parce que je suis trop jeune et que certains détails ont dû m’échapper.
        En tout cas, merci de tous vos conseils.

        • Marie-Adrienne Carrara dit :

          Bonjour

          Non, il n’est pas question de jeunesse. Comme il y a des coureurs de fond et des coureurs de vitesse, il y a des écrivains qui aiment et excellent dans le récit court et d’autres dans les récits longs. Les techniques sont différentes. Et pourtant à la base, il s’agit juste de courir !
          Certains auteurs n’ont jamais écrit de romans mais ont concentré leur savoir-faire sur les nouvelles. Je pense à Annie Saumont par exemple. A Jacques Sternberg qui n’a écrit qu’un roman (il me semble) et a consacré sa vie d’écriture aux nanofictions, microfictions et nouvelles.

          Bonne journée

  5. Ed dit :

    Je ne connaissais pas la microfiction et pense que je devrais essayer.
    Pour le moment je me limite à quelques articles extrêmement variés qui relèvent du récit. Le dernier en date : http://rockandvolk.blogspot.de/2016/06/la-plus-belle-nuit-du-reste-de-ta-vie.html

  6. didouchka dit :

    Quelle différence y a-t-il entre microfiction et nouvelle? En lisant l’article, j’avoue que je ne saisis pas bien ce qui fait sa particularité ni pourquoi on utilise ce nouveau mot pour parler de récits courts.

    Merci pour votre blog , c’est une vraie mine d’or de conseils et d’analyses!

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Nouvelle, c’est le terme général. Microfiction, c’est une nouvelle courte d’environ 1000 mots.
      Le terme microfiction n’est pas nouveau. On parle parfois aussi de micronouvelle.

      Bien à vous

  7. Carmitza dit :

    Bonjour

    Je n’écris que des microfictions …Malgré mon désir de développer plus les histoires, les personnages me laissent immédiatement après le point culminant et ils refusent de venir à la vie encore …

    Aidez-moi s’il vous plaît…

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Il faut mieux préparer ton plan et solidifier ta structure. Dans les microfictions et les nouvelles, les structures sont simples, le nombre de personnages réduit… Dans un roman, il faut considérer une intrigue principale et des intrigues secondaires. Ces dernières sont possibles en partant par exemple des personnes secondaires et de leur histoire. Essaye cette piste. Tu vas complexifier ton scénario et tu auras matière à développer des histoires plus longues
      Bonne écriture

  8. KHUBAIB dit :

    Comment est-ce que on peut distinguer la microfiction et les autre fictions?

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Tout est question de longueur. La longueur standard, généralement accepté pour une microfiction, est de 1 000 caractères espaces compris ou moins.
      Bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article