Pourquoi corriger son manuscrit sur papier ?

Partager :

Vous le savez comme moi, quand on écrit la faute peut se nicher partout. Faute d’inattention, de manipulation, de typographie ou d’orthographe. Alors comment toutes les trouver ?


Les correcteurs professionnels prétendent qu’il faut 7 relectures de 7 personnes différentes pour corriger toutes les fautes d’un manuscrit. Malheureusement nous ne disposons pas tous de 7 volontaires à disposition. Alors comment faire seul ?

Les fautes les plus courantes

 

En 2013, le Projet Voltaire et les Timbrés de l’orthographe ont lancé un sondage auprès d’un échantillon représentatif de 989 personnes âgées de 18 ans et plus.

Les premiers résultats ont montré que les Français restaient attachés à l’orthographe et que
80 % d’entre eux s’estimaient plutôt bons en orthographe.

 

Voilà les règles qui poseraient le plus de problèmes :
– le pluriel des noms composés (56 %) ;
– la distinction entre futur et conditionnel (34 %) ;
– le pluriel des nombres (27 %) ;
– le redoublement des consonnes (24 %) ;
– l’accord du participe passé (23 %).
Maintenant que nous avons une idée des fautes. Voyons comment corriger son manuscrit.

1 / Imprimez votre manuscrit

 

Je sais ce n’est pas écolo ni dans l’air du temps mais il est préférable de corriger son manuscrit sur papier plutôt qu’à l’écran. Donc imprimez votre manuscrit et faites votre correction sur papier.

Pourquoi ?

Selon les experts, la lecture à l’écran est plus segmentée, fragmentée et discontinue. Les psychologies opposent cette attitude à la « deep attention » c’est-à-dire l’attention profonde induite par la lecture linéaire sur papier. Ainsi il est plus facile de ne pas voir une faute sur écran.

 

2 / Utilisez la couleur

 

Comme je le dis plus haut, sur papier, d’une part on voit mieux les choses qu’à l’écran, mais on peut aussi facilement souligner, entourer, raturer, mettre un repère ou annoter en marge et y revenir après tout en gardant la version d’origine.

Avec word, par exemple, toutes ces fonctions sont possibles, mais personnellement je trouve les manipulations fastidieuses et je préfère mon bon vieux stylo !
En parlant de stylo… je ne le choisis pas n’importe comment. J’utilise un stylo de couleur.

Pourquoi ?
Parce que certaines corrections comme, une virgule, un accent, une parenthèse, une marque de pluriel, un point d’exclamation… peuvent être si discrètes qu’elles sont parfois difficiles à repérer surtout quand il s’agit de les reporter sur votre fichier informatique. Donc si vous souhaitez qu’aucune correction ne vous échappe, optez pour la couleur !

3 / Pensez au logiciel de correction

 

Aujourd’hui, ces logiciels sont à la portée. Pour ma part, j’utilise Antidote.

 

Antidote 8 – Correcteur et Dictionnaires


Pour une centaine d’euros, vous allez passer votre texte au travers de filtres très efficaces. Alors bien sûr, ce logiciel ne remplacera jamais le cerveau d’un humain (enfin, je l’espère !), mais il reste toutefois si performant qu’il serait vraiment dommage de ne pas investir surtout si vous écrivez régulièrement.

Moi, je ne peux plus m’en passer.

J’écris toute la journée (et fais des fautes toute journée !)… Merci Antidote.

 

4 / Une technique inédite et imparable de correction

 

Depuis quelque temps, j’ai pris l’habitude de corriger mes écrits à l’envers.

Je vous entends déjà… Mais elle nous fait quoi là ?

Je suis sérieuse, je commence ma correction par la fin du texte. Je vous l’accorde, c’est fastidieux mais au moins, on ne se préoccupe pas du sens et on se concentre sur le texte.

Pour faciliter cette méthode de correction particulière, je vous conseille de relire page par page en commençant par la fin. Et de procéder par bloc de 20 ou 30 feuilles pour éviter la lassitude, la fatigue et maintenir l’attention à son plus haut niveau.

 

5 / Si vous pouvez, faites relire votre livre

 

Après avoir appliqué les quatre filtres précédents, si vous en avez la possibilité, faites relire votre livre par quelqu’un qui ne le connaît pas du tout.

Pourquoi ?Parce qu’il sera très attentif. Et s’il reste des fautes, elles ne lui échapperont pas.
Donnez-lui un stylo de rouge, et précisez bien qu’il peut corriger.

S’il en trouve, ne le prenez pas mal et considérez comme une chance qu’il les ait repérées. Car dans un texte… une faute fait toujours désordre !

 

Comment corrigez-vous vos écrits ? Partagez vos méthodes.

 

À vos succès d’écriture…

Cet article vous a plu ?
Partagez-le sur votre réseau social préféré. Je vous serais très reconnaissante.

 

 

12 commentaires

  1. Agnes dit :

    Comme d’habitude, voilà de précieux conseils que vous nous prodiguez, Marie-Adrienne. Mille mercis!

  2. C’est amusant : je pratique à peu près de cette manière mais je n’utilise plus Antidote que pour repérer les doublons. Antidote a un gros inconvénient (à mon sens) : tout le texte devient rapidement douteux si on ne le paramètre pas avec beaucoup de vigilance.
    L’avantage de la correction sur papier est aussi de permettre des modifications importantes de phrases ou de paragraphes tout en conservant une vision d’ensemble des pages concernées. Merci pour ces séries de témoignages !

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Je ne rencontre pas le problème que vous décrivez avec Antidote. Je l’utilise pourtant tous les jours, plusieurs fois par jour. Quand Antidote souligne une erreur… je reste libre d’aller dans son sens ou non. Mais il m’a quand même souligné un problème et du coup cela me met en alerte. Si je suis incapable de résoudre le problème surtout si dans un cas très pointu, je me replonge dans la grammaire s’il faut et tranche au final. Je ne laisse jamais Antidote faire ce qu’il veut.

      Pour moi c’est une aide considérable. J’écris toute la journée et je peux vous garantir qu’on devient vite accro à ce genre d’outil !

      A vos succès d’écriture

  3. FERHANI Jacqueline dit :

    Merci Marie-Adriennne. J’ai tellement galéré pour mon premier roman qui va paraître en librairie mi-décembre, que pour le prochain, je vais suivre scrupuleusement vos conseils. Je vous souhaite une excellente journée.

  4. Angelina dit :

    Antidote est formidable !! Mon père l’a acheté à mon frère dyspraxique (qui ne s’en sert jamais au passage) et je l’ai essayé, c’est absolument génial ! Mais il ne remplacera jamais les bon vieux Bescherelle et Bled, sans compter les dictionnaires !
    Merci pour cet article !
    Angelina

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Comme je le disais dans un autre commentaire, je passe mes journées à écrire et Antidote est un outil précieux pour moi. Je trouve qu’Antidote fait un très gros travail de fond et dès que le doute est permis, il reste comme vous le dites, le bon vieux Bescherelle, le Bled et les dictionnaires.
      Bien à vous

  5. Célyne dit :

    Bonjour Marie-Adrienne,

    Merci pour tous vos conseils, quelle générosité !
    J’habite au Québec et je suis à l’écriture de mon quatrième roman. Je n’ai jamais publié car ma plus grande hantise c’est qu’il y est « des fautes ». Je ne peux concevoir envoyer un manuscrit contenant des erreurs. Donc, je recherche une personne ou un organisme professionnel qui fait de la correction de manuscrit. Le Web regorge de sites de ce genre mais je n’y connais rien. Y’en a-t-il un meilleur qu’un autre? Vous qui êtes dans le domaine avez-vous quelqu’un, en particulier, à me suggérer et quels sont les tarifs? Je vous remercie de l’attention que vous porterez à ma « cause » et je vous remercie à l’avance.
    J’ai bien compris que j’achèterai Antidote dès aujourd’hui!

  6. Stéphanie dit :

    Bonjour,

    Je suis très curieuse de connaître le procédé exact de votre technique n°4

    « Depuis quelque temps, j’ai pris l’habitude de corriger mes écrits à l’envers. »

    C’est à dire ? Vous lisez mot à mot à l’envers ou vous prenez une phrase, ou un paragraphe ou encore la page entière ?
    Dans tous les cas je vous rejoint sur le fait que corriger directement à l’écran n’est pas pratique, je préfère nettement le papier.
    J’espère que je pourrai acquérir « d’ici peu » Antidote.
    En attendant, mon « Antidote » s’appelle Maman, institutrice à la retraite…ou le rouge est à la mode (rires!). Mais au final elle a préféré prendre le vert, « cela me fait moins mal, me dit-elle. »
    Il y a tout juste trois semaines , j’ai ressorti mes cahiers sur les quels je couchais des histoires, que malheureusement, je ne finissais pas, fautes de méthodes…
    L’histoire la plus vieille remonte à plus de 22ans, c’est pour dire !
    Mais j’ai beaucoup de temps à revendre depuis février alors je me suis dit, « tu peux le faire ! » J’ai pris mon courage à bras « le cerveau » j’ai cherché sur notre ami Google et ai trouvé plusieurs méthodes qui propose comment écrire un roman:
    => choix de l’idée, ça je l’avais déjà.
    => construction de la trame, fait
    => construction du scénario, fait
    => construction des personnages, partiellement (je fais une moue dépitée à cet instant précis)
    => écriture des chapitres, j’en suis au huitième avec un prologue(incipit)paraît-il que c’est important…

    Je souhaite réellement pouvoir finir mon roman. (au passage c’est une fiction de type Fantasy pour ado)
    Être publiée ? Ho que cela serait bon (rires!)
    Mais j’ai pu constater au travers de mes diverses recherches, que le parcourt une fois le manuscrit prêt à la lecture de qui le voudra, relève du combattant ! (léger sourire).

    Au-delà de cela, car je vois que je me suis laissée emportée à me raconter, je vous remercie du partage de votre vécu dont vous nous faites profiter. (c’est un peu pompeux ça, rires!) En bref,
    MERCI !!!

    Au plaisir de vous lire,
    Cordialement,
    Stéphanie

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Stéphanie

      Le procédé exact de la correction à l’envers ? C’est très simple. Je lis phrase par phrase en commençant par la fin. Je lis la dernière phrase, puis la phrase précédente, etc. en commençant par la fin. C’est pénible, je vous l’accorde, mais c’est le seul moyen de se dégager du sens et de se concentrer uniquement sur l’orthographe.

      Bon courage. La passion de l’écriture resurgit toujours un jour où l’autre. On doute, on renonce, on enfouie… et vlan, ça revient d’un coup alors qu’on ne s’y attendait pas. Bon courage à maman correctrice 😀

      • Stéphanie dit :

        Bonjour,

        Merci de votre retour .
        Je vais procéder de cette manière, et je verrais ce que cela donne.
        J’ai utilisé SCRIBENS.FR comme vous le proposez dans l’un de vos articles, c’est pas mal… il explique même pourquoi faire cette correction.
        Après il faut juste jouer avec le copier/coller (sourire).
        Si je peux soulager ma maman ( j’en ai fait au passage mon premier béta lecteur) sur la correction grammaticale voire la syntaxe, elle pourrait se pencher sur le fond même de l’histoire. (Rires !)

        Merci et à bientôt.
        Stéphanie

  7. Ulysse dit :

    Toujours très intéressants vos articles. Merci pour ce sens du partage si important en notre temps.
    J’ai fait lire mes écrits à une amie, mais par manque de temps, celle-ci n’a pas apporté de commentaires réels sur le roman. J’espère que la prochaine fois sera la bonne.

    A vos succès d’écriture à tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article