Petite traversée de l’histoire littéraire (2)

Partager :

Voilà le 2e et dernier volet de notre histoire littéraire. Il aborde le XIX et le XX siècle, riches en courants littéraires…

 

 

 

 

4 / Le XIX siècle : du romantisme au symbolisme

 

Quelques grands courants ayant marqué le siècle :

 

  • Le romantisme vient s’opposer à la tradition classique par la volonté de libé­rer l’imagination et la langue. Les thèmes de prédilection sont la nature et l’amour. Ses auteurs Victor Hugo, Lamartine, Musset, Vigny, et Goethe en Allemagne.
  • Le Parnasse se caractérise lui par le refus des épanchements sentimen­taux et le souci exclusif de la forme.Partisans de l’art pour l’art, les poètes du Parnasse se tournent vers La Grèce et la Rome antiques, l’Orient, l’Espagne des conquistadores. Ils se désintéressent des événements politiques de leur époque. Ses représentants sont Théophile Gautier, Coppée, Banville, Heredia, Leconte de L’Isle.
  • Le réalisme : la nouvelle organisation de la société due à l’ère industrielle est source d’inspiration pour l’artiste. Ce mouvement cherche à décrire le plus fidèlement la réalité au travers d’histoires vécues, racontées avec de nombreux détails. Le grand précurseur est Balzac.
  • Le naturalisme apparait comme un prolongement du précédent courant. Il se donne pour but de représenter la réalité en appliquant à l’observation des phénomè­nes sociaux les techniques des sciences expérimentales. Zola et Maupassant s’illustrent dans ce courant.
  • Le décadentisme apparaît à la fin du XIXe siècle et se caractérise par l’inquiétude, la mélancolie, le pessimisme face à la société. Charles Baudelaire en est le précurseur, et l’auteur le plus connu, Joris-Kart Huysmans.
  • Le symbolisme a la volonté de se démarquer du réalisme et du naturalisme. Il recherche de nouveaux moyens d’expression pour dépasser la simple représentation réaliste. Les meilleurs exemples de ce courant sont Mallarmé, Rimbaud et Verlaine.

 

5 / Le XX siècle : en quête d’originalité.

 

Si le XIX fut riche en courants littéraires, le XXe siècle voit émerger pas moins de huit mouvements, d’importance inégale, mais ayant tous marqué la littérature.

 

  • Le dadaïsme, né en 1916 et représenté par Tristan Tzara, se caracté­rise par un esprit de révolte, de provocation et de dérision contre la conception traditionnelle de l’art et l’ordre établi.
  • Le surréalisme a été défini par André Breton dans Le Manifeste du surréalisme publié en 1924. Influencé par le trauma­tisme de la guerre, ce mouvement, La psychanalyse et les travaux de Marx, affirme la puissance du rêve, de l’instinct et du désir contre l’ordre logique ou moral. Ses plus principaux représentants sont Breton, Aragon, Artaud, Crevel, Delteil, Desnos, Éluard, Vitrac.
  • Le réalisme socialiste tente d’allier idéologie et création artistique. Son représentant est Henri Barbusse.
  • La littérature prolétarienne définie par Henry Poulaille : l’auteur prolétarien est d’origine ouvrière ou paysanne, autodidacte et raconte les conditions d’existence de sa classe sociale.
  • L’existentialisme : mouvement à la fois littéraire et philosophique qui fonde sa pensée sur le fait que L’homme crée lui-même ce qu’il est, librement, à travers ses actes. Il est représenté par Jean-Faut. Sartre, Simone de Beauvoir, et Gabriel Marcel pour la branche chrétienne de ce mouvement.
  • L’Oulipo, acronyme d’OUvroir de Littérature POtentielle. L’Oulipo est une association fondée en 1960 par l’écrivain et poète Raymond Queneau et Le mathématicien François Le Lionnais. Les membres de l’Oulipo pensent que les contraintes formelles permettent à l’imagination de s’exprimer. Georges Perec fit partie de ce mouvement.
  • Le nouveau roman, né dans les années 1950, remet en question Les principes du roman traditionnel, dit « balzacien », en détruisant les notions de personnage et d’analyse psychologique, en refusant de mettre en place une intrigue.

Parmi les écrivains du nouveau roman : Alain Robbe-Grillet, Nathalie Sarraute, Claude Simon, Michel Butor.

  • Le théâtre de l’absurde a produit des œuvres marquantes, notamment celles d’Eugène Ionesco et de Samuel Beckett.

 

***

Source :  Citations de culture générale expliquées – Jean-François Guédon et Hélène Sorez

 

Voilà une traversée de la littérature française. Je pense que celles et ceux qui avaient réclamé cet historique seront satisfaits de se remémorer ses courants qu’il est bon de connaître. Merci pour votre patience. Cette demande date de plusieurs semaines.

Si vous avez aimé cet article, s’il vous plaît, partagez-le sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter ou autre. Je vous en serais reconnaissante. 

Posez vos questions ! Vous avez besoin de conseils ou d’idées sur un thème bien précis ?

Je vous propose de rédiger des articles sur demande, sur des thèmes qui vous intéressent et qui n’ont pas encore été abordés dans ce blog. Contactez-moi dès maintenant et expliquez-moi de la façon la plus claire possible ce que vous aimeriez lire prochainement. Cliquez ici pour vous rendre sur la page Contact

À vos succès d’écriture…

 

6 commentaires

  1. Cristy dit :

    Je connais plus d’auteurs du XIX siècle que XX siècle. J’aime beaucoup lire de tout, alors je pense bien essayer de lire un livre pour chaque mouvement, j’en serai capable. J’ai déjà lu Zola, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Goethe, ça en fait pas mal, mais il me reste encore beaucoup à lire 🙂
    Merci pour cet article.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      En général, les auteurs du XIX sont lus durant la scolarité. Mais intéressez-vous aux auteurs du XX et il y a de quoi lire !
      Bonne lecture.

    • Jean dit :

      Votre réaction, Cristy, est tout à fait normale. Nous avons tous une connaissance plus approfondie des auteurs du XIXe plutôt que des écrivains du XXe et plus encore du XXIe siècle.
      La première raison (qui est en fait la seconde) est celle qu’a exprimée Marie-Adrienne : les programmes scolaires, tant en France qu’en Belgique, insistent sur les XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles. Nous avons donc tous lu (ou entendu parler de La Fontaine, Racine, Hugo,… – j’en passe et, c’est le cas de le dire, des meilleurs).
      L’autre raison, de laquelle découle ce que j’ai mis en premier, est que le Temps, le plus grand critique qui soit, n’a pas encore pu jouer son rôle de décantation. Il n’a pas encore pu définir les auteurs qui passeront à la postérité. Nous n’avons pas encore le recul nécessaire pour définir si tel écrivain est un bon auteur ou un Grand Écrivain. Certains parmi ceux-ci, bien que connus ne passeront pas les frontières du temps, tandis que d’autres resteront. Par exemple, choisissons de manière tout à fait subjective les dix auteurs du XXe siècle les plus célèbres aujourd’hui. Après lecture, retenons ce qui, chez eux, relève du génie (n’allons même pas si loin, disons du profondément humain) et ce qui n’est qu’anecdotique. Cette constatation, même si elle n’est pas le seul critère, nous mettra sur la voie et nous dira : « Cet auteur a des chances de passer l’épreuve des années, celui-ci moins ».
      Mais, comme l’a écrit Marie-Adrienne, pour le XXe siècle « il y a de quoi lire » et prendre beaucoup de plaisir.
      Bonne écriture, tout autant que bonnes et belles lectures.

      • Marie-Adrienne Carrara dit :

        Merci Jean pour votre commentaire.

        J’ai eu la chance d’avoir un prof de français passionné par les auteurs du XXe. Et alors que le XIX était au programme, il évoquait souvent des auteurs plus proches de nous et je me suis passionnée pour certains. C’est ainsi que j’ai découvert l’OULIPO et reste fascinée par des auteurs comme Perec. Ce prof nous a aussi parlé des auteurs du genre Céline dont plus personne ne voulait parler. Je garde un grand souvenir du Voyage au bout de la nuit.
        Ce qui me plait en matière de lecture, c’est que le domaine est sans limite ! Et comme je le disais… Il y a de quoi lire !

        Bien à vous

  2. Ada Rossi dit :

    J’aime beaucoup votre blog (j’y suis abonnée par flux rss pour ne pas en manquer une miette :D) et faire le point sur les différents mouvements littéraires est nécessaire quand on veut écrire. C’est clair, concis, et ça donne envie d’approfondir!

    Bon après ça serait bien de citer vos sources…

    « Citations de culture générale expliquées » de Jean-François Guédon,Hélène Sorez.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Pour moi, il est vraiment nécessaire de connaître ses différents courants.
      En général, tous ont plus ou moins été abordés durant les études mais des lecteurs ont souhaité ce résumé.
      Merci de votre fidélité.
      La source figure en fin d’article.

      Bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article