Mots français venus d’ailleurs

Partager :

Dans un des derniers articles, une lectrice du blog s’est étonnée de la présence d’un mot anglais. Cela m’a donné l’idée d’évoquer les mots français empruntés à d’autres langues…

 

 

 

 

Toutes les langues font des emprunts à d’autres langues. C’est ainsi qu’elles évoluent et s’enrichissent. Le français a puisé quantité de mots dans diverses langues, mais ces dernières n’ont pas manqué de le faire également.

1 / Mots français venus d’ailleurs

 

Voici quelques mots français empruntés à :

 

L’italien : le belcanto, l’opéra, un oratorio, concerto, allegro, allegretto, largo, vivace, soprano, les altos, les ténors, les brocolis, les macaronis, la pergola, la pizza, les spaghettis…

 

L’allemand : cobalt, zinc, cadmium, calcite, le vasistas, la valse, le vermouth, le sylvaner et le kirsch. Les röstis, l’ersatz, le frichti, le hand-ball…

 

L’espagnol : palabrer, le chorizo, la paella, les cacahuètes, la vanille, le poncho, la mantille, le toréador, la ola, la sérénade, la guitare, la habanera, la séguedille, le fandango, le flamenco, le moustique, le canari, le casque, le patio, résille, cédille, camarade, gitan, tornade…

 

L’arabe : la nouba, kifkif, le couscous, le tajine, l’abricot, le safran, le sirop, le café, le toubib, la gazelle, la jupe, le matelas, l’algèbre, sinus, chiffre, zéro, tare, carat, zénith, algorithme, almanach, alambic, alcool, calibre, hasard, émir, calife, bled, méchoui, baraka, barda, récif, amiral, matraque, savate, sucre, tasse, sorbet…

 

L’anglais : OK, stress, steak, cocktail, milkshake, le rocking-chair, le ferry, le foxtrot, le rock’n’roll, le jazz, le blues, un match de rugby ou de tennis, boxe, sprint, football, les warnings, le spleen, rail, wagon, ferry, macadam, star, music-hall, manager, potassium, overdose, show-business, best-seller et play-back, les verbes flipper et flasher, nurse, challenge, un speech, un dressing, un pitch, business, parking, prime time, bug, blog, lifting, week-end…

 

Le hollandais : bâbord, bière, matelot, le brick, la kermesse, les boulevards, les mannequins, les rubans, en vrac…

 

L’hébreu : bagel,  alléluia, amen, chérubin, séraphin, éden

 

Au russe : cosaque, steppe, zibeline…

 

Au polonais : mazurka, polka, meringue…

 

Au tchèque : calèche, obus, pistolet, robot…

 

Au hongrois : coche, paprika, sabre…

 

Au finnois : sauna…

 

Au suédois : rutabaga, tungstène…

 

L’islandais : geyser…

 

Au norvégien : ski, slalom…

 

Au danois : lump…

 

Au japonais : bonsaï, bonze, geisha, judo, kimono…

 

Au chinois : ketchup (par l’anglais), typhon (par le portugais)…

 

Au tamoul (langue du sud de l’Inde) : calicot, catamaran (par l’anglais), patchouli (par l’anglais), cachou et mangue (par le portugais), vétiver…

 

Au népalais : panda…

 

À l’hindi : shampooing (par l’anglais)…

 

Au cinghalais : tourmaline, atoll (par l’anglais), cornac (par le portugais)…

 

Au malayalam : teck (par le portugais)…

 

Au malais : rotin, bambou (par le portugais), sarbacane, thé (par l’anglais)…

 

Au bantou : banane, macaque (par le portugais)

 

Au malgache : raphia…

 

Au polynésien : paréo, tatouer, vahiné, tabou (par l’anglais)…

 

Aux langues d’Australie : boomerang (par l’anglais), kangourou (par l’anglais)…

 

Bien entendu, c’est un tour rapide et bien incomplet. Les mots français empruntés à d’autres langues se comptent par plusieurs centaines en anglais et presque autant pour les autres langues.

Et ne parlons pas du latin et du grec ancien ou des emprunts aux langues régionales dont voilà quelques exemples :

 

  • alsacien : choucroute, quetsche, quiche…
  • basque : bizarre…
  • béarnais : béret…
  • champenois : avoine, oie…
  • corse : maquis…
  • franco-provençal : échantillon, guignol, moutard…
  • franc-comtois : gamin, pitre…
  • gascon : cadet, cèpe…
  • languedocien : cassoulet, palombe…
  • normand : brancard, brioche, câble, vareuse…
  • parlers de l’Ouest : aubépine, cagibi, lessive, palourde…
  • parlers du Centre : luron, rillettes…
  • provençal : abeille, amour, charade, cigale, escargot, gambader, langouste, pinède, salade, sole, terrasse, velours…

 

2 / Les mots français partis ailleurs !

 

Les mots français ont aussi traversé les frontières pour être adoptés par les langues voisines.

 

Des mots français en néerlandais

Parmi les mots français passés en néerlandais, certains ont gardé le même sens qu’en français.

Exemple : avontuur pour aventure, luxe, restaurant ou chef

D’autres ont évolué : « perron » désigne le quai de la gare ; bon, une contravention ou un reçu ; lune, un caprice ; avis, un journal…

 

Des mots français en espagnol

ballet, beige, boutique, dossier, vis-à-vis ou encore chalet mais dans ce dernier a un sens un peu différent, chalet, en espagnol n’est pas seulement une petite maison de montagne, mais n’importe quelle maison de villégiature, à la plage, à la campagne ou à la montagne…

 

On trouve des mots français en portugais, en allemand, en danois… Je ne vais pas passer en revue toutes les langues qui ont bénéficié d’un apport lexical venu du français. Mais je précise ici que l’italien et surtout l’anglais, ont accueilli sans modération des quantités de mots français depuis le Moyen Âge.

Enfin, alors que de nos jours l’invasion du vocabulaire anglais dans la langue française ne cesse d’inquiéter les puristes, il est important de rappeler que c’est surtout l’anglais qui s’est pendant des siècles laissé envahir par des mots venus du français.

***

Au fil des siècles, les échanges avec d’autres langues ont été constants et dans les deux sens. Les langues ont franchi les frontières sans se préoccuper ni de la géographie ni de la politique !

 

Merci à Henriette Walter, linguiste française, professeur émérite de linguistique à l’université de Haute-Bretagne à Rennes, et directrice du laboratoire de phonologie à l’École pratique des hautes études à la Sorbonne pour son travail sur le sujet.

Si vous aimez les mots, je vous recommande la lecture de son livre passionnant :

 

L’Aventure des mots français venus d’ailleurs

 

 

À vos succès d’écriture…
 

 

 

8 commentaires

  1. sissy dit :

    Toujours aussi originaux et inspirants tes articles merci…

  2. Bonjour,

    Quelle belle idée que d’inventorier l’origine des mots.
    Merci pour cet article et les coordonnées du livre.
    amicalement.

    Nilse

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Merci ! Et je vous recommande vraiment le livre d’Henriette Walter. Elle traite le sujet avec humour. Les exemples, les anecdotes, les détails piquants foisonnent et font de cette histoire des mots français venus d’ailleurs une aventure et une lecture peu communes.

      Bien à vous

  3. Merci pour ce florilège de mots issu d’autres cultures, c’est toujours intéressant de savoir d’où viennent les termes que l’on emploie. Bonne continuation

  4. Beaufreton dit :

    Bonjour,
    pour être complet et pratique, rappelons que depuis la réforme de l’orthographe de 1990, les mots « empruntés », quelle que soit leur origine linguistique, se mettent au pluriel et s’accentuent comme les mots français. La forme dans la langue d’origine est aussi admise.
    => Une miss, des miss (misses n’est plus obligatoire)
    => Un scénario, des scénarios (plutôt que scenarii)

    Il y a aussi le mot « targi » dans la langue éponyme ; son pluriel est « touareg » ! Comme quoi, on prête, on emprunte et on fait ce qu’on en veut.
    Le mot « flirt », que les Anglais ont détourné de « compter fleurette » et que nous avons transformé en verbe pour donner « flirter ».
    Ah, l’aventure des mots. Alain Rey est une autre excellente source d’informations/

  5. Elisa dit :

    Merci pour ce partage très intéressant. Je retiens de suite l’histoire des scénarios ! 🙂
    Le dernier article de Elisa : Miscellanée couleur léopardMy Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article