L’ordinateur change-t-il la façon d’écrire ?

Partager :

Il y a deux ou trois jours, en faisant un peu de rangement, je suis tombée sur d’anciens textes manuscrits. Car je n’ai pas toujours écrit directement à l’ordinateur. J’ai aussi rempli nombreux cahiers et griffonné quantités de feuilles…

 

 

 

 

 

Du coup, je me suis demandé si passer d’une écriture manuscrite à une écriture au clavier avait changé mon écriture.

Et la réponse est claire : OUI !

Pourquoi l’ordinateur influe-t-il sur l’écriture ?

 

Primo, parce la lecture à l’écran est plus fatigante que sur une feuille de papier. Essayez de lire quelques pages de Proust sur un ordinateur… Vous ne donnerez raison ! En effet, à l’écran les longues phrases sont difficilement lisibles.

La conséquence ?

Quand j’écris au clavier, d’une manière naturelle, j’écris des phrases plus courtes car quand je me relis, j’éprouve plus de mal. C’est ainsi que les phrases complexes, truffées d’incidentes, qui caracolent d’une ligne à l’autre disparaissent à mon insu.

 

La concision de l’écriture moderne

Je vous garantis qu’on reconnaît au premier coup d’œil un roman écrit à l’ordinateur, un roman écrit à l’ancienne à la machine à écrire ou à la main. Des phrases courtes, de moins de vingt mots, souvent formées de juxtapositions sans verbe, sont la marque de l’écriture moderne à l’ordinateur.

Je confirme donc que l’ordinateur influe sur l’écriture. Et à la longue, il modifie profondément nos écrits. D’ailleurs, trois ou quatre fois dans l’année, je forme à la communication écrite et je conseille aux participants de ne pas dépasser 25 mots par phrase dans un courrier (et d’écourter si possible) et 10 à 14 mots par phrase de courriel ou toute autre phrase destinée à être lue à l’écran. Et ce n’est pas une tocade de ma part, mais bien une tendance dans le monde de l’écrit. D’ailleurs, la dimension des phrases d’un roman de la jeune vague d’auteurs est approximativement de 14 mots. Notons que certains d’entre eux ont écrit leur roman sur leur smartphone !

« Autre temps, autres mœurs », dit-on !

Par conséquent quand nous écrivons à l’ordinateur, gardons à l’esprit certains paramètres :

Déjà, que lire est un acte complexe qui met en jeu des capacités et des comportements très divers :

  • les mécanismes physiologiques de l’œil (fixations, déplacements, empan visuel) et l’aspect de l’écrit (signes graphiques, forme et dispositions typographiques),
  • les capacités de la mémoire visuelle (mémoire immédiate, à long terme, sélective),
  • l’aptitude à identifier, à prendre des indices, à formuler des hypothèses, à anticiper, à utiliser le contexte, à construire du sens, à analyser, à comprendre.

Or dans un monde qui devient de plus en plus numérique, les supports de lecture Et  numérique se multiplient. La lecture elle-même évolue vers un ensemble de pratiques diversifiées. Et les nouvelles façons de lire modifient donc irrémédiablement la façon d’écrire.

Dans cet article, il n’est pas question d’opposer lecture papier et lecture écran. (Personnellement je pratique les deux). Je voulais juste rappeler que si les supports de lecture changent, l’écriture changera irrémédiablement et il me semble important de ne pas négliger ce paramètre. Finies donc les phrases interminables de 43 mots à la Proust !

 

Avez-vous constaté une différence entre votre écriture sur papier et à l’ordinateur ?

En quoi votre écriture a-t-elle changé ?

Je suis curieuse de connaitre votre avis.

À vos succès d’écriture…

 

 

24 commentaires

  1. Amirael dit :

    Très intéressant et pertinent! Je suis de l’aire des dinosaures, en ce qui concerne mon premier jet.Et, surtout, je reste attachée au côté indépendant de l’écriture manuscrite, qui est davantage à la même « vitesse » que mon inspiration: pas besoin de courant électrique, pas besoin de recharger de batteries, pas d’attente que l’outil numérique s’ouvre, lance ses applications etc… Donnez-moi un cahier et un crayon et je referais le monde! 😀
    Donc, dans quelques années, avec mes phrases de 20 à 30 mots, j’aurai l’air qu’a Proust à l’heure actuelle …

  2. Charlie dit :

    Si je vous écris , Madame Carrara, chère guide prodigue de conseils et pistes ô combien utiles et salutaires à nous, aspirants écrivains aux grands rêves, si je vous écris – disé-je donc en débutant maladroitement, mais je vous supplie de me croire, avec le plus grand sérieux et la meilleure foi que l’on puisse espérer d’une élève assidue et volontaire – si je vous écris donc cette longue missive, probablement mâtinée d’un nombre exagéré d’erreurs et de maladresses que l’on ne pourra imputer qu’à ma jeunesse et mon immaturité scribouillarde, ce n’est point pour contredire vos propos éclairés mais bien pour vous donner un exemple supplémentaire et édifiant – esperé-je – de la difficulté de lecture d’une missive truffée de propositions subordonnées, d’incises dérangeantes et d’apostrophes anachroniques et je ne pourrai que comprendre et saluer le bon sens de tous ceux qui décideront, n’ayant lu que quelques mots de cette maladroite tentative d’illustration, de rejeter d’un bloc l’ensemble de cette composition emberlificotée et de passer au message suivant, prouvant ainsi le bien-fondé de ce que vous nous avez si clairement intimé ici : si vous écrivez à l’ordinateur, simplifiez vos propos et rendez-les clairs.

    • Aimé dit :

      Mais c’est très clair et amusant à lire. Ne sommes-nous pas des lecteurs avant d’être des conteurs ?
      Tous les écrits ne nous disent-ils pas les mêmes choses ? Seuls les styles varient et c’est ce qui rend la lecture si passionnante.

      • Charlie dit :

        Merci! Vous me faîtes très plaisir. Il est vrai que je me suis bien amusée en l’écrivant. Mais en général, je n’ai pas la fibre tellement humoristique. Ici, j’ai été inspirée.
        Et je suis bien sûr entièrement d’accord avec ce que Mme Carrara conseille!

    • Kareen dit :

      Amusante lecture. Merci pour ce moment de pur bonheur de lecteur. Je suis en train de lire un roman d’Aragon. Vous y trouveriez votre place.

  3. Aimé dit :

    J’ai constaté que je faisais bien plus de fautes d’orthographe en travaillant sur écran. (sans compter les erreurs de frappe). C’est certainement lié à l’apprentissage manuscrite de cette discipline.
    Concernant les phrases longues, je n’ai pas de problème. Je règle la taille de mon traitement de texte et la page de façon à simuler la taille d’une feuille de papier. J’ai enseigné l’ergonomie et j’ai pu remarquer que bon nombres d’écrans étaient mal placés, souvent trop haut ce qui provoque de pénibles douleurs aux cervicales. Pour savoir si un écran est bien placé, fermez les yeux quelques secondes puis ouvrez-les : votre regard doit naturellement se poser sur le bord supérieur de l’écran.
    Pour mes corrections, je convertis le texte en ePub que je lis ensuite sur une liseuse, bien à mon aise dans un fauteuil. Hors contexte écran, les fautes sautent plus vite aux yeux. La liseuse me permet de surligner et d’annoter les modification. Par contre la partie préparation d’un roman, je la fais sur papier manuscrit que je peux gribouiller aisément.

  4. Aimé dit :

    Je voulais aussi ajouter, que la correction automatique de l’orthographe est un frein à l’écriture spontanée, car on a tendance à vouloir corriger au fur et à mesure. C’est un réflexe qui fâcheusement brise l’élan d’écriture. Pour votre premier jet, je vous conseille de désactiver cette fonction. Vous aurez ensuite tout le temps voulu pour vos corrections.

  5. Simone Siaussac dit :

    Bonjour Marie-Adrienne
    Je pense effectivement que vous avez raison quand vous dites que la façon d’écrire est importante et pas la même si vous le faites à la main ou au clavier. J’ai rejoint un atelier d’écriture et toutes les deux semaines nous lisons un texte à haute voix. Je lis plus clairement si mon texte est imprimé, soit, mais d’un autre côté il me semble que je lis d’une façon mécanique, sans mettre d’intonation voire d’émotion. Pour l’atelier de demain pour la première fois j’ai écris dans un carnet je vais tenter de le lire sans l’imprimer, ensuite je le taperai au clavier pour voir si je le modifie. Je ne sais pas si je suis bien claire là ? En écrivant sur mon carnet il me semble que j’étais plus concentrée. Je suis bavarde et j’ai tendance a détailler peut être un peu trop. L’âge doit jouer aussi, j’ai 76 ans.
    J’ai toujours plaisir de vous lire
    Simone

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Simone

      Si, vous êtes très claire !
      Vous donnerez un retour d’expérience de votre test ?

      A bientôt

      • Simone Siaussac dit :

        Bonsoir Marie Adrienne

        J’ai lu mon texte sans bafouiller d’une façon fluide et intelligible. Je suis contente du résultat et vais suivre dorénavant vos conseils.
        Les commentaires des autres personnes sont pertinents et vont m’aider aussi

        Un grand merci pour votre générosité

        Simone

  6. monique squarciafico dit :

    Une chose est certaine, j’ai plus d’imagination lorsque j’écris mes contes sur l’ordinateur. C’est très chouette. En plus je peux aller directement sur les synonymes si j’en ai besoin.
    Pas de ratures ni de gribouillis. C’est un travail parfait.
    Mon ordi est mon compagnon de tous les instants.

  7. ecrivain77 dit :

    Bonjour,
    Comme pour Mme Monique Squarciafico, je privilégie l’ordinateur au bloc crayon. Depuis que je suis passé sur ordi , j’ai de plus en plus envie d’écrire. Je ne me soucie pas des fautes de frappe ou d’orthographe, j’ai installé un plugin sous word qui le met en plein écran et fait disparaitre toutes les barres d’outils ou autres, qui pourraient me déranger. Je tape ( comme on dit ) au kilomètre, ensuite viens la pause recul , pour corriger et imprimer si besoin. les ajouts ou corrections se font plus facilement par ordi.
    J’ai remarqué que lorsque j’écris un texte sur papier , j’ai du mal à le retaper mot pour mot sur clavier. Donc mon bloc note est devenu mon support à idées, expressions…
    Je me sens plus libre sur l’ordi et je ne perds plus rien.
    Pour le plugin vous le trouverez sur mon site, il s’ appelle WriteSpace Word en plein écran.
    Je me suis même fait un onglet spécial (lorsque j’écris) dans la barre d’outils de Word. Sinon il reste la touche F11 pour passer en mode plein écran.
    j’ai 3 ordis portable, toujours prêt pour l’action. Dont un qui ne ma pas coûté cher, il n’est fait que pour l’écriture, très léger à porter, autonomie de 24 h de batterie.
    Tous mes textes sont sur un cloud, et enregistré sur le pc. Avec ou sans connexion internet, je peux travailler. Il faut juste de temps en temps penser à synchroniser les pc vers le cloud.

    Mais bien-sûr cela ne concerne que moi, chacun est libre de faire comme il aime. LE PRINCIPAL EST DE TOUJOURS PRENDRE PLAISIR A ÉCRIRE.
    Amicalement
    Le dernier article de ecrivain77 : Poètes d’antanMy Profile

  8. Miguël dit :

    Intéressant, comme souvent. Pour ma part, j’ai débuté sur papier, ensuite je suis passé au clavier ; ceci dit, je parle ici pour le premier jet, l’histoire dans son ensemble. En terme de corrections, rectifications, remaniements,… je ne saurais me passer d’une version papier de mon travail. Je n’arrive à finaliser mes écrits que sur un support qui sent bon la feuille…

  9. Julien Dregor dit :

    Parfois, j’écris les premiers jets de mes chapitres à la main avant de les retaper sur ordi. C’est agréable. Quand j’écris à la main, j’ai l’impression de découvrir l’histoire au fur et à mesure que je l’écris. Je me dépêche d’écrire parce que j’ai envie de connaître la suite. Sur ordinateur, c’est moins le cas.
    Le dernier article de Julien Dregor : Des abysses dans le désertMy Profile

  10. Hello,

    Je me suis remis il y a quelques jours à l’écriture sur cahier, installé tranquillement dans un bar. Et la première chose que j’ai constaté, c’est que mon style était un tantinet different de celui habituel, quand je tape sur mon clavier. Donc en effet, ça change pas mal de chose. Je dirais pour ma part que sur papier, je suis plus productif et plus fluide. Le fait de devoir raturer au lieu de supprimer nous fait peut-être moins hésiter ou tergiverser. Puis n’oublions pas que sur papier, on n’est pas tenté d’ouvrir Facebook, Twitter ou je ne sais quelle autre distraction 😉

  11. Kareen dit :

    Merci pour ce partage inspirant. J’écris tantôt sur mes carnets, tantôt à l’ordinateur, en fonction des circonstances, de l’humeur du moment, et du temps que j’ai à consacrer à ma passion. Les deux façons d’écrire me satisfont pleinement. J’ai constaté que le style était plus concis à l’ordinateur, mais aussi plus froid et avec moins d’émotion que lorsque je prends le stylo.

  12. Mitchole Bidou dit :

    Franchement, je ne me suis jamais vraiment posé la question avant de lire l’article !
    J’écris sur ordi depuis quelques années (depuis que j’en ai un) pour la propreté du texte et l’organisation mais, en y réfléchissant bien, je pense que j’aurai encore tout intérêt à faire mes premiers jets sur papier et à les modifier après sur ordi..
    En fait sur traitement de texte, j’ai tendance à avancer très lentement voir pas du tout, je modifie/corrige sans arrêt ce que j’écris sans vraiment passer à la suite. Je suis très admiratif des personnes qui arrivent à écrire (bien ou mal) des pages et des pages en une seul fois ^^
    Je partage tout à fait l’avis d’Aimé sur l’écriture à l’ordi

  13. Meryma dit :

    Personnellement je n’écris plus du tout à la main (sur papier), car je n’arrive pas à me relire (et ça me fait mal à la main XD). Les idées qui défilent dans mon esprit vont trop vite et ma main n’a pas le temps de les saisir. Je tape beaucoup plus vite au clavier, ce qui est bien pratique. De plus j’apprécie grandement le côté esthétique de l’écriture tapuscrite, plutôt que manuscrite, car j’ai une écriture horrible. Et pour le côté écologique, les sauvegardes sur l’ordinateur sont bien plus intéressante qu’une tonne de papiers (ou de carnets) qu’il faut recycler ensuite. Mais ça c’est un autre débat ^^ Toutefois pour la lecture, je pratique les deux, papier et liseuse (ça m’évite d’avoir de la lecture partout avec moi sans prendre le risque d’abîmer les couvertures).

  14. Rachid AOUADI dit :

    Bonjour, merci pour ces éclaircissements. C’est vrai que l’écriture sur l’ordinateur est fatigante mai elle est plus commode pour ce qui est de la consultation du dictionnaire notamment les synonymes et des fois l’orthographe bien-sûr.

  15. caillaud j dit :

    il me paraît difficile de se passer d’ordinateur dorénavant, c’est un merveilleux outil pour les recherches, par contre je ne peux bâtir, développer qu’avec mes cahiers et mon crayon. Ce n’est que lorsque le travail est suffisamment avancé que je reporte sur l’ordinateur, et comme vous je constate que cela me conduit à remanier certaines phrases.

  16. Ludovic dit :

    J’ai écrit un article de blog qui s’approche un peu de ce sujet, si ça vous intéresse !

    http://grapho-epb.fr/de-la-necessite-detre-un-ecrivain-public-3-0/

  17. José de N. dit :

    Bonjour,
    J’ai découvert votre blog il y a quelques semaines et je m’y penche de plus en plus, c’est captivant.

    Vous écrivez certain « écrivent sur leur smartphone ! » J’insiste sur le point d’exclamation.
    Je me suis décidé à écrire une histoire (nouvelle ou roman, on verra). J’ai commencer à prendre des notes sur des feuilles volante, à écrire sur un carnet que j’ai depuis longtemps, sur l’ordinateur. Mais finalement, à mon grand étonnement, c’est sur mon smartphone que j’écris le plus. Chose que je n’aurais pas imaginé au début. Je l’ai tout le temps sur moi. Je peux écrire quand je veux, où je suis. Mais surtout ce que j’apprécie. C’est la discrétion, maintenant plus personne ne se demande ce que fais quelqu’un avec son téléphone. Alors que quelqu’un avec un carnet, les gens sont tentés de regarder : « Il dessine ? », « Qu’est-ce qu’il écrit ? ».
    Pour le style, je n’ai pas encore fait la comparaison. Et de toute façon je n’ai probablement pas assez d’expérience pour cela. Enfin, l’inconvénient de l’écriture « numérique », comme le dit Patrick Valmer c’est la tentation de Facebook, Deezer et autre Firefox…

    Merci et continuez.
    José de N.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article