Les temps du récit

Partager :

Quand on écrit une histoire, on se perd parfois dans les temps à utiliser pour la raconter. Voilà donc un petit rappel. Cet article répond à une question récente posée dans un commentaire…

 

 

 

1 / Le récit au présent

 

Lorsque les faits et les évènements se déroulent au moment où le narrateur les raconte, on emploie le présent de l’indicatif.

Ex : Lucie est une jeune fille qui aime écrire des poèmes.

 

Pour rendre un récit plus vivant, plus proche, il arrive que le narrateur emploie également le présent pour parler d’un événement passé. On appelle ce temps le présent de narration ou le présent historique. Il peut être accompagné du futur et du passé composé.

Ex : Le 14 juillet 1789, les Français prennent la Bastille. La constitution sera ensuite votée.

 

 

2 / Le récit au passé

 

Pour raconter des évènements et des faits passés, le narrateur utilise le passé composé, l’imparfait ou le passé simple.

 

a / Le passé composé

 

Le passé composé exprime qu’une action dans le passé est terminée. Dans la langue parlée, le passé composé remplace la plupart du temps le passé simple.

Exemple :

Hier, Michel a rangé son bureau.

(action unique – conséquence : Le bureau est maintenant rangé).

 

b / L’imparfait

 

L’imparfait est utilisé pour :

 

Parler d’une action qui a duré un certain temps.
Ex : La tempête faisait rage depuis des heures…

Décrire un paysage, une situation.

Ex : Il neigeait, nous étions au plein cœur de l’hiver.

Décrire une situation, un événement qui a l’habitude de se produire.

Ex : Tous les matins, elle prenait le bus et se rendait à l’école, son cartable à la main.

 

En résumé, l’imparfait, c’est le temps de la description, de la durée indéterminée, de la répétition. Il représente le décor ou les portraits des personnages. C’est l’arrière-plan du récit.

Quelques exemples :

La campagne s’étendait à perte de vue (imparfait de description).
Émile respirait encore (durée indéterminée)
Tous les soirs, en rentrant chez lui, il trouvait son journal sous son paillasson (imparfait de répétition).

 

Il est souvent difficile de comprendre l’emploi de l’imparfait et du passé composé, surtout lorsque les deux formes sont utilisées ensemble dans un récit au passé.

Mettons en perspective les différents emplois de ces temps verbaux et expliquons dans quels cas on utilise l’un ou l’autre.

 

Imparfait Passé composé
description d’une situation (temps, paysage, personne) dans le passé (Qu’est-ce que c’était?)Exemple :Le temps était horrible à la mer. événement qui a eu lieu de façon soudaine dans le passé (Que s’est-il passé?)Exemple :J’ai reçu un appel.
insistance sur le déroulement d’une situation donnée dans le passé (en cours d’accomplissement)Exemple :Ils passaient leurs journées à l’intérieur !  permet d’évoquer simplement une action entreprise dans le passéExemple :L’année dernière, je suis allé au bord de la Loire pour les vacances.
insistance sur la répétition d’une action dans le passéExemple :Souvent, je m’arrêtais pour parler avec les villageois. action unique et terminée qui a eu lieu dans le passéExemple :J’ai fait une randonnée à vélo.
 actions qui se déroulent simultanément dans le passéExemple :Donc, pendant que je pédalais, ils étaient sûrement assis sur le sable. actions qui se succèdent dans le passéExemple :J’ai raccroché et j’ai ri.
souligne qu’une action dure depuis un certain temps lorsqu’une nouvelle action est introduite dans cette situation donnéeExemple :Mais un jour, pendant que je parlais avec un agriculteur, j’ai reçu un appel.  indique un changement par rapport à une situation donnée, l’introduction d’une nouvelle actionExemple :Mais un jour, pendant que je parlais avec un agriculteur, j’ai reçu un appel.

 

c / Le passé simple

 

Réservé à la langue écrite, le passé simple souligne le fait qu’une action passée, unique et ponctuelle, ou bien venue interrompre une action ou situation en cours, est terminée.

 

Le passé simple est utilisé pour écrire :

 

a / Une action unique :
La guerre éclata en 1939.

L’année dernière, je partis en vacances en France.

b / D’une action avec un début et une fin précise.
Les festivités commencèrent le premier samedi de juillet et battirent leur plein jusqu’à la fin de l’été.

c / D’une succession d’évènements.
Il frappa doucement à la porte, entra dans la pièce et s’approcha du bureau.

 

En résumé, le passé simple sert à désigner les actions des personnages, ce qui fait avancer l’histoire.

 

Remarque :

Le passé simple et l’imparfait se côtoient en permanence dans le récit. L’imparfait permet d’exprimer une certaine durée alors que le passé simple décrit une action soudaine, ponctuelle.

Exemple :

La tempête faisait (imparfait) rage depuis des heures lorsque les secours arrivèrent (passé simple).

 

Dans un récit au passé, la relation imparfait/passé simple est la même que celle imparfait/passé composé (le passé composé et le passé simple ont des fonctions semblables).

Mais rappelez-vous, le passé composé est le plus souvent utilisé dans la langue parlée tandis que l’on emploie le passé simple surtout dans la langue écrite.

Exemples :

Mais un jour, pendant que je parlais avec un agriculteur, j’ai reçu un appel. (Passé composé)

Mais un jour, pendant que je parlais avec un agriculteur, je reçus un appel. (Passé simple)

 

À vos succès d’écriture…

15 commentaires

  1. Alain dit :

    Rappel bien utile !

    Merci.

    Alain

  2. Méric dit :

    Article clair et complet.
    Utile car le choix du temps « était » un sujet de questionnement.
    Merci.

  3. Florence dit :

    Merci pour cet article et ce rappel dans l’emploi des temps.
    Avez-vous un article sur l’emploi du participe présent ? J’ai lu que c’était un temps à éviter dans les récits. J’aimerais bien savoir pourquoi.
    Merci

  4. Cora dit :

    Merci pour ces rappels très utiles 🙂

  5. Alexandre dit :

    Je crois avoir déjà lu que l’imparfait était ce qui ralentissait un peu l’histoire. Comme un bouton pause afin de prendre le temps de d’écrire une scène ou une situation ou une action.

    Et le passé simple le temps qui fait avancer l’action. Est-ce une manière juste de parler de ces temps ?

    Sinon, merci pour l’article !

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Alexandre

      En quelque sorte oui, on peut parler de ces temps de cette manière.
      D’ailleurs je le dis dans l’article

      « En résumé, le passé simple sert à désigner les actions des personnages, ce qui fait avancer l’histoire. » (et donc l’action)

      « Le passé simple et l’imparfait se côtoient en permanence dans le récit. L’imparfait permet d’exprimer une certaine durée alors que le passé simple décrit une action soudaine, ponctuelle. » (Exprimer une certaine durée est une autre façon de ralentir l’histoire.)

      Cordialement

  6. Nada latifi dit :

    Merci beaucoup c’est tres interessant

  7. Elisabeth dit :

    Bonjour, diriez-vous que dans l’écriture d’un roman on peut combiner passé simple et passé composé ou faut-il une constance absolue ? Merci d’avance.

  8. carole debois dit :

    Bonjour merci bcp pour ce rappel ms j’ai lu dans un article que dans la récit au présent on emploie le présent de narration pour l’action principale. Le passé simple pour les événements auterieurs et le futur pour les événements postérieurs. Vous pouvez m’expliquer plus ce que veut dire??
    Et merci d’avance

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour
      Si le temps de narration est le présent on emploiera l imparfait, le passé composé pour les événements antérieurs et le futur pour les événements postérieurs
      Bien à vous

  9. Maddy dit :

    Bonjour, j’ai trouvé votre article très intéressant. Il m’a été d’une grande utilité lorsque j’ai voulu revoir l’emploi des temps dans le récit. Il n’empêche qu’une question me turlupine. Depuis le collège jusqu’à la fin du lycée, on nous répétait sans relâche que la combinaison « imparfait/passé simple » (notons bien qu’on y incorpore le plus-que-parfait par moments)était une caractéristique propre, voire intrinsèque, aux récits Fantastiques. Cependant, une question reste en suspens. Quelle est la combinaison de temps utilisée pour les récits de vie (catégorie qui revient souvent dans les romans de jeunesse) et/ou romans réalistes?

    Merci pour votre compréhension et passez une agréable fin de semaine.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Maddy

      Pour ma part je n’ai jamais entendu que la combinaison « imparfait/passé simple » était une caractéristique propre, voire intrinsèque, aux récits Fantastiques. Non, ce sont simplement les temps du RECIT, fantastique ou non.
      Bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article