John Truby, L’anatomie du scénario

Partager :

Si vous fréquentez ce blog depuis quelque temps, vous devez savoir que j’adore la technique et en particulier la dramaturgie. Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler d’un livre que j’ai dévoré et que je ne finis pas d’exploiter.

******************************************************************

Participez au 1er concours d’écriture du blog Aproposdecriture.
Pour en savoir davantage, cliquez ici

 

************************************************************************************************************************

 

Si vous cherchez un bon livre pour apprendre à :

  • Structurer un récit
  • Créer des personnages
  • Construire une intrigue… (et tellement d’autres choses !)

Ne cherchez plus, le voici :

Anatomie du scénario : Cinéma, littérature, séries télé, John Truby

TrubyJohn Truby… ce nom ne vous dit peut-être pas grand-chose et pourtant ce scénariste a travaillé comme consultant en scénario pour les plus grands studios et producteurs américains Disney,  FOX, HBO et Sony Pictures… John Truby est script doctor autrement dit, il vient au secours des scénarii qui patinent.

John Truby enseigne la dramaturgie à Los Angeles, au sein du « Truby’s writers Studio » et lors de séminaires à travers le monde.

En novembre 2007, il a publié son premier ouvrage The anatomy of story aux États-Unis puis en France, en janvier 2010, sous le titre Anatomie du scénario : Cinéma, littérature, séries télé, édité chez Nouveau Monde éditions.

Sur près de 500 pages, il donne sa vision d’une bonne histoire et développe sa théorie permettant de construire des récits multi facettes efficaces qui accordent une place importante au développement moral et émotionnel du personnage. Autrement dit, tout ce que j’aime !

Suite à la parution de cet ouvrage, chaque année, en janvier, John Truby anime une Master class à la Sorbonne dans laquelle il expose sa théorie du scénario. Il animera la dixième édition en janvier 2014. Pour en savoir davantage, cliquez ici.

John Truby a aussi écrit et réalisé un long-métrage, All American Boy, un drame familial ancré dans l’époque troublée des années 60 aux USA. Il a été récompensé par le prix du Meilleur Film au festival international de Houston et nominé Meilleur film au Festival d’Hollywood.

 

Maintenant, parlons du livre : L’Anatomie du scénario

 

Voilà ce que vous y trouverez :

 

TABLE DES MATIÈRES

Remerciements

5

1L’espace et le temps de l’histoire

7

2 — La prémisse

22

3 — Les sept étapes clefs de la structure narrative

47

4 — Les personnages

66

5 — Le débat moral

120

6 — L’univers du récit

158

7 — Le réseau de symboles .

240

8 —L’intrigue

283

9 — Le tissage des scènes

357

10 — Construction des scènes et dialogues symphoniques

410

11 — L’histoire sans fin

458

 

Ce livre résulte d’un long travail d’analyses de centaines de film, de pièces de théâtre, de nouvelles, de romans allant d’Ulysse de Joyce à Gatsby le magnifique en passant par Tootsie.

John Truby entend mettre fin au dogme de la structure en 3 actes, héritée d’Aristote, qu’il juge artificielle. Pour lui, les scenarii construits selon cette structure sont génériques, superficiels et voués à l’échec. Il préconise des intrigues à facettes multiples, des réseaux de personnages et un mélange des genres.

 

Il définit 7 étapes clés comme étant les bases incontournables de toute histoire, indépendamment du support ou du genre. Même une publicité de 30 secondes comprend ces 7 points s’il s’agit d’une bonne publicité.

 

Ainsi selon J.Truby, un bon scénario se construit en 7 étapes clés

  1. Le besoin moral → problème initial = faiblesse et besoin psychologique
    2. Le désir → ce que veut le protagoniste
    3. L’adversaire → antagoniste simple ou multiple
    4. Le plan  → le protagoniste met en place une stratégie qui échoue
    5. La bataille → confrontation décisive, inéluctable et irréversible
    6. La révélation à soi-même → le protagoniste en sait plus sur lui-même, il change
    7. Le nouvel équilibre → la situation est stabilisée, en bien ou en mal.

 

Mais dans son modèle complet de scénario, Truby propose 22 étapes à travailler pour construire l’évolution des personnages. Certains concernent le récit pris dans sa globalité, d’autres s’attachent au passé du personnage, à des notions psychologiques ou à des mécanismes narratifs.

Les préceptes qu’il développe dans le livre complètent plus qu’ils ne concurrencent les ouvrages d’autres théoriciens de la dramaturgie.

Parmi les nombreux essais et manuels d’écriture, l’Anatomie du scénario est une référence pour les scénaristes débutants ou confirmés. Concrètement, la théorie de Truby est moyen intéressant de vérifier qu’on n’a rien oublié d’important. Ce livre n’est pas un mode d’emploi ni une recette toute prête pour une structure de scénario solide.

Je recommande vivement la lecture de ce livre. Une véritable bible pour scénariste.Vous l’avez compris… je suis fan et l’utilise comme un guide très précieux.

 

Si vous connaissez John Truby et L’anatomie du scénario, parlez-en en commentaire. Ce livre vous a-t-il aidé ? Comment et en quoi ? Peut-être avez-vous lu d’autres livres traitant de dramaturgie. Lesquels ?

À bientôt…

 

16 commentaires

  1. ClaudeL dit :

    Il est possible que ce soit utile pour qui veut écrire, peu importe le sujet. Écrire pour gagner sa vie. Écrire pour écrire.
    À 26 ans, ça m’aurait peut-être tenté. Mais plus maintenant. Je veux juste écrire ce que j’ai envie d’écrire. Bon, un peu de compromis pour être publiée, pour qu’un éditeur s’intéresse suffisamment à l’histoire pour s’engager, mais une recette, la structurite, non merci.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour et bienvenue sur Aproposdecriture

      Il n’est pas question de structurite ou de recette… Truby le dit clairement. Et moi, je confirme. Il n’y a pas de recette en matière d’écriture. Mais il y a des techniques et les ignorer est une erreur. Je ne dis pas non plus que Truby livre LA solution mais une solution.
      Quand a-t-on vu construire une maison sans plan ? Et pour autant, toutes peuvent être très différentes même si certaines techniques de construction sont incontournables pour faire tenir un bâtiment.
      Avoir une structure n’empêche en rien la liberté d’écrire comme on le souhaite. En revanche, je suis moins pour le compromis avec l’éditeur !

      Au plaisir

  2. Marie dit :

    Oui !!! Je l’ai aussi ce livre ! C’est vrai qu’il est très très bien fait ! C’est presque du pas à pas dans l’élaboration d’une histoire ! Ton billet me donne envie de le remettre sur le dessus de la pile de mes indispensables !

    Marie

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Salut Marie

      Je m’y replonge régulièrement. J’aime bien cette façon d’aborder la structure du récit. Je ne dis pas que c’est la meilleure. Je dis juste qu’elle est et qu’elle peut servir de guide.
      Bonne journée Marie… À bientôt

  3. JFR dit :

    Faire l’impasse sur Truby est dommage car son livre propose la méthode la plus pédagogique pour apprendre à écrire. Il est bien moins dogmatique que la réputation qui le précède. Truby, c’est une méthode donc, mais aussi et surtout une boîte à outils à utiliser à sa façon. Indépendamment du reste, les chapitres 4 et 5 sont par exemple très performants pour les personnages. Au final, le meilleur conseil à donner aux débutants est de lire plusieurs livres de dramaturgie : Lavandier, Truby, McKee, etc ; car chacun défend une vision de la narration et différentes manières de l’écrire. A comparer par exemple la vision de Casablanca chez Lavandier et celle de Truby. Avec l’expérience, il appartient ensemble à l’écrivain / scénariste d’adopter son propre paradigme d’écriture. Le mien est une combinaison de plusieurs méthodes et de plusieurs techniques.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Je suis d’accord avec vous. On peut apprendre de chacun et adapter méthodes et techniques à sa façon. Malheureusement celui qui se lance dans l’écriture ne se dirige pas d’emblée vers ces professionnels de la dramaturgie. D’abord parce qu’en débutant, on croit pouvoir écrire sans méthode et sans technique et qu’ensuite il faut quand même galérer et fouiller pour en arriver à comprendre l’utilité de ces références.

      Bien à vous

  4. Marité dit :

    bonjour Marie Adrienne
    Suite à un témoignage de vos lectrices qui revient du stage de Truby, j’ai tenu à relire ce que vous aviez écrit sur Truby.J’ai aussi consulté les autres blogs qui parlent de lui et je suis allée sur le site de la masterclass. Ma question est la suivante :

    On parle tout le temps de scénario. Mais je présume que l’écriture d’un roman diffère de celle d’un scénario ?
    Y a t il intérêt à lire ce livre pour quelqu’un qui veut écrire un roman et non un scénario ?
    Y a t il risque de se tromper de direction ?
    bien amicalement

    Marité

    savez vous s’il a publié quelque chose sur les 3 genres essentiels, à savoir la comédie, le thriller et la love story?

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Du point de vue de la structure, scénario et roman sont similaires. Ils possèdent les même ingrédients. C’est pour cela que le livre de Truby L’anatomie du scénario : Cinéma, littérature, séries télé », mérite d’être lu.
      Truby y délivre sa méthode pour structurer une histoire. Mais ce n’est pas la seule !

      La différence entre roman et scénario reste la façon de présenter l’histoire.

      Non, il n’y a aucun risque de se tromper de direction.

      Sinon, le contenu du livre de Truby n’est pas forcément facile. Il faut s’accrocher un peu mais c’est passionnant.

      Pour répondre à votre dernière question, je ne crois pas.

      Cordialement

  5. ollivier pourriol dit :

    La nouvelle édition sort dans quelques jours, le 19 janvier 2017, avec une traduction revue, sous la direction de l’auteur, et plus de 70 pages inédites de questions/réponses tirées de ses master class françaises…

  6. Anna dit :

    Bonjour,
    Je viens de commencer son livre et ma question est la suivante : Est il préférable de lire son livre avant de suivre sa master class ou pas ? Le livre est dense et il faut s’accrocher comme vous le dites et sinon, je me demandais si les 3 jours ne seraient pas un plus pour renforcer la compréhension du livre. Merci à vous. Anna

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Anna

      Je pense qu’il vaut mieux profiter de la master class et de se servir du livre ensuite.
      Normalement, je devais participer à la master class de Truby cette année mais le dernier trimestre de l’année a été si mouvementés que je n’ai pas eu le temps de me consacrer à mon dossier d’inscription. Ce sera pour une autre fois. Profitez bien !

      Bien à vous

  7. Bizarre la vie. Je commentais ici, en 2013 et ce matin, je re-tombe sur cette page. Après le refus d’un éditeur (qui a déjà publié deux de mes romans) d’une nième version de mon manuscrit, je me questionne. Et me voilà à la case départ. Je cherche ce qui cloche. Alors qu’en 2013, je ne voulais pas lire ce livre, je viens de le réserver à la bibliothèque.
    Humilité et patience pour ne pas dire acharnement ou entêtement…

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Claude

      Dommage pour votre roman. La sélection est parfois étrange. Allez courage !
      La vision de Truby est intéressante. C’est bien de la connaître.

  8. Myrina dit :

    Je conseille plutôt que ce qui est dit plus haut de lire d’abord le livre avant de suivre la Master. J’y ai participé à plusieurs reprises, c’est une masterclass très intense et très condensée. Je vous conseille d’ailleurs de bien vous reposer avant d’y aller, car tout du long, et il avertit lui-même, on enchaîne toute la journée et on en ressort fatigué mais avec beaucoup d’informations importantes qui restent gravées (6 ans plus tard, ses techniques sont encore dans ma tête).

    Sinon, le livre n’est qu’une vitrine du travail de Truby, le plus gros de son énormissime travail étant les genres, c’est là qu’on retrouve la structure profonde qui donne tout son sens aux 22 étapes. Il y aborde vraiment l’essence de sa technique et chaque genre révèle son propre mécanisme.

    Je trouve dommage, sincèrement, que certains auteurs ne veuillent pas structurer. C’est du gaspillage. Du gaspillage d’histoire et de talent, car comme si bien dit plus haut, on ne construit pas une maison sans plan. Alors une histoire, c’est encore pire, c’est abstrait ! C’est tellement dommage de croire que la structure bride… Au contraire, la structure nous aide à trouver ce que nous voulons exprimer et la meilleure façon de le faire, ensuite, nous sommes totalement libre de nous laisser à l’écriture sans nous soucier du reste.

    Ecrire sans structure, c’est à mon sens s’empêcher d’écrire la meilleure histoire, c’est s’imposer du stress et vivre une histoire dans le flou absolu, ce qui est justement destructeur pour la créativité.

    Enfin vous l’aurez compris, je défends ardemment la structure, non pas pour la structure elle-même, mais parce que de nombreux auteurs se tirent une balle dans le pieds et tuent leur bébé dans l’oeuf, en voulant foncer tête baisser par crainte que les règles le limitent.

    Mais il faut être réaliste si l’on souhaite être produit ou édité, la maison d’édition / boite de prod vous demandera inévitablement de réécrire, et réécrire, c’est structurer…. Alors autant le faire dès le départ, autant donner toutes ses chances à vos oeuvres, et autant, surtout, faire de votre histoire la meilleure qu’elle puisse être au moment où vous l’écrivez.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      J’imaginais bien que la masterclass était intense. Moi je pensais inutile de s’embrouiller l’esprit avec le livre avant la masterclass. Mais après tout, pourquoi pas. Perso, je crois que je préférerai me rendre à la masterclass motivée et avide d’apprendre, mais l’esprit libre. Et lire le bouquin ensuite pour conforter les enseignements.
      Pour la structure… Je dis souvent Écrire, c’est construire. Et je suis complétement d’accord avec vous quand vous dites « Ecrire sans structure, c’est à mon sens s’empêcher d’écrire la meilleure histoire, c’est s’imposer du stress et vivre une histoire dans le flou absolu, ce qui est justement destructeur pour la créativité ».
      Merci pour votre contribution

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article