Faut-il être diplômé pour être romancier ?

Partager :

Il y a peu, une jeune lectrice du blog m’a posé la question…faut-il être diplômé pour être romancier ? Au prime abord anodine, la réponse méritait réflexion…

 

 

 

 

Posée de cette façon, la réponse qui vient d’emblée est : non, évidemment !

D’abord parce que les exemples d’excellents romanciers ayant acquis le succès et la notoriété sans diplôme ne manquent pas. Ensuite, parce qu’écrire est à la fois un besoin et un don qui nécessitent du travail, du temps et une technique qui s’acquiert peu à peu.

Les diplômes aident à l’écriture

 

Mais à cette réponse spontanée succèdent des témoignages contradictoires.

Philippe Djian dit regretter de n’avoir pas suivi une formation littéraire : « Écrire, c’est parler aux autres. On ne peut pas le faire sans apprendre. On avance plus vite si on s’appuie sur des maîtres à penser. Ensuite seulement, on désapprend »

 

Jeanne Bourrin, célèbre pour ses romans historiques, dit souffrir de n’avoir pas d’autres bagages qu’une licence de lettres et d’histoire qu’elle abandonna d’ailleurs à la naissance de son premier enfant. Faute de spécialisation, elle dit avoir mis sept ans à réunir la documentation historique nécessaire à l’écriture de La chambre des Dames.

 

L’autre argument fort en faveur des diplômes c’est qu’ils assurent une certaine maîtrise de la langue française, utile pour forger son style sans contrevenir aux règles de la grammaire ni à celles de l’orthographe.

 

La lecture et la vie aident à l’écriture

 

Mais pendant que certains se persuadent de l’utilité des diplômes, d’autres les jugent plutôt comme un handicap.

 

Patrick Grainville, professeur agrégé de lettres et romancier affirme : « Un professeur coupe les cheveux en quatre ! On étudie la littérature de façon analytique, on fait de l’autopsie de textes au bistouri, de l’analyse linguistique et structurale ! »

 

Autrement dit, une formation littéraire encombrerait l’esprit et ferait disparaître pêle-mêle la spontanéité, la naïveté et l’enthousiasme des jeune diplômés !

 

Suzanne Prou : « Mes diplômes ne m’ont servi à rien ! En revanche aimer lire, écrire et raconter m’a conduite naturellement à devenir romancière »

 

Bernard Clavel : « La vie, c’est mes universités ! Si j’avais fait des études, je n’aurais peut-être pas écrit de romans, en tout cas pas les mêmes ! Et si mon certificat d’études n’a pas suffi à m’éviter quelques problèmes techniques avec la grammaire et l’orthographe, j’ai travaillé pour y arriver ! »

 

Pour ma part, je serai plutôt du même avis que Suzanne Prou. J’y ajouterai toutefois le travail, la rigueur et la motivation.

 

Les diplômes sont-ils un appui, une bonne base ou au contraire une entrave à l’imaginaire ?

 

J’ai hâte de connaître votre avis. La zone commentaire est à VOUS !

 

À vos succès d’écriture…

 

18 commentaires

  1. Ferhani Jacqueline dit :

    Il faut lire, encore lire et toujours lire tous les genres de littérature !

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Tout à fait d’accord !
      C’est une bonne façon d’apprendre et de déterminer ce que l’on a envie d’écrire.

      Bonne journée

  2. Jean dit :

    Je ne me suis jamais posé la question de savoir si mes diplômes me servent pour écrire. En fait, j’ai toujours pensé que j’avais reçu le goût à la fois de la lecture et de l’écriture grâce à deux professeurs. Ils ont su me faire aimer ces deux facettes de ce qui me semble être les côtés pile et face d’une même pièce, celle du livre.
    J’ai toujours écrit : des rapports, des ouvrages pédagogiques. Mes diplômes m’ont donc toujours été utiles. Mais, voici un peu plus d’un an, par défi personnel, je me suis mis à l’écriture de fictions. Ici, mes diplômes m’ont été moins utiles, mais, par contre, dans ce nouveau type de travail, je ressens plus l’influence de mes professeurs.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Merci pour votre contribution.
      Personnellement, j’ai fait des études scientifiques. Math et physique furent mes lots tout le temps de mes études supérieures. Mais j’ai eu la chance de croiser la route de deux bons professeurs de français et de philo au collège et au lycée. Et quand j’écris aujourd’hui, il m’arrive souvent de me remémorer certaines de leurs remarques à propos de l’écriture et de ressentir comme vous plus leur influence.

      Bien à vous

  3. Joëlle dit :

    Bonjour !

    Pour ma part, je n’ai fait que les études obligatoires de base sans diplôme de gymnase et sans possibilité d’accéder à une université. J’ai fait un apprentissage dans la reliure qui ne m’est d’aucune utilité dans l’écriture, mais cela ne m’empêche pas d’avancer dans mon projet de roman.
    Je ne pense pas que posséder des diplômes en lettres fasse d’une personne un meilleur écrivain, mais d’un autre côté, je regrette de n’avoir pas plus de connaissances et je trouve mon vocabulaire à la limite du minable, malgré que je lise énormément.
    Mais je suis encore bien jeune, j’ai le temps d’apprendre !

    Et en passant, un grand merci pour ce blog qui a su relever mon moral face à mon niveau d’écriture et qui m’aide énormément. Je vois mon travail d’un œil neuf !

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour et bienvenue

      Si Aproposdecriture vous éclaire et vous donne confiance, tant mieux.
      Revenez autant de fois que vous le voulez !

      Bien à vous

  4. Lebain Jocelyne dit :

    Merci pour votre blog. Moi, je suis une femme qui a une vie chaotique, mêlée de drames bien enfouis. J’ai toujours aimé écrire et j’aimerais simplement transmettre aux lecteurs sur différents sujets. Je n’ai pas de diplôme et je ne sais pas si cela fera obstacle à l’écriture mais je décide de me  » lancer » dans l’écriture.
    Avec votre aide, j’avance et je vous en remercie

    Bonne journée
    Jocelyne

  5. Alberte dit :

    Merci beaucoup. Moi aussi je souhaite devenir romancière. Je compte déjà faire des études de lettres modernes parce que je veux devenir professeur de français. Donc, elles me permettront de m’améliorer dans les romans

  6. Alberte dit :

    Je suis aussi en seconde. L’année prochaine j’irai dans une filière littéraire

  7. Marie-Blanche dit :

    Je connais votre blog depuis un petit bout de temps mais je n’avais jamais commenté.
    J’ai douze ans et demi et j’écris depuis que j’ai dix ans. Je compte suivre une filière littéraire. De nos jours, des jeunes non diplômés écrivent des romans donc pour moi, la réponse est non.
    Avez-vous fait un article sur les noms de plume ?

    Merci d’avance et bonne fin de journée.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Oui j’ai déjà rédigé un article sur les pseudonyme.
      Sur le blog, à droite, vous disposez d une zone de recherche. Tapez pseudonyme et vous obtiendrez les articles qui traitent du sujet. Je crois qu’il n en existe qu’une seul.
      Bien à vous

  8. Penel dit :

    Écrire ne requiert qu’une chose, avoir quelque chose à dire, à raconter, simplement comme cela vient, comme un jet qui coule, que l’on ne peut retenir, une sorte d’accouchement
    Cela ne nécessitè pas de talent ni de diplômes universitaires cette faculté est en nous ou n’est pas
    Si mon boucher aime à raconter son travail, pourquoi il a choisit celui ci plutôt qu’un autre,alors forcement il en parlera mieux qu’un spécialiste de l’industrie bouchère
    Nous écrivons parce que cela fait partie de nous.

  9. Boveix dit :

    Bonjour,
    Je vous invite à partager votre expérience et vos problèmes d’écrivain sur mon site, à mi-chemin entre le blog et le forum.
    Forumecrivain.com http://forumecrivain.com

    Vous pourrez aussi sur la page « présenter mon livre » insérer un lien vers votre livre (en vente ou non. Pourquoi ne pas diffuser nos ebooks sur une plateforme de vente en ligne ?) ainsi que vers un extrait, si vous souhaitez avoir l’avis des membres.
    Quelques articles « utiles » pourront vous aider sur des questions que nous nous posons tous.
    Bien sûr il y a aussi un forum.
    PS: Le site a ouvert hier, donc il est encore pauvre, mais je ne doute pas qu’il va rapidement décoller.

    Cordialement

  10. Larry dit :

    Bonjour marie et a toute la communauté
    C’est un très bon article et qui me donne encore un peu plus d’envie d’écrire.
    Mais voila que j’aurais besoin de quelques petits conseils.

    alors voilà, tout-d’abord j’ai 19 ans, bientôt 20 et je n’ai aucun diplôme, mais vraiment AUCUN, et je me demandais s’il était possible que je puisse devenir écrivain ou romancier sans diplôme ou autres formations mais vraiment RIEN.
    j’aimerais écrire et vivre de mes œuvres, être écrivain en gros, j’aimerais vraiment ça, mais il y a un hic, ou plutôt plusieurs, le premier soucis est que je vis dans un millieu un peu difficile, il y a aussi le soucis est que je n’ai aucun diplôme et que je n’ai jamais été dans aucune école, et enfin le troisième soucis est que je souffre de discriminations raciale.
    j’aurais besoin de vos conseils. dois-je continuer à écrire ou bien abandonné ? Quelles conseils pourriez-vous me donner à propos de la publication de mes œuvres.
    Je vais être franc, si je devais abandonné l’écriture cela me ferait mal au coeur, mais au moins je serais fixé sur l’idée..
    PS : mes genre de romans sont : fantasy, et SF (le roman sur la SF je l’ai commencé a l’âge de 15 ans environ.)

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Larry

      Ne pas avoir de diplôme n’empêche pas d’écrire. Pourquoi voulez-vous abandonner l’écriture ? Si c’est votre passion, il faut continuer, travailler, lire et écrire encore plus. Quant à vivre de vos écrits, là c’est déjà plus compliqué. L’écriture est une école de patience. Et le jour où vous sentez vos textes aboutis… tentez l’édition.
      Bon courage Larry
      PS : si l’écriture est votre passion et que vous l’arrêtez… elle resurgira un jour où l’autre, démultipliée ! Ça, j’en mets ma main au feu. On ne quitte pas comme ça sa passion de l’écriture.

      • Larry dit :

        D’accord, merci pour vos conseils Marie-Adrienne ainsi que Baills, je n’en suis que réjouis, et ainsi je continuerais à écrire car j’aime ça. Encore merci !

  11. Baills dit :

    Alors j’ai beau avoir un doctorat, donc le niveau le plus haut et je peux vous dire que je galère quand même pour pondre mes textes. Si j’ai beaucoup d’imagination, écrire est une autre paire de manches. Donc pour moi,il ne faut pas forcément être diplômé. Par contre cela peut aider pour l’orthographe…et encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article