Donnez votre avis !

Partager :

2014 se termine bientôt et je pense déjà à la nouvelle année et aux nouveaux projets. Plus précisément, je souhaite faire un petit point avec vous sur Aproposdecriture.

 

 

 

 

Avant la fin de l’année, j’espère pouvoir rédiger les articles que certains d’entre vous m’ont réclamés.

Aujourd’hui, je souhaiterais avoir votre avis et connaître vos préférences de lecture pour 2015.

L’objectif est de répondre toujours mieux à vos attentes, à vos besoins et de vous aider plus efficacement.

Car j’écris au gré de mes idées, de mon inspiration, des hasards, parfois de vos demandes, mais je suis convaincue de pouvoir aller plus loin et d’affiner l’aide que je peux vous apporter.

Mais avant de poursuivre, je veux tous vous remercier pour vos si messages si chaleureux, si enthousiastes.

Quand je lis que le blog et mes conseils vous ont redonné confiance, incité à vous lancer, à reprendre l’écriture, aider à finir votre roman… Ça me fait vraiment plaisir !

C’est une belle victoire pour moi, car j’ai parfois bataillé avec la technique pour installer et faire vivre ce blog mais surtout parce que c’était mes objectifs quand j’ai lancé Aproposdecriture :

 

  • transmettre ma passion et les techniques que j’ai acquises durant des années,
  • rompre la solitude de l’écrivain qui œuvre seul sur son clavier,
  • aider à affronter les doutes,
  • empêcher la procrastination,
  • vous ouvrir au monde passionnant de l’Écriture,
  • aborder de nouvelles voies,
  • vous faire découvrir d’autres chemins d’écriture
  • tenter de nouvelles expériences,
  • bousculer les certitudes… etc !

 

Donc  MERCI À TOUS !

 

Chaque jour, de nouveaux lecteurs rejoignent le blog alors, avant de vous laisser me dévoiler vos idées et vos attentes pour les sujets d’articles à traiter en 2015, je rappelle que vous pouvez continuer de commenter les articles, parler de vos expériences d’écriture, évoquer vos difficultés, vos réussites…

Ensemble, on peut avoir plus d’idées, faire des suggestions, vaincre des doutes, surmonter les blocages… il y a toujours plus d’idées dans plusieurs têtes que dans une 😉

Alors, je compte sur vous !

 

J’en viens maintenant à l’objet de cet article un peu spécial.

La question s’adresse aux lecteurs habituels, aux plus récents, mais aussi à celles et ceux qui arriveraient seulement sur ce blog :

 

Quels sujets souhaitez-vous voir traités sur Aproposdecriture ?

Pour répondre, cliquez sur ce lien, vous avez la parole !

 

 

Soyez bavards et explicites. Une réponse telle que « en savoir plus sur la technique littéraire » n’est pas suffisamment précise pour que je puisse vous aider vraiment. Alors, livrez-vous !

 

Merci pour votre participation. Une belle SURPRISE est réservée à chaque personne qui répondra.

Renseignez bien votre adresse mail afin que je puisse vous l’envoyer !

Je suis déjà impatiente de vous lire.

 

À très vite…

 

11 commentaires

  1. Marie Thérèse dit :

    Bonjour Marie-Adrienne

    Ma question concerne le roman en général.
    De Balzac à Musso, faut-il considérer que l’écriture a évolué et qu’il nous faut nous mettre aux attentes du lecteur d’aujourd’hui ?

    On nous rabâche à longueur de journée que nous sommes tous devenus des gens pressés.
    L’écrivain doit il en tenir compte ?

    Pour un premier roman, l’éditeur préférera t il un roman court à un roman long ?

    Les descriptions longues sont elles à bannir ?

    Quelles sont les attentes des éditeurs ?
    Et quelles sont les attentes du lecteur d’aujourd’hui?

    J’aimerai bien connaitre l’avis des visiteurs de votre site sur ce dernier point, car il est évident qu’ils ont d’abord commencé par lire … avant d’écrire ?
    Leur goût a-t-il évolué lui aussi , ou restent-ils fidèles à leurs premières amours ?

    Pour ma part, quand j’étais jeune, j’ai beaucoup lu de Stephen King que ma sœur me prêtait, avant de faire le grand écart et de me tourner vers Simenon.

    Bien amicalement et toutes mes félicitations pour votre site
    Marie Thérèse

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Marie-Thérèse

      Oui nous sommes toujours pressés mais il n’empêche que les gros livres (ce que j’appelle les pavés) continuent aussi de se vendre. Je pense à des livres comme les Bienveillantes de Jonathan Littell 900 pages (et mille quatre cents dans l’édition de poche !). L’important c’est le contenu. Si l’auteur sait embarquer, le lecteur est capable « d’avaler » un gros pavé ! L’éditeur aimera toujours plus ce qui se vendra. Il est là pour vendre. Il existera toujours des « Matin Brun » des « Indignez-vous » et face à cela de gros pavés.

      Pour les descriptions, tout est question de dosage. On peut écrire des descriptions longues si elles sont bien faites et qu’on n’en trouve pas une à chaque page du roman, c’est tout à fait possible.

      Voilà mon avis sur ces points-là.
      Pour les autres questions, laissons les lecteurs du blog intervenir.

      Bien à vous

      PS : merci pour vos encouragements !

      • Marie Thérèse dit :

        Bonjour Marie Adrienne
        Finalement, tout est dit dans une simple phrase.  » Si l’auteur sait embarquer , le lecteur est capable d’avaler un gros pavé ».
        Amicalement
        Marie Th

        • Marie-Adrienne Carrara dit :

          Marie-Thérèse

          Je me permets de mettre les réponses de Jean-Louis à vos questions. Comment il a répondu par le lien « Donnez votre avis » que j’ai donné, elles ne peuvent pas figurer dans les commentaires.

          Les voici :

          Pour répondre à Marie-Thérèse,
          je crois qu’il ne faut pas compter sur les éditeurs (trop de tapuscrits reçus et mis à la poubelle, ventes réservées aux personnalités connues (business oblige). Je crois que trouver une « petite » maison d’édition, me semble être une des voies à creuser avec le livre électronique en auto-édition.

          Pour répondre sur la question des descriptions, me semble-t-il (il ne faut pas tout décrire, ne pas abuser des qualificatifs de couleurs). Elles doivent être justement réparties avec les dialogues. Comme une partition de Mozart, un tableau de Monet : ÉQUILIBRE, RESPIRATION, SUSPENSE, et surtout ne pas télégraphier au lecteur ce que va faire le héros : laissons-lui IMAGINER !

          Enfin, restera malgré tout l’amour des mots et de l’écriture, ou bien un rejet d’une frustration trop longtemps contenue, et jetée aux orties avec l’eau du bain. Courage, ténacité et viser l’excellence, par un approfondissement de notre langue.
          Jean-Louis

          Bonne journée

  2. Sébastien dit :

    Bonjour,

    Tout d’abord merci !
    Je vous lis très régulièrement et je puise dans vos messages pleins d’idées pour faire évoluer mon travail d’écriture.
    Un sujet m’intéresse tout particulièrement depuis que j’ai commencé l’écriture d’un texte plus long que de coutume.
    Je suis perdu entre « la liberté et le cadre ».
    Vous en avez déjà parlé à plusieurs reprises à travers vos articles mais cela reste ma principale difficulté, savoir alterner / équilibrer les phases d’écriture en toute liberté lorsque les idées jaillissent sans entraves et les phases de structuration, d’organisation, de recherche sur des thèmes particuliers, etc…
    J’ai le sentiment de naviguer entre ces deux « états » sans réussir à garder réellement le cap et à lier cela dans mon récit.
    Comment arrivez-vous à concilier ces 2 temps indispensable de l’écriture ?

    Merci

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Sébastien

      Pour ma part, je travaille en deux temps.
      Le premier : je m’occupe uniquement de l’histoire et de tout ce qu’il y a autour. Personnages, décors, scènes, intrigues, intrigues secondaires, infos divers. A partir de ces document, je fais un premier jet. Donc si vous suivez j’ai un dossier document. Et un premier jet très complet où tout est calculé, anticipé, sa structure est montée. Presque chapitre par chapitre et même scène par scène.
      Cela peut prendre du temps. Mais ce n’est pas grave. Car cette partie est fondamentale.

      Le 2e temps : je m’occupe que d’écriture. Plus question de recherches ou autres. Normalement, je n’ai plus à le faire.
      Je me focalise sur une seule chose. Et c’est assez facile car je me suis imprégner de mon histoire, de mes personnages, des lieux… Je les ai triturés dans tous les sens !

      Je ne dis pas que cette façon de travailler est idéale, mais c’est la mienne. Je peux difficilement fonctionner autrement. Car si en cours d’écriture je dois aller chercher des infos à droite et à gauche, je suis tellement curieuse que je m’égare. Une recherche va m’amener à une autre qui m’amènera elle même à une autre… Et là, c’en est fini de l’écriture pour moi ! Quand j’écris, j’écris et je ne fais rien d’autre.

      Je ne sais pas si j’ai répondu à votre question.

      Bon courage

      • Sébastien dit :

        Merci pour votre réponse,
        Connaitre les expériences/habitudes des autres est toujours utile. Ce sont des idées à prendre.
        J’ai fixé initialement le canevas de mon histoire mais en moins détaillé.
        J’ai également ce « défaut » : la curiosité. Je cherche des informations sur un thème A et je finis par trouver le thème Z !

        Encore merci.

        Bien à vous.

        Sébastien

        • Dominique dit :

          Bonjour,
          De mon côté, j’ai souvent une idée de base, résumée en une phrase (pour mon 1er roman : un type qui tue autour de lui), et ensuite une intrigue se construit (il va cacher une de ses victimes et tâcher de ne pas se faire prendre). Ça se limite à cela et au fur et à mesure de mon écriture, l’intrigue se peaufine en toute liberté grâce aux idées arrivant de part et d’autre. Au final, j’arrive à un premier jet. Je dois bien évidemment revoir la structure, mais tout y est!

          • Marie-Adrienne Carrara dit :

            C’est parfait ! L’important c’est que vous soyez à l’aise avec votre méthode.

            Bien à vous

  3. delphine dit :

    Bonsoir. Tout d’abord merci pour tous les articles que vous écrivez qui sont bien utiles.
    J’écris des romans (des petits romans généralement car je ne sais pas faire long, ça tourne autour de 100 pages en moyenne). Pour l’instant, je n’ai pas de question à ce sujet.
    Plusieurs fois j’ai été tentée de me lancer dans des concours de nouvelles mais le problème c’est que je n’ose pas me lancer, ne sachant pas comment m’y prendre. J’ai remarqué qu’à chaque fois il y avait des longueurs à respecter. Mais si on écrit moins ou plus que ce qui est demandé, ça ne marche pas, donc du coup on a écrit pour rien ; Aussi, peut-on utiliser beaucoup de dialogues (les rares nouvelles que j’ai lu ne comportaient pas ou presque pas de dialogue) ? ; Enfin, peut-on intégrer des chapitres comme le roman ou pas ?

    Ah si, j’ai une question pour le roman. Comment faire un synopsis ?

    Merci d’avance de bien vouloir me répondre.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Dans le blog, vous trouverez plusieurs articles sur la nouvelles.
      En général, dans une nouvelle, il y a très peu de personnages, très peu ou pas du tout de dialogue et pas de chapitre.

      Pour la contrainte de longueur… c’est justement ce qui oblige à écrire une nouvelle ! Et de vous à moi, il n’est jamais inutile d’écrire. Ni même d’avoir des contraintes à respecter. Longueur, thème, incipit, mots obligatoires… N’hésitez pas à vous lancer dans l’écriture de nouvelles ni même dans les concours. A une époque, je participais au moins à deux concours par mois d’abord pour m’obliger à écrire mais aussi travailler des thèmes que je n’aurais certainement jamais traités. Alors lisez les articles traitant des nouvelles et testez l’écriture de nouvelles.

      Pour le synopsis… fouillez le blog mais de mémoire, j’ai rédigé un article sur le sujet, il y a plusieurs mois de cela.

      À vos succès d’écriture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article