Conseils d’écriture aux jeunes auteurs

Partager :

Aproposdecriture compte de plus en plus de jeunes auteurs parmi ses abonnés et je me réjouis que l’écriture attire des adolescents. À l’heure où beaucoup consacrent leurs temps libres aux réseaux sociaux, je suis ravie que le blog ait pu leur insuffler l’envie de se lancer dans un projet d’écriture…

 

 

 

Leur question est toujours la même : « Comment et par où commencer ? »

Alors quels conseils donner à ces débutants ?

 

1 / Bien cerner les motivations

 

Car se lancer en écriture, c’est plonger dans une mer qui peut se montrer houleuse. Alors mieux vaut savoir ce à quoi s’attendre, ce qu’on est prêt à faire et posséder quelques qualités.

 

2 / Les conseils d’écriture essentiels

 

1. Lire

 

Les auteurs classiques, fondamentaux de la littérature mais aussi les contemporains. L’important est de lire beaucoup mais intelligemment. C’est à dire profiter des techniques utilisées et en tirer des enseignements.

Conseil : relire l’article comment lire pour mieux écrire

 

2. Apprendre et ne pas rechigner au travail

 

L’écriture est un art exigeant. Il faut s’entraîner chaque jour comme un sportif le fait.
Certes on peut écrire juste quand on en a envie, mais alors il ne faut pas s’attendre à progresser.
Mener un projet d’écriture demande du travail mais aussi de l’investissement.
Il faut de la patience, de la rigueur, de l’opiniâtreté, de l’organisation, de la méthode :

 

  • Du temps et de la patience. Car rien ne se construit en un jour.
  • De la rigueur… impossible de progresser sans règle. Sinon, on arrive vite à stagner, se démotiver et… abandonner !
  • De l’opiniâtreté… Peut-être la qualité principale qu’un écrivain doit posséder. Car il en faudra pour affronter les difficultés, les blocages, le manque d’inspiration. Reconnaître les alibis en tous genres pour reporter le moment d’écrire.

Il faut apprendre à affronter les doutes qui sèmeront invariablement le parcours. Trouver des réponses aux questions qui ne manqueront pas d’arriver :

  • Ses heures consacrées à l’écriture servent-elles à quelque chose ?
  • Mon projet d’écriture verra-t-il le jour ?

Ses doutes sont parfois tellement puissants qu’ils poussent même à revoir ses illusions et ses capacités.

De l’opiniâtreté, il en faudra encore et toujours pour se lancer dans un projet d’écriture long. Un roman. Un livre. Il faut être prêt à garder la motivation de longues semaines pour un projet qui à ce stade n’intéresse encore que vous !

Opiniâtreté encore et enfin dans la course à l’édition. Car écrire n’est pas le seul combat que l’écrivain doit mener. Après de longues semaines de travail, s’il veut être lu, la recherche d’un éditeur peut se révéler tout aussi difficile et décourageante.

Surtout quand les réponses ne viennent pas ou que celles qui arrivent sont négatives. Moralement, il faut tenir et se remettre de tant d’efforts pour si peu de retour. Apprendre de ses erreurs. Voir ses réussites et avoir la force de se relancer dans un nouveau projet d’écriture.

 

3 / Alors, pourquoi écrire ?

 

Depuis le début de l’article, je n’ai évoqué l’écriture que sous ses aspects négatifs. Mais je l’ai dit, l’écriture est un art exigeant. Alors pas question de laisser paraître le contraire.

Ces débutants ont le droit de se demander quel est finalement l’intérêt d’écrire ?

Et pourquoi tant de gens le font ?
Les raisons sont nombreuses.
Il y a le plaisir de marier les mots, d’en faire des phrases, de créer un monde et en faire toute… une histoire !

Pour d’autres, écrire est une façon de réparer des souvenirs, de s’exonérer d’un passé. Un exorcisme de l’âme par les mots ! En écrivant, ils expliquent à d’autres ce qu’ils éprouvent aujourd’hui ou ce qu’ils ont ressenti autrefois. L’écriture leur permet de prendre du recul, de dédramatiser et d’accepter leur vie.

Certains n’écrivent pas forcément pour être lus, mais dialoguer avec eux-mêmes.
D’autres n’écrivent que pour écrire, communiquer, partager leur écriture.

Les raisons qui poussent à écrire sont multiples. D’ailleurs elles se renouvellent chaque fois qu’on essaye de les expliquer. Mais demande-t-on à un peintre pourquoi il peint ? À un marathonien pourquoi il court ? Et ce qui le pousse à endurer les souffrances physiques ?

Personnellement, je ne peux pas me passer d’écrire. J’aime voir les mots s’unir et constituer peu à peu l’histoire que j’ai en tête. Je suis passionnée depuis l’enfance et depuis dix ans, mon métier est d’écrire !

 

J’ai donné mes conseils aux jeunes écrivains du blog. Vous qui êtes plus avertis, quel(s) serai(en)t le (s) vôtre (s) ? Et quelles raisons vous poussent à passer des heures à écrire ? Ils apprécieront certainement ce partage. La zone commentaire est à vous !
À vos succès d’écriture…

 

16 commentaires

  1. Charlotte dit :

    J’aime écrire pour tisser les fils d’une histoire, donner vie à des personnages, dépeindre des univers … Je suis bien d’accord avec toi : la qualité principale d’un auteur est l’opiniâtreté, il en faut ! Je conseillerai aussi de s’accrocher à son histoire pour l’écrire jusqu’à la fin. Il y a forcément des moments de doutes et de découragement, mais je pense qu’il est plus instructif et satisfaisant d’écrire une histoire de bout en bout (même si elle est imparfaite) que d’en commencer dix qu’on laisse inachevées. Merci pour cet article et bonne journée 🙂 !

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Merci pour ton commentaire.
      Il n’est pas facile de se lancer directement dans l’écriture d’un roman. Néanmoins, c’est en faisant que l’on apprend le mieux. Il faut juste accepter de ne pas faire parfait de suite !

      Bien à toi et à bientôt

  2. Marie dit :

    C’est tellement vrai… Pour ma part, j’aime écrire depuis toujours, j’en ai fait mon métier, mais différemment : j’écris pour des agences, des annonceurs, des employeurs… Je rêve d’écrire un roman. J’en ai commencé plusieurs et, chaque fois, je me suis découragée avant d’en avoir fini le premier jet. J’ai tenu un blog un moment, dans lequel je rédigeais des histoires courtes, qui fonctionnaient bien. Je les écrivais d’une traite, directement sur le blog. Tout le monde m’encourage dans cette voie, mais l’opiniâtreté dont tu parles n’a jamais été mon fort, et c’est là que le bât blesse. Comment lutter contre le découragement ? N’existe-t-il pas encore un titre « Ecrire un roman pour les paresseuses » dans cette collection que j’apprécie particulièrement ? Sinon, ce serait un super projet d’en créer un ! 😉

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Ah l’opiniâtreté ! Je disais bien que c’était la qualité essentielle de l’écrivain. Et quand elle fait défaut, rien ne tourne rond.

      Moi aussi je passe mes journées à écrire et j’adore mon métier d’écrivain biographe qui mêle écriture et Humains. Que du bonheur !

      Quant à ton idée, j’y travaille très sérieusement ! Mais il me reste encore quantité de choses à faire pour boucler ce projet très ambitieux mais de forme différente. A venir donc…mais pas tout de suite.

      Bonne journée

  3. DENISE dit :

    Vos articles sont précieux. Pour le moment, je place mes cartes avant de sortir ma plume et de débuter l`écriture. Chaque jour, je rassemble mes notes. Bientôt le tout prendra la forme désirée. Merci de vos conseils.

  4. Elisa dit :

    Encore des conseils très judicieux. Et un billet qui me permet de découvrir vos conseils de lecture pour écrire. Merci 🙂

  5. Nilse L'Hoïs Goyon dit :

    J’écris, je crois pour communiquer.
    Comme j’ai été heureuse lors de ma première auto publication, toute récente.
    Mais
    car il y a un mais pour moi : le lecteur.
    Les personnes à qui j’ai transmis cette naissance était très contentes pour moi,elles m’ont félicitée : j’aime beaucoup ton univers, c’est vraiment bien….Ils n’ont pas téléchargé, mes quelques contacts sont-ils des lecteurs, qui plus est des lecteurs sur l’ordi ?
    Cela ne fait qu’un mois, deux éditeurs papiers consultés encore sans réponse.
    C’est alors que vient , pour moi, le découragement pour les autres, le fameux à quoi ça sert d’écrire, partager, communiquer quelque chose que l’on a aimé, oui…mais pour qui ? comment vous atteindre cher lecteur ?
    Je crois qu’il faut se faire un but unique : Ecrire un point c’est tout , y croire si fort si fort que le reste à peu d’importance, n’a plus d’importance.
    Travailler, apprendre, écrire et lire.
    Ah, voilà que je vous envoie mon petit roman !
    Merci de me lire.
    Amicalement.
    Nilse

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Nilse

      Je vous sens très découragée. Votre publication est toute récente ! Ce n’est rien un mois.
      Et puis un roman terminé n’est pas la fin d’une écriture… mais peut-être juste le début.
      Sinon avez-vous défini le profil de vos lecteurs ?

      C’est humain d’attendre du retour après tous les efforts fournis pendant des mois. C’est aussi cela qui cause de la frustration.
      Ne vous laissez pas submergée par la déception. Stephen King a compté je ne sais combien de refus avant d’être reconnu. Il tapissait même ses murs avec ses lettres de refus. C’est dire la quantité ! Et pourtant. Je ne suis pas une fan mais il faut reconnaître qu’il a fini par rencontrer ses lecteurs.

      Bon courage

      • L'Hoïs-Goyon dit :

        merci pour votre encouragement.

        Je me sentais tellement heureuse qu’il me semblait que tous mes lecteurs allaient se précipiter !

        Je ne parviens pas à cibler, c’est pour les enfants oui, un parent est nécessaire auprès de mon public de 7 ans et demi, alors parents, enfants ? et les autres aussi, cela leur plaira car cela s’adresse à notre enfant intérieur, nous en avons tous un.
        Suis-je confuse ?

        • Marie-Adrienne Carrara dit :

          Bonjour

          Oui un livre destiné à un si jeune public doit aussi (et avant tout) plaire aux parents. Vous avez raison.

          Bien à vous

  6. titi dit :

    Merci pour ces conseils qui aide beaucoup afin de se faire éditer son ouvrage.

  7. Evary dit :

    Bonjour, je m’appelle Angie, j’ai 14ans…
    Suite a un travail de rédaction, ma professeur m’a confié que j’avais un bonne écriture. Ce qui m’a fais réfléchir. J’aime lire j’aime écrire , partager c’est pourquoi j’aimerais écrire un livre , ou plutôt une autobiographie qui aurait comme sujet une maladie… Je voulais donc savoir si vous aviez des conseil, des recommandations a me faire ou si tout simplement je devrais abandonner l’idée
    PS 1: j’ai quelques ébauche
    Ps2: désolé pour l’orthographe je suis sur un portable, Le correcteur n’en fait qu’à sa tête

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Non ! Je ne conseillerai jamais à personne d’abandonner l’écriture !
      Si tu aimes, lance-toi. En parallèle de l’écriture, continue de lire et d’apprendre. Car comme toutes choses, l’écriture possède des règles, des techniques et si tu veux progresser, il te faudra les acquérir. Lis régulièrement ce blog. Tu as déjà des quantités de techniques à ta disposition. Teste, applique, détourne-les.

      À tes succès d’écriture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article