Comment lire pour mieux écrire ?

Partager :

1/ Lire comme un écrivain

Après la lecture plaisir régulière, je conseille toujours à ceux qui veulent écrire de réserver du temps à lire comme un écrivain. Il s’agit là d’un tout autre genre de lecture. Au lieu de vous perdre dans l’histoire, prenez du recul sur le livre que vous venez de terminer et voyez comment l’auteur a fait pour vous tenir en haleine.

Imaginez-vous tel un apprenti regardant par-dessus l’épaule d’un « maître écrivain ». Regardez et prenez des notes.

2/ Que conserver de cette lecture :

  • Analyser la structure du récit.
  • Conservez une liste courante des mots intéressants. Adjectifs, verbes et autres mots. Les relire plus tard peut parfois déclencher de grandes idées pour votre propre écriture.
  • Conservez une liste des métaphores et des comparaisons.
  • Faites un tour d’horizon des personnages. Notez bien leurs désirs, leurs besoins et leurs objectifs
  • Analysez les conflits et les obstacles, les rebondissements et les intrigues secondaires, le climax et la résolution.
  • Listez des phrases particulièrement intéressantes. J’aime quand un écrivain décrit quelque chose d’une manière totalement unique et nouvelle.
  • Analysez le texte de présentation livre. Quelle partie de l’intrigue est révélée de suite ? Quelles techniques sont utilisées pour attirer le lecteur? Que dit-on des personnages ?
  • Identifiez le public visé. Pour qui est écrit ce livre et comment le savez-vous ? À l’inverse, qui n’apprécierait pas ce livre ?
  • Notez les choses qui vous distraient.
  • Décrivez la voix de l’auteur . Qu’est-ce qui la rend unique ?
  • Notez le type de recherches nécessaires à l’écriture du livre. Fait-il référence à des événements historiques, une culture différente, ou un sujet très spécialisé de l’auteur.
  • Décrivez ce qui rend le livre spécial. Différent des autres livres que vous avez lus ? Enfin, écrivez pourquoi voudriez-vous le recommander à quelqu’un?

Je rédige cette fiche dès qu’un livre m’a plu. Si ce travail nécessite un peu de temps et d’habitude, il constitue un trésor inestimable et une base de travail très utile. C’est aussi une bonne façon de mieux définir sa propre écriture.

Procédez-vous de cette façon ? Quelles méthodes adoptez-vous ? Si vous ne le faites pas, faites-le et vous comprendrez vite l’intérêt de cette lecture d’écrivain.

23 commentaires

  1. Helena dit :

    Bonjour Marie-Adrienne,

    Tout d’abord merci pour tous ces articles passionnants. 🙂
    Concernant celui-ci, je ne comprends ce que signifie « Décrivez la voix de l’auteur ». Pourrais-tu m’éclairer sur ce point ?

    Je souhaite d’ici quelques temps me lancer dans l’art de la nouvelle. Pour le moment, je me forme en réalisant différents exercices d’écriture et de lecture.

    Amicalement.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Helena

      Ce que je veux dire par « décrivez la voix de l’auteur » c’est identifier tous les signes distinctifs de son écriture. Son style, la longueur des phrases, le vocabulaire utilisé… Tout ce qu’on peut remarquer quand on décortique l’écriture.

      J’ai déjà rédigé quelques articles traitant de la nouvelle. Ils pourront t’aider.

      A tes succès d’écriture

  2. virginie dit :

    Bonjour Marie-Adrienne,

    Je me promenais à travers votre blog. Merci pour cet article.
    J’aime écrire, et j’aime les mots.
    Depuis de nombreuses années, lors de mes lectures je relève les mots, les phrases, les descriptions qui enrichissent ma créativité. Mais les feuilles, très souvent des brides de papier s’accumulent, et très rarement je relis ce vivier d’idées. Cet article me donne envie d’organiser mes prises de notes, d’en réaliser des fiches de lectures !

    J’ai envie d’écrire des histoires pour enfants, les idées sont là mais je ne me lance pas ! Je pense également des nouvelles.

    Amicalement,
    Virginie

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Virginie

      Pendant des années j’ai accumulé des bouts de papier, post-it et autres avec des phrases, des descriptions, des mots qui me plaisaient et que j’utilisais peu. Je détenais bien un trésor mais il était inexploitable. Un jour, j’ai décidé d’y mettre de l’ordre. J’ai tout organisé et je vous garantis que ce vivier est un outil superbe.

      Lancez-vous… sinon, vous resterez à jamais à l’état d’idée !

      Bon courage… et venez souvent sur le blog parler de vos réussites, de vos doutes ou de vos échecs

      A bientôt

  3. niamke dit :

    bonjour marie j’ai tas d’idée qui sont pêle-mêle quand je veux faire un roman. j’écris parfois des poèmes en prose mais cela me suffit pas. je veux écrire des romans car les mots et jeux de mots me fascinent beaucoup.je t’enverrai un de mes poèmes.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Niamke et bienvenue sur Aproposdecriture

      Écrire des poèmes et un roman… c’est très différent. Et pas du tout le même genre d’exercice. Mais rien n’empêche de s’y essayer !

      Bon courage

  4. Félicie dit :

    Bonjour Marie-Adrienne,

    Un petit témoignage pour te remercier de cette idée des fiches. Je l’applique depuis cet été, peut-être pas de façon aussi détaillée, mais j’en apprends beaucoup sur l’écriture que j’aime lire et du coup sur des trucs, des techniques à appliquer pour celle que je veux développer.

    Par exemple, j’ai découvert cet été les livres de Jeanne Benameur, un petit trésor pour moi ! Une écriture simple et limpide, très rythmée par la construction de ses phrases, pleine d’émotion, avec des images très fortes entre ce qui entoure les personnages et ce qu’ils vivent intérieurement.

    Exemple dans « Laver les ombres », elle établit un rapprochement entre la tempête en bord de mer et la tempête intérieure pour ces deux femmes qui se livrent l’une à l’autre. Le rythme de l’écriture adopte parfaitement celui de ces deux tempêtes qui se superposent dans les corps des deux femmes. Les émotions et les éléments naturels se déchaînent ensemble et la rencontre est faite de mots. Magnifique !

    J’ai aussi lu d’elle « Profanes » (un bain d’humanité!!) et « Un jour mes princes sont venus » (qui m’a bouleversée pour des raisons persos).
    Les fiches faites pour ces 3 livres m’ont permis d’identifier plusieurs des éléments que j’aime lire et que je vais tenter de développer dans mon écriture.

    Merci donc pour ce conseil et pour tous les autres!

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Super ! Continue de procéder de cette façon. Tu apprendras beaucoup de choses.

      Merci pour ce long témoignage.

      PS : j’aime l’écriture sensible de Jeanne Benameur.

  5. Martine dit :

    Bonjour Marie-Adrienne,

    Je suis personnellement passionnée de lecture et d’écriture.
    Kafka, Zweig, Simone de Beauvoir, Virginia Woolf, Alice Ferney, Eric Reinhardt… sont des écrivains qui ont touché en moi quelque chose d’intime.
    C’est à travers le livre que je réussis souvent à trouver cette nourriture essentielle à ma vie, et à trouver ma place.
    Réaliser des fiches de lecture constitue pour moi un trésor inestimable.
    Voici quelque temps que j’essaie d’écrire et de ne point me décourager.
    Je suis décidée à continuer sur ce chemin…

    Merci pour vos précieux conseils.
    Bien à vous.

    Martine

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Martine et bienvenue sur Aproposdecriture

      Les fiches de lecture comme vous dites constituent un outil inestimable de progression.
      Continuez d’écrire. Commencez petit. Ne vous lancez pas dans l’écriture d’un roman à l’intrigue compliquée. Faites vos armes doucement. Et apprenez de vos erreurs. Profitez aussi de vos victoires. Henri Ford disait :

      « Échouer, c’est avoir la possibilité de recommencer de manière plus intelligente »

      Bon courage

  6. Un phoenix dit :

    Je crois que c’est à partir du moment où j’ai réfléchis aux mécanismes de l’écriture que ma lecture est devenue en permanence celle d’un « écrivain ». c’était vers l’âge de 16 ans environs. Pour moi c’est le mode de lecture le plus naturel, peut être parce que je n’aime pas le divertissement pure. Je sais je suis bizarre. Mais surtout passionné. J’annote beaucoup les livres que je lis. Par contre je suis moins méthodique, je prend peut de note indépendantes. Lorsque je vais en prendre se sera plutôt ce que mes observations m’auront inspiré comme nouvelle vision de l’écriture. Je rapproche souvent mes analyses du domaine psychologique.

  7. Séréna dit :

    Bonjour Marie-Adrienne,
    J’ai cru lire ici (votre guide m’y a conduite) que beaucoup de gens utilisaient les fiches de lecture. Je comprends l’intérêt que vous y trouvez mais me demande s’ils sont réellement essentiels.
    Je me suis lancée dans mon propre roman et la lecture m’accompagnait bien avant mais je n’ai jamais eu l’idée de ses fiches. En fait, je trouve que décortiquer les procédés des écrivains casse tout le pouvoir magique que je leur associe du coup je suis un peu freinée par peur de ne plus apprécier la lecture comme je le fais aujourd’hui. C’est donc pourquoi je me demandais si c’était un principe essentiel à la réussite de l’écriture d’un roman.
    Bonne journée, Séréna.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Serena

      Non, les fiches ne sont pas essentielles à l’écriture d’un roman. Sauf qu’en pratiquant, vous apprendrez beaucoup.
      Pourquoi imaginer que décortiquer un roman puisse casser tout le pouvoir magique que vous lui attribuez.Vous lisez votre roman, vous l’appréciez… vous cherchez à comprendre pourquoi il vous a plu ! Tout simplement. Vous savez, les sportifs analysent leurs gestes et ceux des autres pour progresser. La démarche est comparable.

      A vos succès d’écriture

      • Séréna dit :

        Ah oui je vois! Je sais que je peux avoir de drôles d’idées parfois, je l’assume totalement ahah!
        J’ai testé sur certains films ou séries pour le moment faisant à la fin un bilan de ce qui m’a permis d’accrocher à tel ou tel personnage, à suivre ou non le fil, ou encore des surprises intéressantes et comment elles ont été amenées etc… mais avec tout de même moins de précision.
        Pourquoi ne pas tenter avec un livre de relever quelques détails, je verrais si ça m’aide et si c’est le cas j’aviserais une analyse plus approfondie.
        Merci, sympa la comparaison du sportif!

  8. OE dit :

    Bonjour,

    Je trouve ce blog extrêmement intéressant, je suis sûr qu’il me sera d’une grande aide. Je suis encore jeune (15 ans), certes, et je ne suis pas français, mais je suis fasciné par la langue française et j’adore déjà les mots. J’ai par ailleurs déjà entrepris la rédaction de mon premier roman.

    J’ai cru voir quelque part sur votre blog que vous faîtes des articles sur demande. J’aimerais bien avoir un article sur : « comment rendre son texte plus fluide ». C’est un problème qui persiste depuis plus d’un an.

    Pour en revenir sur cet article, je dois dire que c’est à peu près ce que je fais pendant mes lectures, sauf que moi, je procède ainsi dès la première lecture. Pensez-vous vraiment qu’il soit nécessaire d’avoir deux lecture : Une lecture de plaisir, une autre lecture d’auteur comme vous dîtes ?

    En tout cas, je vous remercie pour votre effort.
    Bien à vous.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Pour ma part, je n’aime pas analyser le livre en même temps que je le lis. Et surtout parce que ça gâche mon plaisir de lecture.
      C’est pour cela que je lis, je dévore, je m’imprègne… puis s’il m’a plu, je le passe à la « moulinette ».
      Alors, non, je ne pense pas nécessaire de faire 2 lectures. Mais moi, je fais de cette façon.

      Maintenant pour répondre à suggestion d’article « comment rendre son texte plus fluide » je pense qu’on peut raisonnablement penser que la fluidité est affaire de style et vous trouverez plusieurs articles sur le sujet dans Aproposdecriture. Dans le colonne de droite, vous avez une zone de recherche. Tapez un mot clé du genre « style » et vous verrez apparaitre tous les articles traitant du sujet. Mais il y a tellement à faire et à dire à propos du style qu’on aurait encore de quoi dire !

      Bien à vous

      comment rendre son texte plus fluide

  9. Foussam Jules Alexis dit :

    bonjour Marie-Adrienne
    je te suis sur ce blog depuis un moment. J’ai lu beaucoup d’articles intéressants et je te remercie pour les éclairages que tu nous apportes.
    Au fait, je me suis lancé dans l’écriture d’un roman il y a un moment retraçant toutes les difficultés que traverse mon pays en ce moment. Le schéma était déjà tracé et ma narration allait bon train jusqu’au jour où j’ai écouté une chanson qui semblait être le résumé de tout mon roman. depuis ce moment, je suis découragé. je ne veux pas qu’on pense au plagiat en lisant mon roman. Que faire pour continuer ou réorienter mon histoire?

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Une chanson n’a rien à voir avec un roman. Donc ne te bloque pas pour cela. Continue d’écrire et va au bout de ton projet de roman.
      Je vais te raconter une histoire…
      Un jour, je termine l’écriture d’une nouvelle. Toute heureuse. Le soir, je me colle dans le canapé devant la télé et un téléfilm. L’histoire commence et je vois consternée ma nouvelle presque défiler sous mes yeux. J’étais déçue. Cette histoire me trottait dans la tête depuis un moment. Les personnages avaient des noms différents et quelques détails différés mais c’étai assez hallucinant. Bref… tu vois bien… tout peut arriver.
      A tes succès d’écriture

  10. Eleni dit :

    Je viens de découvrir ce blog et trouve très intéressant cet article. J’écris moi aussi et depuis quelques années je relis effectivement les livres qui m’ont vraiment plu en décortiquant le pourquoi du comment. C’est très utile pour sa propre pratique et permet de « grandir » en écriture.
    Merci pour tes articles.

  11. MaddynnXIX dit :

    Bonsoir,
    Tout d’abord, félicitations pour votre blog, je le trouve riche de conseils pertinents et je m’y plais beaucoup.
    Aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours entendu que pour savoir bien écrire, il fallait d’abord consacrer du temps aux lectures. J’ai donc suivi à la lettre à ce conseil, en étant par exemple assez attentive aux mots nouveaux que je rencontrais, mais aussi à ces tournures ou expressions que je qualifierais d’astucieuses, et qui me permettent, à moi, d’alléger certains de mes propos en me faisant éviter quelques périphrases laborieuses.

    Seulement voilà : j’atteins un niveau de perfectionnisme ou je ne supporte plus de ne pas retenir absolument tout ce que j’ai croisé pendant mes lectures. Sinon, j’estime avoir perdu mon temps (comme si je ne lisais que pour m’enrichir). Et c’est devenu une source continuelle de frustration. Faire des listes de mots ou de tournures, cela ne fonctionne pas très bien, car elles s’accumulent à vitesse grand V, et bientôt, on ne s’y retrouve plus.

    Voilà donc ma question : auriez-vous une parade à cette difficulté ? Un meilleur moyen de classer mes notes ? Ou, tout simplement, est-ce qu’il me faut poser des barrières à cette volonté d’apprentissage dévorante qui me submerge quand je lis mes auteurs préférés ? Surtout que cette soif de m’enrichir au travers des lectures a grandement diminué mon temps d’écriture. Mon peu de temps libre, je le consacre aux lectures. Lire, lire, et relire jusqu’à trois fois les mêmes paragraphes pour m’en imprégner jusqu’à la plus petite virgule. De là, cette propension à toujours repousser l’échéance de l’écriture. J’attends d’avoir assez appris de mes auteurs préférés pour me lancer moi-même dans le grand bain. Sauf que ce jour n’est pas encore arrivé…
    Je précise à toutes fins utiles que j’aurai bientôt 15 ans.
    Et vous remercie de m’avoir lue malgré la lourdeur évidente de mes phrases !

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Poser des barrières à cet apprentissage ? Certainement pas. Notez les tournures, les mots… qui plaisent. C’est un conseil que je donne.

      Perso je l’ai fait longtemps, et je continue sur un cahier. Et puis de temps en temps, je relis pas tout, mais 2 ou 3 pages justement pour garder les tournures à l’esprit.

      Inutile de lire et relire trois fois le même paragraphe. Notez-le, en l’écrivant, sans doute l’enregistrerez-vous davantage.

      Cette propension a toujours repoussé l’écriture, c’est une forme de procrastination et ce qui se cache derrière, c’est une des peurs très connues des écrivains… celle de ne pas se sentir assez bon (surtout en se comparant à ses auteurs favoris !).

      Alors cessez de vous poser des questions, de vous comparer. Lancez-vous c’est comme cela que vous apprendrez le plus. Et vous verrez que tout ce que vous avez lu et retenu va resurgir à votre insu. Faites-le… et vous verrez que j’ai raison.

      Bon courage.

      PS… si vous attendez d’avoir assez appris pour vous lancer dans l’écriture, vous n’écrirez jamais. Car j’ai une mauvaise nouvelle pour vous. En écriture (comme dans d’autres arts), on ne cesse jamais d’apprendre.

      • MaddynnXIX dit :

        Merci pour votre réponse !

        Je vais continuer à noter les tournures qui me plaisent. Mon seul souci c’est que j’en rencontre énormément au cours de mes lectures. Du coup mes listes deviennent rapidement interminables, et je ne peux donc pas tout apprendre, tout retenir. Et ça, ça me frustre ! Mais, après lecture de votre réponse, je devine qu’il est parfaitement normal de ne pas tout retenir ?

        Quoi qu’il en soit, je vais, pour le moment, faire en sorte que mes notes soient davantage ciblées. Car il y a un domaine surtout où je ne me sens pas progresser assez vite : la description (ou même les actions). C’est un poison pour moi, je vais donc d’abord me focaliser là-dessus en relevant et notant les descriptions que je trouve.

        Aussi, j’espère qu’en réécrivant les passages qui m’intéressent, cela pourra stimuler ma mémoire et que ça donnera un meilleur résultat que les relectures incessantes (car, il faut bien l’admettre, ma concentration n’est pas identique au bout de la troisième relecture qu’au moment de la découverte d’un paragraphe : c’est donc du temps perdu !)

        Et pour finir, oui, je vais me lancer dans l’écriture. Je n’aime pas voir à quel point mes difficultés sont grandes, mais ignorer les problèmes ne les a jamais résolus, pas vrai ? Alors, il faut que j’assume mon niveau, mes carences…

        D’ailleurs, je me rends compte que la lecture est plus efficace si on la pratique juste après l’écriture, quand on vient de galérer : il est alors bien plus facile de se comparer à l’auteur, et de savoir ce qu’on aurait pu faire mieux, cinq minutes auparavant. Du moins, c’est ce que j’ai constaté l’autre jour.

        Au final, si on veut faire des progrès rapides, la lecture seule ne suffit pas, et l’écriture non plus. Je vais donc instaurer un roulement équitable entre les deux.

        Merci pour tous vos conseils qui ne pourront m’être que bénéfiques, et peut-être à une prochaine fois, sur un autre de vos articles !

  12. Syl dit :

    Merci beaucoup pour ces articles précis et passionnants !

    A très vite pour vous lire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article