Comment créer du suspense dans un roman ?

Partager :

Dans un roman ou une nouvelle, le suspense maintiendra le lecteur en haleine et le pousse à tourner les pages pour connaitre la suite.  Alors, comment créer du suspense dans un roman ?

 

 

Une lectrice du blog m’a posé la question, il y a quelque temps. Étant donné l’importance du suspense dans un roman, j’ai choisi de répondre par un article. La réponse intéressera certainement d’autres lecteurs.

 

Le suspense dans la fiction

 

Dès que vous mentionnez le mot « suspense », la plupart évoquent automatiquement la peur. D’ailleurs, elle est utilisée sans modération dans les films d’horreur. Elle arrive dès lors qu’un élément inconnu entre en jeu. C’est cette incertitude qui amène de l’intensité.

On peut employer la même stratégie dans une fiction. Autrement dit, pour créer du suspense, on peut recourir à l’incertitude pour tenir le lecteur en haleine. C’est la meilleure façon de le mettre dans un état de curiosité, de le laisser se demander ce qui va suivre.

On peut induire de l’incertitude face à des choix mais aussi face à des craintes. L’une et l’autre créeront une forme de danger qui amènera invariablement vers plus de suspense.

Selon le philosophe grec Aristote, pour générer du suspense, il faut nécessairement créer un sentiment de danger, mais aussi une lueur d’espoir que tout s’arrangera d’ici la fin de l’histoire. Autrement dit, dangers et secours doivent toujours trouver un équilibre au sein de l’histoire.

Quelques astuces pour créer du suspense

 

Je suis sûre que vous être en train de vous dire :

« D’accord, il faut de l’inconnu, de l’incertitude, du danger mais comment mettre tout cela en pratique ? »

 

J’y viens :

 

1 / Vous pouvez créer du suspense en jouant sur les peurs et les angoisses de vos personnages. En les mettant face à leurs craintes, vous mettez le lecteur face aux mêmes craintes. Cette pression le mènera forcément à se demander ce qu’il adviendra et donc à prolonger sa lecture.

 

2 / Vous pouvez forcer votre personnage principal à faire des choix impossibles. Le dilemme face auquel vous allez confronter votre personnage créera là encore du suspense pour le lecteur parce qu’il se demandera quel choix le personnage principal fera.

Les dilemmes aident à créer beaucoup de suspense. Le choix que le personnage fait surtout dans une  situation perdant-perdant permet de garder facilement le lecteur en haleine.

 

3 / Mais il existe bien d’autres façons de créer du suspense comme par exemple, dévoiler au  lecteur ce que le personnage ne sait pas. Beaucoup d’écrivains emploient cette méthode. Ils délivrent des bribes d’information au lecteur, ce qui le conduit à s’interroger sur la position adoptée par le personnage. Cette clairvoyance lui permet également d’entrevoir les dangers qui pourraient surgir. L’auteur s’appuie alors sur l’anxiété et la peur pour induire le suspense.

 

4 / Une autre stratégie efficace est l’utilisation de contraintes de temps. Les thrillers recourent facilement à ce genre d’effet. Ils instaurent, par exemple, une course contre le temps. Le personnage principal doit atteindre son but avant une date ou une heure définie.

Une bombe se déclenchera ou des otages mourront si une rançon n’est pas livrée à temps. Attaché au personnage, le lecteur sera sur les dents. Tensions et suspense seront au maximum. Toutes ces situations vous permettront en outre de créer facilement des conflits qui sont le cœur et l’âme d’une bonne fiction.

Même les émissions de téléréalité utilisent ce procédé. J’ai suivi quelques soirées The Voice. Juste avant l’annonce du gagnant, la chaîne joue de cette tension liée au temps. Les secondes qui précédent les résultats semblent interminables. Les caméras zooment d’un visage à un autre des concurrents puis reviennent sur celles des jurys. Et l’on relance la pression avec une petite phrase pour augmenter le suspense… enfin, le résultat tombe.

La fiction fonctionne de la même façon. Garder donc votre lecteur en haleine aussi longtemps que possible avant la révélation finale.

 

5 / Le suspense peut également venir d’une situation imprévisible. Rien ne doit être simple pour votre personnage principal. Lui rendre la vie difficile, le mettre en danger, lui faire perdre certains de ses biens les plus précieux, être horrible avec lui… Rappelez-vous que l’action crée la réaction qui crée à son tour l’effet.

 

6 / Bien sûr, l’histoire n’est pas la seule à fournir le suspense. Vous pouvez agiter une carotte virtuelle devant le lecteur chaque fois que vous terminez un chapitre. Finissez-le en poussant le lecteur à poursuivre la lecture au chapitre suivant.

Certaines séries font bon usage de ce procédé. Quand l’épisode finit, vous pestez contre le réalisateur qui a choisi de couper alors que vous vouliez en savoir davantage ! Je suis sûre que cela vous est déjà arrivé.

 

En résumé :

Pour créer du suspense, il faut :

– Créer un sentiment de danger pour vos personnages principaux.
– Les obliger à faire des choix impossibles.
– Maintenez la tension le plus longtemps possible.
– Recourir aux contraintes de temps et menez votre personnage principal à courir une course contre le temps
– Finir habilement votre chapitre avec un leurre qui prépare au suivant.
– Créer l’imprévisible
– Créer l’inattendu
– Informer le lecteur sur quelque chose que le protagoniste ne sait pas.

 

Autrement dit, l’inconnu, l’incertitude, l’anxiété, la peur sont les ingrédients de base du suspense.

Un conseil : si vous êtes coincé à vous interroger sur le suspense et comment l’injecter dans votre récit, posez-vous la question suivante : qu’est-ce qui se passe ensuite ?

 

À vos succès d’écriture…

 

16 commentaires

  1. Samuela dit :

    Merci pour vos conseils!

  2. Myriame dit :

    Vous avez répondu !
    Merci beaucoup pour ces merveilleux conseils.

  3. Jean-Patrick dit :

    Bravo pour ce rappel toujours nécessaire.
    Déjà en 1895, Georges Polti avait réfléchi à ce problème et en avait déduit 36 situations dramatiques ; si quelqu’un sait comment se procurer une version ou une réédition de l’ouvrage, je suis intéressé.
    En attendant, Wikipédia en a rappelé la liste : http://fr.wikipedia.org/wiki/36_situations_dramatiques
    Bien à vous tous

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Merci Jean-Patrick

      Je connaissais le livre de Georges Polti mais c’est une bonne idée de l’évoquer ici. Des lecteurs pourront certainement y trouver quelques pistes intéressantes pour construire leur intrigue.

      Bien à vous

  4. En ce qui me concerne, sur mon texte actuel, j’utilise plusieurs méthodes pour parvenir à maintenir le lecteur en haleine.
    Outre les ficelles habituelles au sein du texte , je joue sur la construction des chapitres.

    C’est à dire que dans mon histoire, il y a quatre groupes de personnages confrontés à une situation catastrophique. Et je joue entre ces groupes. De cette façon je casse le rythme et maintiens l’intérêt. Et chaque chapitre apporte sa pièce à la compréhension globale de l’histoire qu’a le lecteur.

    Cela nous donne en gros un truc de ce genre:
    chapitre 141: le groupe A est confronté à une situation, ils font le choix X. (le lecteur attend la suite)

    chapitre 142: on retrouve le groupe B dans une situation similaire. Tout indique que le choix X sera posé… lorsque soudain, un événement imprévu survient. (effet de surprise du changement de plan. Effet de suspens car le lecteur SAIT ce qui est arrivé au groupe A et il y a un effet d’attente. Effet de surprise avec l’innattendu)

    cahpitre 143: nous retrouvons le groupe A (le lecteur reste sur l’innattendu du groupe B, cela va-t-il se reproduire?.

    chapitre 144: le groupe C est dans un temps mort, une situation de calme. Le lecteur voit la tension reposer. Mais la menace reste dans un coin de la tête du lecteur, car il sait que les groupes A et B ont eu des soucis.

    chapitre 144: on replonge dans l’action avec le groupe B. (effet de surprise, intérêt par l’action, suspens par l’évocation permanente du danger..)

    Et ainsi de suite. Je pense que ce schéma illustre assez bien ma manière de procéder.

    Mais attention. Le plus gros danger de cette méthode, et là je m’adresse à toutes les personnes qui travaillent sans PLAN DU ROMAN, c’est le risque de basculer dans le chapitre dit « filler ».

    C’est à dire, un chapitre qui arrive sorti de nulle part, avec des personnages, une situation, mais qu’on ne retrouve plus par la suite et qui n’apporte rien au récit. Un peu comme une sorte de « hors sujet ».
    On peux changer le plan de l’histoire, on peux casser le rythme. Mais il faut toujours maintenir le lecteur dans l’intérêt d’une histoire globale.

    Exemple:
    Chapitre 1 : A promène son chien et voit une ombre surgir dans la rue.
    Chapitre 2 (filler): B est dans sa maison et regarde un film à la TV.
    chapitre 3: A et son chien poursuivent l’ombre.

    Dans cet exemple, le lecteur se demande: « mais c’est quoi ce chapitre qui ne sert à rien? ». D’autant plus que si B ne réapparait jamais, ou encore que le fait qu’il regarde la TV n’aie aucun impact sur l’histoire.

    En revanche, si B regarde la TV et voit un reportage sur un mystérieux tueur en série. Bingo, le suspens est maintenu. Car le lecteur, avec l’histoire de B, est alerté sur le risque encouru par A et va se précipiter sur le chapitre suivant.
    Alors que si l’histoire de B est inutile et sans intérêt, le lecteur partira sur le chapitre suivant avec un apriori négatif.

    Bref. Voici pour ma petite contribution personnelle à ce thème du suspens.
    Bien à vous.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Merci pour votre (longue) contribution. C’est ce que j’attends des échanges et des commentaires sur Aproposdecriture.

      Bien à vous

  5. C’est vraiment enrichissant! J’ai partagé le lien À plusieurs amis et frères d’arme!

    Merci.

    raviel karmady, auteur.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Abonnez-vous au blog et ne manquez aucun article.
      A chaque parution sur le blog, l’article arrive directement dans votre boîte mail.

      Bien à vous

  6. Huey dit :

    Merci pour cet article très intéressant. Je pense savoir comment m’y prendre maintenant pour faire régner le suspense dans mon roman !

  7. chems dit :

    Bonjour…

    depuis longtemps je me demandais pourquoi les gens ecoutaient de la musique plus facilement qu ils ne lisaient?

    Une partie de la reponse reside certainement dans la construction des chapitres comme dit plus haut Auteur-Roman-Koncept…

    Merci pour ce sujet central dans l action d ecriture…

  8. FT dit :

    Merci pour ces précieux conseils que je tente de mettre en application :
    https://www.wattpad.com/story/48742792-fashion-victime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article