Comment captiver vos lecteurs ?

Partager :

Nous avons tous lu des histoires qui nous ont tenus en haleine. Soit l’intrigue se révélait passionnante, soit les personnages nous touchaient en plein cœur…

 

 

 

 

Mais il y a aussi des livres que nous n’avons eu de mal à abandonner après quelques pages ou quelques chapitres. Des histoires dont nous ne gardons aucun souvenir. Un contenu sans intérêt, des personnages sans densité… bref, rien pour retenir notre attention de lecteur.

Quelle différence existe-t-il entre le livre qu’on peine à fermer et auquel on pense longtemps après et celui qu’on ne regrette pas d’avoir abandonné ou fini ?

Plus explicitement, comment écrire des histoires qui tiennent les lecteurs en haleine ?

La clé pour envoûter vos lecteurs : incarner vos personnages et leurs émotions.

Qu’est-ce qui crée l’émotion ? Le désir et de la peur.

Chacun d’entre nous éprouve une variété d’émotions motivées par nos désirs individuels et nos peurs, et découvrir des personnages qui nous ressemblent engendre une forte d’identification.

Les lecteurs ne doivent jamais douter de ce que veut le personnage ni de ce qu’il craint. Si vous amenez ces deux sentiments dans chaque scène, chaque événement, vos lecteurs resteront accrocher à leur lecture.

 

Identifier les désirs et les craintes

 

Le désir et la peur vont souvent de pair. Un personnage souhaite une chose – une victoire, une histoire d’amour, une promotion, un changement – et craint en même temps de ne jamais l’obtenir ou l’atteindre.

Quand vous écrirez les désirs et les craintes, il est crucial de les creuser en profondeur. Commencez par un désir général : l’amour, la sécurité, la paix, la reconnaissance. Notez ensuite toutes les façons qu’aurait ce désir de se manifester chez votre personnage tout au long de sa vie. Faites de même avec la peur : la mort, le rejet ou l’échec. Réfléchissez à des exemples dans lesquels votre personnage pourrait se trouver confronter à ses peurs.

Gardez ces désirs à l’esprit et mettez les peurs en miroir.  N’hésitez pas à mettre vos personnages à l’épreuve. Forcez-les à faire des choix difficiles. Donnez-leur des possibilités d’échouer. Une histoire est plus intéressante quand un personnage prend tous les risques pour atteindre ce qu’il convoite et qu’il doit affronter ses peurs pour y arriver.

 

Exprimez les émotions fortes

 

Pour exprimer les émotions, pensez à puiser dans votre vécu et vos propres sentiments lors de diverses situations.

Montrez (et ne dites pas !) toute une série d’émotions chez votre personnage. Mais rappelez-vous, dans la fiction, vous avez la liberté d’augmenter les enjeux et d’intensifier l’émotion. Quelquefois, il est même nécessaire d’exagérer la réalité pour rendre l’histoire plus intéressante. Après tout, ne lisons-nous pas pour échapper à la vraie vie ?

Mais quoi que vous fassiez,  ne laissez pas votre personnage seul dans une chambre, en pleurs. Les lecteurs éprouveront de l’émotion grâce à l’action et au dialogue. Un petit conseil : recourez à l’introspection seulement si c’est nécessaire.

À mesure que l’intrigue progresse, augmentez la tension. À l’approche du climax, créez un scénario dans lequel il semble impossible à votre personnage d’obtenir ce qu’il veut et d’éviter la peur.

La fin sera satisfaisante quand votre personnage atteindra son but ou son désir, mais de façon imprévisible ou inattendue pour lui et vos lecteurs. Choisissez le genre d’émotion avec laquelle vous voulez finir et écrivez une histoire captivante qui touchera vos lecteurs.

 

À vos succès d’écriture…

2 commentaires

  1. pelletier dit :

    Bonjour et bravo pour ce site formidable trouvé par hasard! Je suis traductrice littéraire et je cherche surtout à perfectionner mon français, notamment à enrichir mon vocabulaire, trouver des locutions plus spontanément et améliorer mon style en général. Avez-vous des astuces à me conseiller?

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Je ne sais pas si vous connaissez ce dictionnaire. http://www.amazon.fr/gp/product/2321006668/ref=pd_lpo_sbs_dp_ss_1?pf_rd_p=556244447&pf_rd_s=lpo-top-stripe&pf_rd_t=201&pf_rd_i=2849022667&pf_rd_m=A1X6FK5RDHNB96&pf_rd_r=04X4M69BXA88CAJZJ48J

      Sinon, un site peut éventuellement vous aider http://michel.gibergues.pagesperso-orange.fr/locutions/page2.html

      Le graphisme du site est limite mais vous y trouverez les locutions classées par ordre alphabétique.

      Quant au style, je crains qu’il nécessite du travail. Lisez. Apprenez… C’est ainsi que vous enrichirez votre vocabulaire et développerez votre culture littéraire. Imaginez, chaque jour, vous lisez et apprenez un page du site de locutions cité plus haut… Dans 26 jours, vous en connaitrez un rayon !

      Cette technique, je l’employais au lycée. Chaque jour, j’apprenais 3 nouveaux mots en allemand dans un bouquin de vocabulaire et dans des thèmes différents (l’école/la maison/la famille/les loisirs…). Je les copiais 10 fois chacun. Tout cela ne prenait que quelques minutes. A la fin de chaque mois, je connaissais 90 nouveaux mots ! Et je vous garantis qu’au bout de quelques mois j’avais acquis un sacré vocabulaire.

      Ce petit travail me valut une très belle note à l’oral du bac. Je ne dis pas cela pour me vanter (car comme chaque élève, je consacrais du temps aux seules matières qui m’intéressaient et l’allemand, j’aimais cela) mais l’examinateur avait été très étonné par mon vocabulaire. Il m’avait du reste incitée, à la fin de l’épreuve, à poursuivre en fac de langues. Mais je n’ai pas suivi son conseil ! ‘-)

      Tout cela pour vous dire que la réussite en quelque chose est souvent affaire de travail et de persévérance. Je ne crois pas au baguette magique.

      Bon courage à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article