Bien placer le point d’exclamation

Partager :

On l’utilise souvent, mais parfois un peu n’importe comment… Parmi les questions qui arrivent dans ma boite mail, celle de la place du point d’exclamation revient régulièrement.

 

 

 

 

Cet article s’attaque donc au sujet. Je réponds ainsi à celles et ceux dont les questions n’ont pas encore reçu de réponses. (Désolée !)

 

Le point d’exclamation

1 / Définition

 

Autrefois appelé « point d’admiration », le point d’exclamation, est le signe de ponctuation marquant la surprise, l’étonnement, la crainte, la joie, le regret, etc.

 

2 / Usage du point d’exclamation

 

De la définition découle la place du point d’exclamation. Autrement dit, Le point d’exclamation se place à la fin d’une phrase exclamative ou d’une phrase exprimant la surprise, l’exaspération, l’admiration, un ordre…

exemples :

Quel beau bouquet !
Sortez d’ici !
Pourvu qu’il apprécie mon idée !

Mais le point d’exclamation s’emploie aussi après l’interjection.

exemples :

Hélas ! vous ne reviendrez pas avant un bon moment.
Elle avança doucement, et vlan ! elle glissa sur le verglas.

À propos des interjections :

Lorsqu’une interjection est liée à un autre mot avec lequel elle fait corps, le point d’exclamation est placé après le deuxième terme :

exemples :

  • Zut alors !
  • Non mais !

Si le deuxième élément exprime une idée distincte, les deux éléments sont séparés par un point d’exclamation :

exemples :

  • Non ! Vraiment !
  • Ah ! J’espère !

Dans le cas d’interjections répétées, plusieurs cas se présentent et sont fonction de l’effet que l’on veut obtenir.

Si vous souhaitez appuyer sur les interjections, vous pouvez :

  • les écrire chacune avec une majuscule : Ha ! Ha ! Ha !
  • répéter le point d’exclamation, ou utiliser les deux procédés à la fois :
    Ha ! ha ! ha !    ou      Ha, ha, ha !
  • supprimer la virgule pour imiter le rire et accélérer le rythme : Ha ha ha !

 

3 / D’autres usages du point d’exclamation

 

a / Quand une phrase commence par une interjection, on met un point d’exclamation après cette interjection ainsi qu’à la fin de la proposition suivante — si cette dernière est exclamative.

exemples :

  • Hourra ! J’ai réussi !
  • Ah zut ! Il pleut et je n’ai pas mon parapluie.

 

On répète le point d’exclamation après chaque élément quand une suite de phrases exclamatives sont suffisamment indépendantes les unes des autres :

exemple :

  • Quel dommage ! C’est une vraie catastrophe pour l’association !

 

Par contre, s’il y a une gradation d’idées, il suffit de mettre un point d’exclamation à la fin de la phrase :

exemple :

  • C’est si ennuyeux, si regrettable !

 

b / le point d’exclamation entre parenthèses

 

Pour marquer son étonnement ou son incrédulité, on peut faire suivre un élément de la phrase d’un signe d’exclamation placé entre parenthèses :

exemple :

  • Il n’y aura pas de primes (!) cette année.

 

À noter que l’ensemble formé par le point d’exclamation et les parenthèses s’espace comme un mot ordinaire et qu’il n’y a pas d’espace de part et d’autre du point d’exclamation.

 

c / Ô vocatif et point d’exclamation

L’interjection ô, appelée ô vocatif, peut servir à interpeller ou à invoquer. Mais il peut aussi exprimer un sentiment de joie, de crainte, d’admiration, etc.

Dans l’un et l’autre de ces emplois, le ô ne doit jamais être directement suivi du point d’exclamation :

exemples :

  • Ô surprise !
  • Ô que j’ai hâte d’être en été !

 

d/  Majuscule ou minuscule après le point d’exclamation

 

Si une interjection est placée en début de phrase, on met une majuscule après le point d’exclamation si l’on veut appuyer sur l’interjection. Le point d’exclamation équivaut alors à un point ordinaire.

  • Minute ! Je termine d’abord mon travail !

En revanche, vous écrirez le mot qui suit le point d’exclamation avec une minuscule si l’interjection constitue l’amorce de la phrase. Dans ce cas, le point d’exclamation équivaut à une virgule :

  • Minute ! mon ami, je ne vais plus tarder !

Dans les autres cas, on met :

  • une majuscule au mot qui suit le point d’exclamation si l’on considère qu’il introduit une nouvelle phrase :

ex : Quelle belle journée ! Il faut en profiter !

Dans ce cas, le point d’exclamation équivaut à un point.

  • une minuscule si l’on estime que la phrase se poursuit.

ex : Vive les vacances ! soleil et farniente !

Dans le cecas, le point d’exclamation équivaut à une virgule.
e /  Le point d’exclamation et les autres signes

Le point d’exclamation, suivi ou non des guillemets, tient lieu de virgule à la fin d’une proposition intercalée, ou avant une incise :

  • J’ai encore, hélas ! mal à la tête.
  • « Comme si je n’avais pas assez de soucis ! » s’est-elle écrié.

Certains préfèrent coupler la virgule et le point d’exclamation :

  • Ce fut, hélas ! le chef d’équipe qui prit la décision.
  • « C’est un véritable imbroglio ! », dit Jacques, le chef de brigade.

Les deux procédés sont acceptables ; l’important est d’assurer l’uniformité à l’intérieur du texte.

 

À noter que dans l’exemple,« C’est un véritable imbroglio ! », dit Jacques, le chef de brigade, le point d’exclamation qui fait partie d’une citation guillemetée est à l’intérieur des guillemets.

S’il fait partie de la phrase principale, il se place à l’extérieur des guillemets :

  • Ne me dites pas qu’elle est encore « malade » !

 

 

Enfin…le point d’exclamation peut être doublé, triplé et même combiné au point d’interrogation pour exprimer l’incrédulité, l’étonnement.

Ce procédé n’est cependant pas à recommander :

exemples :

  • Il est parti sans ses clés !!
  • C’est un maitre-nageur, et il craint l’eau !!?

 

Voilà, après ces éclaircissements, vous maitriserez mieux l’usage du point d’exclamation et son placement.

 

À vos succès d’écriture…

24 commentaires

  1. Aliénorane dit :

    Très clair ! merci !

  2. Aimé dit :

    Merci pour cet article très complet, Marie-Adrienne.
    Je serai aussi intéressé par un article sur l’usage du ET entre deux phrases et introduit par un point-virgule.

    Exemple dans L’Argent d’Émile Zola :

    D’un coup d’œil, il parcourut les rangs de petites tables, où les convives affairés se serraient coude à coude ; et il parut surpris de ne pas voir le visage qu’il cherchait.

    Est-ce une pratique d’écriture devenue obsolète ou doit-on toujours l’utiliser ? Pour ma part, je trouve cela assez élégant.

    Merci d’avance.

  3. Estelle assako dit :

    Merci pour le rappel
    Je vous suis depuis le Cameroun. Je suis ravie d’être membre dans cette grande famille.

  4. Estelle assako dit :

    Si je veux publier une nouvelle ou un article comment faire?

  5. Jung dit :

    excellente et très utile mise au point ! Bravo !

  6. Camille D'Aplemont dit :

    Bonjour,
    Merci de ce petit cours qui, comme toujours, m’est bien utile.
    Vous évoquez dans l’article le Ô vocatif. Vous pouvez en dire plus sur le sujet ? J’avoue que je découvre ce Ô là.

    Merci encore
    A bientôt
    Camille

  7. Hamid dit :

    Bonjour,
    Très intéressant! Merci Marie.

  8. Merci beaucoup Marie-Adrienne pour ce rappel de la ponctuation. J’ai plutôt intérêt à l’imprimer. Que la langue française est compliquée !
    Le dernier article de squarciafico monique : ContactMy Profile

  9. nilse dit :

    Oui ! merci,je vais mieux maîtriser son utilisation.

  10. Johnathane Anger dit :

    Vive la ponctuation !

    Je me rappelle avoir vu un double/triple point d’exclamation ou la combinaison avec le point d’interrogation dans des BD et mangas, mais pour ce qui est d’un livre, ça ne me dit rien. Je regarderai plus attentivement dans mes prochaines lectures.

  11. Christiane JOUVE dit :

    J’ai vivement apprécié ces éclaircissements sur le traitement du  » ! »
    Des détails qui permettent d’obéir et de conserver les règles du français. Avec les positions respectives des «  », du ! et de la ponctuation.
    Rappel également du ô vocatif qu’on avait presque oublié.
    Merci infiniment.
    Jouvette

  12. Amir dit :

    Bonjour! Merci à vous pour avoir apporter cet éclairage aussi limpide sur un des signes de la ponctuation (point d’exclamation). J’aimerais que cette concision soit étendue aux autres signes pour dissiper tous les doutes et acquérir une parfaite maîtrise de la ponctuation.

  13. Marité dit :

    bonjour Marie-Adrienne
    Excellent article.
    Pour ma part, je suis en train de lire Mme Bovary de Flaubert et je suis surprise par l’utilisation du tiret par Maître Flaubert :
    Suivant leur position sociale différente, ils avaient des habits, des redingotes, des habits – vestes : – bons habits, entourés de toute la considération d’une famille, et qui ne sortaient de l’armoire que pour les solennités; redingotes à grandes basques flottant au vent, à collet cylindrique […]; vestes de gros drap…. ( extrait de la scène de mariage de Bovary et Emma.
    Le tiret entre habits-veste et bons habits, juste après : me surprend. Et Flaubert utilise cette méthode à plusieurs reprises dans ses descriptions.
    Ah, j’oubliais! Je trouve Mme Bovary admirablement écrit. Je n’en suis qu’au début. Je n’avais jamais lu ce livre. Je me figurais que ce ne pouvait être qu’ennuyeux de lire une histoire sur une personne qui s’ennuie. Car c’est ce que j’avais retenu de toutes les commentaires que j’avais entendus jusqu’ici. Pour le moment, sans regret d’avoir acheté le roman.
    Affectueusement

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonsoir Marité

      Je ne sais pas pourquoi Flaubert utilise les tirets. J’ai lu Mme Bovary pendant mes études et j’avoue que leur présence ne m’avait pas interpellée.
      Bonne lecture

  14. Lauren dit :

    Bonjour Marie-Adrienne,

    J’ignorais deux ou trois choses sur le point d’exclamation, notamment le fait que le point d’exclamation s’appelait autrefois « point d’admiration ». Mais ce qui m’a le plus marquée, c’est le point d’exclamation entre parenthèses ! C’est donc possible de faire cela dans un roman ? C’est toujours très agréable d’en apprendre plus sur un tel sujet quand on écrit à temps plein.
    Le dernier article de Lauren : Comment faire une fiche de personnage pour votre roman ?My Profile

  15. Bonjour
    votre article sur le point d’ »admiration » me plait et j’utilise pas mal ce dernier dans mes écrits, à tort peut-être!
    JE NE SAIS PAS!!
    Merci pour tous vos articles.
    j’essaierais dorénavant de ne pas utiliser le point d’exclamation (!)
    à tort et à travers!
    Cordialement.
    JJB

  16. LOPEZ Jean-Louis dit :

    Bonjour, Madame CARRARA.
    Il y a longtemps que nous n’avons pas conversé. De nombreux déménagements ont mis à mal mes projets d’écriture… Mais qu’importe ! Tel un phénix, je retrouve le goût et le calme pour finir l’écriture de mon quatrième roman. Un roman d’amour enrobé de dramaturgie et de climax – sans exagération – bien entendu…
    Je souhaitais connaître votre avis sur « l’écriture inclusive » et ses modalités d’application.
    Ci-dessous, vous trouverez un lien, ou François de Closets, pousse un cri d’alarme :
    http://www.lopinion.fr/edition/politique/francois-closets-ecriture-inclusive-triste-francais-point-milieu-136136

    À bientôt de vous lire avec le plus grand plaisir.
    Jean-Louis LOPEZ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article