Les 5 étapes du cycle de l’imagination

Partager :

De nombreuses personnes se disent incapables d’écrire par manque d’imagination. Et pourtant tout le monde en a, il suffit pour s’en convaincre de songer aux stratégies que nous sommes capables d’inventer pour séduire quand nous sommes amoureux ou pour mentir quand nous sommes en faute, etc.

Les personnes qui pensent ne pas avoir d’idées ont simplement laissé leur imagination en friche. Ainsi, ce n’est pas les idées qui manquent mais l’art de les cultiver. Car moins on sollicite son imagination plus elle s’engourdit.

Les 5 phases de l’imagination au cours d’une vie

1 – De 0 à  7ans – C’est la face sensitive de la découverte du monde. Tous les sens sont en alerte. L’enfant touche, goûte, écoute, sent et regarde. Tout l’étonne, l’émerveille et l’intéresse.

2 – De 7 à 12 ans – C’est la phase durant laquelle l’imagination de l’enfant située à mi-chemin entre la naïveté et l’égocentrisme se concentre. Il se compare, imite, se conforme au groupe en matière de comportement, d’habillement ou du reste. C’est à cette période que s’étouffe la spontanéité imaginative de l’enfant.

3 – De 13 à 30 ans – On qualifie cette période de phase subversive. L’adolescent devient agressif. Il refuse les modèles parentaux. Il a soif de liberté, veut jouir de tout, d’amour, de sexualité et de plaisirs. Mais bizarrement, c’est à cette période qu’un être entre progressivement dans les modèles sociaux établis et qu’il développe des complexes. Apparaissent alors la peur du ridicule, du jugement des autres et le souci des apparences.

4 – De 30 à 45 ans – C’est la phase adulte. L’âge des acquisitions, de l’installation, de l’appartenance, du conformisme  et du conservatisme. L’imagination est en hibernation. Généralement plus un individu devient adulte, plus il se conforme aux règles, à la morale, aux pensées régissant son milieu, plus il perd sa candeur et son indépendance d’esprit. Installé dans sa profession, il ne s’intéresse presque qu’exclusivement à ce qui concerne son travail. Il ne pose plus beaucoup de questions. Il sait… un pas déjà vers la régression !

5 – De 45 ans à … – Là, tout se joue. Soit la routine s’installe irrémédiablement et survient un déclin intellectuel. Soit le déclic se fait et fort des connaissances acquises et de l’expérience de la vie, l’individu en pleine maturité retourne à la fraîcheur de perception de son enfance et se réalise par son imagination créatrice.

Ainsi, pendant son enfance, l’individu s’imbibe de tout ce qui est nouveau, surprenant, amusant, drôle. Puis vient l’adolescent qui, contre son gré, se laisse imprégner de ce qu’il faut savoir « pour réussir dans la vie ». Une fois adulte, gorgé de prêt-à-penser, il se ferme. Et s’il ne se méfie pas, l’individu parvient complètement à sec au terme de son existence.

Comment éviter le vieillissement mental

Pour éviter la vieillesse mentale et maintenir l’esprit en état de renouvellement, il est bon de se demander à quand remonte notre dernier émerveillement, notre dernier enthousiasme, notre dernier fou rire…

Quant à l’imagination, quelques exercices suffiront à lui redonner toute sa vigueur. Par exemple, faites l’inventaire de vos poches et interrogez-vous sur la provenance, l’usage et le devenir de chacun des objets. Dans le bus, inventez des destins à vos voisins de route. Selon vous, où se rend cette femme pressée que vous croisez dans la rue ? Qui attend cet homme assis au volant de la voiture stationnée près de la vôtre. Créez des histoires.

Essayez, vous verrez c’est savoureux.

 

7 commentaires

  1. Atari dit :

    Je n’avais jamais essayé d’imaginer où va tel ou tel personne que je croise en chemin ! Hmm je suis sûre que ça me donnerait des idées !

    Merci beaucoup pour cet article. En plus il est super bien écrit….

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Fais-le, c’est assez rigolo. Après ça devient un réflexe. C’est ainsi que tu en arrives à sourire seule ( et le plus discrètement possible) dans le train ou le bus parce que tu crées tout un univers au passager assis juste en face de toi. C’est du vécu !

      • Atari dit :

        Déjà que je souriais assez toute seule parce que j’imagine trop de choses (mais là ça n’a rien à voir avec les passagers en face de moi) alors maintenant ça sera pire encore ! ^_^

      • freya dit :

        Je faisais ce genre d’exercices avec mes filles mais assises sur les marches d’un théâtre, en plus d’imaginaires,
        c’est vraiment très drôle!!!
        Et « OUI », Discret, bien sûr!

  2. Clara dit :

    Tres bonne idée 🙂
    Merci pour cet article

  3. Hélène dit :

    Merci pour vos articles. Je me suis retrouvé dans celui-ci. Je n’ai pas encore 45 ans mais à 2 ans prêt c’est pareil 😆 Et je suis contente d’avoir pris seule le chemin du « non déclin ».
    J’essayerais l’exercice dans les transport 😆 Personnellement, mon imagination s’envole dès que je marche ou conduis, des histoires se forment tranquillement partant d’un rien.

  4. freya dit :

    Justement, j ai 49 ans, mais je ne me sens pas vieille du tout.
    J ai eu une « grosse mauvaise » passe, causée par des pathologies.

    De plus certains médocs, brident complètement votre imaginaire,
    c est le pire, l’horreur, lorsque l’on a toujours créé, imaginé, que cela a toujours fait partie de votre existence.

    L’âge, cela dépend de sa personnalité, le tempérament plus que du nombres d’années.
    Je connais des personnes plus jeunes de 10 ou 15 ans, elles ressemblent à des sexagénaires
    je promène toujours des molosses de plus de 35 kg, je suis toujours gymnaste, MAIS il est vrai que le Train-Train , c est MAUVAIS POUR TOUS.

    Enfin il y a ‘routine’ et ‘routine’

    Et Déjà :
    Le fait de répondre aux articles , inconsciemment, m’oblige à essayer d’écrire correctement (fautes de syntaxe, grammaire, phrase à rallonge) ::)))) Autorisée à dire, LoL??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article