5 conseils essentiels pour bien démarrer en écriture

Partager :

1/ Écrire en transgressant les règles

Quand on commence à écrire, le premier réflexe est toujours de chercher la perfection. D’ailleurs, j’ai fait comme tout le monde. Pendant des années, j’ai fait attention à tout. Chaque mot que j’écrivais était réfléchi, presque pesé. Mais à force de multiplier mes participations aux concours de nouvelles, il a fallu produire plus et plus vite. Ainsi par la force des choses, j’ai dû changer ma façon de faire mais je n’y ai pas perdu au change. Quand vous jetez vos idées sur le papier, n’essayez pas d’écrire parfaitement. Osez une écriture débraillée ! Ne vous préoccupez pas de l’orthographe, de la grammaire, ni de la syntaxe. Remettez ces corrections nécessaires à plus tard.

Plus vous vous permettrez de transgresser les règles et les interdits, plus votre écriture sera inventive. C’est en vous libérant du souci de perfection que vous serez le plus imaginatif.

2/ Ne vous « écoutez» pas écrire

Avez-vous remarqué comme notre façon de nous exprimer change dès qu’il s’agit de prononcer quelques mots devant une assemblée? Tout à coup, on s’écoute parler et notre discours perd son naturel et sa spontanéité. Pourquoi ? Parce qu’on s’exprime comme on imagine devoir le faire en pareille circonstance. En employant des mots et des phrases qui ne nous appartiennent pas.

Lorsqu’on écrit, surtout si l’on sait que l’on sera peut-être lu, c’est pareil, le même phénomène se produit. Ne tombez pas dans ce piège. Si vous vous «écoutez écrire » au lieu de laisser libre cours à votre écriture naturelle, vos idées vont s’embrouiller.

3/ Entraînez votre cerveau à se surpasser

Notre cerveau n’aime pas se compliquer la tâche. Quand on le sollicite pour trouver des idées, il se contente de puiser dans sa réserve de « prêt-à-penser » et produit une ou deux idées banales. De sorte que cela limite notre imagination. Si vous voulez que votre cerveau se surpasse, que votre matière grise vous grise, ne vous contentez jamais de la première idée. Habituez-vous à toujours chercher une idée plus originale que celle qui vous vient immédiatement à l’esprit.

Ne vous contentez donc pas de votre première idée. Cherchez-en une seconde… et choisissez la troisième. Autrement dit, obligez votre cerveau à se booster. Faites de ce principe un réflexe, et vous verrez comme votre cerveau va se bouger les neurones !

Plus nous sollicitons notre cerveau, plus nous l’entraînons à trouver des idées nouvelles, plus notre imagination s’élargit. C’est la meilleure façon de sortir des sentiers battus.

4/ Écrivez avec plaisir

Écrire, c’est d’abord se faire plaisir. Si vous écrivez pour plaire, être reconnu, voire admiré par d’éventuels lecteurs, vous faites fausse route. Pour commencer, écrivez simplement pour le plaisir d’exprimer des sensations neuves et des idées nouvelles.

Acceptez l’idée que ce n’est pas pour devenir écrivain que vous vous lancez, mais pour enrichir votre écriture en vous divertissant. Ce qui ne vous empêche pas de caresser l’espoir d’être reconnu un jour. Mais pour être reconnu, il faut un peu de talent, beaucoup de persévérance et énormément de travail…

Écrire c’est surtout réécrire, beaucoup réécrire !

5/ Trouvez votre style

Le style est directement lié à la personnalité de chacun, à son histoire, à ses sentiments, ses émotions. En somme, le style est un révélateur de nous-mêmes. Il s’affirmera en écrivant. Pour le trouver, mettez-vous à l’écoute de vos sentiments et exprimez-les. Faites confiance à votre façon d’écrire et à ce que vous souhaitez exprimer. Votre voix est unique.

7 commentaires

  1. Un phoenix dit :

    Le plus important, c’est d’écrire avec son coeur. Je réalisais il y a peu que l’inspiration n’était rien d’autre qu’une émotion. Nous voyons un couché de soleil, un type qui se baisse dans la rue et ramasse quelque chose… et pouf ! L’imagination part très loin. Et c’est cette émotion de base qui sera le moteur de tout notre projet d’écriture. Et c’est pareil pour tous les aspects du roman, chaque événement, chaque personnage et acte doit aussi provenir de nos propres émotions. L’émotion c’est ce qui fait que le lecteur sera capable de se reconnaître dans le récit. Et c’est aussi ce qui fera que vous vous éclaterez à écrire !
    Enfin c’est comme ça que je le vois, qu’en pensez vous ?

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Je peine à penser que l’émotion soit la seule à l’origine de l’inspiration.
      En revanche, que l’on se serve de ces émotions pour écrire, c’est indéniable.

      Bien à vous

      • Un phoenix dit :

        Bonsoir,

        Mais vous savez le débat est ouvert, c’est pour ça que je commente, votre avis m’intéresse ! Pour vous, quels sont les mécanismes de l’inspiration ? quels sont les autres origines ?

        • Marie-Adrienne Carrara dit :

          Il est difficile de définir l’inspiration. Pour moi, l’inspiration est faite de quelque chose d’extérieur qui pénètre l’auteur. Ensuite, je crois que les créatifs sont des personnes différentes ou du moins qui agissent différemment des autres. Curieux, observateurs, rêveurs…
          Tout cela se mêle et sert à la créativité. Certains peignent et d’autres écrivent.

          • Un Phoeinx dit :

            Oui mais justement, « curieux, observateur, rêveur… » j’ai tenté de remonté la source de tout ces aspects. J’ai tenté de définir cette excitation lorsque l’on découvre quelque chose qui va nourrir notre inspiration. j’ai tenté de définir ce moment de remémoration que l’on fait lorsqu’on continue d’écrire, ce sourire, cette joie de retrouver nos personnages et de continuer l’aventure avec eux. notre coeur qui bat la chamade lorsque nos doigts volent sur le clavier. Tout ce que j’ai vus pouvait être synthétisé par le terme « émotion ». Après biensur si l’on analyse ce qui précède l’émotion, la liste de l’origine de l’émotion est très longue. Mais je me dit que si on trouve ce qui synthétise l’inspiration, et selon ma théorie c’est l’émotion, alors en retrouvant l’émotion, il sera plus difficile de perdre l’inspiration.

          • Edwige dit :

            Bonjour,
            Curieux, observateur, rêveur. Depuis l’enfance, c’est ainsi qu’on identifie mon tempérament, pour l’exaspération de ma mère et autres.
            J’ai refréné mon écriture des années et me suis éclatée dans les arts plastiques, longtemps.
            Maintenant je reviens au verbe avec un immense plaisir.
            Je ressens que la créativité peut s’exprimer dans plusieurs domaines pour la même personne.
            Toute nouvelle, je vous remercie pour votre blog.

  2. Hélène dit :

    Ecrire avec plaisir, oui c’est vrai. a partir du moment où j’ai écrit pour moi et non pour les autres, l’écriture a pris une autre dimension. Je m’appuie sur le réel mais si le réel ne correspond pas à ce que j’attends, et bien je le modifie. C’est un de mes grands plaisirs dans mes écrits, je fais en sorte que ça me plaise 🙂
    Je n’ai pas encore reconnu les signes de mon inspiration mais il me semble que l’émotion a une grande part 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article