Écrire un roman polyphonique

Ecrire du point de vue d’un narrateur est déjà difficile, mais écrire une histoire du point de vue de plusieurs narrateurs peut sembler carrément impossible. Et pourtant, on peut y arriver en respectant des règles et suivre quelques conseils.

Lire plus

Comment écrire tout en voyageant ?

Déjà Mai et ses fameux fériés ! Et cette année, le mois est plutôt chargé.De quoi profiter de belles escapdes… Lire plus

Ecrire et être payé !

Ecrire des fictions et être payé… Qui n’en a pas rêvé ? Ce sera peut-être bientôt possible grâce à Valérie et à son projet de site Rêves de lignes. Lire plus

Analyse d’un roman (43e épisode)

Dans ce nouvel épisode de la série « L’Alchimie du roman », Jean-Philippe Depotte analyse « Sa Majesté des mouches », de William Golding

 

 

 

 

Sa Majesté des Mouches

 

 

 

À propos de William Golding 

 

William Golding est né le 19 septembre 1911 à St Columb Minor dans les Cornouailles. Il étudie à l’université d’Oxford et obtient un diplôme de littérature anglaise. Il devient enseignant.

Comme beaucoup d’hommes de sa génération, il est mobilisé en 1940 dans la Royal Navy . Il commence à écrire quelques textes. En 1944, il participe au débarquement sur les côtes française.

Après la guerre, il reprend son poste d’enseignant à Salisbury. Il exerce de 1945 à 1962, date à laquelle il se retire à la campagne près de Salisbury pour se consacrer à ses travaux d’écriture.

Son premier roman  » Sa Majesté des mouches  » reste son livre le plus connu. Il a néanmoins obtenu le prix Booker en 1980 pour Rites de Passage – 1er tome de sa Trilogie maritime, et le prix Nobel de littérature en 1983.

William Golding a été fait commandeur de l’ordre de l’Empire britannique (CBE) en 1961 et chevalier (anobli) en 1982.

L’auteur anglais est mort le 19 juin 1993 à Perranarworthal.

 

À propos du « Sa Majesté des mouches » de William Golding

D’abord refusé par de nombreux éditeurs, Sa Majesté des mouches (titre original : Lord of the Flies) a été publié en 1954. Il paraît en France en 1956. Le succès est rapide et international

Le roman a fait d’ailleurs l’objet de deux adaptations cinématographiques, dont l’une due à Peter Brook en 1963 et une autre en 1990 ainsi qu’une adaptation théâtrale en 1996. 

***

Comme à son habitude, Jean-Philippe Depotte analyse le roman selon quatre éléments :
• L’Eau, c’est le Style.
C’est la plume de l’écrivain, la poésie, la beauté du langage et le simple plaisir de lire de belles phrases.
• L’Air, c’est la Fiction.
C’est l’invention, qui prend deux formes, en général : l’intrigue (l’histoire que l’on raconte) et les personnages.
• La Terre, c’est le Milieu que décrit le roman.
C’est une époque ou c’est un lieu. C’est ce qu’apprend le lecteur sur la réalité que décrit le roman.
• Enfin le Feu, c’est le Message.
C’est la raison pour laquelle l’auteur a écrit son roman. C’est le message qu’il a voulu transmettre à son lecteur. Une philosophie, une morale ou, simplement, un sentiment, une impression.

***

Découvrez la vidéo (12’36) :

Merci à Jean-Philippe Depotte pour son analyse. Pour ma part, je n’ai jamais lu ce livre.

Et vous ? Qu’en avez-vous pensé ?

A vos succès d’écriture…

Résultat du 7e concours de nouvelles

Le moment est venu de dévoiler les gagnants du 7e concours de nouvelles organisé par Aproposdecriture. Lire plus