Cet article répond au mail de Marjorie, elle se reconnaitra. Elle m’a envoyé un mail plein de doutes. Je vous laisse lire, vous allez comprendre…

 

 

 

 

 

Marjorie vient de recevoir la énième lettre de refus. Un courrier impersonnel qui annonce que le comité de lecture n’a pas retenu son roman. Et ce sans la moindre justification. Déjà ce n’est pas top de recevoir ce genre de courrier mais surtout elle aurait aimé connaitre les raisons de ces refus en chaine pour progresser…  elle est dégoûtée.

 

Je sais parfaitement ce que Marjorie ressent… Je le sais parce que j’ai vécu la même chose.

 

Il y a une bonne vingtaine d’années (ouf déjà !), j’ai décidé de rassembler quelques-unes de mes nouvelles autour d’un thème.

Bref j’ai pris la liste des éditeurs (les plus connus ! du moins ceux que je connaissais à l’époque) et j’ai imprimé mon recueil en plusieurs exemplaires. Après avoir rédigé vite fait un courrier, j’ai filé à la poste mes enveloppes sous le bras (à cette époque, les éditeurs exigeaient tous une version papier)

 

Après, j’ai attendu. Impatiente. Quand j’y repense… quelle naïveté !

 

Deux mois plus tard, j’ai reçu la première lettre de refus.

 

Madame…

Nous avons pris connaissance de votre manuscrit X et nous vous remercions d’avoir fait appel à notre maison d’édition. Malheureusement, nous ne pouvons pas retenir votre texte pour publication.

 Si vous souhaitez le récupérer, nous vous proposons de venir le chercher…. Blablabla…blablabla

 

Mon manuscrit ne les intéressait pas. Soit. Mais en plus, je devais me payer un A-R sur Paris pour le récupérer ! J’ai laissé tomber. Il a dû finir à la benne.

 

Je gardais néanmoins espoir. C’était le premier retour et j’avais envoyé mon manuscrit à une bonne vingtaine d’éditeurs.

Donc j’oubliais vite ce revers et me remettais à espérer.

 

Je vous épargne la suite car la même situation s’est reproduite… 20 fois !

 

Toutes les lettres de refus n’ont pas été si “administratives”. Certaines tenaient des propos cinglants voire humiliants. Et sans le moindre égard pour le travail que j’avais entrepris. Mon recueil n’était peut-être pas à la hauteur mais on pouvait quand même dire autrement que mon écriture nécessitait de la maturité et qu’il fallait progresser. Des conseils auraient même été les bienvenus.

 

Refus après refus, le doute a commencé à s’installer en moi.

Je commençais à me convaincre que l’écriture n’était pas pour moi… D’ailleurs, chaque fois que je me mettais à écrire, tout était nul !

 

Voilà mon état d’esprit après quelques mois de cette dure épreuve.

J’étais dévastée. Si atteinte que j’ai failli renoncer à l’écriture. Certaines phrases des lettres de refus ne cessaient plus de tourner en boucle dans ma tête.

 

Tout aurait pu s’arrêter là.

J’aurais pu me focaliser sur la peinture, le sport ou autres. Mais l’écriture quand même, je sentais bien que ce n’était pas une simple lubie.

 

Après quelques mois d’abattement, j’ai commencé à penser que je m’y prenais certainement très mal. Je travaillais sans structure, sans méthode. Sans même me connaitre alors qu’au fond, les mots et les histoires que j’écrivais sortaient de moi. J’ai relu quelques lettres et même si certains mots faisaient mal, ils portaient en eux une part de vérité. Je devais me rendre à l’évidence

 

En vérité, j’avais faux sur toute la ligne !

 

J’ai donc décidé de repartir à zéro. J’ai repris tous mes bouquins qui traitaient d’écriture, de dramaturgie, de développement personnel… j’ai décidé de me former et de tout compiler pour établir une méthode de travail.

 

Au fil des semaines j’ai repris goût à l’écriture J’ai aussi repris confiance en moi et en mon écriture.

 

Avec plus de méthode, les progrès ne se sont pas fait attendre. J’ai même gagné plusieurs concours de nouvelles !

 

Donc j’étais sur le bon chemin. Autrefois, je faisais fausse route. Et je n’en avais même pas conscience. Je reproduisais toujours les mêmes erreurs et je m’étonnais d’obtenir les mêmes résultats !

 

Aujourd’hui, comme Marjorie, vous en êtes peut-être là vous aussi. A douter de vous, de votre écriture. A espérer plus et mieux. Vous souhaitez être accompagné(e), guidé(é).

 

Alors profitez de l’été pour prendre votre écriture en main. Certains l’ont déjà fait et découvrent ma fameuse méthode que j’ai appelée Histoires Captivantes. C’est un programme d’accompagnement pas à pas, une formation à l’écriture de roman en ligne. 

 

C’est déjà la 6e promo et les premiers retours des participants sont enthousiastes (et ce n’est que le début !) :

 

Merci Marie-Adrienne ! très enrichissant et stimulant – je me sens moins seule !

 

WOUAW quel module ! ça décoiffe mais ça fait du bien ! c’est du concret entre le but et la réalité

 

Vos modules sont vraiment top et m’aident beaucoup ! 

 

…Si ca vous dit de rejoindre la 6e promo. 

J’ouvre l’accès au programme Histoires Captivantes mais seulement quelques jours !

 

Pour cela, rien de plus simple.

 

Cliquez sur le lien https://aproposdecriture.learnybox.com/pc-hc-6/

Indiquez simplement votre prénom et votre email et écoutez la vidéo jusqu’à la fin. Je vous explique le programme en détail.

 

(Le lien n’est plus valide ! J’avais précisé que les inscriptions étaient ouvertes juste quelques jours. Là c’est terminé, le programme n’est plus accessible. Il faudra attendre la prochaine session. Désolée !)

 

Pour la petite histoire, aujourd’hui, je vis de mon écriture. Et “MES EDITEURS”, je les vois tous les jours !

 

À vos succès d’écriture…

 

Comment avez-vous réagi aux lettres de refus des éditeurs ? La zone “commentaires” est à vous
Share This