Cet article participe à l’évènement interblogueurs 3 astuces pour gagner du temps (http://www.gagner-du-temps.com), organisé par Hélène du blog Coach Relax. (http://www.coachrelax.fr/blog).

Beaucoup veulent savoir comment viennent les idées…
C’est très simple : vous les trouverez partout et nulle part en même temps. Vous devez simplement faire attention à les reconnaître quand elles se présenteront à vous.

Capturer ces moments est devenu un rituel pour moi. J’en ai même créé deux outils pour m’inspirer et relancer ma créativité. Ces deux outils précieux sur lesquels je peux toujours compter sont : le carnet à phrases et le livre aux idées.

Première astuce : Le carnet à phrasesidées

Je suis toujours à la recherche d’une nouvelle façon de dire les choses, que ce soit pour décrire le ciel ou une émotion. Pour m’aider à trouver l’inspiration quand j’en ai vraiment besoin, j’ai commencé à noter les tournures de phrases sur lesquelles je tombais en lisant mes romans préférés.
C’est ainsi qu’est né mon carnet à phrases.

Autrefois, je l’emmenais partout et pouvais noter quelque chose n’importe où. Aujourd’hui, j’utilise mon téléphone. Comme il me suit partout,  il est facile d’y trouver une application ou un espace où noter une phrase intéressante.

Dès mon retour à la maison, je mets ma dernière trouvaille en lieux sûrs et note ma phrase dans mon carnet. Ce carnet contient également mes répliques préférées de films ou de téléfilms. D’une façon plus générale, j’y note toutes les phrases qui ont attiré mon œil ou mon oreille.

Au moment où je me trouve à la recherche d’une nouvelle façon de dire quelque chose dans une histoire, par exemple, décrire un jour naissant, j’ouvre mon carnet et je fouille. Je trouve forcément quelque chose de nouveau qui aidera mon imagination à cours d’idées.

Deuxième astuce : Le livre aux idées

Le livre aux idées, c’est une variante du carnet à phrases. Mais à la différence de ce dernier, le livre aux idées ne contient que des articles récoltés ça et là au hasard de mes lectures. La vraie vie est souvent plus étrange et incroyable que la fiction, alors, il serait vraiment dommage de ne pas en profiter.

Quand je lis un magazine ou un journal, je tombe parfois sur des histoires étranges ou fascinantes qui m’attirent forcément. Des vestiges d’un soldat australien de la guerre 14-18 retrouvés dans le jardin d’une maison, identifiés et remis aux descendants près d’un siècle plus tard ; ou les retrouvailles d’un frère et d’une sœur après des années de séparation et un concours de circonstances inattendues… L’étrange et l’incroyable font les meilleurs articles, mais aussi les meilleures histoires !

Ainsi, je garde mes articles très précieusement et parcours régulièrement ma “collection” pour voir si quelque chose déclenche un sujet à traiter ou une idée à utiliser. Parfois, c’est le cas et d’autres fois, je me demande ce que j’ai bien pu penser ou imaginer en archivant un article sur la disparition des plaques de rue dans un village de ma région !

Enfin, ces deux outils m’ont aidée d’innombrables fois quand j’étais enlisée et à court d’idées. Je les ai beaucoup utilisés quand je participais aux concours de nouvelles.

À une époque, je participais au moins à deux concours de nouvelles par mois. Pas pour gagner (mais je concourais quand même avec l’idée que le jury remarque mon texte !) mais pour participer et m’obliger à écrire. Un musicien répète inlassablement son morceau. Un sportif s’entraîne parfois quotidiennement… L’écrivain trouve, comme il peut, les moyens d’améliorer son écriture ! Et croyez-moi, on se prend vite au jeu. Si vous débutez en écriture, je vous recommande vivement ce genre d’entraînements. On apprend plus vite !

Le deuxième effet de cette rigueur de travail, c’est que j’ai pris l’habitude de faire attention et de regarder autour de moi, de capturer les idées étranges, inédites, merveilleuses ou terribles que je découvre et utiliserai plus tard pour booster mon imagination.

Ces deux outils ont complètement changé mon processus d’écriture. Non seulement je gagne du temps, mais surtout, au lieu d’attendre l’inspiration pour écrire… j’écris !

Là, vous pensez certainement que ça ne fait que 2 astuces pour gagner du temps.

La 3e astuce, la voilà, c’est la méthode « compte-mots »

Tous les jours, fixez-vous un nombre de mots à écrire. Débutez avec…500 mots !

Chaque jour, avant de commencer à écrire, vous connaissez votre quota de mots à écrire. Tant que vous ne l’avez pas atteint, vous ne quittez pas votre clavier.

En écrivant ainsi chaque jour pendant un mois, vous obtiendrez un document de 15 000 mots or une page contient environ 250 mots, vous aurez donc environ écrit 60 pages… de votre livre ! Vous voyez où je veux en venir ?

Ce que je veux dire par là, c’est que l’organisation est la vertu du temps gagné ou plutôt, du temps qu’on n’aura pas perdu !

Alors, à vos claviers et à bientôt

Quelles astuces utilisez-vous pour trouver des idées ?
Merci de les partager dans les commentaires.

 

Share This