Un concours du roman historique, ça vous dit ?

Partager :

De 2014 à 2018, la France commémorera le centenaire de la Première Guerre Mondiale. Les éditions Ravet-Anceau s’associent aux magasins Furet du Nord et lancent le concours littéraire « Les bleuets ».

 

 

Règlement du concours littéraire « Les bleuets »

 

Ce concours littéraire « Les bleuets » est ouvert à tous mais strictement limité à une seule participation par auteur.

Le concours récompensera le meilleur roman ayant pour cadre le nord de la France pendant la Grande Guerre.

Les participants doivent écrire une œuvre de fiction inédite, écrite en langue française, répondant à la thématique « le nord de la France pendant la Grande Guerre (14-18) ».

Le genre accepté est uniquement le roman. Il ne s’agit pas d’un récit de guerre, mais d’un roman qui aura pour toile de fond la guerre 14-18.
Le nombre de caractères total doit être compris entre 300 000 et 500 000 caractères (espaces compris).
Les participants doivent adresser leur manuscrit au plus tard le 31 janvier 2014.

 

  • Du 1er février au 28 février 2014, la société Ravet-Anceau présélectionnera, parmi l’ensemble des manuscrits reçus, quatre à huit manuscrits

(Les manuscrits non sélectionnés seront détruits)

 

  • La sélection s’effectuera du 1er mars au 10 avril 2014.

Le roman de l’auteur lauréat sera édité par les Éditions RAVET-ANCEAU en mai 2014. Il fera l’objet d’une communication spécifique en tant que roman de la collection Ravet-Anceau Historique.Un bandeau indiquant que le roman a obtenu le Prix « Les bleuets » sera apposé sur le roman. L’Auteur lauréat recevra en outre un prix de 500 euros.

 

Pour en savoir plus sur le règlement et l’inscription au concours : cliquez ici

Découvrez les Éditions Ravet-Anceau

 

Je ne sais pas pour vous, mais l’aventure est vraiment tentante !

Il reste trois mois… C’est court, mais le concours est ouvert depuis peu.

Pour celles et ceux qui se lanceraient, faites-le moi savoir.

 

À vos succès d’écriture…!

 

 

8 commentaires

  1. Myriame dit :

    Hoho!
    C’est tentant!
    Mais je ne sais pas, avec les cours et mes écrits personnels si je pourrais participer. C’est vrai que trois mois, c’est vraiment peu!
    Mais je vais essayer d’y participer.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Salut Myriame

      C’est vrai trois mois c’est court, mais c’est aussi vraiment tentant ! Je ne cache pas que depuis hier, la guerre 14 tourne en boucle dans ma tête. Des idées ! Des histoires ! Des personnages ! J’ai beaucoup de travail en ce moment mais…

      Et tout cas, je te trouve super courageuse. Oser c’est déjà énorme !

      Bon courage si tu te lances… j’espère que d’autres auront la bonne idée de se lancer. Le sujet est vaste. Il y a de quoi faire.

  2. Eric dit :

    Bonjour Marie-Adrienne, et bonjour à tous,
    Moi c’est pareil, l’idée me séduit beaucoup, les idées arrivent et puis il y a le fait de se documenter sur le sujet qui est fortement motivant et intéressant… mais un roman en trois mois n’est guère envisageable à mon allure. Reste le jeu de s’engager quand même et de prendre ce qu’il y a à prendre… ^^ c’est sur, c’est sur !
    Eric

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Eric

      Trois mois… c’est vrai, c’est court ! Mais je prépare une feuille de route pour le prochain article (j’espère!) qui devrait tous nous aider à nous lancer dans cette aventure ambitieuse. A très vite

      PS : j’adore l’histoire et surtout celle des deux guerres. Ce sont des foyers d’inspiration où l’on trouve le pire et le meilleur de l’Homme.
      Et puis… le Nord, c’est chez moi !

  3. Jean-Patrick dit :

    Petit témoignage modeste : en juillet, j’apprenais que le prix du livre romantique attendait les candidats en septembre, avec un texte de 250 000 caractères minimum. Je disposais de la trame (adaptation d’une légende locale) ; il fallait l’étayer en décors, enrichir les personnages, les faire vivre et parler, etc.
    Le tout a été bouclé à temps, presque bâclé !
    La leçon que j’en ai tirée : prendre les idées qui plaisent, les sujets « dans l’air du moment » ; s’accorder du temps ; ne jamais renoncer.
    Des concours littéraires sur la Grande guerre, d’autres vont sortir (mon petit doigt…), si le thème vous tente, documentez-vous, créez vos situations, voyez les lieux et les personnages, ça vous servira un jour ou l’autre.
    Bonne chance à tous.

    • Jean-Patrick dit :

      Petite précision complémentaire : de juillet à septembre, le roman a occupé les 3/4 de mon temps !

      • Marie-Adrienne Carrara dit :

        Ecrire un roman demande du travail.
        Certains courent, peignent, jouent aux jeux video ou regardent la télé, d’autres écrivent !
        C’est courageux de votre part d’avoir participé.

        Bien à vous

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Le thème de la guerre 14 sera certainement dans l’air du temps. Il suffit de se rendre dans les librairies pour découvrir les étalages chargés de livres et documents en tous genres.

      Sinon, pour revenir sur votre commentaire, rien n’est jamais perdu. Même si l’on ne finit pas dans les temps… le gros du travail aura été fait. J’aime bien l’idée de travailler avec un objectif et mieux un thème.
      Quand on se dit « je vais écrire un roman », on s’y met quand on a du temps ou de l’inspiration !
      Quand on a une date ou un but, on met tout en oeuvre pour la respecter ou l’atteindre. On se prend au jeu et on travaille. Entre temps, on apprend beaucoup sur soi, sur l’écriture, sur les difficultés qu’on a rencontrées, sur les points faibles qui restent à travailler. Autrement dit, des pas de géant qui peuvent parfois tout changer !

      Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article