Le gros problème avec les conseils d’écriture

Partager :

Sur les 408 articles que compte le blog, j’ai donné de nombreux conseils que des lecteurs ont commentés et relayés via les réseaux sociaux, car ils les trouvaient pertinents. Sauf que, les retours ont parfois donné lieu à des commentaires inattendus.

 

 

 

Si la plupart des commentaires restaient positifs et cordiaux du genre « Merci pour cet éclairage, cette question me turlupinait depuis quelques années. » « J’ai longtemps cherché une réponse à ma question, je l’ai trouvée aujourd’hui en tombant par hasard sur ce blog… Le hasard fait très bien les choses ! »

D’autres en revanche étaient très virulents.

« Ce genre d’article ne devrait même pas exister… »
et un autre si agressif que j’ai choisi de ne pas le faire paraître sur le blog. Je vous le fais court, la personne me traitait d’incompétente, juste capable d’écrire des articles clichés destinés à de nuls écrivaillons.

Je ne vous cache pas, j’ai peiné à comprendre quelle motivation animait l’auteur de ce commentaire irrespectueux pour les lecteurs du blog et ensuite pour moi.

Mais ce qui m’a le plus interpellée juste après, c’est comment des conseils pouvaient être bons pour certains et les pires pour d’autres ?

Tous les conseils d’écriture ne sont-ils pas libres d’interprétation et d’utilisation ?

Les conseils, les astuces, les techniques que je donne dans ce blog doivent vous permettre de faire un pas supplémentaire sur votre chemin d’écriture.

Pour ma part, j’ai toujours pensé que l’important pour progresser n’était pas ce que je savais mais ce que faisais de ce que je savais. Et si mon écriture n’était pas concluante c’est certainement que ma façon de faire était à améliorer. Qu’il y avait certainement moyen de faire différent et mieux.

Quand je découvre des nouveautés, je teste et je vois comment les intégrer dans mon apprentissage. Ce que je veux dire par là, c’est que les conseils, les astuces, les techniques doivent s’incarner. Mon intention au travers de ce blog est de vous dévoiler des techniques, des méthodes, des conseils et de vous laisser les rendre vivants et actifs.

Ça, c’est mon intention mais surtout, je veux partager avec vous cette fabuleuse passion de l’écriture. Un domaine dans lequel on ne cesse jamais d’apprendre… En effet, on n’écrit plus aujourd’hui comme il y a cinquante ans pour la simple et bonne raison que de nouveaux domaines ouvrent de nouvelles perspectives quand on les associe à l’écriture, que les lecteurs d’aujourd’hui ont de nouvelles attentes…

Ce que j’ai déjà donné dans ce blog (et ce qu’il me reste à vous transmettre !) représente des années de travail, de recherches, de tests…

Aujourd’hui, j’ai besoin de vous.

J’ai besoin d’un retour pratique à travers vos commentaires, les partages sur les réseaux sociaux et les recommandations que vous allez faire de cet article.

Ces retours seront autant d’encouragements qui vont me permettre de continuer à faire le maximum.

J’ai besoin de savoir si ce que je donne vous plaît et si ça vous permet de passer à un niveau supérieur d’écriture.

Autre chose, n’hésitez pas à utiliser ces commentaires pour faire un retour mais aussi pour me donner des idées de ce que vous souhaitez que je présente, que je travaille ou que j’aborde. C’est un bon moyen d’interaction entre nous.

Je ne sais pas comment vous êtes arrivé sur ce blog et peu importe si c’est le hasard. Einstein disait que  » le hasard, c’est Dieu qui passe incognito ». Alors soyez tous les bienvenus !

Je n’avais pas du tout prévu ce genre d’article. Mais ces commentaires virulents m’ont poussée à modifier ma publication. Ne pensez pas que je refuse les contestations ou les avis différents. Au contraire. La diversité fait la richesse. Mais les échanges doivent rester respectueux. Et si mes conseils, mes techniques ou autres ne plaisent pas… le net ne manque pas de diversité. Que ce soit clair, je n’oblige personne à lire mon blog ni à suivre mes conseils.

 

La zone commentaire est à vous… J’attends vos retours ! J’ai hâte de les lire

À vos succès d’écriture…

 

66 commentaires

  1. Malik dit :

    Merci Marie-Adrienne pour cet article, je n’aurais pas mieux dit. 408 articles, c’est impressionnant ! Je pense que les lecteurs ne se rendent parfois pas compte du temps que l’entretien d’un blog demande et de tout le travail qu’il y a derrière. L’objectif et de transmettre sa passion et d’aider les autres à avancer en même temps que soi. Il y aura toujours quelques irrespectueux qui traînent, le mieux est encore de tout simplement les ignorer. Comme on dit « le silence est le meilleur des mépris ». Quoi qu’il en soit, je vous souhaite de continuer encore longtemps à apporter de l’aide à tous les lecteurs respectueux et emplis de gratitude pour les conseils qu’ils trouvent ce blog. Si cela peut ne serait-ce que changer le destin d’une personne, alors votre pari sera gagné !
    Très respectueusement,
    Malik.
    Le dernier article de Malik : De la page blanche à la publication d’un livre à succès en 16 étapesMy Profile

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Merci à tous pour votre soutien, vos commentaires et mails touchants, authentiques et impliqués.

      Rassurez-vous, je vais bien, les commentaires négatifs m’interpellent plus qu’ils ne me blessent.
      C’est toujours plus facile de déverser son fiel en se cachant derrière un écran. Et puis, si certains prétendent faire mieux, qu’ils le fassent ! Pour info, les commentaires virulents ne sont pas arrivés suite à l’article sur l’édition/l’autoédition.
      Non, ils arrivent parfois, et ce qui m’étonnent toujours, c’est leur violence.

      Pour celles et ceux qui l’ont craint… Non, je ne compte pas arrêter le blog. Quand je l’ai lancé, je n’imaginais pas plaire à tout le monde. Mais je n’imaginais pas non plus vivre autant de belles choses. Grâce à vos commentaires et vos mails, je sais l’utilité d’Aproposdecriture.

      Je sais aussi que vous faites partie de ce petit cercle de personnes qui veut apprendre, progresser et réussir. Et moi, j’honore !

      Quand je disais que de récentes découvertes scientifiques ouvrent de nouvelles pistes de travail et de progression, je pensais à la neuroscience. Je ne vous ai peut-être pas dit, mais ce domaine me passionne. Et la neuroscience peut être un puissant levier de l’écriture. Pour l’instant, je n’en parle pas trop… mais les perspectives sont fascinantes.

      Sinon, j’ai bien noté vos suggestions de sujets à venir. N’hésitez pas à me faire vos demandes.

      Je vous adresse ma plus grande gratitude

      A vos succès d’écriture

  2. Je n’ai jamais pris vos articles comme des conseils, mais comme un point de vue qui vient enrichir le mien. Si votre vision ne rejoint pas la mienne, ça arrive à l’occasion, je l’ignore. Si un article m’interpelle, je le lis avec attention et esprit critique, je regarde ce qui peut m’enrichir. Par expérience, les gens qui sont virulents dans leurs critiques font souvent face à une impasse dans leur propre vie. Comme ils n’arrivent pas à s’en sortir, ils descendent les autres. C’est tellement plus facile que de s’élever… Il nous faut alors apprendre à mettre ces propos blessants de côté, à éprouver de l’empathie plutôt que du ressentiment.

  3. Pierre Lepage dit :

    Bonjour,

    Ne vous laissez pas définir ni détruire par ses trolls sur internet qui ne savent mettre à profit leur intelligence qu’à mauvais escient.

    Pour ma part, je trouve votre site excellent. Je lis vos articles et j’y trouve de nombreux conseils utiles à ma progression dans l’écriture de mon roman.

    Cordialement,

    Pierre

  4. Aimé dit :

    Marie-Adrienne, tout d’abord, vous n’avez de compte à rendre à personne. L’expertise que vous distribuez gracieusement aux lecteurs du blog n’a pas de prix. Pensez à ces heures passées à pondre vos articles basés sur votre expérience. Ceux qui vous critiquent n’ont certainement pas cette bonté d’âme.

    Donnez de la moutarde faite maison à un nouveau-né, il se mettra à hurler; donnez-en à quelqu’un qui pensera à l’étaler sur une tranche de fromage, qui ajoutera des cornichons pour en faire un fabuleux sandwich : il se régalera. Ce n’est pas plus compliqué que cela.

    C’est bien connu : les trolls n’aiment pas la moutarde !

    Rassurez-vous, vos articles donnent toujours matière à réflexion pour ceux qui s’en donnent la peine.

    Merci pour ce blog !

  5. Bonjour Marie-Adrienne,
    Merci tout d’abord pour avoir osé être si franche, si proche de nous, dans cet appel à points de vues.
    Le mien, est que sans votre blog, jamais je n’aurais été capable d’entamer un projet d’écriture sur la vie de gardes-forestiers, pour lesquels j’ai été investi d’une enquête après suicide de l’un des leurs.
    Et pourtant, j’en étais à mon 400ème rapport d’intervention dans le domaine de la relation entre la santé et le travail. Il y a en effet, écrire et écrire. L’écrit technique n’ouvre pas spontanément sur l’approche de la littérature, qui elle, permet de faire jouer l’imaginaire. Le technique doit se cantonner aux faits et à leur analyse. La littérature ouvre une fenêtre sur le monde, elle donne de l’air, elle permet de s’élever avec les autres.

    Ceci dit, il existe une approche qui permettrait de mieux comprendre la conduite de certains correspondants sur ce blog : l’ergologie. Elle stipule que personne ne doit chercher à imposer ses propres normes à ses semblables, mais que les normes doivent exister. Les normes (au sens général du terme) aident à faire Société, tout autant que la capacité à renormaliser, pour mettre les dites normes à sa main. Les retours négatifs sont peut-être le signe d’une incapacité à comprendre cette dynamique norme-renormalisation, ou bien le reflet d’une psychopatologie, ou encore un « scud » de personnes jalouses de voir cet énorme travail que vous avez produit et qui intéresse beaucoup de monde.

  6. jytou dit :

    Le problème avec l’écriture, c’est que ce n’est pas une science exacte. Il ne suffit pas de suivre une formule magique pour arriver à quelque chose, et par définition il n’y a pas de recette miracle qui plaît à tout le monde. Ce que certains trouvent génial, d’autres le relégueront au rang de pure fadaise. C’est bien là toute la richesse de l’être humain, il faut de tout pour faire un monde!
    En revanche, il y a des erreurs classiques, les « erreurs du débutant » qui doivent être énoncées et apprises.
    Je ne suis pas surpris que certains viennent vous chercher des noises, vu la nuée de « haineux » qui circulent sur internet un peu partout. C’est le genre de personne qui n’a jamais rien fait de sa vie, jaloux et avec un égo surdimensionné qui vient répandre sa science et son mépris partout. C’est difficile, mais le mieux est de les ignorer. Apportent-ils quelque chose de constructif? Ont-ils écrit et vendu un best-seller et viennent-ils contredire ce que vous dites preuve à l’appui? Très sincèrement, je ne suis pas allé consulter lesdits commentaires, mais je n’en ai pas besoin pour savoir qu’il s’agit de gens qui parlent dans le vide ou qui ne sont là que pour critiquer dans l’esprit du pur nihilisme.
    Je ne suis pas ici depuis longtemps, mais j’apprends plein de choses, que je relativise bien sûr car chacun a son propre style, ses lecteurs cibles particuliers, bref tout ce qui constitue la complexité d’un être humain. Mais avoir un retour d’expérience de quelqu’un d’autre dans un domaine aussi vaste que l’écriture est toujours enrichissant. Ça ne m’empêchera pas un jour de venir critiquer ou relativiser vos propos si j’ai quelque chose à apporter de ma propre expérience, c’est ça les échanges humains.
    Alors au diable les médisants, ne changez rien!

  7. Mariette dit :

    Continue à nous aider dans notre progression. Tes articles valent de l’or pour les novices comme moi. Si certains n’aiment pas, qu’ils tentent de faire mieux (sic).

  8. Gisèle Hachey dit :

    Marie-Adrienne.
    Ton blog m’encourage à suivre une discipline d’écriture. J’y ai trouvé de bons conseils qui m’ont permis, au mois d’avril de cette année, de voir quatre de mes textes publiés.
    D’une acadienne qui te remercie de tout coeur.

    Namasté

  9. Amanda Clarke dit :

    C’est avec consternation que je lis votre article.
    Je suis une fidèle lectrice de votre blog et je suis actuellement en train d’écrire mon premier roman. Autodidacte,je consulte aussi d’autres sites qui proposent en échange d’un abonnement parfois onéreux des formations sur l’écriture.
    Laissez-moi vous dire (et ce n’est en rien une parole de consolation) que vos articles sont de loin les plus pertinents et les plus complets. Tenir un blog, écrire des articles demande du temps, temps que vous ne passez pas avec vos proches. Je suis hébétée d’apprendre que l’on puisse vous faire le moindre reproche vu la qualité de ce que vos mettez en ligne.
    Vos articles m’ont été d’une grande aide pour avancer dans mon projet d’écriture. Alors MERCI. Amicalement, Amanda

  10. GILLERON dit :

    bonjour, je suis une récente lectrice du blog sans avoir partagé jusqu’ici aucun écrit mais je veux vous apporter mon avis. Je regarde le blog parce que j’aime écrire tout simplement même si cela est difficile. La question de est ce que l’on apprend à écrire? je n’ai pas de réponse, je voudrais savoir bien écrire, avoir une écriture toute limpide, avec des personnages, des histoires qui s’écriraient sans s’arrêter. Je lisais beaucoup quand j’étais enfant, les séries roses, vertes et surtout les aventures du club des cinq. J’avais déjà cette envie de raconter sur un cahier des aventures, des sentiments et émotions cachés. Maintenant que je suis adulte, j’ai toujours cette envie très privée. Mais il est aussi nécessaire comme tu le soulignes de la partager « cette fabuleuse passion de l’écriture ». Pourquoi ce partage, chacun a des attentes différentes mais personne n’est obligée à quoi que ce soit. Je travaille avec des adolescents et de l’humain, rien n’est plus désastreux que la critique négative, sans aucun souci du message que l’on envoie. Rien n’est parfait, donc à la fois même si chacun doit être capable d’accepter les remarques des autres qui nous font réfléchir, on doit soit même être réservé sur ce que l’on veut transmettre. Personnellement, ce que je recherche dans un blog comme celui que tu proposes, c’est un soutien, à la limite une obligation d’écrire. Ecrire, c’est dur, alors oui, j’e me dis, des tas de gens écrivent et je lis les textes sur ton site, alors moi aussi je dois continuer à écrire, même si je ne suis pas publiée, même si je ne suis pas un grande écrivaine, même si…. Il est plus facile de casser que de construire, mais c’est tellement bien de regarder humblement ce que l’on a essayé de réaliser. Cordialement et tous mes souhaits de bonne continuation d’écriture et de lecture partagées.

  11. Dazi dit :

    Les commentaires insultants sont généralement le fait de personnes frustrées : quand on éprouve le besoin de rabaisser les autres, c’est que l’on se sent tout petit.

    Pour ma part, je trouve que tout conseil ou partage d’expérience est bon à prendre. Après, chacun en fait ce qu’il veut, le met en pratique ou pas, l’estime adapté ou pas à sa façon de travailler.

    A part ça, pour ce qui est de la citation d’Einstein, je doute sérieusement de son authenticité : Einstein était athée 😉

  12. Jonathan dit :

    Bonjour, je vous encourage à continuer. Vos articles sont de véritables outils qui, pour ma part, me permet de me guider sur certaines choses. J’ai fréquenté pas mal de blog destiné aux conseils en écriture et là où les autres ne nous donnent que des éléments de surfaces, vous vous allez parfois en profondeur. Votre blog est une référence en matière de conseil. C’est pour cela que je suis abonné à la newsletter pour ne manquer aucun article.

    Je pense que certaines personnes veulent que vous leur offrait la recette miracle. Il n’ont pas compris que vos articles sont des aides qu’ils sont libres de mettre en pratique ou non. Parmi vos articles, il y en a certains qui m’intéressent plus que d’autres mais cela dépend de ce que je recherche. Vous essayez de brasser large pour toucher un maximum de personnes.

    Bonne continuation

  13. Maeva PELLET dit :

    Bonjour,

    Je comprends que les commentaires virulents peuvent déstabiliser, pour moi c’est la preuve que vous mettez votre cœur à l’ouvrage et que vous tenez à ce que vous faites, ce qui, je pense, est la base de toute passion.
    Chacun est effectivement libre d’interpréter vos conseils comme il l’entend, je vois beaucoup de commentaires positifs sur ce blog, j’ai envie de dire qu’il est totalement normal d’avoir des retours négatifs voire virulents. Pour que certains aiment il faut que d’autres n’aiment pas et pour que certains adorent il faut que d’autres détestent, c’est le jeu =)

    De mon côté j’adore votre blog, vraiment. C’est le seul sur l’écriture que je consulte quotidiennement, je le trouve riche et varié et vous traitez des sujets pratiques et qui, personnellement, répondent souvent à mes interrogations.
    Ce blog est pour moi une étape dans mon développement de vie d’écrivain, il me permet de me poser les bonnes questions, de tester certaines astuces, d’élargir ma culture etc. Et puis il ne faut pas oublier que le métier d’écrivain est atrocement solitaire, quoi de mieux qu’un blog pour ne plus se sentir seul au monde?

    Je suis surtout friande de vos petits conseils d’écriture, plus que des présentations de livres en eux-même. J’aime aussi beaucoup (énormément!) les présentations d’auteurs. Après – et c’est un avis très personnel – vous ne traitez pas de l’édition à l’étranger (ou très peu) et ça me manque parce que j’écris en anglais pour viser des publishers américains (oui oui j’avoue, l’argent c’est pas mal dès fois ^^). Mais c’est ultra personnel, c’est juste que des fois je me dit « mince, si elle parlait de ça, peut être que je saurais un peu plus dans quoi je mets les pieds! » =)

    Je vous invite à continuer, vous avez de nombreuses personnes qui apprécient, continuez pour vous-même et pour eux (moi inclue ^^)!

    Bon courage! Et merci =)

  14. Lucky dit :

    J’aime ce blog. J’y ai découvert un monde cousu de charme et de styles. J’y ai appris à reconstruire le monde… à construire un monde. En deux ans seulement, j’ai remporté plusieurs concours internationaux, lesquels concours m’ont valu des déplacements tous frais payés (billet d’avion,hébergement, restauration…). Ce blog en est pour beaucoup, je vous dis. Si quelqu’un trouve que ces billets ne servent pas à grand-chose, c’est peut-être parce qu’il ne sait pas s’en servir. C’est tout un art d’apprendre à se servir à bien de ce qu’on vous enseigne à l’œil.
    Chacune de vos publications m’enseigne quelque chose. Je ne perds jamais. Soit je gagne ou je gagne.
    Continuez par nous faire vivre…par nous faire rêver, Adrienne !
    Le voyage continue !

  15. xoux dit :

    c’est la toute première fois que je commente une de vos publications. J’ai éprouvé l’envie de vous soutenir, de vous faire partager à mon tour mon avis sur le « travail » que vous réalisez… Je lis régulièrement vos articles où je trouve souvent des sujets de réflexion pour ma pratique de l’écriture. Votre texte de ce matin me fait prendre conscience que mon silence peut parfois s’apparenter à de l’indifférence, or je trouve que le partage d’anonyme tel que vous sur une passion commune, le temps passé, est une des richesses fondamentales du web et je me sentirais coupable si seules les voix des critiques arrivaient à vos oreilles… bref, je vous remercie pour ce blog qui comme vous l’avez si bien dit n’est qu’un des cadeaux qu’offre le surf sur le net, alors « critiqueurs » constructifs bienvenus, commentateurs haineux passez votre chemin !

  16. Chapap dit :

    Bonjour Marie.
    Pour vivre cette expérience à chaque fin de stage dont je suis formateur, je prend maintenant du recul quand je lis l’expression des apprenants en fin de synthèse de session.
    Il y a rarement majorité absolue sur l’évaluation de ma prestation.
    L’expression individuelle est anonyme et quand je reprend les doléances, personne n’est l’auteur des reproches qui ont été écrits, bonjour la responsabilité!.
    Faites le bilan des avis négatifs (virulents) par rapport à l’ensemble.
    Dans mon cas, ce sont quelques individus (une dizaine, dont souvent le comportement m’avait interpellé pendant les cours) sur plus de trois cents par an.
    Je me suis posé les mêmes questions que vous et sans réelles réponses, j’ai communiqué avec mes collègues pour finalement envisager la vrai question :
    Comme vous l’écrivez, quelle motivation anime l’auteur de ces commentaires acerbes alors que la moyenne, sans m’encenser, était satisfaite?

    De plus, nul ne peut contenter tout le monde et son père! comme dit le poème.

    Continuez de nous régaler de vos trouvailles et de votre expérience.

    Bonne semaine et bonne continuation.

  17. Philippe dit :

    Nous sommes tous en même temps des enseignants et des élèves. Ton partage est nécessaire pour améliorer nos connaissances. Merci de mettre cela à disposition avec courtoisie. Bonne continuation.

  18. Caroline Thomas dit :

    Bonjour Marie-Adrienne,
    Je suis votre blog depuis des années, certains articles m’intéressent plus que d’autres, en fonction de mes propres progrès, comme tout le monde, sur tous les blogs, il me semble. Difficile pour moi de comprendre les réactions agressives !
    Pour répondre à votre question, je cherche souvent sur Internet, en vain, des conseils à propos des clichés de fond (sur la forme, on trouve déjà plus d’articles), comme par exemple : le roman commence avec le réveil du héro, ou alors il pleut toujours lors des enterrements, etc…
    Si ce sujet vous tente, je suis preneuse 🙂
    Je m’intéresse aussi aux effets de forme quand ils décuplent le fond (ex : la scène se passe dans un train et le rythme du texte reproduit le bruit du train)
    Merci pour le temps que vous nous consacrer,

    Caroline.

  19. Eric dit :

    J’avoue venir les articles sur ce site depuis quelques mois sans jamais les commenter parce que souvent, je ne sais pas quoi dire – ou ça a déjà été fait (en mieux ou au moins aussi bien).

    Mais puisque cette fois, il y a une demande, je me lance.

    J’ai toujours pensé également que chacun prenait ce qu’il voulait. Quand on donne des conseils, comme ici, les lecteurs prennent si ça leur plaît. Si ça ne leur convient pas, ils ont toute liberté pour passer leur route.

    Si ça ne plaît pas, c’est pas une raison pour en dégoûter les autres.

    D’autant que, dans ce genre de commentaires négatifs et agressifs, il n’y a pas de proposition constructives. C’est juste sabrer pour le plaisir de détruire. Aucun intérêt.

    En plus, ils se donnent une légitimité qu’ils n’ont pas – qui peut arguer que le conseil est mauvais ? Ce qui fonctionne pour quelqu’un ne marchera pas pour quelqu’un d’autre et inversement.

    La meilleure solution reste hélas la censure pour ces trolls qui s’amusent à saboter en s’amusant de lancer moult remarques ensuite.

    Les publier en les ignorant ne fonctionne pas (les gens commentent quand même et la polémique part de toute façon) ; les publier en argumentant, c’est prendre sur soi, prendre du temps, être marqué ; les publier en empêchant les commentaires, c’est censurer les suivants…

    Le mieux reste de ne pas publier ce genre de remarques si elles ne sont pas respectueuses et/ou constructives.

    Si ça ne plaît pas à ces gens qui se croient tout permis, que la gratuité d’internet et des conseils prodigués ici et là permet de se comporter comme des sagouins, ils n’ont qu’à passer leur chemin.

    Donc merci pour ce blog de conseils – que je lis, que je prends, ne prends pas… – et bon courage !

  20. puyhardy dit :

    Bonjour Adrienne
    Je papillonne sur votre blog et d’autres pour entretenir ma motivation à écrire. Je viens de relire par exemple les conseils de Bernard Werber. Votre blog me plaît par rapport à d’autres par votre volonté de partage et l’immense travail qu’il représente. Je tiens personnellement un blog médical « minimaliste » et je mesure le travail que représente l’écriture de centaines d’articles!
    Comme vous le rappelez, chacun est libre de vous lire ou non. La critique (surtout anonyme) est aisée et l’art est difficile.
    Surtout,continuez! Anne-Marie PUYHARDY

  21. Dldler dit :

    Bonjour Marie-Adrienne.
    Tu sais déjà (un peu) tout le bien que je pense de tes articles et de ta façon de t’adresser à nous. Pour les autres, je peux résumer :
    – j’ai été longtemps fâché avec l’écriture pour cause d’orthographe défaillante.
    – par mon métier, j’ai appris à corriger, et, par la pratique de la correction, j’en suis venu à relire, commenter et corriger les livres d’amis.
    – pour ces relectures, j’ai fait le tour des sites, blogs et forums qui parlaient d’écriture
    Voilà pour l’historique.
    J’ai gardé, de ces recherches, plusieurs sites précieux pour les informations techniques, pour des chalenges, genre « ateliers » en ligne. Ils sont dans ma précieuse banque de données de sites utiles. Ils me servent pour relire et corriger les livres des autres. Et pour apprendre, toujours et encore.

    Et puis, il y a eu toi, ta gentillesse, ta simplicité. La relation cordiale que tu mets déjà dans tes réponses.
    Ce ton très différent, m’a encouragé vers une idée qui trottait : et si j’étais capable d’écrire ? malgré mon orthographe déplorable ? Alors, ton ton, la simplicité de tes conseils, l’encouragement à faire un pas de plus, sans chercher la maîtrise parfaite, la science littéraire ou la professionnalisation, ça m’a touché et entraîné.
    Je te l’ai déjà dit : je n’ai pas trouvé d’autre blog comme le tien. Le tien m’a fait du bien. M’a lancé. J’écris de plus en plus régulièrement. Je me suis inscrit à un atelier d’écriture. Et, contrairement aux autres sites sélectionnés de ma recherche qui trônent sur une belle vitrine de science, le tien est dans ma veille quotidienne. Un compagnon de route, comme tu le dis.

    Alors, oui, je comprends que l’on puisse te reprocher ce qui, à moi, me plait. Je ne viens pas ici chercher un puits de science. Je ne viens pas chercher un « maître professeur ». Les « maîtres », ils me mettaient des zéros en rédaction. Je garde une dent contre eux. Je ne viens pas te lire pour ta grandiloquence, ni une maestria démonstrative d’un savoir écrire littéraire.
    Je viens te voir parce que tu m’as donné la confiance nécessaire aux premiers pas. Parce que je me sens bien à tes côtés. Pas jugé. Pas « inférieur subordonné ». C’est plus près d’une amitié.

    Un sujet que tu pourrais aborder ? Je réagis en fonction de mon actualité :
    – les ateliers d’écriture (ce que c’est, des annuaires, gratuits, payants, réguliers, stages ?
    – peut-on s’improviser animateur d’un atelier ? structure d’un atelier, catégories d’exercices ?

    J’imagine qu’en animer un, en ligne ça doit être un énorme boulot, qui ne peut pas être gratuit, rien que pour le temps qu’il faut à relire et commenter. Mais donner un thème, un exercice, chaque semaine, sans forcément récolter les écritures des participants ? Ce serait une façon de proposer un petit pas de plus à ceux qui se cherchent.

    Je t’embrasse, aussi affectueusement qu’on peut le faire dans une relation 2.0

  22. Sylvie dit :

    Don’t worry Marie-Adrienne,
    les déplaisants et les grincheux, les donneurs de leçon sont toujours présents quel que soit la façon de dire, la manière de s’y prendre, de présenter les choses, les projets, les idées. C’est un métier ! mais il est si peu intéressant qu’il ne faut surtout pas se retourner.
    Vos conseils sont très intéressants. A chacun d’y puiser ce qui peut le faire avancer.
    Surtout continuez, vous êtes un ressort d’optimisme et vos mails nous redonne un surcroît d’optimisme.
    Haut les coeurs!

  23. Riroc dit :

    On ne peut pas plaire à tout le monde.
    Vivre et laisser vivre.
    Continuer, votre blog est généreux, convivial et INFORMATIF.
    Merci pour tout.

  24. Geffroy dit :

    Marie- Adrienne,
    Ne te laisse pas déstabiliser par l’aigreur. Au contraire, ce genre de réaction prouve que ton blog , aussi bien par son contenu que par sa forme est consistant et donc ne laisse pas indifférent. Il y a sans doute une projection inconsciente de la part du critiqueur et à travers toi, il attaque quelqu’un ou quelque chose. Tu as réveillé en lui quelque douleur. Les méchants sont d’abord des gens malheureux. Pour autant ça n’excuse pas un comportement blessant et destructeur.
    Pour moi, ton blog est une merveille de générosité, une mine d’or. Je l’ai découvert récemment. Il répond à toutes sortes de questions que je me posais et m’a permis de franchir le pas et de travailler vraiment à devenir écrivain. Ton soutien m’est précieux plus que tu ne l’imagines. Tu es une belle personne et le monde a bien besoin de gens comme toi.

  25. Daniele dit :

    Un sujet qui m’intéresserait, les formations à l’écriture. Ce qui existe en France et en retour des utilisateurs via ton blog. Par exemple je participe aux ateliers d’aleph écriture. Je peux en parler et donner mon avis.

  26. Ceccarelli dit :

    Chère Madame, votre blog est une référence dans la blogosphère des gens qui écrivent. Ne portez pas trop d’attention sur les commentaires négatifs. Voyez plutot les commentaires positifs et ce que vous faites pour les autres. Je lis régulièrement certains de vos articles. Soit ils répondent a des questions ponctuelles et précises (comme: combien de mots doit compter un roman) soit ils donnent des orientations pour aller plus loin. Ne modifiez pas votre format sous pretexte que vous avez recu des messages virulents. Regardez plutot les milliers de gens que vous aidez et qui vous lisent avec plaisir car vous apportez quelque chose de constructif. Vos conseils sont pertinents et vous etes lue. C’est l’essentiel. Merci de ce que vous faites. Aude

  27. chardin dit :

    La critique est aisée mais l’art est difficile !
    Et pourtant, vous réussissez à passer et à transmettre sur cet art qu’est l’écriture ! Je découvre votre blog peu à peu. Vous lire est très agréable : vous partager et transmettez fort bien. Vous insufflez conseils, idées, concepts, que sais-je, encore avec simplicité, bonté et humilité. Libre à chacun de picorer, de prendre ou de laisser. D’y revenir ou pas. Chacun est sur un chemin qui en croise d’autres, fait des rencontres ou ne les fait pas. Et alors ? Dire qu’on aime le bleu mais pas le rouge ne signifie pas que l’un et beau et l’autre laid et ne vaut rien. Et que celui qui aime le rouge a tord. Cela renseigne juste sur la sensibilité, les goûts, l’ouverture…etc… de celui qui parle.
    Que ceux qui n’aiment pas ce que vous faites n’en dégoûtent pas les autres… Ils n’y arriveront pas !

  28. Nathalie dit :

    Au niveaux du partage justement, deux livres que j’ai beaucoup aimé. Etant nouvelle et n’ayant pas lu toutes vos publications, je ne sais pas si vous les avez évoqués :
    ECRITURE. Mémoire d’un métier de Stephen KING.
    Mes secrets d’écrivain d’ Elizabeth GEORGE.

  29. L’écriveur masqué a tenté. Il a échoué. Pourtant il avait affûté sa plume d’acier et suivi la blogueuse pendant plusieurs jours, et même plusieurs nuits. Son amour, la belle écriture lui échappait de plus en plus, et la blogueuse pointait tous ses défauts. Elle faisait mine de le conseiller avec bienveillance. Elle semblait tout savoir cette blogueuse de la belle écriture, elle prônait la patience, la persévérance, la réflexion alors que lui savait que la sienne, sa belle écriture attendait qu’il la bouscule, la torde, la violente. Trop souvent, alors, elle gisait à ses pieds pantelante pendant que l’écho des conseils de la blogueuse envahissait son oreille.
    Pourtant, il l’avait vue vasciller dans la nuit sous ses coups de plume, son dernier regard avait perçu son ombre répandue sur le sol mouillé. Etait-ce l’illusion créée par le bras vengeur du réverbère surgi à ravers sa trajectoire ?
    Pendant qu’il prenait la fuite, la rage, la honte, le désespoir au ventre, accouraient et se pressaient dans le halo de lumière du lampadaire nimbant la blogueuse, une foule tendant les bras pour la secourir, la bercer, l’accompagner.
    Elle n’a rien, juste une petite écorchure, a-t-elle dit.
    Mais je voudrais comprendre, marchons un peu ensemble, merci.

  30. Sidy dit :

    Bjr Marie-Adrienne
    vos articles ou conseils sont de véritables cours/leçons d’écriture pour moi.
    Je rejoins Malik en disant que le chien aboie la caravane passe.
    Les internautes provocateurs sont à ignorer ; ils ne peuvent en aucune manière entacher la qualité de votre blog qui est de bonne facture pour tout internaute intellectuellement honnête. Du courage…

  31. Antoinette dit :

    Chère Marie-Adrienne,
    Surtout ne changez rien, ou alors juste quelques détails ! C’est ce qui m’est venu à l’esprit en lisant cet article.
    Votre blog est une mine de conseils distillés avec un esprit de tolérance. En le parcourant – et je l’ai fait à maintes reprises depuis 2 ans – j’ai l’impression de retrouver une copine qui me fait part de ses trucs et expériences sans orgueil ni intention de me convaincre.
    Je vais publier mon 2e roman, à compte d’éditeur cette fois et si j’en suis là, vous y avez grandement contribué. Fin 2014, quand j’ai ressenti le besoin profond de me lancer – enfin ! – dans l’écriture, j’ai compulsé les sites de ce genre, j’ai visionné des dizaines d’interviews d’auteurs et lu quelques ouvrages. Vos pages sont celles qui m’ont apporté le plus d’aide par la variété de leurs sujets. Grâce à elles et à un atelier d’écriture que j’ai suivi au début 2015, je réalise maintenant mon rêve de gamine !
    Si je viens un peu moins régulièrement vous lire, j’ai quelques articles en favoris qu’il m’arrive de consulter.
    Le Net est malheureusement peuplé de personnes qui trouvent un malin plaisir à démonter le travail des autres. Sans frein, ils y déversent leur violence à tout va. N’y prêtez pas attention, ce ne sont pas des critiques constructives, mais le pitoyable exutoire de leurs frustrations.
    Un grand merci, Marie-Adrienne, pour toutes ces heures passées à nous préparer de beaux sujets !

  32. isabelle dit :

    Coucou Marie Adrienne

    Pas de souci à te faire. Tes fans viennent de te soutenir le moral.

    Apparemment c’est essentiellement dû au sujet de l’édition et l’autoédition.

    Ces lecteurs là n’ont même pas lu correctement ton post et se sont emballés. Touchés là où ils se sentent fragiles.

    je ne ranimerai pas le débat loin s’en faut.
    où juste un peu.

    Ecrire est un plaisir, en tout cas, ça devrait l’être, à la base.

    Que ce soit sous la bannière « édité ou auto édité » du moment que l’on se respecte soi même ainsi que son lectorat.

    tu as juste réveillé le syndrome de l’imposteur et chatouillé la légitimité de certains

    ainsi va le monde.

    ça me rappelle un vieux débat vu sur un vieux forum où des personnes décriaient le fait que l’on puisse publier tout et n’importe quoi sans avoir eu au moins un prix de critique littéraire. cela à grand renfort de circonlocutions compliquées et de fadaises que j’attribuerai à de l’onanisme cérébral.

    Chacun pense, a pensé et pensera ce qu’il voudra. Il y a autant de versions que de cerveaux et de mauvaises langues.

    Pour ma part, je m’en tiens à ma version. Tant pis pour la redite.

    « ecrire est un plaisir ».

    pointàlaligne. 🙂

    gros bisous
    isa

  33. simone siaussac dit :

    Bonjour Marie-Adrienne
    Comme la plupart des personnes qui ont mis un message, je suis consternée par ce que je viens de lire.
    Je vous suis depuis peu, suis arrivée sur votre blog par le plus pur des hasards, je me suis installée, et suis toujours heureuse de vos conseils, de ce que vous m’apportez, de cette générosité qui vous caractérise. Je fais partie d’un petit atelier d’écriture où nous sommes quatre, quelquefois cinq, et une personne dévouée qui anime cet atelier. Nous n’avons d’autre prétention que de nous retrouver deux fois par mois, et de lire les histoires que nous avons élaborées à partir d’un thème commun. J’avoue que je profite sans modération de vos judicieux conseils, trucs et astuces. Quant aux réseaux sociaux que je fréquente très peu j’ai l’impression qu’ils hébergent le pire et le meilleur.
    Croyez que je suis attristée de ce qui vous arrive, je vous renouvelle tous les mercis que j’ai laissés sur votre blog. Merci

  34. Hervé Norbert dit :

    Je ne trouve pas assez de mots pour dire mieux, madame, que merci pour tous vos articles.Je les trouve toujours enrichissants et j’ai appris beaucoup de trucs sur l’écriture depuis je suis tombé sur votre site.Je les partage a de jeunes talents de mon entourage.Ils commencent a recevoir des prix. Ils m’ont chargé de vous exprimer leur gratitude.

  35. TONY DUPUY dit :

    Bonjour, comme écrivaine vous devez savoir, qu’il est impossible de plaire à tout le monde. Ne vous découragez pas. C’est souvent une question de sensibilité ou de jalousie qui fait que vous n’êtes pas comprise. Pour ma part tous vos articles ne me concernent pas, certains me rappellent des outils que je connais déjà. Mais je n’ai pas de critique à formuler. Lorsque l’on est curieux que l’on veut écrire, il faut prendre ce qui peu nous être utile comme renseignement, le reste le sera pour quelqu’un d’autre. Depuis quelques décennies, je remarque dans beaucoup de cas, il s’agit de l’effet: »bouteille à moitié vide, bouteille à moitié pleine… » C’est votre vocation de donner des conseils, vouloir aider grâce à vos connaissances et vos expérience. Continuez et fichez vous des jaloux, des mesquins… Il y a un proverbe qui dit: »les conseilleurs ne sont pas les payeurs… » Il y a des personnes qui veulent s’amuser à vous faire douter, ne leur donner pas raison et poursuivez s’il vous plaît votre démarche. Nous sommes beaucoup à souffrir de l’incompréhension des autres, mais nous continuons à avancer la tête haute. « Le chêne ne plie pas… » « Rien ne se perd tout se transforme, évolue… »

  36. Agathe dit :

    Bonjour,

    Pour ma part, j’ai découvert votre site lorsque j’ai commencé mon roman.
    Je cherchais à mettre tout en ordre et vérifier les choses à faire, à ne pas faire, ou d’autres détails pré-écriture, comme définir le temps de l’histoire, le point de vue du narrateur…
    Je n’avais jamais pris le temps de laisser un commentaire, alors j’en profite maintenant pour dire que j’ai lu beaucoup de vos articles et que certains m’ont vraiment été très utiles. Je reviens parfois les lire encore maintenant.
    Je me suis abonnées à la new letter et je lis chaque nouvel article qui est publié. Ils sont brefs, donc je n’ai pas besoin d’y passer la matinée, l’essentiel y est et témoigne d’un généreux esprit de partage.

    En tout cas, pour ma part, votre blog est le seul que je lis en matière d’écriture parce que, justement, vos conseils se permettent simplement de guider, le reste, c’est à l’auteur de le faire.Pour être plus précise, je dirai que vous pointez du doigt une direction et libre à nous de prendre le chemin qui nous convient pour l’atteindre.

    Je pense que ceux qui recherchent une méthode facile d’écriture, qui leur permettrait de pondre un best-seller en deux jours, seront, bien entendu, frustrés de vous lire lorsque vous assurez quelques vérités douloureuses à ce sujet…

    Personnellement, je vous remercie du fond du cœur pour tout ce travail que vous faite et la bonne humeur général de ce blog qui est agréable à suivre.

  37. Marité dit :

    coucou Marie Adrienne
    envoyé une carte virtuelle sur Carrara Marie-Adrienne
    histoire de remonter le moral
    plein de biz

  38. Lucie Korti dit :

    Chère Marie-Adrienne,

    Je fais rarement de commentaires sur la toile, mais là, je me dois de faire une exception, pour vous dire combien j’aime votre blog.

    Je suis tombée dessus par hasard, il y a trois ans environ, quand, après avoir écrit les premières lignes de mon premier roman, une multitude de questions encombraient ma pauvre tête au fur et à mesure que j’avançais. Comment y répondre ? En cherchant sur le net bien sûr.

    J’en ai lu des blogs et des blogs. Puis le vôtre est devenu ma bible, ma référence. Mon dictionnaire. Quelque soient les questions que je me posais, et que je me posent encore, la réponse est dans « A propos d’écriture ».

    Résultat :J’ai mis un point final à mon histoire. Et ce, grâce à vous. Bon, il ne me reste plus qu’à l’envoyer d’accord… Et sait-on jamais, chère Marie-Adrienne, si c’était un best-seller, vous en seriez la première informée et remerciée.

    Non, Marie-Adrienne, ne vous découragez pas ! Soyez fière de ce que vous faites. C’est bon et très utile. Merci merci merci !

  39. Laurentine dit :

    Bonjour Marie-Adrienne,

    Je rejoins les autres dans leurs encouragements. Je suis votre blog depuis quelques années déjà. C’est l’un des blog qui parlent d’écriture que j’aime beaucoup.
    Vous n’êtes pas la seule à avoir des commentaires désagréables alors que vous voulez juste partager votre passion. Un conseil que j’ai entendu, lorsqu’arrive une telle critique, est de se poser trois questions :
    – La personne qui la donne est-elle compétente pour la donner ?
    – La critique est utile pour moi ?
    – Ai-je reçu plusieurs fois cette critique ? Est-elle représentatif de la plupart des gens ?

    Les critiques que vous semblez avoir reçu ne semblent pas être constructives. Dans le cas contraire, je pense qu’elles ne vous auraient pas impactés autant.

    J’aime vos conseils, vos trucs et astuces, vos concours littéraires ou vos quiz. Et ce qui m’intéresse moins, je le zappe vite fait.

    Je vous encourage donc à continuer de partager votre passion avec nous.

    Au plaisir de vous lire,
    Laurentine

  40. lamouroux dit :

    Marie-Adrienne, continuez!
    Je vous suis depuis peu, j’en prends, j’en laisse,mais il y a toujours un moment où, dans votre chronique, je me dis « tiens, ça c’est une super idée à tenter! ». Il est évident que certains articles m’intéressent plus que d’autres, c’est probablement le cas de tous ceux qui vous suivent, c’est normal! A vos détracteurs, s’ils ont du temps à perdre à vous démolir au lieu de simplement ne plus vous lire, voire s’ils ont assez de neurones, se désabonner, envoyez leur votre pitié, ils ne méritent même pas votre mépris, encore moins l’attention que vous leur accordez. Et puisque j’espère que vous voilà rassurée (j’ai lu quelques uns des commentaires précédents…), au travail, on a besoin de vous, ici!Et j’ajoute un petit message à caractère personnel : des articles sur les nouvelles seraient les bienvenus! Merci, et bonne continuation.

  41. Célyne dit :

    Bonjour Marie-Adrienne,
    Je suis, en général, très peu bavarde de commentaires. Mais cette fois, il fallait que je réagisse! Je suis d’accord avec tous les avis précédents et ne les reprendraient pas. Je suis heureuse de lire votre blog et j’attend avec impatience vos nouveautés. Je vous l’ai déjà dit et je me répète: Merci, merci, milles fois mercis! pour tous ces conseils et surtout pour votre générosité. Et ceux qui écrivent des commentaires négatifs ou parfois agressifs qui aillent voir ailleurs… moi je ne veux pas vous perdre. Sans vous, il a probablement longtemps que j’aurai cessé de croire en moi et cessé d’écrire.

    Pour renchérir les idées de sujet(et la référence vient peut-être de vous), j’ai lu : L’écriture : du premier jet au chef d’oeuvre de Nathalie Goldberg que j’ai bien aimé tout comme l’idée de Nathalie : Mémoire d’un métier de Stephen King. De plus, les ateliers d’écriture web m’intéresse énormément, d’autant plus que je suis assise au Québec… Et pour renchérir sur le commentaire de Didier, oui Einstein était athée mais il a vraiment dit: « Dieu, ne joue pas aux dés » en parlant des hasards de la physique quantique!

    Au plaisir de vous lire et de vous relire

  42. Lu dit :

    Continuez!!!!

    Votre blog est un lieu de partage, c’est précieux.

    Les critiques et les attaques en disent souvent plus long sur ceux qui les profèrent que sur ceux qu’elles visent 😉

  43. Damien N dit :

    Il y a toujours eu et il y aura toujours des « haters »! Personnellement, votre blog m’a encouragé à me lancer plus sérieusement dans l’écriture. La critique, bonne ou mauvaise, nous aide à progresser.
    Mais il faut le faire avec respect.
    Il ne faut surtout pas écouter ceux que l’on appelle chez moi des « reuleuleus » (sans manque de respect bien sûr).
    Tant mieux si vos articles, conseils et points de vues aident le plus grand nombre.

    Continuez s’il vous plaît. Pour vous car je pense que vous aimez ça et pour nous qui vous lisons avec toujours plus d’intérêt.

    Bien à vous.

  44. Broudin Jean-Luc dit :

    La première réflexion qui me vient à l’esprit, à la lecture de votre article est celle-ci :
    « la personne me traitait d’incompétente, juste capable d’écrire des articles clichés destinés à de nuls écrivaillons. »
    Nous avons tous, dans un métier, un sport, une activité, enfin n’importe quelle situation de la vie, eu besoin, un jour, d’une main tendue. Nous avons tous débuté dans un domaine, et nous avons tous été des nuls. J’ai en mémoire, adolescent, ce moment où à mon entrée dans la cour du collège, je rencontrais soudain un jeune, plus âgé que moi, plus expert, qui me sauvait de cette situation angoissante : Par où faut-il aller ? Pour ma part, vous êtes, cette personne qui me guide. Et, j’en suis convaincu, pour beaucoup d’autres, également. Alors, bien sûr, vos lecteurs sont certainement pour le gros pourcentage, novices en écriture. Mais c’est justement bien ceux-ci qui ont besoin de conseils, non ? Personnellement, à 50 ans, il y a trente ans que j’écris plus ou moins, et surtout moins. Il y a trente ans, que je pense avoir une certaine capacité pour raconter des histoires. Sauf que cela me paraissait insurmontable, inatteignable. Par vos petites astuces, exposées clairement, simplement, vous m’avez fait prendre conscience que je pouvais au moins essayer. Et, je viens de terminer mon premier roman de 200 pages, qui est peut-être mauvais, mais au moins j’ai la satisfaction d’avoir utilisé mon temps utilement. Une dernière chose, me vient à l’esprit. Dans mon travail, j’ai la tache de manager une trentaine de personnes. En quinze ans, j’ai dû subir beaucoup de conflits. J’ai reçu des critiques, rarement des compliments. Dernièrement, lors d’un entretien professionnel annuel, l’un de mes collaborateurs m’a fait des éloges. Le gars est le plus timide de l’équipe (du monde, devrais-je dire !). Il y a 15ans, qu’il travaille consciencieusement, sans se plaindre, mais sans dire non plus qu’il trouve les choses bien. En résumé, par rapport à votre blog : Ceux qui écrivent le plus sont souvent ceux qui se plaignent tout le temps. Et la très grande majorité de vos lecteurs, ne commentent que très rarement, tout simplement parce qu’il n’y a rien à redire et qu’ils trouvent que vous faites bien les choses. J’en fait partie, de ces silencieux, mais je dois dire que votre article de ce jour m’a réellement donné envie de vous remercier.

  45. Eric S. dit :

    Bien… tout a été dit. Et très bien écrit. Moi j’en suis ravi, car c’est aussi mon avis… Sauf peut-être « brocolis », ou bien « tortellini »…, mais trêve de plaisanterie, ce blog colorie ma vie. Grossière flatterie ou timide galanterie, là était mon envie, qu’aux commentaires je m’associe.
    Merci pour votre travail et votre générosité Marie-Adrienne, vous nous aidez clairement à évoluer…, et je sais ne pas être le seul à dire et à penser que j’ai toujours besoin de vos articles. Ah… Le coup de parler des nouvelles, je dis ouais moi aussi.

  46. Chris dit :

    Je pense que ces critiques s’adressent à la forme et non au fond.

    L’écriture est un ART.

    Comme la musique ou la peinture, il y a différents styles.

    On peut aimer Rihanna et abhorrer Brassens, ou vice-versa.

    Le problème, c’est que beaucoup rejettent ce qu’ils n’aiment pas, par nombrilisme, se disant : « si ça ne me plaît pas, c’est que c’est mauvais ! »

    Soit.

    On ne peut pas plaire.

    Pour ma part, j’aime vous lire.

    J’ai trouvé maints conseils utiles et inspirants ici.

    La seule chose que je puisse vous reprocher(parfois), c’est de faire des phrases qui manquent de brièveté.

    Par exemple, les deux phrases soulignées en gras :

    – « J’ai besoin de savoir si ce que je donne vous plaît et si ça vous permet de passer à un niveau supérieur d’écriture. »

    – « n’hésitez pas à utiliser ces commentaires pour faire un retour mais aussi pour me donner des idées de ce que vous souhaitez que je présente, que je travaille ou que j’aborde »

    Je les trouve trop longues (et limite maladroites).

    Mais, là encore, c’est un point de vue – donc subjectif – sur la forme.

  47. evelyne dit :

    Chère Marie Adrienne,

    je prends la plume pour vous témoigner ma reconnaissance pour vos conseils pratiques, le rapport franc et généreux à vos lecteurs et pour les nombreuses découvertes de récits, romans, publicités, émissions et autres,qui seraient restés inconnus dans le champ de mes intérêts, sans vos heures de travail qui les ont mis à ma disposition. Votre apport n’est pas mesurable, comme celui de tous les actes généreux.
    Avec mes pensées amicales

  48. Leclercq Nicole dit :

    Continuez.
    Vos conseils sont précieux et je prends dans ceux-ci ce qui m’intéresse, ceux qui me font avancer dans ma quête de l’écriture.
    Il y a et il y aura toujours des persiffleurs, écoutez plutôt vos ami(e)s du site.
    Merci d’exister.

    Nicole

  49. hamid dit :

    Quoique court, je dirai tout simplement que les articles proposés m’ont beaucoup aidé à m’améliorer dans mon écriture, franchement, j’ai beaucoup appris. c’est vrai, l’écriture est un art comme a écrit quelqu’un; on ne nait pas écrivain, on ne le devient pas du jour au lendemain, il faut apprendre et suivre l’exemple des autres.
    Merci Marie pour ce que vous faites.

  50. Laurence O dit :

    Chère Marie-Adrienne, j’ai découvert votre blog il y a tout juste une semaine et .. que dire sinon que c’est une mine d’or !!! j’anime depuis peu une série d’ateliers pour encadrer des auteurs dans la difficile phase du retravail d’un texte, après le premier jet (voir le site de l’asbl que je coordonne). Je cherchais quelque chose sur les descriptions et suis tombée sur « comment en finir avec les descriptions ennuyeuses » ? Sur base de vos 4 astuces, j’ai créé des exercices et c’était magique ! J’ai bien entendu mentionné que j’avais trouvé l’info sur votre site et invité les auteurs à aller voir, lire, tester…
    Je suis 100% d’accord avec vous. On reçoit des outils, on les teste, on les met dans sa boite à outils et on les utilise (ou pas) si on veut et quand on veut. Vous ne donnez pas de recettes, vous le dites à plusieurs reprises.
    je vous trouve d’une incroyable générosité de nous livrer tous ses trucs et astuces, sans autre prétention que de partager votre expérience.
    J’espère que vous ne serez pas gênée par le fait que j’utilise vos outils dans mes prochains ateliers mais j’espère ainsi que vous aurez de nouveaux inscrits à votre blog !!
    LONGUE VIE A CE BLOG (et tant pis pour tous ces gens qui ont tant d’ego qu’ils ne savent plus se remettre en question et perdent l’envie de progresser ..°

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Laurence

      Contente de lire que mes conseils, techniques ou astuces servent à vous et à d’autres.
      Gênée que vous utilisiez mes outils ? Certainement pas ! Pourquoi les aurais-je mis en libre accès ? Indiquez juste vos sources.
      Ce n’est pas en gardant les choses pour soi que l’on grandit. Enfin, c’est ma façon de voir les choses.
      Et puis il y a encore tellement de choses à explorer !

      Bien à vous

  51. Anne-Françoise dit :

    Bonjour Marie-Adrienne,
    comme plusieurs de vos lecteurs, je suis tombée sur votre site par hasard, il y a quelques semaines, en cherchant des outils pour mieux écrire. Coup de foudre immédiat pour aproposdecriture, tant en raison de la forme (esthétique et ergonomie) que pour le fond ! J’ai été bluffée de découvrir votre générosité et votre disponibilité. Je suis loin d’avoir lu tous vos articles, mais il se passe rarement un jour sans que je pousse la porte de votre blog. J’ai l’impression de rendre visite à une amie! ne manque que la tasse de thé, car pour ce qui est des biscuits, le choix est large ! j’ai, par exemple, goûté au freewriting qui commence à donner des résultats (à ce propos, vous citiez à la fin de votre article le mind mapping : l’avez-vous abordé par la suite ?). Parfois je viens aussi pour prendre un peu de vitamines ou éloigner la tentation de la procrastination!… Merci pour tout Marie-Adrienne et…continuez, nous sommes nombreux autour de vous.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Anne-Françoise

      C’est touchant de lire votre commentaire comme tous ceux qui ont déferlé après la publication de cet article.
      Bon, si vous passez par Lille (je vis dans la métropole lilloise), on pourra se trouver un moment pour boire un thé !
      Pour le mindpapping, maintenant que vous le dites, je crois que finalement, je ne l’ai jamais rédigé. Je note l’idée…
      Le freewriting finit toujours par donner ses fruits.

      A vos succès d’écriture

  52. Béatrice dit :

    Bonjour Marie-Adrienne,
    C’est avec consternation que j’apprends les attaques dont vous êtes la cible. Même si je n’en suis qu’à peine surprise car Internet est devenue un terrain de jeu malsain pour de nombreux prédateurs. Au point que j’ai supprimé mon compte facebook dernièrement, écœurée par toute la haine et la violence qui s’y déchainent.
    J’ai découvert votre blog tout à fait par hasard alors que je cherchais des conseils pour écrire mon premier roman. J’y ai trouvé une aide précieuse. J’en profite pour vous en remercier très sincèrement. Vous faites un travail fabuleux et je respecte infiniment votre grande passion pour l’écriture.
    Je viens de prendre ma retraite et je compte bien utiliser mon tout nouveau temps libre pour réaliser enfin mon rêve de jeunesse : devenir écrivain. Merci encore de m’accompagner dans mon projet un peu fou à l’aide de vos passionnants articles.
    Je vous transmets toutes mes amitiés.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Super contente de lire que votre retraite et le temps libre qu’elle vous donne va vous permettre de vous lancer dans l’écriture.
      Foncez ! Et revenez autant de fois qu’il le faudra sur aproposdecriture

      Bien à vous

  53. Loan dit :

    Bonjour,
    Pour ma part je trouve ce site intéressant. Je viens lire, regarder des informations qui peuvent m’aider et parfois même me remotiver pour poursuivre sur mon petit chemin de l’écriture…

  54. Pour ma part, je suis une petite auteure et j’adoooore vos conseils et autres. Je les partage sur les réseaux sociaux, je les teste ! ils sont toujours très pertinents et mes amis les lisent toujours avec beaucoup d’intérêt ! alors je ne peux que vous remercier pour tous ces conseils que vous nous prodiguez, sachez que vous faites extrêmement de bien, par vos articles, à beaucoup d’auteurs, et ce avec beaucoup de générosité puisque rien ne nous ait demandé en contrepartie !

  55. Abonné à votre blog, je jette toujours un œil à vos articles, dont le plaisir de lecture est appréciable, tant par leur longueur très raisonnable que la quantité d’informations et de réflexions qu’ils proposent. Ne vous arrêtez surtout pas en si bon chemin, au risque d’attrister ceux qui vous suivent… Et n’écoutez pas les ronchons, ce ne sont pas eux qui paient votre loyer !

  56. Éva Böröcz dit :

    Bonjour Madame Carrara,
    J’ai découvert votre blog qu’il y a quelques semaines et je l’aime déjà. Ne l’arrêtez surtout pas. J’ai été publié il y a trois ans et mon premier roman sortira en septembre 2017. Je trouve vos conseils pertinents. Je ne suis pas une universitaire et le français n’est pas ma langue maternelle. Un jour je suis devenue analphabète et il m’a fallu apprendre la langue de ce pays où j’ai été reçu comme réfugiée. Au Québec.
    Alors, depuis ce temps, je me bats avec cette langue si difficile. Quoi que disent vos détracteurs, vous avez une immense qualité, LA GÉNÉROSITÉ !
    Cordialement
    Éva Böröcz

  57. squarciafico dit :

    Ben dit donc ! Vous n’avez jamais eu autant de commentaires et je suis heureuse pour vous. Vos conseils sont précieux, on apprend toujours quelque chose de nouveau et c’est si bien expliqué et précis. Je lis toujours vos nouveaux articles et je prends note parfois sur un cahier pour m’en souvenir. Je vous remercie de prendre le temps de nous éclairer sur les difficultés de notre langue si compliquée parfois.
    Les gens sont méchants par jalousie, oubliez-les et pensez à ceux qui attendent avec impatience votre prochain message.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      C’est ce que je me dis aussi ! C’est rassurant de voir que les commentaires s’enflamment quand on m’attaque !

      Cordialement

  58. Maud dit :

    Bonjour Marie-Adrienne,

    Je voulais vous dire que votre blog a simplement lancé ma véritable façon d’écrire ! Je me suis accrochée à vos conseils, j’ai suivi toutes vos publications, je les lis toujours avec enthousiasme, je dois les apprivoiser parfois. J’ai même lu celle que j’avais loupé, les premières, je les ai toutes lues.

    J’aime votre blog, je l’apprécie comme une main tendue arrivée au bon moment ! Le hasard fait bien les choses parfois, et pour moi, c’est parcourir vos articles qui m’a profondément aidé. En recommençant du début, on observe également une évolution dans votre façon d’écrire, de rechercher de nouveaux sujets, et j’ai envie de vous confier que c’est fantastique pour nous, lecteurs qui vous suivent, mais surtout pour vous.

    En écrivant sur ce blog, n’oubliez pas qu’il faut déjà que celui ci vous satisfasse, vous aide, vous motive, il vous fait du bien à vous avant tout. Et pour moi c’est le plus important ! Quand on réalise un rêve, que l’on pratique une passion, il y a forcement des gens qui seront mesquins, critiques, et négatifs. On ne peut plaire à tout le monde et le plus beau des mépris que vous pouvez leur rendre est l’ignorance !
    Ils pensent différemment et alors… ils se réfugient derrière leur écran pensant qu’internet les protègent.
    Des gens comme ceux là il en existe beaucoup et dans tous les domaines.

    Je citerai pour exemple, la prévention contre le sida, avec une photo de deux hommes. Sous le titre « 2016, l’homosexualité dérange toujours », L’Union expose sur une page entière du journal une « sélection » de vingt commentaires homophobes laissés par des internautes en réaction à l’article de mardi. Les noms, prénoms ou pseudos, ainsi que la photo de profil des internautes sont également reproduits dans le journal.

    Qu’en pensez vous ? Qu’ils assument fièrement ?? Ou qu’ils rentrent chez eux la queue entre les jambes (sans mauvais jeux de mots), pensant avoir été « plus fort que tout le monde, plus puissant » en dénigrant purement et simplement. Oubliant que même derrière l’ordinateur on doit assumer ses paroles et ses actes.

    Marie-Adrienne, ce blog il vous fait du bien à vous, mais à nous aussi. Quand je dis nous, je pense à ceux qui vous suivent et ceux qui ne viendront que piocher un article ou qu’une phrase de votre blog ! Juste ça ! Un grain de riz peut faire basculer la balance… et dans mon cas c’est carrément la rizière votre blog !!!

    Même si nous ne sommes pas nombreux, même si, même si, etc. Il aura suffit que je vous trouve pour écrire à nouveau, pour prendre mon envol, et pour ça je vous serez éternellement reconnaissante. Alors qu’importe que certains ne vous aiment pas et l’écrivent violemment … continuez tant qu’il y aura quelqu’un pour vous restez fidèle.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Merci Maud votre commentaire est touchant.
      Je suis heureuse d’avoir été celle qui vous a redonné goût à l’écriture.
      Cependant, je ne peux pas dire que ce blog me fait du bien. Gérer un blog demande du temps et croyez-moi je pourrais occuper celui que je consacre à la gestion d’Aproposdecriture à d’autres activités.

      Ma première motivation a lancé ce blog était de transmettre tout ce que j’avais acquis dans le domaine de l’écriture. Je trouvais dommage de tout garder pour moi.

      Quand je me suis lancée dans l’écriture, j’aurais aimé trouver de l’aide. Avoir un prof, un guide, quelqu’un qui me montre le chemin. Hélas en France, rien de tout cela n’existe. Et ce n’est pas les ateliers d’écriture que j’ai fréquentés qui ont assouvi mon désir d’apprendre car je n’y ai pas trouvé ce que je cherchais… de la technique littéraire ! On peut avoir de l’aptitude au dessin, on peut avoir du goût et savoir harmoniser les couleurs, peindre de manière intuitive… mais au bout d’un moment, il faut passer par la technique. Sinon, on ne progresse pas. On reste ancré dans ses acquis et basta.

      Moi je cherchais la technique et je ne l’ai trouvée nulle part. Donc, j’ai étudié, cherché, fouillé, essayé, testé, décortiqué, analysé…Jusqu’à suivre parfois des chemins sur lesquels je me suis égarée. En gros, j’ai bossé comme une dingue, tenue par la passion. L’envie d’arriver un jour à la cheville de mes idoles d’écriture. L’envie d’écrire le livre que je n’avais encore jamais lu. Mois après mois, j’ai engrangé des savoirs, des techniques… j’ai trouvé des astuces. J’ai aussi travaillé sur moi. Car les mots que j’écris sortent de moi et donc il me semblait logique de mieux me connaitre. De découvrir mes failles, mes forces. De travailler les unes, de me reposer un peu sur les autres.

      Gérer Aproposdecriture ne me procure pas du bien-être mais de la satisfaction. Quand je reçois des retours comme le vôtre. je me dis que j’ai bien fait. Et tant pis si parfois la technique me complique la vie. Et quand des commentaires hargneux arrivent, leur violence me choque. Mais qu’ils ne me lisent pas, ne me suivent pas et surtout… qu’ils fassent mieux que moi. J’ai prétendu nulle part détenir le savoir universel de l’écriture. Moi j’aime l’échange, le partage, la discussion et je me fiche des messages de faux-culs rédigés derrière un écran.

      Chaque jour Aproposdecriture compte plus visiteurs et d’abonnés. Environ 55000 visites mois. Certains passent, « picorent » et s’en vont. D’autres s’abonnent et se contentent de « consommer ». D’autres s’investissent, partagent, commentent, sont très actifs sur le blog mais aussi en privé. Ils m’adressent des idées d’articles, et m’envoient des tas d’infos. Il existe un véritable échange. C’est prenant… mais grisant.

      Ces temps-ci, j’ai réduit la fréquence des articles. Car j’ai beaucoup de chantiers en cours et à force de me disperser, je n’avance pas sur des projets qui me tiennent à cœur. De toute façon, il y a suffisamment de lecture sur Aproposdecriture. Je me dis toujours que vous n’êtes pas sans rien.

      A très vite… A vos succès d’écriture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article