Faut-il s’aider d’un logiciel d’écriture ?

Partager :

Parmi les nombreuses questions que l’on pose, celle du logiciel d’écriture revient souvent. Alors, allons-y !

 

 

 

 

 

 

Scrivener : Le logiciel d’écriture le plus populaire

 

De toute évidence, Scrivener s’affiche comme le logiciel d’écriture le plus populaire.
Il est payant, mais vous pouvez le tester 30 jours gratuitement en suivant ce lien

https://www.literatureandlatte.com/trial.php

 

Pour être honnête, j’aurais du mal à vous en dire davantage sur les logiciels d’aide à l’écriture et en particulier sur Scrivener. Je dispose pourtant de ce logiciel, mais je ne l’ai encore jamais vraiment utilisé.

En vrai, j’ai ouvert Scrivener une fois. Et de vous à moi, ça m’a saoulée de devoir perdre mon temps à le comprendre et à le maîtriser. Car l’outil n’est pas d’un abord facile. Alors, sitôt ouvert, sitôt refermé ! Avec la désagréable impression de me trouver face à une usine à gaz !

L’autre inconvénient et non des moindres pour moi, c’est que Scrivener n’intègre pas le correcteur Antidote. Or avec les quantités de pages que je rédige chaque jour, je peux difficilement me passer de mon sauveur !

Word, Libreoffice ou Scrivener ?

 

Vous allez penser, pas très positif tout cela…

Peut-être, mais je vous délivre là mes premières (et seules !) impressions. Et puis je dois avouer que j’utilise Word depuis tellement longtemps que ce traitement de texte n’a plus trop de secrets pour moi. Le problème c’est que, par méconnaissance du logiciel, bon nombre d’utilisateurs n’utilisent qu’une partie minime des fonctions de Word dont certaines se révèlent pourtant très pratiques pour un auteur. Je pense par exemple à la fonction commentaires http://www.aproposdecriture.com/gagner-du-temps-avec-la-fonction-commentaires

Alors pour aider les auteurs désireux de tester ou d’adopter Scrivener, j’attends les retours d’expériences (avantages et inconvénients !) des utilisateurs, inconditionnels ou non, de Scrivener.

La zone commentaires est à vous !

 

À vos succès d’écriture…

 

 

26 commentaires

  1. Moi non plus je ne peux me passer d’Antidote! J’étais à la limite de la dysorthographie durant toute ma scolarité…
    J’ai écrit mon livre sous Word, puis j’ai pu l’importer facilement dans InDesign pour la mise en page, en utilisant la fonction de correspondance des styles. Pour les révisions par d’autres, Google Doc permet de ne travailler que sur un seul document. Il gère aussi les commentaires.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Ben moi, je fonctionne de la même façon dans mon activité de biographe. Je fais une partie du travail avec Word. Et quand je dois passer à la mise en page du livre de mes clients, j’exporte dans Indesign.
      Bonne journée

  2. Célyne dit :

    J’ai fait la même chose que vous. Je l’ai ouvert. J’aI suivi la formation gratuite et je l’ai refermé. Dommage ça l’air bien.

  3. Evelyne dit :

    Merci Marie-Adrienne pour ces informations et le partage de votre expérience. Pouvez-vous lorsque vous signalez un nouvel article indiquer immédiatement en titre le sujet? C’est utile pour le classement dans le dossier. Actuellement c’est la même phrase type qui apparaît et on perd du temps pour chercher le sujet. Ceci est d’ailleurs une idée de nouvel article: comment faciliter ses recherches ?

  4. Yves Béland dit :

    J’utilise Word depuis plusieurs années et effectivement, Antidote fait partie de mes applications préférées. Non seulement pour la correction de mots (que Word me souligne) mais surtout pour ses multi-dictionnaires (synonymes/antonymes et définitions entre autres). J’ai lu et vu Scrivener. Je l’ai téléchargé et ouvert plusieurs fois. En fait, il me reste quelques fois à l’ouvrir avant de devoir acheter la version payante. Je ne peux pas dire que c’est très compliqué. Dans le programme il y a une aide précieuse pour commencer à l’apprivoiser. Sur internet, il y a de nombreux tutoriels pour l’utiliser (en français comme en anglais). Je l’ai trouvé facile et rapidement, j’ai importé un de mes romans. Il faut s’enlever de la tête la fonction « Word » et tout simplement écrire. Les chapitres sont accessibles rapidement car séparés à l’avance. Un simple clic permet de s’y trouver rapidement, contrairement à Word où il faut faire dérouler les centaines de pages pour se rendre à un chapitre précis (à moins de mettre des liens dans la table des matières, mais encore, il faut y retourner à chaque fois). Il y a aussi la structure de texte qui est facile à utiliser. Je comprends cependant qu’il faut y mettre du temps pour le comprendre mais je crois qu’il faut voir cela non pas comme une « perte de temps », mais comme un « investissement de temps ». Quant à l’utilisation du logiciel Antidote, il peut être ouvert en application à part sur l’ordinateur et faire un copié/collé des mots à analyser. Ceci étant dit, je ne le fais pas, trouvant plus simple d’utiliser Antidote sur Word où il est parfaitement intégré. Un autre avantage de Scrivener sur Word, est le rendu de livre en format Kindle ou ePub. C’est un avantage assez spécial. Encore une fois, pour publier sur Kindle, on peut faire un rendu en format Word que l’on télécharge directement sur Amazon qui le convertit en format Kindle et le résultat fonctionne très bien. Même chose pour ePub. Smashwords demande un format ePub ou Word. En suivant les instructions disponibles sur Smaswords, tout se fait très bien. Il faut cependant utiliser la version 2003 de Word. Pour mon roman de quelques 303,000 mots, cela m’a pris plusieurs heures à tout reformater en format ePub, en suivant à la lettre les instructions, mais cela a fonctionné. Et Scrivener dans tout ça? Bien je ne l’ai pas encore acheté. Ce ne sont pas les 49$US qui font peur. Ce n’est vraiment pas cher pour tout ce qu’on peut y trouver. Mais quelle sera son utilisation? Pour mon roman de plus de 303,000 mots, Word avait de la difficulté à se mettre à jour à chaque page que j’ajoutais. J »ai dû séparer mon roman en 3 parties. Que l’ordinateur attende après moi, ça va, que je doive attendre après l’ordinateur pour écrire, pas question. Donc ici se trouve un point négatif pour Word. Pour mon dernier roman, 82,000 mots,je n’ai cependant pas eu ce problème. Joanna Penn ne jure que par Scrivener ainsi que plusieurs autres. Je fais ma structure d’idées et de textes à la main, à l’ancienne sur papier, que je transpose sur ordinateur par la suite, dans Word. Donc pas besoin de Scrivener pour cela. Mais pour ceux qui veulent tout transposer en format virtuel, Scrivener fera toutes ces étapes pour vous, de la recherche d’idées à la finition du roman/document. Scrivener a également une description de personnages, que vous conservez dans le logiciel. J’avoue que cette partie est très pratique (on peut même y ajouter des photos), de même qu’une description de chaque chapitre. À moins de faire un document à part sur Word, ce n’est pas possible. Pourtant c’est ce que je fais. J’ai 2 ou 3 documents pour chaque roman que j’écris, contenant la description des personnages et des chapitres. Juste en appuyant , j’accède directement à ces informations et documents qui sont ouverts sur l’ordinateur. Tout comme Internet pour les recherches que je veux faire concernant telle ou telle autre information. Je ne sais pas si c’est à cause de Word, mais faire une « relecture » par Antidote via Word, cela est extrêmement long. Alors à qui la faute? Word ou Antidote? Je ne sais pas. Donc pour pallier à ce problème, je fais plus attention à mon écriture (fautes, accords) et vérifie plus souvent l’épellation des mots. De temps en temps, je vais lancer Antidote pour l’analyse d’un chapitre ou deux, histoire de ne pas attendre à la toute fin pour une correction finale. Alors c’est une question de pratique, de compréhension et surtout, il faut se sentir à l’aise dans le logiciel que l’on utilise. Il ne faut pas tuer dans l’oeuf les idées fécondent qui surgissent à l’instant même. Bonne écriture!

  5. Virginie Loÿ dit :

    Même expérience ici, Marie-Adrienne!

    J’ai écrit un livre (sous Word) qui a été publié et un roman (sous un mélange de Word et Evernote).
    Je suis blogueuse, donc j’écris aussi beaucoup… J’ai téléchargé Scrivener, car j’en avais entendu dire beaucoup de bien…

    Seulement, j’ai suivi la présentation de prise en main et toutes les explications et au bout du compte, je n’ai pas compris comment COMMENCER à m’en servir… Donc, je me suis sentie idiote pendant 5 minutes et j’ai oublié.

    J’ajoute que je suis aussi une inconditionnelle d’Antidote, et que ça ne joue pas non plus en faveur de Scrivener…

    Alors moi aussi, je suis curieuse de savoir quels seront les avis des autres internautes qui suivent votre blog.
    Merci pour vos articles!

  6. ecrivain77 dit :

    Bonjour,
    Bel article.
    Je me sers de scrivener pour les gros projets.
    de Word avec le plugin WriteSpace, pour avoir Word en plein écran sans icône
    Pour les écritures rapides je me sers de FocusWriter qui est aussi un logiciel d’écriture ( gratuit ) en plein écran et enregistre toutes 5 secondes dans le format désiré. De plus on peux faire des sessions avec les documents.
    Pour libreOffice qui est gratuit et de plus gère très bien les pages maitres.
    Bonne écriture.

  7. Vidoni dit :

    Word ! Word ! Word ! Je ne vois pas de quoi on peut avoir besoin de plus (et encore j’ai une version de 2000)

  8. mark dit :

    Bonjour

    J’utilise Scrivener depuis quelque temps et j’en suis très satisfait. C’est vrai qu’au départ cela peut paraitre une usine à gaz, mais c’est fabuleux quand on arrive à l’apprivoiser. Je suis loin de maitriser toutes les fonctions, mais il me satisfait pleinement.

    D’autant plus que j’utilise ANTIDOTE sans aucun problème avec Scrivener.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Je suis étonnée que vous utilisiez Antidote avec Scrivener. A moins que ce soit la version de Scrivener avec Mac, il me semble qu’elle offre plus de possibilités que celle prévue pour Windows.
      Merci pour votre retour d’expérience

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Je suis étonnée que vous arriviez à utiliser Antidote avec Scrivener à moins que votre version Scrivener soit pour Mac car je sais qu’elle offre plus de fonctions que celle destinée à Windows.
      Merci pour votre retour

  9. Merci. Beaucoup.
    Par votre article vous répondez judicieusement aux questions que je me pose.
    Je commence à écrire un peu plus sérieusement.je réalise que j’ai beaucoup de terrain à parcourir .

    Bravô .
    Cordialement .Evelyne

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Ravie de lire votre intérêt pour cet article. Aproposdecriture est un blog où l’on peut échanger ses façons de faire. Le partage est enrichissant.

      PS (super votre riad à Marrakech !)

  10. S.Clz dit :

    Bonjour, Pour ma part, bien que le corps de mon Roman est écrit sous LibreOffice, j’utilise en complément yWriter6 (option « français » comprise) (lien http://www.spacejock.com/yWriter6.html site en anglais mais vous pouvez voir des explication là : http://www.spacejock.com/yWriter6.html)
    écrivant un thriller Fantastique les fiches chapitres/scènes/personnages/lieux/objets sont vraiment très utiles.
    Par contre pour le fil conducteur (ligne de temps) j’utilise Xmind (logiciel création organigramme gratuit : http://www.spacejock.com/yWriter6.html).
    Comme je suis une Bordélique organisée j’y trouve mon compte !!

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Merci pour votre retour.
      Je suis super contente car au travers des commentaires, on voit différentes façons de travailler. Et c’est enrichissant. Cela permettra à chacun de revoir la sienne. De la conserver, l’approfondir ou la modifier.
      Bonne continuation

    • Kastillon dit :

      Moi aussi yWriter depuis des années. Le logiciel est gratuit et créé par un auteur de SF, donc la garantie d’une structure bien organisée pour le roman.

      Évidemment, pour un premier jet, yWriter bride la création et est plutôt déconseillé (S.Clz pense-t-il-elle la même chose ?). Mais dès qu’on attaque la rédaction définitive, avec gestion complexe des personnages, c’est un bien bel outil.

  11. Floriane dit :

    Bonjour,

    A la même manière d’Yves, j’utilise Scrivener pour préparer toute mon histoire : fiches personnages, environnements, liens de recherches, images… Tout y est classé par dossier et c’est un jeu d’enfant de s’y retrouver.
    Pour l’écriture en elle-même j’utilise Word, et Antidote pour la correction. Car il faut savoir que Scrivener enregistre toutes les fiches au format Word donc il est super facile de jongler entre les logiciels.
    Je n’ai acheté aucun des logiciels car je les ai téléchargés. (bien ou mal ? plutôt une question de moyen)

    Bref, Antidote et Scrivener ont changé ma vie et mon organisation (plus qu’à se bouger pour finaliser tout ça maintenant :D). Je les recommande grandement.

  12. Kate Boulay dit :

    Bonjour
    Mon logiciel d’écriture c’est OpenOffice. Il est gratuit et à vie. Il est comme Word.
    Passez une bonne semaine.

  13. greensand dit :

    Bonjour,
    J’ai lu avec beaucoup d’attention toutes vos remarques sur l’utilisation ou pas de Scrivener. J’ai moi-même beaucoup hésité avant de franchir le pas et finalement de l’acheter. Quel plaisir de travailler avec ce logiciel intégré qui sauvegarde instantanément et permet sur une même page de mêler du texte , des photos, des lien internets de sorte que vous avez toujours avec vous votre « carnet » de croquis, de notes en mode virtuel, sans compter les multiples possibilités d’édition instantanées. Le seul inconvénient, peut-être est celui de la correction. Il n’y a pas de logiciel performant ( ou bien je ne l’ai pas trouvé!).
    C’est la raison pour laquelle je me permets de vous demander quelques infos sur Antidote (dont vous parlez avec beaucoup de passion!): puis-je l’utiliser avec Scrivener sur mon Mac? et Indesign serait-il judicieux de l’acheter pour mon travail d’écriture?
    Merci pour votre aide et bonne journée à tous et à toutes .

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Pour Scrivener et Antidote… je crois que c’est possible si vous utilisez la version Scrivener pour Mac. Mais c’est quand même à vérifier.

      Oui j’utilise beaucoup Antidote dans mon activité d’écrivain biographe. J’écris beaucoup toute la journée et je dois faire avec un problème de dyslexie. Aussi, Antidote agit dans mon cas comme un sauveur !

      Pour Indesign… si vous ne faites pas de mises en page professionnelles (telles que des affiches, dépliants, brochures, magazines, journaux ou livres) il n’est pas utile.

      Bien à vous

  14. Je viens à peine de découvrir le logiciel Scrivener… c’est un outil de pro mais je l’utiliserai plus pour des travaux universitaires. Par exemple pour faire une thèse ou un mémoire de 80 pages.
    Le dernier article de Des mots et des Lettres : Le statut de l’auteur de l’Antiquité à nos jours : quelle évolution ?My Profile

  15. Personnellement, j’ai besoin d’un « logiciel » pour m’y retrouver dans mes personnages, mes lieux… Cela m’évite d’écrire qu’un personnage est blond alors que quelques pages avant j’ai dit qu’il était brun !
    J’ai essayé Scrivener, yWriter5 et d’autres. Mais j’ai eu l’impression d’utiliser des usines à gaz.
    Un ami m’a conseillé L’Ecritarium. Ce n’est pas un logiciel qu’il faut installer sur votre ordinateur mais un outil en ligne (http://www.ecritarium.com). L’avantage est qu’il est gratuit et relativement simple à utiliser. En plus, vous pouvez y accéder depuis n’importe où (intéressant quand vous avez des idées qui surviennent n’importe quand !)
    Autre avantage : vous pouvez créer tout ce qui fait un livre : les chapitres, les personnages, les lieux, les recherches à faire. En plus, vous pouvez lier chaque élément avec les autres (un chapitre avec les personnages et lieux qui y apparaissent, les recherches à entreprendre ou entreprises).
    Perso, je n’utilise pas l’Ecritarium pour écrire mes chapitres (je fais ça avec Word). Par contre, je crée les chapitres sur l’Ecritarium et y lie les personnages, lieux et recherches. Ainsi, il me suffit d’aller sur la fiche du chapitre pour retrouver chaque élément et y accéder directement. Ainsi, j’accède directement à la fiche d’un personnage, peut y retrouver sa description (physique et psychologique ce qui est relativement rare pour le souligner), peut la modifier…

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Yann

      Merci pour votre commentaire… Intéressant cet outil en ligne (http://www.ecritarium.com) et de surcroît gratuit !
      Je ne connaissais pas. Comme vous, j’ai toujours considéré Scrivener comme une usine à gaz alors que ertains auteurs ne jurent que par ce logiciel. Peut-être est-ce juste du fait de mon impatience… Ca me saoule d’apprendre à manipuler un outil alors que quand je me mets à mon clavier j’ai juste envie d’écrire. Enfin, chacun ses préférences. « Ecritarium » me parait pas mal du tout, je vais m’y intéresser. Merci encore…votre contribution montre tout l’intérêt d’un lieu d’échanges comme Aproposdecriture.

      Bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article