Fatidique page 99 !

Partager :
page 99

page 99

Je ne sais pas pour vous, mais je choisis de lire un livre d’abord pour son sujet.
Une fois en librairie, je lis la première page puis plusieurs autres au hasard pour apprécier la qualité de l’ouvrage…

 

 

 

 

 

Malheureusement, ma méthode n’a rien d’universel et j’ai déjà regretté certains achats. Alors, j’ai cherché à savoir s’il existait une meilleure façon de sélectionner.

 

Existe-t-il un moyen efficace de choisir un livre sans se tromper ?

 

Oui, selon l’écrivain, poète, critique et éditeur anglais Ford Madox Ford (1873-1939) qui estimait que la lecture de la 99e page d’un livre était déterminante pour définir la qualité de son contenu.

La page 99 ? Quelle drôle d’idée ?

Peut-être pas ! F Madox Ford partait du principe que les premières pages d’un livre ne sont pas un gage de qualité. Un livre peut effectivement démarrer fort et s’avérer très ennuyeux après seulement quelques pages.

Il recommandait donc de lire la page 99 d’un livre pour la laisser vous révéler la qualité du livre entier.

Pourquoi la page 99 ?

 

Je vous entends déjà… Pourquoi la page 99 et pas une autre ?

Le choix de cette page n’a rien d’un hasard. C’est même tout le contraire. Pour un grand nombre de livres, la page 99 se situe à peu près au tiers ou au quart du roman. Et à ce stade, selon Ford Madox Ford, l’intrigue, les personnages et le rythme de l’ouvrage sont censés être posés. Ce qui suffit à se faire une bonne idée de l’intrigue sans se faire avoir.

Bref, ce qui apparaissait farfelu se révèle finalement un moyen assez logique. Mais peut-on vraiment en faire une règle ?

Depuis quelques années, l’Express.fr se prête régulièrement à l’exercice.

Pour vous faire un avis sur la méthode, cliquez ici et découvrez les résultats des ouvrages déjà testés.

 

Ford Madox Ford avait-il raison ?

 

Connaissiez-vous la méthode de sélection de Madox ? Quel est votre avis sur le sujet ? Si vous avez écrit un roman, passerait-il le test de la page 99 ?

 

Les commentaires sont à vous !

 

À vos succès d’écriture…

8 commentaires

  1. Jean-Patrick dit :

    Bonjour,

    lire la page 99 relève plutôt du hasard, à mon sens.
    En effet, les pages ne dépendent pas de l’auteur, mais de l’éditeur : d’un format à l’autre, le même extrait ne serait pas à la même page.

    Peut-être pour les superstitieux ou les numérologues ?

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Je ne peux pas vous dire si Madox était adepte de numérologie.
      En revanche, il n’est pas faux de penser qu’à la page 99 ou au moins à ce moment-là du roman, les bases essentielles d’un récit doivent toutes être en place.

      Bonne journée

  2. Jean dit :

    « Le mystère de la page 99 » ! Encore une chose que je ne savais pas (comment puis-je être aussi ignorant ?)
    En fait, je crois que c’est ce que tout acheteur fait, mais pas systématiquement à la page 99. Lorsque j’achète un livre, je lis la couverture, puis la quatrième de couverture, la table des matière, les gros titres. J’ouvre ensuite le bouquin au hasard, une ou deux fois et je lis un extrait. Mais je n’ai jamais pensé à la page 99.
    Pour les bouquins au format Kindle, après avoir lu la présentation de l’auteur et les critiques des lecteurs (je ne lis presque jamais les critiques une ou deux étoiles car « ce qui est excessif est insignifiant »), je demande l’envoi d’un extrait (à peu près 10 % du texte). Cela me donne une idée de ce que l’auteur a écrit (vous avez raison : souvent je ne reçois pas la page 99).
    J’ai aussi lu les critiques de la page 99 fournies par l’Express. Certaines sont convaincantes, d’autres non.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Jean

      Si l’article vous a fait découvrir quelque chose, tant mieux. En même temps, c’est son but !
      Chacun a sa façon de choisir un livre. Pour les tests de l’Express, je suis du même avis.

      Bien à vous

  3. Camille-Angelina dit :

    Bonjour ou plutôt bonsoir !
    Pour ma part, chez mes libraires, je regarde la couverture et le titre. Si un des deux ou les deux m’attirent, je lis le résumé. Si celui ci m’intéresse, j’ouvre le livre au milieu ou a peu près, je lis deux ou trois pages puis je lis les quatre dernières pages. Si ce livre me plaît je l’achète. Alors quand à lire pile poil la 99ème page, je ne sais pas. Mais c’est quelque chose à essayer la prochaine fois que j’irai chez mes libraires ou à la Médiathèque.
    Bonsoir et bonne nuit

    Camille-Angelina

  4. Bernard dit :

    Bonjour MArie-Adrienne,
    Je n’avais jamais pensé à cette fameuse page 99.
    Personnellement, j’ouvre un livre à divers endroits, cela me permet de me donner une idée du livre ..
    Revenons quelques secondes sur votre théorie. Il m’est; malheureusement, arrivé de lire un livre, avec un beau suspens, et tout et tout… MAis ! L’auteur a tiré un lapin de son chapeau dans le dernier acte, pour clore son histoire. C’était vraimant râlant !!
    Ceci dit, tous les auteurs n’agissent pas ainsi et c’est fort heureux.
    J’y penserai lors de mon furur roman (en tant quécrivain et lecteur …)
    Merci pour cette idée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article