Écrire l’histoire de sa famille (1)

Partager :

L’envie d’écrire sur sa famille est souvent une idée qui germe des années. Et puis, un jour, un déclencheur (un décès, une naissance, une nouvelle vie…) suffit à la transformer en un vrai projet d’écriture…

 

 

 

Quelles sont les motivations ?

 

Les raisons d’écrire sur sa famille ou sur soi sont multiples :

  • Partager ses souvenirs avec sa famille et son entourage
  • Laisser la trace d’une vie ou d’un événement particulièrement difficile (heureux !) d’une vie
  • Fixer une mémoire familiale
  • Transmettre
  • Rendre hommage
  • Écrire ce que l’on n’a pas pu ou su dire
  • Se livrer, s’expliquer, faire le point sur des pans chaotiques de sa vie…

… Chacun a une raison de se lancer dans ce projet d’écriture.

 

Votre histoire mérite-t-elle d’être racontée ?

 

Beaucoup se posent la question avant de se lancer. Et pourtant…

Les souvenirs augmentent avec le temps, mais risquent de se perdre avec le temps qui passe !

Ce travail d’écriture sert donc aux générations actuelles mais servira également à toutes celles à venir.

Si certains de vos proches n’y trouvent pas forcément d’intérêt aujourd’hui, ils apprécieront de toute évidence le contenu demain. Se lancer dans cette démarche fera de l’instigateur le passeur de l’histoire familiale.

Rappelons qu’au-delà des dates et des événements, la Grande Histoire est constituée de millions de Petites Histoires individuelles ! Et si autrefois, les mémoires étaient réservées à une certaine élite. De nos jours, dans ce monde inondé de technologies sensées rapprochées les êtres, jamais l’envie de raconter le passé n’a semblé un devoir indispensable.

 

Les 4 étapes pour écrire l’histoire de sa famille

 

1 / Oser se lancer

 

Pour beaucoup, écrire l’histoire de sa famille est un exercice nouveau. Il faut combattre les doutes, se donner le temps, trouver le style… Autant d’obstacles pour certains. Autant de challenge pour d’autres !

 

Les erreurs fréquentes :

  • Tenir compte des réticences des proches
  • Craindre de ne pas être à la hauteur
  • Se laisser déborder
  • Vouloir trop en faire

 

Les outils indispensables :

 

  • Un carnet pour prendre des notes ou si vous préférez des gestionnaires de notes : Evernote (gratuit), Microsoft One Note, Google Keep (gratuit)
  • Un traitement de texte : Microsoft Word, Open Office Writer…
  • Un gestionnaire de photos : Picasa, Iphoto, Photoshop…
  • Un correcteur orthographique. Personnellement je conseille le logiciel Antidote et même s’il est payant, l’investissement vaut le coup !

 

Préparer son travail d’écriture :

  • Faire une liste 1 des thèmes que vous souhaitez aborder. Puis détaillez (il ne s’agit pas là de rédiger) en indiquant pour chacun ce que vous comptez évoquer.
  • Dresser une liste 2 des informations qu’il vous manque et qu’il vous faudra trouver. Une date de naissance, d’un fait…
  • Faire une liste 3 des documents et photos à intégrer.
2 / Utiliser ses ressources

 

S’aider de l’entourage

Avec le travail déjà entrepris, des informations viennent vite à manquer. Penser à questionner votre entourage. Ils peuvent souvent vous renseigner et beaucoup vous aider. Ils seront heureux de raconter et d’ouvrir leurs albums photos. De prêter des documents. Parfois, il est utile de passer au service d’état civil d’une commune ou au cimetière pour trouver des dates.

 

Utiliser Internet et les archives en ligne

De nombreux sites officiels offrent une grande richesse de renseignements.

Je pense par exemple à Mémoire des Hommes : http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/

ou à l’INA (institut national de l’audiovisuel) http://www.ina.fr/ qui offre quantité de documentaires.

Et puis, il y a Youtube (et Dailymotion) qui ne diffuse pas uniquement des vidéos gags ! Vous y trouverez d’excellents documentaires.

 

S’aider des magazines spécialisés

Aujourd’hui l’offre de magazines est très large. Histoire, Généalogie…

Si vous ne voulez pas trop investir. Rendez vous dans les bibliothèques. Elles sont souvent abonnées à ce genre de revues. Vous pourrez les consulter gratuitement en même temps que les livres de leurs rayons.

 

S’aider des associations d’histoire locale

Ces associations existent un peu partout. Elles publient souvent des recueils sur des thèmes très précis. Les membres seront très heureux de vous renseigner. Ce sont tous des passionnés.

 

Numériser photos et documents

Aujourd’hui, un scanner n’est pas très coûteux mais il vous permettra de numériser et préserver vos archives et donc en conserver une trace. D’autant qu’on peut récupérer des photos ou des documents par divers biais et qu’il est très intéressant de pouvoir les numériser et les remettre très vite aux propriétaires soucieux de conserver leurs propres souvenirs !

Pour une reproduction sous forme de livre, numériser les photos en 300 ppp (résolution) suffit.

Pour un meilleur rendu à l’impression, veillez à bien enregistrer avec une qualité maximale dans les diverses options proposées (tif, jpg, png…)

Parfois, les photos portent les traces du temps. Il vous faudra donc les retoucher. Si vous vous sentez à l’aise, vous pourrez modifier couleurs et contrastes, effacer les taches, détourer une personne, améliorer la netteté, recadrer une photo…

Si vous ne savez pas. N’hésitez pas à vous faire aider. Soit par un professionnel, soit par un membre de votre famille qui sait retoucher les photos.

 

***

 

Vous trouverez les étapes 3 et 4 nécessaires à l’écriture de votre histoire familiale dans un prochain article.

Avez-vous déjà eu envie d’écrire l’histoire de votre famille ?

 

À vos succès d’écriture…

 

14 commentaires

  1. Zanni Lina dit :

    Je conseille vivement ce travail d’êcriture, l’ayant fait moi-même je dois dire que c.est un super souvenir pour nos descendants d’une part, et que d’autre part cela peut être ressenti comme un moment de thérapie concernant les évènements un peu dificiles à ‘digérer’. N’hésitez pas lancez-vous!
    Merci pour cet article qui devrait permettre aux indécis de partir à l’aventure
    .

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Merci pour votre commentaire.
      En effet, dans mon quotidien d’écrivain biographe, je constate souvent cette dimension thérapeutique. La vie n’est pas un long fleuve tranquille et chacun porte en lui des blessures dont il peut reparler quand il revisite son histoire par l’écrit.

      Et puis il y a le plaisir de revivre des événements. Je me souviens d’un raconteur veuf qui évoquait le souvenir de la rencontre avec sa femme. Ses yeux brillaient. C’était touchant. Je n’avais plus un papy de 90 ans devant moi mais un jeune homme qui venait de rencontrer celle avec laquelle il ferait un long chemin.

      Bonne journée

  2. evelyne dit :

    Merci et bravo Marie-Adrienne avec une fois de plus ces conseils pratiques de première utilité pour se lancer dans un projet qui devient un projet d’écriture et d’expression personnelle, pas seulement un album muet de souvenirs.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Cet article incitera peut-être les lecteurs à se lancer dans cette aventure qui remonte le temps.

      Bonne Journée

  3. Frederic dit :

    Bonjour,

    Quelle belle idée, quel magnifique projet !
    C’est vrai qu’on a tous plus ou moins ce projet en tête. Besoin de transmettre, comme un ultime message à passer avant de franchir soi-même ce Rubicond tant redouté…
    Plaisir immense aussi de faire renaître de leurs cendres des souvenirs merveilleux, souvent issus de nos jours les plus heureux et les plus tendres…
    Chouette idée qui demande quand même une sacrée dose d’humour, de recul et… de diplomatie !!

    Bonne journée.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Oui, c’est une belle aventure ! J’ai la chance de la vivre au quotidien grâce à mon métier d’écrivain biographe. J’écoute et retranscris les souvenirs que certains ont choisi de me confier. Chaque étape du processus d’écriture amène son lot d’émotion. La collecte des souvenirs, le travail commun, la complicité qui s’installe… la réception des livres. Les « raconteurs » attendent tous ce jour fébrilement. Et quand enfin ils tiennent leur livre en main… C’est un grand moment de bonheur et de fierté.
      Lancez-vous !

      Bien à vous.

  4. Elisa Tixen dit :

    A l’heure du zapping, il y a tant de gens qui souhaitent transmettre leur histoire. Je suis certaine que tes conseils leur seront utiles et j’ai partagé ton lien sur mon blog. Merci pour le partage 🙂
    Le dernier article de Elisa Tixen : La Reine du découpageMy Profile

  5. Carole dit :

    Bonjour,

    Wow, quelle merveilleuse suggestion. Justement, le w-e dernier je suis arrivée par hasard sur un texte qui parlait d’écrire son histoire. Mais aujourd’hui à la lecture de ton site, j’ai eu des flash instantanés de souvenirs. J’ai pris des notes et je vais profiter du fait que ma mère est toujours avec nous pour lui poser quelques questions.
    Merci beaucoup en attente avec impatience pour les étapes 3 et 4.
    Carole

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour
      N’hésite pas à faire ce travail d’écriture. C’est un vrai plaisir !
      Je l’ai fait avec mes parents pour leurs 50 ans de mariage. Ce travail nous a offert de bons moments de complicité.
      Bien à toi

  6. Carole dit :

    Bonjour,

    Je vous ai laissé un commentaire hier si ma mémoire est bonne est-ce que vous lavez reçu. Il ne figure pas dans la liste….
    Carole

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Carole

      Si le commentaire figure bien dans la liste. Mais j’ai tardé à y répondre. Mes « rendez-vous écoute » pour les biographies s’enchaînent et le temps manque.
      Bien à vous

  7. camara dit :

    20/20 trës utile!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article