Vaincre la procrastination (2)

Partager :

gaston_lagaffeDans l’article précédent, nous avons évoqué les quatre premières causes à la procrastination. En voici quatre autres.

 

 

 

 

5. Le manque de discipline

 

Même quand la motivation est élevée, vous pouvez encore rencontrer des tâches que vous ne voulez pas faire. Dans ces situations, l’autodiscipline fonctionne comme un système de sauvegarde de motivation.

Lorsque vous vous sentez motivés, vous n’avez pas besoin de beaucoup de discipline, mais elle devient nécessaire lorsque vous avez besoin de faire quelque chose, mais vraiment pas envie de la faire. Mais si vous manquez de discipline, tergiverser deviendra trop tentant pour résister.

Alors si vous voulez vraiment surmonter la procrastination, vous devez cesser d’imaginer une solution rapide à tout et vous engager à faire de réels progrès.

J’imagine que la lecture de ce seul article ne suffira pas à guérir vos problèmes de procrastination du jour au lendemain, tout comme une seule visite à la salle de gym ne fera jamais un athlète de vous.

Réfléchissez bien, on n’obtient rien rapidement, facilement ou sans effort. Ça se saurait !

6. Les mauvaises habitudes de gestion du temps

 

Vous vous retrouvez à la traîne parce que vous avez dormi trop longtemps, parce que vous êtes trop désorganisé, ou parce que certaines tâches déjà reportées s’ajoutent aux nouvelles ? Les mauvaises habitudes comme celles-ci mènent directement à la procrastination et souvent involontairement.

La solution dans ce cas est de diagnostiquer la mauvaise habitude qui vous pénalise et d’élaborer une nouvelle habitude pour la remplacer.

Par exemple, si vous trainez trop au lit, relevez le défi et devenez un lève-tôt.

Ma solution c’est d’aller au lit quand j’ai sommeil et seulement quand j’ai sommeil. La plupart du temps quand je vais au lit, je m’allonge, je me mets à l’aise et dors trois minutes plus tard. Le matin, je me lève avec un réveil à une heure fixe : 7h, 7 jours par semaine !

Pour les tâches que vous n’avez pas envie de faire, je vous recommande d’utiliser la méthode du timeboxing pour commencer. Je l’utilise et ça fonctionne très bien. Voilà comment :

D’abord, sélectionnez une tâche ou une partie de tâche que vous pouvez faire pendant seulement 30 minutes.

Ensuite, choisissez une récompense que vous recevrez tout de suite après. La récompense est garantie si vous réalisez la tache dans le temps donné.

Quelques exemples de récompense :

  • regarder votre émission préférée,
  • voir un film,
  • boire un thé,
  • faire une promenade,
  • appeler un ami
  • écouter vos morceaux favoris
  • lire un magazine, un livre, un article de blog
  • ou tout ce que vous trouvez agréable.

 

La quantité de temps travaillée sur la tâche est si courte, que l’accent sera mis sur le plaisir imminent de la récompense à la place de la difficulté de la tâche. Peu importe qu’elle soit désagréable car il n’y a pratiquement rien que vous ne pouvez supporter 30 minutes surtout si une belle récompense vous attend !

En utilisant ce système de temps limité, vous découvrirez peut-être quelque chose de très intéressant. D’abord, vous continuerez certainement à travailler au-delà de 30 minutes. Vous serez même si impliqué dans cette tâche, même difficile, que vous souhaiterez continuer d’y travailler. Vous parviendrez même à travailler une heure voire davantage. La perspective de votre récompense est toujours là, et vous savez que vous pourrez en profiter quand vous arrêterez.

Lorsque vous arrêtez, savourez votre récompense.

Puis fixez une nouvelle période de 30 minutes pour travailler sur votre tâche avec une autre récompense. Cela vous aidera à associer de plus en plus le plaisir à la tâche, sachant que vous serez toujours immédiatement récompensé de vos efforts.

Travailler avec des récompenses lointaines et incertaines à long terme n’est pas aussi motivant que les récompenses immédiates à court terme. En vous récompensant rapidement et simplement, vous serez impatient de vous remettre au travail, encore et encore, jusqu’à venir à bout de votre tâche.

Voilà ma technique mais elle n’est pas la seule à adopter. Si la désorganisation est l’unique cause de votre procrastination mieux vaut vous pencher très sérieusement sur les ouvrages qui traitent de la gestion du temps et appliquer au plus vite les principes qu’ils préconisent.

7. Manque de compétences

 

Si vous n’avez pas les compétences suffisantes pour accomplir une tâche à un niveau raisonnable de qualité, vous remettez à plus tard pour éviter une expérience de l’échec.

Vous disposez de trois options pour remédier à ce type de modèle :

  • apprendre
  • déléguer
  • éliminer

D’abord, vous pouvez acquérir le niveau de compétence dont vous avez besoin en vous formant. Ne pas savoir faire quelque chose aujourd’hui ne signifie pas que vous ne serez jamais capable de le faire. Un jour, vous pourrez même maîtriser cette compétence.

Alors, si vous ne pouvez pas faire quelque chose, ne vous lamentez pas. Renseignez-vous et formez- vous jusqu’à devenir compétent.

La deuxième option consiste à déléguer des tâches. Si vous n’avez pas les compétences pour les faire ou qu’il y a trop choses à savoir pour toutes les maîtriser, n’hésitez pas à compter sur l’aide des autres.

Troisièmement, vous pouvez avoir ni l’envie d’apprendre ni envie de déléguer, dans ce cas, le choix malin est d’éliminer purement et simplement la tâche. Parfois, la procrastination montre juste que la tâche n’a pas lieu de se faire du tout. Apprenez alors à mieux fixer vos priorités.

8. Perfectionnisme

 

Une forme commune de pensée erronée qui mène à la procrastination est le perfectionnisme. Croire que vous devez faire quelque chose parfaitement est une recette pour le stress. Pire, vous associez le stress à la tâche et donc vous remettez et remettez pour l’éviter.

Vous pouvez procrastiner dans l’espoir qu’un peu plus de temps pour réaliser votre tâche vous amènerez à un meilleur résultat. Malheureusement, si ne vous fixez pas de délai, le perfectionnisme peut vous amener à retarder indéfiniment sans plus de résultat. Car vous espérerez toujours meilleur.

La solution au perfectionnisme est de vous donner la permission d’être humain. La nature a-t-elle prévu une chose parfaite en tous sens? J’en doute. Sachez qu’un travail imparfait terminé aujourd’hui est toujours mieux qu’un travail remis indéfiniment ou pas reporté du tout.

Le perfectionnisme se pose également quand vous pensez à un projet comme un tout gigantesque. Remplacez un grand projet qui « doit être parfait » dans votre esprit par une première petite étape imparfaite,  une seconde petite étape certainement moins imparfaite ; une troisième étape, moins imparfaite que la précédente ; une quatrième étape presque correcte ; une cinquième étape pas mal du tout ; une sixième… enfin vous voyez ce que je veux dire !

Votre premier projet peut être très, très difficile. Vous êtes toujours libre de le réviser plus tard. Par exemple, si vous voulez écrire un livre de 200 pages. Acceptez que votre premier projet soit un livre de 100 pages !

 

*****

Pour conclure, certains de ces « remèdes » sont difficiles à mettre en œuvre, mais ils sont efficaces si vous voulez vraiment apprivoiser la procrastination. Ce problème ne va pas disparaître de lui-même. Vous devez en prendre l’initiative.

L’avantage est que la lutte contre ce problème engendre une croissance personnelle énorme. Vous devenez plus fort, plus courageux, plus discipliné, plus entraîné, et plus… concentré !

Ces avantages vont devenir extrêmement importants dans votre vie. Surmonter la procrastination est vraiment une bénédiction, le tout est de s’y atteler.

Maintenant recentrons sur l’écriture et voyons comment tirer profit de cet article.

1)      Si vous voulez voir avancer votre projet d’écriture. Analysez vos semaines et vos activités obligatoire et fixez des plages horaires d’écriture dans votre planning.

2)      Faites le tri dans vos occupations. Certaines peuvent-elles être déléguées ? Mieux organisées ? Voire supprimées ? Posez-vous et regardez honnêtement quel temps précieux vous perdez chaque jour bêtement. Facebook, la télévision et autres distractions sont-elles nécessaires à conserver ?

Attention, je ne dis pas qu’il ne faut jamais regarder la télévision, elle peut aussi être source d’inspiration. Mais ne faut-il pas être plus exigeant dans les programmes à consommer !

3)      Un corps sain dans un esprit sain ! Les sportifs soignent leur alimentation, leur rythme de vie… et s’entrainent régulièrement pour augmenter leurs performances. Pourquoi les écrivains n’en seraient-il pas soucieux eux aussi ? Là encore je ne préconise pas une vie de moine. Mais interrogez-vous un peu sur vos habitudes, les bonnes et les moins bonnes.

4)      Apprenez à définir vos objectifs. Faites une liste de vos rêves d’écriture. Relisez-la quand la démotivation vous guette !

5)      Maintenant que votre rêve d’écriture est déterminé. Donnez-vous les moyens de l’atteindre ! Pour cela, il vous faudra un peu de discipline. Je pense qu’en suivant déjà les quatre premiers points… vous aurez remis de l’ordre et de la discipline dans votre vie.

6)      Réduisez peu à peu toutes vos mauvaises habitudes. Ayez conscience que vous n’obtiendrez rien sans effort ou sans rien changer. Au bout d’un moment, il faut cesser de se lamenter et dire que l’on n’avance pas… surtout si on ne se remet pas en question.

7)      Si vous manquez de compétences… formez-vous ! Je travaille de mon côté à un projet de formation qui m’a déjà été maintes fois réclamé mais le travail est colossal. Entre mon activité de biographe, le blog et le reste… je dois plus que jamais user de rigueur dans mon planning.

En attendant, lisez, apprenez, écrivez, testez, recommencez.

Et suivez Aproposecriture, un super blog plein de conseils !  😉

8)      Quant au perfectionnisme… acceptez simplement d’être humain et imparfait.

Écrivez, loupez et recommencez. Entre temps, vous aurez certainement beaucoup appris sur vous et votre écriture. Pourquoi faudrait-il que vos écrits soient parfaits tout de suite. Rien n’est parfait.

Si ? Alors citez-moi de suite l’exemple, je suis curieuse de le connaître !

Le pire dans tout cela, c’est que votre perfectionnisme vous empêche d’avancer et de découvrir d’autres voies d’écriture. Non vraiment soyez plus humbles et surtout plus indulgents avec vous-mêmes.

Lancez-vous, maintenant !

 

Voilà, je vous ai apporté quelques solutions. Peut-être trouverez-vous dans cet article matière à comprendre et à vaincre la procrastination ou simplement à réfléchir à toutes les choses que vous loupez en vous voilant la face.

Je dois vous avouer que je ne suis pas au dessus tout cela. Mais je reste vigilante car je sais trop bien ce que j’ai déjà manqué et le temps précieux que j’ai perdu à procrastiner.

 

À vos succès d’écriture…

10 commentaires

  1. Carole dit :

    Bonsoir Marie-Adrienne,

    C’est un plaisir de vous lire, ce sont des choses que j’ai déjà lues par le passé. Il est toujours agréable de ramener à la surface vos bons conseils.

    bonne fin de journée et merci pour vos bons articles.
    Carole
    (Je vous suis du Québec)

  2. Nadine dit :

    Bonjour Marie-Adrienne,

    J’avais déjà fait le lien entre perfectionnisme et procrastination mais je n’avais pas trouvé de recette pour y remédier. Dans mon cas, le Timeboxing me semble tout à fait indiqué ! Je vais tester cette technique dès aujourd’hui, et non pas demain… 😉

    Merci encore pour tous vos articles ! J’y trouve une mine d’informations précieuses qui m’aident à avancer à petits pas sur les chemins de l’écriture.

    Bonne journée.

    Nadine

  3. Fedoras Yassi dit :

    Grand merci Marie-Adrienne !
    Votre altruisme est juste remarquable. Vos conseils judicieux. Et votre présence auprès des écrivains en herbe, indispensable !
    Je procrastine effectivement moi aussi, mais vous avoir lu me permettra -insh Allah – de ne plus le faire.
    En parlant de formation défaillante, pouvez-vous m’indiquez svp, si un article a été consacré sur les manières de maîtriser l’art de la description ( des lieux, des personnages), je bloque souvent sur ces passages dans l’écriture de mon roman.
    Par exemple un de mes personnages est médecin, mais je ne suis pas du tout familière à l’univers hospitalier. La description de son lieu de travail peut rester brève ou dois-je y consacrer plusieurs pages ? Si oui, ça va me demander pas mal de recherches dans son domaine de compétences je suppose…

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Pour trouver des articles sur un sujet particulier utilisez la zone de recherche de la colonne de droite du blog,
      Entrez un mot clé, par exemple « personnage ». Lancez la recherche. Les articles traitant du sujet s’afficheront.

      Bonne lecture

  4. M dit :

    Chère toi

    Tu es une fée et une magicienne.
    Merci pour tes précieux conseils et ta bienveillance. Je vais commencer à appliquer les trente minutes consacres à une tâche et couronné par une récompense immédiate. Tu es géniale.
    Et appliquer les autres sur le perfectionnisme et celui d’un ancien article tout aussi magique sur le fait de chronométrer toutes nos tâches pour voir où on perd du temps et comment en gagner.

    Ce qui me pousse à procrastiner c’est de me dire à quoi bon tout a déjà été écrit et mieux, je ne suis pas au mieux de ma forme ça va être mauvais, je n’ai pas écrit depuis une semaine je vais être nulle, si je veux être publiée il me faut être originale…

    Je sais qu’il me suffit d’être moi d’écrire mes poèmes mes chansons et mes billets d’humeur pour portraits… Je me sens nulle de ne pas être en mesure d’écrire un livre pourtant j’écris la biographie d’un ami…

    Des pensées encourageantes pour tous.

    M.
    Le dernier article de M : VidéauxMy Profile

  5. joel dit :

    Merci pour ces articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article