Rappels sur la ponctuation (2)

Partager :

ponctuationComme promis, continuons notre tour d’horizon des signes de ponctuation.

Après le point, les deux points et les points de suspension, voyons maintenant la virgule, le point-virgule, le point d’interrogation et le point d’exclamation.

1/ La virgule 

 

Méfiez-vous d’elle ! Mal placée, elle peut changer complètement le sens d’une phrase.
Elle marque une courte pause dans la lecture sans que l’intonation change.

La virgule s’emploie :

  • Dans une énumération, pour séparer des mots, des groupes de mots de même nature ou des propositions juxtaposées.

exemples : Elle va, elle vient, elle n’arrête pas de bouger !
Phoques, pétrels, orques, manchots, vivent tous les quatre dans l’Antarctique.

  • Pour séparer des mots, des groupes de mots ou des propositions coordonnées par les conjonctions de coordination et, ou, ni lorsque celles-ci sont répétées plus de deux fois.

exemple : Il ne craint ni le vent, ni le froid, ni la neige.

Remarque :
La virgule peut aussi servir à remplacer les conjonctions et, ou, ni.

La conjonction n’apparaît alors qu’avec le dernier mot.

exemples : Vous avez le choix entre une glace vanille, fraise, pistache ou chocolat.
La directrice, la maîtresse et les élèves montèrent dans le bus.

  • Devant des mots, groupes de mots ou des propositions coordonnées par des conjonctions de coordination autres que et, ou, ni.

exemples : Je viendrai, mais seulement après vingt heures.
Nous descendrons à l’hôtel des flots, car je sais que tu aimes particulièrement cet endroit.

  • Pour mettre en relief un élément placé en tête de phrase.

exemple : Moi, je ne croirais jamais une bêtise pareille.
Puisque tu me le demandes, je le ferai.

Remarque :
Dans le cas des inversions de sujets, les éléments placés en tête de phrase ne sont pas séparés par une virgule.
exemple : Dans le salon attendent les invités.

  • Pour isoler les propositions.

exemple : Sa leçon de piano terminée, Paul rentra directement chez lui.

  • Pour isoler ou encadrer des mots, groupes de mots ou propositions mis en apposition et qui donnent des informations complémentaires :

exemples : Le randonneur, épuisé par sa première journée de marche, s’est rapidement endormi.
Martin, le plus chanceux de tous, a encore gagné au loto.
Cette chanson, que tout le monde connaît, est pourtant très ancienne.

  • Pour encadrer ou isoler les propositions incises :

exemple : Je vais, dit l’instituteur, vous raconter cette histoire.
Je vais vous raconter cette histoire, dit le professeur.

  • Pour séparer des propositions indiquant  un déroulement chronologique, une succession d’événements :

exemple : Je la vois, je cours sur le quai, elle ouvre les bras et m’enlace tendrement.
Nous montions, il descendait.

  • Après le nom de lieu dans l’indication des dates

exemple : L’Isle-Adam, le 30 janvier 1946.

Règles typographiques : en français : texte,[espace] texte.

Remarque :
Faire attention au signe de ponctuation parfois rejeté au début de la ligne suivante. Le cas échéant, utilisez une espace insécable. Sous Word, vous l’obtenez en effectuant la combinaison de touches

[ctrl] + [shift] + [barre espace].

 

 2 / Le point-virgule

 

Le point-virgule marque une pause plus importante que la virgule mais à la différence du point, à la lecture, la voix ne baisse pas complètement entre les deux propositions.

  • Pour séparer des propositions ou expressions indépendantes mais qui ont entre elles une relation faible, généralement une relation logique.

exemple : Les précipitations se multiplient ; les nappes phréatiques se remplissent.

  • Le point-virgule est également utilisé lorsque la deuxième proposition débute par un adverbe.

exemple : Elle était perdue en pleine forêt ; heureusement un jogger passait par là.

  • Pour mettre en parallèle deux propositions

exemple : Aymeric jouait au football ; son frère préférait le rugby.

  • Pour séparer les termes d’une énumération introduite par un deux-points

exemple

Acheter à l’épicerie :
– 1 kg de farine ;
– 2 kg de pommes ;
– 500 ml de crème liquide.

Règles typographiques : en français : texte[espace];[espace]texte.

Remarque :

Faire attention au signe de ponctuation parfois rejeté au début de la ligne suivante. Le cas échéant, utilisez une espace insécable. Sous Word, vous l’obtenez en effectuant la combinaison de touches

[ctrl] + [shift] + [barre espace].

 

3 / Le point d’interrogation

 

Le point d’interrogation se place à la fin d’une phrase interrogative.

exemple : Allez-vous pique-niquer dimanche prochain ?

Remarques :

Placé entre parenthèses (?), le point d’interrogation marque l’incertitude.

exemple : Charles Spencer Chaplin, dit Charlie Chaplin, est né à Londres le 16 (?) avril 1889.

Règles typographiques : en français : texte[espace]?[espace]texte

Remarque :
Faire attention au signe de ponctuation parfois rejeté au début de la ligne suivante.Le cas échéant, utilisez une espace insécable.Sous Word, vous l’obtenez en effectuant la combinaison de touches

[ctrl] + [shift] + [barre espace].

 

4 / Le point d’exclamation

 

  • Le point d’exclamation se place à la fin d’une phrase exclamative ou d’une phrase exprimant la surprise, l’exaspération, l’admiration, un ordre… L’intonation est montante.

exemples : Ce paysage est magnifique !
Sortez d’ici immédiatement !
Pourvu qu’il aime !

Il n’est pas utile d’en mettre plusieurs à la fin d’une phrase. C’est une erreur que l’on voit trop souvent.

  • Il s’emploie également après l’interjection.

exemple : Hélas ! vous ne serez plus là pour le voir.
Il s’avança doucement, et crac ! Il tomba de la branche.

Remarque : Quand le point d’exclamation marque une interjection, il n’est pas suivi d’une majuscule.

Règles typographiques : en français : texte[espace]![espace]texte.

Remarque :
Faire attention au signe de ponctuation parfois rejeté au début de la ligne suivante.Le cas échéant, utilisez une espace insécable. Sous Word, vous l’obtenez en effectuant la combinaison de touches

[ctrl] + [shift] + [barre espace].

 

Voilà quelques rappels sur les signes de ponctuation. N’oubliez pas de les employer. On oublie trop souvent leurs intérêts.

À bientôt

Posez vos questions !
Vous avez besoin de conseils ou d’idées sur un thème bien précis ?Je vous propose de rédiger des articles sur demande, sur des thèmes qui vous intéressent et qui n’ont pas encore été abordés dans ce blog. Contactez-moi dès maintenant et expliquez-moi de la façon la plus claire possible ce que vous aimeriez lire prochainement. Cliquez ici pour vous rendre sur la page Contact

 

 

4 commentaires

  1. LINA ZANNI dit :

    Bonjour Marie,

    Voilà des précisions très intéressantes. Merci de ces précisions très utiles.
    Cordialement.
    Lina

  2. Aimé dit :

    bonjour Marie-Adrienne.

    On rencontre de plus en plus souvent la combinaison suivante

    ?!

    Exemple :

    C’est toi qui l’a tué ?! (Doute qui introduit un sentiment teinté d’horreur)

    Son usage se généralisé-t’il et est-ce admis dans la communauté littéraire ?

    Merci

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      La typographie française veut que les signes de ponctuation ne soient pas combinables. Pourtant certains auteurs comme Céline ont transgressé la règle, et c’est même devenu assez répandu, mais surtout en bande dessinée.

      Si l’on s’en tient aux règles. Non ce n’est pas admis. Maintenant, glisser un ?! dans un roman ne risque pas de lui.

      À bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article