Que faire des critiques injustes ?

Partager :

critiqueSi vous créez, gardez toujours à l’esprit d’être critiqué. Mais attention, toutes les critiques ne sont pas mauvaises. Certes, il y a les critiques qui offensent, mais aussi celles qu’il faut savoir écouter.

 

 

 

Ne rien faire, ne rien créer met à l’abri des critiques. Mais dès que vous entreprenez quelque chose, soyez prêt à les affronter.

Savoir comment appréhender la critique lorsqu’elle survient est une bataille à moitié gagnée.

Parfois, bien sûr, la critique est fondée. Nous ne sommes pas parfaits et avons souvent besoin d’être corrigés pour progresser. Mais d’autres fois, ce n’est pas le cas.

 

Alors que faire ?

 

Voici  cinq conseils sur la façon de réagir face à la critique :

 

1 / Dites merci.

Toutes les appréciations sont bonnes à prendre même si elles sont blessantes. Cela vous permet au moins de savoir ce que les gens pensent de vous. Même si c’est difficile à entendre, la critique négative peut être utilisée à bon escient. Alors soyez reconnaissants et dites-le à la personne.

Dire merci à une critique atténue son pouvoir blessant. Et mieux, cette attitude vous permettra de prendre le contrôle de la situation.

 

2 / Pensez-y…

et demandez-vous sincèrement si la critique est justifiée.

Si c’est le cas, rectifiez.

Mais ne pas réfléchissez pas des semaines à cette critique. L’essentiel est l’action, pas l’obsession !

 

3 / Reconnaissez une certaine vérité.

Répondre à une critique peut facilement se transformer en une justification.

Essayez d’éviter la tentation de vous mettre sur la défensive. Attendez 24 heures avant de réagir. Calmez-vous, réfléchissez, puis donnez une courte réponse à la personne. Admettez honnêtement qu’elle dit vrai et que vous ferez de votre mieux pour retravailler et améliorer le point défaillant.

 

4 / Ne vous attardez pas sur une critique.

Supprimez le courriel, jetez la note, effacez-la de votre messagerie vocale et remettrez-vous au travail. Continuez à écrire en vous rappelant que si vous entreprenez, devant vous se dresseront toujours des critiques.

 

5 / Enfin, je veux juste vous féliciter.

Car si on critique votre écriture, c’est que vous écrivez !

Restez à l’écoute des critiques.

Rectifiez, améliorez votre écriture et n’oubliez jamais qu’une bonne moitié des personnes ne manquera jamais de critiquer !

 

 

Comment réagissez-vous aux critiques ?
Quelle critique a le plus servi votre écriture ?

 

À vos succès d’écriture…

 

6 commentaires

  1. Ce sont d’excellents conseils.
    J’ai eu une pénible expérience personnelle : un chroniqueur qui n’aimait pas mes idées a traité l’un de mes romans de « littérature de gare pour amatrices d’ésotérisme sans aucune culture générale ». Mon éditeur a réagi vertement (au côté misogyne plus qu’au reste, qui l’avait plutôt fait sourire), les fans (hommes ou femmes) du roman s’en sont mêlés, et la polémique a fait un certain buzz ; davantage, en fait, que le roman lui-même 😉
    Tout cela pour dire qu’une fois l’affaire refroidie, j’ai contacté le site de mon côté et entamé un dialogue, ce qui m’a d’ailleurs permis de lier amitié avec l’un des polémiqueurs, sympathique et talentueux.
    Surtout, je me suis dit que je ne m’étais peut-être pas fait comprendre assez clairement, et j’ai réécrit le roman de façon plus efficace. On gagne toujours à tenir compte des critiques, même injustes, même méchantes, car il y a toujours quelque chose à améliorer !
    Encore merci pour cet excellent article.
    Elen Brig Koridwen
    http://www.blog-elenbrigkoridwen-elieapocalypse.fr/

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Majoritairement, les critiques, même injustes, même blessantes comportent une part de vrai.
      Pour ma part, il y a longtemps de cela, j’ai envoyé un recueil de nouvelles à plusieurs grands éditeurs. Beaucoup ont répondu par un courrier type de refus qui n’a rien apporté. Un seul a pris le temps de détailler sa réponse (négative). J’avoue, je l’ai mal reçue. J’ai trouvé sa critique excessive, mal venue, injuste d’autant que je venais de finir de lire un roman édité chez lui qui m’était apparu comme un vrai navet. Donc fâchée, blessée, j’ai rangé mes nouvelles. Et au lieu de chercher à voir la part de vérité, de tenir compte de ses remarques et de réécrire ces nouvelles. J’ai cessé d’écrire pendant plusieurs semaines. Un jour, en rangeant un peu, je suis retombée sur mon recueil et l’ai relu. L’amertume passée, j’ai réalisé qu’effectivement, je pouvais mieux faire. Alors oui… ces conseils sont à suivre ! Dans ce blog, je parle de mon expérience, du vécu…

      Par fierté, je me suis privée de plusieurs semaines d’écriture, de travail, de possibilité de progrès. Dommage pour moi ! Le pire, c’est que cet éditeur avait vraiment raison.

      Bien à vous

  2. montanaro dit :

    sans critiques pas de progrès, mais ne voudrait que des éloges

  3. Barnett dit :

    Bonjour à Toutes et Tous,

    J’en ai, malheureusement, fait les frais lorsque j’ai lancé mon premier ebook sur Amazon. Le commentateur, qui m’a octroyé une étoile, n’a même pas lu le livre : il s’est contenté de l’extrait. Si ce n’est que cela… Seulement il a eu des paroles désobligeantes vis-à-vis des autres commentateurs qui, eux, avaient réellement lu l’ebook, et, surtout, vis-à-vis de moi. Savez-vous ce que j’ai fait ? Je lui ai répondu.

    Mal m’en a pris, le résultat fut pire qu’avant : les ventes se sont littéralement effondrées. Il a fallu un « 3 étoiles » huit mois plus tard pour que les ventes reprennent. Le comble, c’est qu’Amazon protège les commentateurs à 200 km/h.

    Si, au moins, j’avais eu une seule critique constructive, cela m’aurait vraiment plu.
    En résumé, chers amis, ne répondez pas, même s’il vous en coûte ..

    A très bientôt
    Barnett

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article