N’écrivez pas pour le succès !

Partager :

succèsÉcrire pour le succès, c’est comme marcher en cherchant de l’eau dans le désert. Si tel est votre seul objectif, préparez-vous alors à mourir de soif !

 

 

 

La clé du succès est peut-être ailleurs

 

Je ne vois que deux sortes d’auteurs à succès :

  1. ceux qui ont réussi de façon fulgurante
  2. ceux qui ont construit leur réussite travaillant et en s’améliorant livre après livre

Sachez-le, les deux catégories vous sont ouvertes à condition de s’y prendre de la bonne manière. Car je ne connais qu’une seule façon de devenir un grand auteur : Écrire et travailler son art !

Quelle évidence me direz-vous… Sans doute ! Mais ce n’est pas établi dans la tête de tout le monde.

Qu’est-ce ce qui pourrait faire de vous un maître de la littérature ?

Cessez de croire qu’un roman demande juste une idée et quelques grandes lignes pour de se lancer dans la rédaction du prochain best-seller du siècle que des lecteurs vont dévorés avec avidité.

Car votre idée si géniale soit-t-elle ne sera pas suffisante. Pas plus que les grandes lignes.
Après 20, 30 ou 40 pages, vous ne pourrez plus écrire pour la simple et bonne raison que vous ne saurez plus quoi écrire.Le problème est rarement de savoir comment mais surtout quoi écrire.

Que se passera-t-il alors ?

Vous tournez en rond et vous vous lassez peu à peu d’écrire. Pire, l’idée même de vous asseoir pour travailler votre écriture devient un enfer. Votre roman finit même par vous exaspérer. Alors, il finira dans un tiroir ou sur une clé USB sous plusieurs fichiers de versions différentes. Et pourtant, il y a quelque temps à peine, vous caressiez le rêve d’atteindre le succès en touchant des quantités de lecteurs.

Qui n’a jamais connu cette situation…Dites-moi ?

Ne cherchez pas le succès… visez l’accomplissement !

 

Avant de vous préoccuper de ce que votre livre représentera pour les autres, demandez-vous plutôt ce qu’il représente pour vous ?

Je ne parle pas de ce qu’il peut représenter en tant que projet. Je parle du sens profond que ce livre revêt par son thème, ses personnages, les situations ou les sujets qu’il aborde.

Qu’est ce que ce livre peut apporter à votre vie ? À vous ?

Il n’est pas fondamental de répondre à cette question avec clarté et précision. Il se peut même que votre cœur parle à la place de votre tête. Mais il me semble important de prendre conscience que c’est cette question, et seulement celle-là, qui sera votre seule véritable source de talent.

Si vous restez obsédé par le succès, vous ne parviendrez pas à vous détacher. L’espoir, les peurs et les doutes vous mettront si mal qu’ils risquent de vous brûler les ailes.

Ce n’est pas en courant après le succès que vous le trouverez.

Cherchez plutôt en vous-mêmes et votre écriture, le moyen de vous découvrir et vous accomplir.

 

À vos succès d’écriture…

 

 

4 commentaires

  1. Eric dit :

    Bonjour Marie-Adrienne, juste un mot pour vous dire que votre article du jour arrive au bon moment pour moi. Je vous remercie car, effectivement, l’écriture ne s’écrit pas qu’avec les mains et la tête, mais aussi avec le cœur… mais c’est difficile de se raisonner lorsqu’on est seul et qu’on a la tête dans le guidon. Au fait, ce mot c’est « Merci ».

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Eric

      J’ai lancé le blog pour transmettre ce que j’avais appris et découvert durant mon parcours d’écriture mais aussi pour permettre aux écrivains d’échanger et de sortir de leur isolement. Car écrire est souvent un travail solitaire et de petites difficultés peuvent parfois semblaient tellement grosses qu’on peut vite se perdre.

      N’hésitez pas à exposer les difficultés d’écriture, vos attentes en matière d’écriture. Aproposdecriture est surtout un lieu d’échange. Entre vous et moi mais aussi avec celles et ceux qui interviennent.

      J’engage les lecteurs à commenter les articles. C’est ainsi que nous avancerons tous. Moi pour mieux connaitre vos attentes et trouver dans mon parcours ce qui peut y répondre au mieux et vous tous car chacun a son propre parcours d’écriture, ses difficultés, des blocages communs ou différents, des idées que d’autres n’ont pas, des manières de travailler peut-être intéressantes à tester… autrement dit la richesse de l’échange.

      C’est quand même toujours les mêmes qui réagissent. Et pourtant le nombre de lecteurs augmente chaque jour. Alors au travers de cette réponse. Je dis et redis

      N’hésitez pas à intervenir !

      Bien à vous

  2. Lisa dit :

    Je me lance dans un commentaire que vous méritez car j’aime beaucoup votre site, vos articles m’aident et m’inspirent. J’y puise une force ! C’est égoïstement que je profite sans jamais laisser un mot.

    Alors voilà ce nouveau message que vous faites passer me touche, je m’egare souvent en pensant au succès. Je reviens à la réalité avec découragement, en me disant « on verra demain! ». Je suis tellement dans l’envie d’une carrière que je n’arrive plus à écrire, me demandant sans arrêt si telle idée est intéressante, si elle plaira… Je me bloque.

    Merci merci et merci.

    Sur mes attentes, j’apprécierai beaucoup un article sur la décomposition d’une intrigue et des intrigues secondaires. Ou encore comment mener l’écriture d’un roman dont l’objet serait de dénoncer une situation, une profession ou un style de vie (je pense à Zoé Shepard et son « absolument débordée.. »). Pas d’intrigue juste des faits rapportés sur le thème de l’humour et l’ironie.

    Un commentaire pas trop réfléchi , un peu sur le vif, dans l’attente de découvrir vos prochains articles.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonsoir Lisa

      Merci pour votre commentaire.

      J’ai écrit cet article car j’ai lu plusieurs fois dans les mails que je reçois, cette quête du succès. Elle devient si forte, qu’elle paralyse. Et vous décrivez vous même le phénomène. On veut tellement la perfection qu’on n’arrive plus à aligner les mots. Alors je ne dis pas qu’il faut écrire n’importe comment, mais avant tout pour vous comme je le dis dans l’article.

      Un jour, j’ai entendu une interview de Zep, le créateur de Titeuf. A une période de sa vie, il disait dessiner pour plaire aux éditeurs, ou du moins ce qu’il pensait qu’ils attendaient. Et ça n’allait jamais. Échec après échec, il a fini par se lasser et perdre confiance en lui. Un jour, il a décidé de dessiner ce qu’il avait envie, lui. Un personnage avec lequel il se sentait en accord. Il a laissé parler son coeur… et Titeuf est né ! Quand on voit son succès, on peut se dire qu’il a eu raison de s’écouter et de faire comme il avait envie. Il a délaissé aucune technique de la BD. Non, il les a toutes intégrées et il est allé là où son coeur lui disait. Il est resté en accord avec lui même.

      Pour les sujets que vous suggérez, j’en prends note.

      J’ai lu « Absolument débordée ». Zoé Shepard a bien bordé son livre. Et de vous à moi, c’est en lien direct avec ce que j’ai dit plus tôt. Elle a ouvert son coeur sur son quotidien. Quant à l’ironie… elle s’ensuivait. Certaines situations étaient elles-même tout à fait ironiques. Il n’était à mon sens pas nécessaire de se forcer !

      N’hésitez à venir et à commenter

      Bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article