Lire pour bien écrire

Partager :

De la nécessité de lire

Partout vous entendrez : « c’est en lisant que l’on apprend ». Considérant cette idée, il y a quelques mois, j’ai rédigé l’article Comment lire pour mieux écrire. J’y donnais quelques conseils pour lire comme un écrivain et indiquais les points essentiels à observer et conserver en vue d’améliorer son écriture.

Aujourd’hui, je vais un peu plus loin dans ma démarche. Et j’ouvre une nouvelle rubrique Conseils de lecture.

Pour chaque livre, je ferai un bref résumé de l’histoire, mais préciserai surtout l’intérêt de tel ou tel livre au point de vue de l’écriture. Attention, il n’est pas question d’écrire une thèse sur chaque œuvre mais de vous donner des pistes de lecture utiles au travers des siècles et du monde.

Vous aurez peut-être déjà lu certains des livres que je présenterai. D’autres seront des découvertes. J’espère que cette nouvelle idée, vous plaira.

La plus grande difficulté, c’est de choisir (il y a tant d’ouvrages) le livre qui ouvrira le bal de ces conseils de lecture… Le premier sera :

Voyage au bout de la nuit de Louis Ferdinand Céline

Le « voyage » – comme on a l’habitude de l’appeler – parait en France pour la première fois en 1932. Aujourd’hui, l’ouvrage reste un chef d’œuvre révolutionnaire qui n’a rien perdu de sa puissance saisissante ni de son aptitude à choquer.

Ce récit à la 1re personne relate les expériences du jeune narrateur Bardamu depuis le début de la Première Guerre mondiale quand il s’engage à vingt ans, jusqu’aux années 1930 où il devient médecin. Il fait entre temps une dépression nerveuse, voyage en Centrafrique et aux États-Unis, puis entre en France terminer ses études de médecine.

Le roman est caractérisé par sa prose impertinente, vivante et réaliste. L’humour est sardonique. Le cynisme, cinglant. Le livre déborde d’argot, d’obscénités et d’expressions familières.

L’influence de ce roman original, anarchique et corrosif est inestimable. C’est l’œuvre d’un génie du style. En éclatant les normes du bien-écrire, Céline invente un style et atomise les autres auteurs.

Si vous n’avez jamais lu Voyage au bout de la nuit, je vous le conseille très vivement. Ce livre est essentiel à la compréhension du développement du genre romanesque. Si vous l’avez lu, relisez-le comme un écrivain !

Bonne lecture et à bientôt

J’attends vos commentaires sur cette nouvelle rubrique « conseils de lecture »

6 commentaires

  1. LINA VARLET dit :

    C’est avec plaisir que je découvre ce nouveau concept de découverte de livres à lire. Je vais suivre avec grand intérêt cette rubrique.
    Cordialement.
    Lina

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Lina

      Je suis contente que cette idée te plaise. L’objectif c’est d’évoquer un livre et de le faire découvrir au lecteur désireux d’apprendre à écrire. Un livre peut avoir un intérêt pour son style, sa narration, son intrigue, ses personnages finement construits, ses dialogues ciselés, ses décors… Apprenons des autres.

      A bientôt

  2. Marie dit :

    Bonjour Marie-Adrienne ! C’est vrai qu’il est fascinant de lire un livre non pas d’un point de vue de se distraire mais pour en découvrir les mécanismes, les figures de style et la façon que l’auteur a eu de faire passer certaines images. Parfois sans que les mots ne soient nécessaires. Clairement, j’aurai plaisir à revenir visiter cette chronique 🙂

    Bonne journée à toi !

    Marie

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Salut Marie

      Ravie que cette nouvelle rubrique t’intéresse.
      Pour ma part, quand je lis en première lecture, je ne me préoccupe pas de la technique littéraire. Je savoure et me laisse porter par mes émotions.
      Si le livre m’a intéressée, je le reprends et décortique tout : les personnages, les dialogues, l’intrigue, les décors…
      J’ai pas mal appris de cette façon. C’est ce qui m’a donné cette idée de chronique. Je pense qu’elle devrait intéresser.

      Reviens quand tu veux !

  3. jeddou dit :

    Je viens de tomber sur ce site par hasard alors que je cherche et depuis des années comment je vais m y prendre pour réaliser mon projet d’écrire un livre qui raconte mon histoire. Car ce projet me tient à cœur. Je ne manque pas d ambition mais le manque de confiance me décourage et je finis par avorter mon bébé. En lisant presque tous les sujets de aproposdecriture, j’ai repris confiance en moi. En fait, je suis passé par toutes les émotions quant à la peur surtout. Bref, je dois vous remercier pour cette grandeur d’âme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article