Les romanciers les plus lus en 2016…

Partager :

Courant janvier, je suis tombée sur un article du Figaro littéraire que j’ai mis de côté pour vous en parler. Il s’agissait du palmarès annuel des romanciers qui vendent le plus.

 

 

 

 

L’étude a été menée en partenariat avec le cabinet d’études GFK. Les données ont été récoltées auprès de 5000 points de vente : librairies, grandes surfaces culturelles, hypermarchés, kiosques, Internet.

Précisions importantes :

1/ On parle de ventes effectives pas des chiffres communiqués par les éditeurs.

2  /L’étude tient également compte des vente de livres de poche.

3 / L’étude exclut la vente de livres numériques

4 / L’étude concerne uniquement les ventes dans l’hexagone. (Les DOM-TOM et les pays francophones sont exclus de l’étude)

Voici donc le palmarès des ventes 2016 :

 

  1. Guillaume Musso (FR) : 1.833.300 exemplaires
  2. Michel Bussi (FR) : 1.135.300 exemplaires
  3. Anna Todd (USA) : 1.025.100 exemplaires
  4. Marc Levy (FR) : 1.024.200 exemplaires
  5. Harlan Coben (USA) : 797.200 exemplaires
  6. Françoise Bourdin (FR) : 679 300 exemplaires
  7. Laurent Gounelle (FR) : 675.400 exemplaires
  8. Gilles Legardinier (FR) : 604.000 exemplaires
  9. Elena Ferrante (IT) : 560.900 exemplaires
  10. Mary Higgins Clark : 546 200 exemplaires
  11. Paula Hawkins (RU) : 518 800 exemplaires
  12. Franck Thilliez (FR) : 498 300 exemplaires
  13. Agnès Martin-Lugand (FR) : 495 100 exemplaires
  14. Stephen King (USA) : 481 500 exemplaires
  15. Danielle Steel (USA) : 463 300 exemplaires
  16. Maxime Chattam (FR) : 448 000 exemplaires
  17. David Foenkinons (FR) : 434 600 exemplaires
  18. Camilla Lackberg (SU) : 431 700 exemplaires
  19. Agnès Ledig (FR) : 416 900 exemplaires
  20. Michael Connelly (USA) : 414 300 exemplaires

source Figaro Magazine

 

Le Figaro effectue cette étude annuelle depuis 2005.

  • Outre la percée de Michel Bussi, l’étude 2016 révèle le poids de ventes Poche.

Le format poche représente plus du tiers des livres vendus. Il était donc tout à fait justifié de prendre en compte ce format dans l’étude. D’ailleurs pour les auteurs de best-sellers, la part des livres vendus en format poche serait de 70 %. Énorme, non ?

  • Un classement 2016 chamboulé

En effet de nouveaux auteurs surgissent et poussent un peu les « anciens », de petites maisons d’édition font la nique aux grosses…

Par exemple en 2016,

Michel Bussi s’est mieux vendu que Marc Lévy

La maison d’édition Hugo & Cie ayant édité Anna Todd passe devant des grosses maisons d’édition

Enfin, Agnès Martin-Lugand fait son apparition dans ce dernier classement… Auteure dont la ténacité a fini par payer. Son histoire… Un vrai conte de fées ! En 2012, elle envoie son manuscrit à 4 éditeurs. Refus. Elle s’accroche. Retravaille son roman, opte pour l’autoédition sur Amazon et vend son roman 89 centimes. En 3 semaines, son livre Les gens heureux lisent et boivent du café se hisse à la première place du classement des livres numériques. Elle vend 8500 exemplaires. Un résultat qui n’échappe pas aux Éditions Michel Lafon qui la publient. Son roman est vite devenu un succès.

 

Pourquoi je vous raconte tout cela ?… Parce que ça met du baume au cœur.

Primo, les lecteurs aiment les auteurs français. Parmi les 10 premiers auteurs les plus vendus, 6 sont français.

Secundo, parce qu’il est important de savoir ce qui plaît. Dans le monde de l’entreprise, on parlerait de veille permanente !

… Ah je vous entends… je ne dis pas qu’il faut se limiter et écrire comme les autres car nous avons tous notre façon unique de raconter. Mais il faut peut-être se demander pourquoi ce genre de roman plaît. Et en lire quelques-uns comme un écrivain. Relire l’article Lire pour mieux écrire

Il ne s’agit pas de copier… mais juste comprendre ! Il y a toujours à apprendre des uns et des autres. Je me rappelle d’une discussion avec Franck Thilliez. Il est de ma région et nous sommes souvent croisés dans les salons du livre régionaux où j’étais invitée en qualité d’écrivain biographe. Lui ne s’en souvient peut-être pas, mais moi, je n’ai pas oublié un moment précis d’une de nos conversations. Quand il a décidé d’écrire, il a pris ses romans préférés (Thriller) et tout décortiqué… Et ça lui a plutôt bien réussi, non ?

 

À vos succès d’écriture…

Il reste quelques places pour HISTOIRES CAPTIVANTES, formation à l’écriture en ligne :

Cliquez pour en savoir plus

 

Les participants à la formation travaillent déjà au Module 1 et se préparent à l’écriture de leur roman. Ce module 1 mène un travail de réflexion, d’introspection, de préparation… Il peut dérouter un peu car contrairement à toutes les formations à l’écriture qui existent, dans le programme HISTOIRES CAPTIVANTES, on ne se jette pas d’emblée dans son histoire, on se prépare à l’écrire !  Et quand la phase d’écriture viendra, on se focalisera sur l’écriture, et plus sur les outils, la motivation, les blocages, le temps d’écriture…

 

5 commentaires

  1. Vidoni dit :

    Hello MAC (ben oui y’a pas que BHL ou NKM qui ont droit à leurs initiales!)

    Dommage que le classement n’aille pas plus loin.
    J’aimerais connaitre le classement jusqu’à 50000 ventes environ.
    ça doit faire autant de revenu 50000€ (en comptant 1€ par livre pour l’auteur) et permet de vivre, mais sans excès, de l’écriture.
    le 100ème? le 100ème?

    Bonne journée

    Eric
    Le dernier article de Vidoni : Mon premier romanMy Profile

  2. Même si le classement allait plus loin, je reste loin du compte !!!

    Je souhaite encore plus de succès à ceux qui en ont déjà !

  3. Daniele dit :

    Comme quoi le talent n’est pas forcément vendeur !

  4. Bellier Jean-Claude dit :

    Bonjour Marie-Adrienne,
    et félicitation pour le travail que vous réalisez. Vos conseils sont toujours pertinents. Lors de votre dernier article, vous évoquiez le palmarès des romans qui se vendent le plus. Personnellement, je suis surtout friand des récits de vie, lesquels sont souvent bourrés d’anecdotes et par ailleurs très agréables à lire. De plus, ils constituent de précieux témoignages des modes de vie d’autrefois. Pourquoi ne serait-ce pas le sujet d’un prochain article ?
    Retraité depuis quelques années maintenant, je viens d’écrire un récit de vie, intitulé : « Au petit café ». Mes parents officiaient en effet dans un de ces modestes établissements situés à la périphérie de Vitré, une petite ville bretonne immergée dans le monde rural. À travers ce récit, je raconte également un peu de mon enfance dans la Bretagne des années cinquante et soixante.
    Ce livre publié à compte d’éditeur aux éditions Yellow Concept vient juste de paraître.
    Bien cordialement.
    Claude Jean

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour
      Je pense avoir déjà fait un article sur les récits de vie.
      Je vous félicite pour votre livre. Je pratique le métier d’écrivain biographe. Autrement dit, j’écris les histoires de celles et ceux qui me les confient. Vous avez raison, nous apprenons beaucoup sur les modes de vie, mais pas seulement. On ne manque pas de livres, de films, de documentaires sur la guerre… et je peux vous dire qu’il y a encore beaucoup à dire. Car on n’est plus dans la généralité mais au niveau de l’individu. Et puis j’écris pour un agriculteur, le lendemain pour un mineur, après j’enchaine sur le récit de vie d’un ancien psychiatre expert auprès des tribunaux… Je me retrouve avec un vieux monsieur, ancien de la 2e DB, un autre qui me raconte son STO… C’est passionnant. Sans compter les belles leçons de vie, au quotidien. Du bonheur !
      Je veux dire par là, que c’est une belle aventure d’avoir voulu remonter le temps.
      Bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article