Les Luminaires d’Eleanor Catton, un roman lumineux et brillant

Partager :

EcrivainL’année littéraire 2015 commence bien. Et je m’empresse de vous parler d’un livre captivant à ne pas louper…

 

 

 

 

 

Ce livre c’est LES LUMINAIRES, d’Eleanor Catton, paru le 1er janvier 2015 chez Buchet/Chastel

 

9782283026489

 

 

Quelques mots à propos d’Eleanor Catton

 

Née en 1985 au Canada, Eleanor Catton a grandi à Christchurch, en Nouvelle-Zélande.

Après des études d’anglais, elle écrit La Répétition, un premier roman, qui lui permet d’obtenir le prix Betty Trask et entre autres, d’avoir été finaliste au prix Guardian du 1er roman en plus de faire partie de la première liste du prix Médicis.

Mais c’est avec Les Luminaires que vient la consécration. Elle obtient le prix Man Booker 2013, Prix littéraire du Gouverneur général, finaliste aux prix Dylan Thomas et Walter Scott.

Notons que les droits du roman ont été vendus dans près d’une trentaine de pays et une adaptation télévisuelle est en cours.

Eleanor Catton vit à Auckland en Nouvelle-Zélande, où elle enseigne la création littéraire.

 

Quelques mots à propos du livre Les LUMINAIRES

 

L’histoire (résumé de l’éditeur) :

Nouvelle-Zélande,1866. En pleine ruée vers l’or, l’île voit débarquer sur ses côtes tout ce que la vieille Europe compte d’ambitieux et de désespérés.

Parmi eux, Walter Moody, un jeune britannique ruiné bien décidé à trouver fortune accoste au port d’Hokitika, sur la côte Ouest, après un éprouvant voyage. Mais une étrange assemblée l’attend dans le petit hôtel où il a trouvé refuge.

Là, dans une atmosphère des plus tendues, douze hommes du cru tiennent une réunion secrète pour tenter d’élucider des faits étranges qui agitent la communauté depuis plusieurs semaines. Un riche notable a disparu, une prostituée a tenté de mettre fin à ses jours, et on a découvert une immense fortune dans la maison d’un pauvre ivrogne, mort lui aussi. Moody succombe bientôt à l’irrésistible attrait du mystère et se retrouve plongé dans un entrelacs d’intrigues et de destins vertigineux.

 

Pourquoi parler de ce livre ?

 

Pour plusieurs raisons :

  • évoquer les inspirations de l’auteur,
  • sa façon de travailler
  • vous dire pourquoi ce livre constitue une prouesse littéraire.

 

1 / Les inspirations de l’auteur :

 

La série Sally Lockhart de Philip Pullman, l’île au trésor de Robert Louis Stevenson.

 

Ce sont ces romans qui m’ont donné envie d’écrire et je les relis non seulement avec admiration, mais avec gratitude et affection, puisqu’ils ont éveillé en moi une vocation. »

 

 

2 / Comment a-t-elle travaillé à son roman ?

 

Avant d’écrire Les Luminaires, Eleanor Catton avait juste une ambition et une direction :

  • Vouloir écrire une sorte d’aventure à suspense, en s’inspirant de tout ce qu’elle aimait dans les livres jeunesse.
  • écrire un roman campé en Nouvelle-Zélande.

 

La ruée vers l’or de l’Ouest, au milieu des années 1860, s’est présentée à elle assez naturellement. Elle connaissait bien la côte ouest de la Nouvelle Zélande, et la ruée vers l’or lui a semblé le thème idéal pour camper une histoire d’aventures.

Alors, elle a commencé à se documenter, en débutant par l’histoire de la ruée vers l’or, ce qui l’a menée aux abus de confiance et à l’escroquerie, puis à la bonne aventure et finalement aux étoiles.

Elle lit et prend beaucoup de notes, particulièrement dans la phase de recherche initiale.

Elle surligne tout ce qui lui semble intéressant.

Elle retape ensuite ce qu’elle a surligné, puis elle imprime ce qu’elle a retapé, pour finalement relire ces notes aussi souvent que possible.

En plus des essais, elle a également commencé à lire autant de romans du 19e siècle et de romans à suspense que faire se peut, surlignant les expressions idiomatiques, les détails particuliers de l’époque et les trésors d’ingéniosité des intrigues.

La plupart des notes qu’elle a prises n’ont pas servi pour Les Luminaires – du moins pas directement –, mais elle déclare qu’elle n’aurait jamais pu amorcer le roman sans elles.

 

Je considère ces phases initiales comme un processus me permettant d’acquérir de l’autorité, de trouver une perspective à partir des matériaux bruts qui composent l’univers de mon futur roman.

 

Ce travail de lecture et de recherche a duré près de deux ans, et c’est à la toute fin que l’idée du roman est vraiment née. Ayant appris à lire les cartes du tarot, elle est tombée sur Le château des destins croisés d’Italo Calvino, roman dont l’intrigue est basée sur les règles du tarot… C’est le déclic !

Elle dit avoir eu du mal à lire ce livre, même s’il est plutôt mince, et pendant qu’elle luttait pour le terminer, elle s’est demandé pourquoi les romans ayant une structure complexe étaient si souvent inertes, et pourquoi la structure était une entrave au plaisir et au divertissement du lecteur.

Les structures doivent-elles exister au détriment de l’intrigue ?

Ou est-ce possible pour un roman de posséder une intrigue solide tout en étant structurellement complexe ?

Intéressantes interrogations !

Sur le net, elle a trouvé un générateur pouvant retracer le mouvement des planètes à travers les constellations du zodiaque. Elle y a saisi les coordonnées des filons d’or d’Hokitika et l’année 1864, année où l’or a été découvert dans la région. Puis elle a regardé le ciel évoluer.

Elle a également mené des recherches sur les relations entre le Soleil et la Lune et étudié les spécificités humaines des signes du zodiaque.

Eleanor Catton s’est ensuite attaquée à la construction de son roman qui emprunte à… l’astrologie.

Dès les premières pages, la lecture nous embarque dans une véritable chasse au trésor sur fond d’astrologie. Chaque personnage est associé à un signe du zodiaque ou une planète. Il évolue, se transforme, se dévoile au fil des chapitres. Tous sont liés. Ils s’assemblent, se croisent, s’éloignent, se perdent de vue, s’évitent, se cherchent, se retrouvent, s’aiment ou se détestent.

Le roman compte 992 pages et douze parties. Chaque partie a un nombre de pages inférieur de moitié à celui de la précédente. Le premier chapitre dépasse les 400 pages, le dernier se limite à 4.

Le roman est habillement construit. On devient vite accro aux personnages dont la personnalité évolue sans cesse. L’intrigue très  ingénieuse est en outre servie par une belle écriture, proche de celle des romanciers du 19e siècle.

 

Eleanor Catton a tout d’une grande.

Amoureux des énigmes et du style soigné, vous y trouverez votre compte.

À lire de toute urgence… (j’ai adoré !)

 

À bientôt…

 

 

 

 

8 commentaires

  1. Elisa dit :

    Voilà un article qui donne envie de lire. Ils sont trop rares les livres d’aventures qu’on peut qualifier de littéraire. J’ajoute donc 2 livres : Les luminaires et Le château des destins croisés. Merci
    Le dernier article de Elisa : Premier roman & ChocolatMy Profile

  2. Voici un livre qui mérite d’être lu.
    Je ne manquerai pas de le faire à la moindre occasion

    Merci pour cet article

  3. Ferhani Jacqueline dit :

    La première chose que je ferai lorsque je reviendrai en France, c’est de me procurer ce livre qui me donne très envie de lire. Marie-Adrienne, j’aimerai, si cela vous était possible, que vous me parliez des didascalies. Je vous remercie à l’avance.

  4. JORDA dit :

    Je ne comprends pas l’engouement pour ce livre, lourd, difficile à lire avec intérêt, saucissonné en chapitres de manière difficile à suivre, en un mot ennuyeux. Les éditeurs me surprendront toujours. Un bon point cependant: la richesse du vocabulaire.
    A éviter soigneusement

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Il est toujours difficile de faire l’unanimité sur un livre.
      Je me souviens d’un livre « Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part » d’Anna Gavalda. Il a plu à la presse littéraire mais visiblement beaucoup aux lecteurs. Et moi, je n’ai pas aimé du tout. Et aujourd’hui encore, je me demande ce qui a bien pu lui valoir ce si beau succès. Cet avis négatif n’engage que moi bien entendu. D’autant qu’il va à contre courant de l’avis en général !

      Bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article