La lettre d’accompagnement au manuscrit

Partager :

Il y a quelques jours, j’ai reçu un mail d’une lectrice sur le point d’envoyer son manuscrit chez les éditeurs. Elle souhaitait obtenir des renseignements à propos de la lettre d’accompagnement…

 

 

 

 

Comme ce n’est pas la première fois que je reçois ce genre de demande, voici donc un article qui servira à tous.

 

Lors de l’envoi à un éditeur, il faut ajouter une lettre d’accompagnement à votre manuscrit.

Que doit contenir une lettre d’accompagnement ?

 

1 / Quelques généralités avant d’entrer dans le détail :

 

  • Certes votre lettre d’accompagnement a pour but de vous vendre, mais n’en faites pas une publi­cité de votre roman.

Cette lettre d’accompagnement doit être pensée comme à une quatrième de couverture. Son but est simple : donner envie de lire le manuscrit à l’éditeur, un point c’est tout !

  • Inutile aussi de préciser que votre livre plaira à tel ou tel genre de lecteurs. Primo, les éditeurs sont des experts et en savent davantage que vous sur le public cible. Secundo parce que vous pouvez facilement vous tromper. Alors un conseil : laissez votre manuscrit parler à votre place !
  • Pour ce qui est du ton de votre lettre, vous pouvez tenter l’humour, mais attention, tout le monde n’y est pas sensible.
  • Votre lettre d’accompagnement ne doit dépasser une page.
  • Dans votre conclusion, vous pouvez donner des faits et des informa­tions à propos de votre manuscrit.

Exemple : C’est un roman historique en 200 000 mots.

  • N’oubliez pas de citer le nom de la personne ou du comité de lecture concernés dans l’en-tête de votre lettre. En fouillant vous trouvez assez facilement ces informations sur Internet.

C’est toujours préférable à un Madame, Monsieur (nom)

Vous pouvez vérifier par téléphone que vous vous adressez à la bonne personne. Les responsables et directeurs de collection changent assez fréquemment.

  • En fin de page, pensez à remercier votre destinataire pour son attention.
  • Votre lettre doit être soignée et écrite sans fautes d’orthographe ou de grammaire. Sinon, vous risquez d’être recalé avant même d’être lu !

 

2 / Que doit comporter la lettre d’accompagnement ?

 

  • Le titre de votre livre, votre adresse, votre numéro de téléphone et votre adresse mail.
  • Présenter votre texte :

Il ne s’agit pas de faire un résumé mais plutôt une sorte de pitch. La première ligne est capitale. Concevez-la comme la première ligne d’une quatrième de couverture dont l’objectif est de captiver l’acheteur potentiel.

Qu’est-ce qui fait la force de votre manuscrit ? Comment donner à quelqu’un l’envie de l’acheter ?

Voilà les questions à se poser avant d’écrire ce pitch.

Dès le début, mettez votre idée de base en valeur. Interpellez pour chercher à retenir l’attention. Rendez l’atmosphère de votre roman.

Le premier paragraphes (4 lignes) ou les deux premiers paragraphes (2 x 4 lignes maxi) doivent uniquement servir à attirer l’attention de l’éditeur, à lui donner envie de lire votre roman. Restez concis.

 

rem 1 : avant de rédiger votre lettre. Relisez quelques 4e de couverture pour vous inspirer.

rem 2 : les tournures à proscrire absolument :

« Vous trouverez ci-joint un manuscrit… ».

« Je viens d’écrire mon premier roman, et j’aimerais que vous le lisiez… »

« Vous allez adorer cette œuvre… »

 

  • Se présenter :

En quelque sorte, vous avez à rédiger votre CV d’écrivain. Là encore, visez la concision !

Cette partie est surtout utile si vous êtes l’auteur d’autres livres déjà édités ou si vous avez une expérience personnelle ou professionnelle liée au thème développé dans votre manuscrit. Évitez quand même de citer l’ensemble de vos œuvres.

Pour rédiger ce paragraphe, demandez-vous qu’est-ce qui, dans votre expérience, votre parcours ou votre personnalité, peut intéresser un éditeur, au point de vue de l’écriture ou du thème de votre roman ?

Vous pouvez également justifier votre choix de maison d’édition.
La plupart des auteurs envoient leurs manuscrits aux maisons d’édition sans même connaître les lignes éditoriales des maisons auxquelles ils s’adressent. Il ne faut pas s’étonner ensuite de recevoir des refus ! Montrez que vous connaissez bien la maison à laquelle vous vous adressez et que vous ne l’avez pas choisie par hasard.

 

  • Remercier :

Remerciez le lecteur de votre manuscrit en quelques mots.

 

***

Voilà les bases et les règles d’une bonne lettre d’accompagnement pour votre manuscrit.

Faites court. Une lettre d’accompagnement d’une vingtaine de lignes suffit amplement.

Soyez original et démarquez-vous. Affirmez votre singularité d’auteur dès votre lettre !

 

À vos succès d’écriture…

 

6 commentaires

  1. Zahardonia dit :

    Merci pour cet article Ô combien utile ! 😀

  2. Christine Cultien dit :

    Bonjour Marie Adrienne,

    Je lis toujours vos courriers avec beaucoup d’intérêt. C’est avec une pointe d’amusement que je vois l’anglais influencer notre langue. Les temps modernes avancent à grands pas. Par exemple comment traduiriez-vous :

    « une sorte de pitch »

    ne voyez là aucun souci puriste, mais juste un petit – * astérique- pour attirer votre attention,

    très amicalement

    Christine

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Christine

      Pitch est un mot du dictionnaire français. Le Larousse en donne cette définition :
      pitch
      nom masculin (anglais pitch, boniment) Bref résumé accrocheur destiné à promouvoir un film, un livre, etc. : Faire le pitch d’un roman.
      C’est vrai qu’on l’utilise plus souvent dans le milieu du cinéma. Dans l’industrie cinématographique, le pitch est un rédactionnel assez court sur un film, de seulement quelques lignes, qui a pour objectif d’accrocher l’attention du lecteur et de susciter son envie de voir le film en question.

      Bonne journée

  3. bertin dit :

    Votre article est très intéressant, bien complet, une question doit- on envoyer en plus un petit résumé de son livre pour créer un peu plus d’intérêt ou faire un mix des deux : la lettre et le résumé ?
    Autre question en passant les tiret cadratin sont-ils indispensables dans les dialogues

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Non, il faut envoyer votre manuscrit et votre lettre d’accompagnement. Rien de plus. Dans votre lettre d’accompagnement, le pitch de votre roman doit être concis mais explicite et suffisamment captivant pour inciter l’éditeur à lire votre manuscrit.

      Pour les tirets cadratin, non seulement ils sont indispensables aux dialogues mais en plus c’est la règle de la typographie française.

      À vos succès d’écriture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article