Et un prologue ?

Partager :

Certains livres s’agrémentent d’un prologue… On peut se demander quel est son intérêt, son contenu… Et s’il est utile d’en écrire un pour votre roman ?

 

 

 

 

 

Le prologue

 

Par définition, le prologue est la première partie d’une œuvre littéraire. On le trouve souvent dans les thrillers, les romans de fantasy ou de science-fiction. Car le prologue situe le lieu et surtout le contexte de l’histoire. Il pose les bases de l’univers dans lequel va se dérouler le récit. Il sert généralement à relater les événements antérieurs de l’histoire. Mais attention de ne pas donner trop de détails.

Le prologue n’a pas de longueur idéale mieux vaut cependant ne pas faire trop long. Quatre ou cinq pages… pas davantage. Son but est d’attiser la curiosité du lecteur, de le pousser à continuer sa lecture. On peut considérer le prologue comme un chapitre à part entière, en somme, comme le chapitre d’introduction de votre roman.

Je suis sûre que vous êtes en train de vous dire « mais alors quelle différence avec le premier chapitre ? »

Primo, le prologue ne comporte pas de péripéties principales susceptibles de faire basculer l’histoire, au contraire du premier chapitre qui va rentrer dans le vif du sujet.

L’autre différence essentielle, c’est que les personnages principaux ne sont pas forcément représentés même si on peut parler d’eux ou des événements qui les touchent de près.

Dans le cas de longs récits d’aventures ou d’une trilogie, le prologue va poser les fondements de l’univers tout en le détachant du premier chapitre. Il permet de contenir bon nombre de descriptions nécessaires à la compréhension de l’histoire. Mais attention, restez bien vigilant, le prologue ne doit pas ennuyer votre lecteur. À la fin du prologue, il doit juste avoir envie de prolonger sa lecture et se demander ce qu’il va arriver.

 

Quand écrire un prologue ?


Personnellement, et peut-être contre toute attente, je dirai une fois le livre terminé.

J’ai déjà tenté de rédiger un prologue avant d’écrire mon histoire dans laquelle il me paraissait vraiment utile de poser mon univers. Mais j’ai dû le réécrire plusieurs fois et cette étape m’a menée droit au découragement.

Quand j’ai vu le temps passé à peaufiner mon prologue, j’ai pensé qu’il me faudrait au moins un siècle pour écrire mon livre. C’était d’autant plus regrettable qu’entre-temps, comme j’écrivais sans filet (comprenez sans plan ni véritable structure) mes idées avaient changé avec le temps et s’étaient éloignées de mon idée de base.

Ainsi j’avais perdu du temps à écrire encore et encore mon prologue et je me retrouvais contrainte de le revoir une énième fois pour lui redonner de la cohérence par rapport à la nouvelle tournure que prenait mon histoire.

Le pire, c’est qu’une fois mon histoire terminée, le prologue que j’avais réécrit six fois s’est révélé carrément inutile, car il n’apportait rien à mon histoire.

Bref, si c’était à refaire, j’écrirai mon prologue une fois mon histoire complètement écrite, car il est finalement tellement plus simple d’écrire lorsque l’on sait ce qu’il faut écrire !

 

Faut-il un prologue ?

 

Un prologue n’est pas obligatoire. Sachez qu’agrémenter votre roman d’un prologue ne le rendra pas plus brillant. Mieux vaut un roman sans prologue qu’un roman avec un prologue mal maîtrisé. Gardez bien à l’esprit que le prologue reste l’outil introduisant divers éléments avant le commencement de votre histoire.

Alors, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Cet article ne dit pas qu’un prologue est inutile, il incite juste à bien peser son utilité et à éviter de se prendre bêtement les pieds dans le tapis dès le début !

 

Avez-vous écrit un prologue pour une de vos histoires ?
Quel intérêt y avez-vous vu ? Quelles difficultés avez-vous rencontrées pour le rédiger ?

Partagez vos expériences dans les commentaires !

 

À vos succès d’écriture…

 

 

8 commentaires

  1. Bonjour, Marie ! Je partage un peu mon expérience personnelle du prologue avec vous.
    En tant qu’auteur de fantastique et science-fiction, j’aimais beaucoup en mettre au début de mes récits. Mais, j’écrivais tout d’abord le prologue avant d’écrire le reste (chapitre et consort). Est-ce une très mauvaise approche? Faut-il toujours, comme vous le dites, écrire le prologue en dernier lieu ?

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour

      Non ce n’est pas une mauvaise approche, je dis juste dans l’article que personnellement j’ai commencé un roman par mon prologue… et comme je travaillais quasi sans plan, Eh bien je l’ai réécrit 6 fois pour au final me rendre compte qu’il ne servait à rien. Qu’il n’amenait rien à mon roman. Et donc, je l’ai supprimé. Je parle de mon expérience personnelle. Mais je sais que beaucoup d’autres auteurs rédigent leur prologue une fois le roman écrit. Je ne dis pas que c’est la meilleure méthode.
      A vos succès d’écriture

  2. Je suis en train d’écrire un récit de voyage. Le prologue me sert à expliquer ce qui nous a conduits à faire ce voyage et à en survoler la préparation. Ça correspond tout à fait aux critères de mise en situation et de ce qui se passe avant le départ.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Raphaëlle

      En effet, j’ai parlé de thriller, de fantasy et de science-fiction… mais le prologue peut en effet s’envisager dans le cas de récit de voyage.
      Merci pour votre retour d’expérience

  3. Merci pour tous ces conseils si précieux …
    LOIC
    Le dernier article de Loïc Roussain : Incertitude …My Profile

  4. Vidoni dit :

    Hello Marie-Adrienne,

    Vive les prologues !!! Et les épilogues !!

    Pour ma première trilogie, les 2 premiers tomes ont un prologue (le tome 3 je ne sais pas encore) et un épilogue.
    J’aime bien en avoir dans ce que je lis donc j’en mets dans mes romans! Dans mon cas l’action ne s’est pas déroulée avant mais pendant:
    tome 1 : c’est un extrait (réécrit) situé ensuite au 2/3 du livre (un homme mourant, qui en fait ne mourra pas dans le roman mais on le croit dans le prologue)
    tome 2 : sous la forme d’un discours explicatif à la population par une dirigeante, c’est une sorte de résumé des principales actions du tome 1

    J’aime bien aussi lire des prologues du genre, grosse action stressante dangereuse, mais on s’aperçoit que c’est un entrainement sans danger
    ou quelqu’un qui rêve alors qu’on croit que c’est la réalité.

    Bonne journée

  5. Georges dit :

    C’est très instructif et personnellement, je ne suis pas  »fan » des prologues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article