Au revoir là-haut, le succès littéraire de Pierre Lemaitre à l’écran

Partager :

Aujourd’hui, je vous partage un de mes derniers coups de cœur… Dimanche, je suis allée voir en avant-première le film Au revoir là-haut

 

 

 

 

…Et j’ai ADORÉ !

(TOUT, même l’affiche !)

 

Pour celles et ceux qui ne le sauraient pas Au revoir là-haut est une comédie dramatique française coécrite et réalisée par Albert Dupontel (sortie officielle le 25  octobre  2017). Il s’agit de l’adaptation du roman éponyme de Pierre Lemaitre, prix Goncourt 2013.

 

Cliquez pour lire le dossier de presse du film.

 

Albert Dupontel y évoque la genèse du projet du film, la façon dont s’est passée l’adaptation, ses partis-pris dans l’écriture du scénario… Vous y trouverez également un entretien avec Pierre Lemaitre.

Lisez-le, c’est passionnant et très intéressant pour nous, auteurs.

 

Maintenant revenons un peu sur le livre Au revoir là-haut et Pierre Lemaitre.

 

À propos de Pierre Lemaitre

 

Pierre Lemaitre est un écrivain et scénariste français, né le à Paris.

Il est l’auteur de Travail soigné (éditions du Masque, 2006), prix du Premier roman du festival de Cognac. Un livre dans lequel il rend hommage à quelques-uns de ses maîtres s’écriture Bret Easton Ellis, Émile Gaboriau, James Ellroy, William McIlvanneyv en faisant, de l’œuvre de ces écrivains, des protagonistes de son intrigue.

Son deuxième roman Robe de marié est publié en 2009. Cette fois, c’est toute son admiration pour l’art hitchcockien qu’il exprime.

En 2010, avec Cadres noirs, Pierre Lemaitre aborde le thriller social.

Dans Alex, son quatrième roman, paru chez Albin Michel en 2011, on trouve, quelques autres citations ou influences d’auteurs :  Louis Aragon, Marcel Proust, Roland Barthes, John Harvey ou Boris Pasternak.

Alex reçoit le Dagger international et le Prix des lecteurs du Livre de Poche (polar)

Puis viennent Sacrifices (Albin Michel, 2012), primé Dagger international, et Rosy & John (Le Livre de Poche 2014).

Pierre Lemaitre est internationalement reconnu dans le domaine du roman policier.

En 2013, Au revoir là-haut marque  un important changement dans son œuvre puisqu’il délaisse le genre policier et signe, cette fois, un roman picaresque.

En novembre 2013, le roman reçoit le prix Goncourt. Il est classé en tête par l’Express dans sa liste des best-sellers de l’année 2013.

Les romans de Pierre Lemaitre sont traduits dans une trentaine de langues et édités en forme de livre audio.

À propos d’Au revoir la haut, de Pierre Lemaitre

 

Vous l’avez compris. J’ai adoré le film mais avant j’ai surtout beaucoup apprécié le roman.

 

Au revoir là-haut – Prix Goncourt 2013

 

 

 

Alors dans un premier temps, si vous n’avez pas lu ce livre, lisez-le

Ensuite, téléchargez les fiches analytiques du roman.

 

Pourquoi ?

 

Vous y trouverez des informations sur le contexte du roman, le synopsis chapitre par chapitre, la démarche nécessaire à l’auteur pour la construction et l’écriture de son roman.

***

Je vous conseille vivement de lire le roman puis de prendre connaissance des fiches analytiques.

C’est une bonne façon de découvrir et de mieux comprendre le travail d’un auteur pour construire son histoire, son intrigue et écrire un roman. (un très bon roman !)

Bonne lecture à tous

 

À vos succès d’écriture…

 

13 commentaires

  1. Marie-Josée Archambault dit :

    Bonjour Marie-Adrienne!
    Ce livre a été pour moi un grand coup de coeur ! Je suis impatiente de pouvoir voir le film à Montréal !

    Marie-Josée

  2. Aliénorane dit :

    la guerre n’est pas mon sujet de prédilection mais vous m’avez donné envie d’aller lire le livre/voir le film

  3. Aimé dit :

    Un article qui donne envie de découvrir cet auteur remarquable. Merci Marie-Adrienne.
    Amitiés
    Aimé

  4. Leroy-Felgines G. dit :

    Bonjour

    J’ai adoré le livre, que j’ai recommandé à de nombreux amis qui ne le connaissaient pas, maintenant je suis curieuse de voir le film ! Merci pour cet article !
    Amitié
    Samy

  5. Martine Millet dit :

    Bonjour,

    comme Marie-Josée, la lecture de ce livre a été un choc. Pourtant, j’ai beaucoup lu sur la guerre de 14-18, fictions et études historiques et vu aussi pas mal de films. Pierre Lemaître renouvelle le point de vue pour en faire une farce macabre qui fait mouche. On pouvait craindre l’adaptation au cinéma, le choix de Dupontel semble une réussite. Je cours le voir !

  6. Damien N dit :

    Je vais faire lire votre article à ma femme pour qu’elle me « sorte » au cinéma! J’ai beaucoup aimé le livre que j’ai lu il y a 2 ans de ça. Et « Cadres noirs » est vraiment bon aussi. Je les conseille tous les deux!

  7. Didier dit :

    Bonjour Marie-Adrienne
    Je suis un fan de Dupontel, un de mes film préféré est « 9 mois ferme » Me conseilles-tu la lecture du livre avant le film ?
    La plupart du temps le livre domine le film est-ce le cas ici d’après toi ?
    Merci pour cette fiche intéressante qui donne envie, je découvre ton blog, les sujets abordés semblent intéressants à découvrir.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Didier

      Perso j’ai adoré le livre, ce fut un grand moment de lecture mais j’ai aussi adoré le film. Ce sont deux plaisirs différents.
      À bientôt sur le blog

  8. Marité dit :

    bonjour Marie Adrienne
    Hier soir, j’ai vu le nouveau Prix Goncourt à la télé, Eric Vuillard pour son livre  » L’ordre du jour  » . La journaliste a spécifié que son livre est un récit et pas un roman. J’ai fait des recherches sur internet pour connaitre la différence entre ces deux figures de style, mais les explications sont assez floues.En avez-vous une pour nous?
    Amicalement
    Marité

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Marité

      Un récit est un texte qui raconte une histoire (= un enchaînement d’événements).
      L’histoire peut être fictive autement dit imaginée, inventée, comme dans le conte, la nouvelle ou le roman, ou vraie, comme dans l’autobiographie, les mémoires ou le récit historique.

      Voilà pourquoi L’Ordre du jour est un « récit », non un roman !
      En 160 pages, Eric Vuillard montre comment « les plus grandes catastrophes s’annoncent souvent à petit pas » et « soulève les haillons hideux de l’histoire » pour raconter la marche vers le chaos de l’Europe à travers deux moments. Le premier, c’est une réunion du 20 février 1933, où vingt-quatre puissants patrons allemands (Krupp, Opel, Siemens…), reçus par Hermann Göring et Adolf Hitler, devenu chancelier un mois plus tôt, sont exhortés à financer la campagne du parti nazi pour les législatives, et s’exécutent.
      Le deuxième moment, c’est l’Anschluss, l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne, le 12 mars 1938. Auquel l’auteur se consacre plus longuement.

      Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article