Analyse d’un roman (21e épisode)

Partager :

Dans ce 21e épisode de la série « L’Alchimie du roman, Jean-Philippe Depotte décortique « « Rue des boutiques obscures », de Patrick Modiano.

 

 

 

Rue des boutiques obscures

 

91FmUqEDgjL

 

À propos de Patrick Modiano

 

Né le 30 juillet 1945 à Boulogne-Billancourt. Titulaire du baccalauréat, Patrick Modiano n’entreprend pas d’études supérieures et se consacre à l’écriture dès 1967 mais ne collabore à aucun journal ni revue. Il est marié, père de deux filles.

Derrière cette façade d’un parcours simple se cachent des blessures, des inquiétudes qui ont suscité et nourri l’œuvre du romancier même si celui-ci dit que l’absence de diplômes supérieurs a déterminé sa vocation d’écrivain puisqu’il ne pouvait rien faire d’autre.

Le décès de son jeune frère Rudy (1947-1957) et le vertige de l’absence, et celle du père en particulier, hantent la plupart des romans de Modiano. Une double origine flamande par sa mère, actrice, juive, et égyptienne par son père, ne pourrait-elle éclairer la quête de l’identité, la recherche des indices et des souvenirs, la lutte contre l’oubli, qui constituent le sujet de Rue des boutiques obscures paru en 1978 mais qu’on retrouve aussi bien dans Villa triste (1975), Dimanches d’août (1986), Vestiaire de l’enfance (1989) ?

L’œuvre de Modiano se centre essentiellement sur le Paris de l’Occupation et s’attache à dépeindre la vie d’individus ordinaires confrontés au tragique de l’histoire et agissant de manière aléatoire ou opaque.

Le 9 octobre 2014, son œuvre est couronnée par le prix Nobel de littérature.
Six ans après J. M. G. Le Clézio, il devient le 15e homme de lettres français à recevoir cette récompense. Son œuvre est traduite en 36 langues

 

Rue des boutiques obscures, de P. Modiano

 

Rue des boutiques obscures est le sixième roman de Patrick Modiano. Paru en septembre 1978, il a été récompensé la même année par le prix Goncourt.

À cette époque, Modiano est déjà célèbre, La place de l’Étoile ou Villa Triste confirmait un talent singulier au style épuré, toujours en proie aux spectres du passé.

Modiano sera le premier romancier français à exorciser l’Occupation, période taboue de l’histoire française.

 

Comme à son habitude, Jean-Philippe Depotte analyse le roman selon quatre éléments :

  • L’Eau, c’est le Style.
    C’est la plume de l’écrivain, la poésie, la beauté du langage et le simple plaisir de lire de belles phrases.
  • L’Air, c’est la Fiction.
    C’est l’invention, qui prend deux formes, en général : l’intrigue (l’histoire que l’on raconte) et les personnages.
  • La Terre, c’est le Milieu que décrit le roman.
    C’est une époque ou c’est un lieu. C’est ce qu’apprend le lecteur sur la réalité que décrit le roman.
  • Enfin le Feu, c’est le Message.
    C’est la raison pour laquelle l’auteur a écrit son roman. C’est le message qu’il a voulu transmettre à son lecteur. Une philosophie, une morale ou, simplement, un sentiment, une impression.

***

Je vous laisse découvrir cette nouvelle vidéo (Alchimie d’un Roman, épisode 21 – 11’38).

 

 

J’espère que cette nouvelle vidéo vous a plu. Merci à Jean-Philippe (Depotte).

À vos succès d’écriture…

 

Si cet article vous a plu, je vous serais reconnaissante de le partager via Facebook, Twitter et autre.

 

Un commentaire

  1. Bonjour.

    Cette vidéo est fort intéressante. Elle a surtout le mérite de me donner envie de faire plus ample connaissance avec l’oeuvre de Modiano. Et peut-être l’aborderais-je par la « Rue des boutiques obscures ». Merci d’avoir mis cette vidéo à la disposition de vos lecteurs.
    Le dernier article de Liberto Borges : Un week-end fabuleux chap. 2My Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article