À la découverte des écrivains américains contemporains (19)

Partager :

Nous poursuivons notre voyage  dans le Midwest vers le Michigan. Arrêtons-nous à Ann Arbor où François Busnel nous emmène à la rencontre de Laura Kasischke.

 

******************************************************************

Participez au 1er concours d’écriture du blog Aproposdecriture.
Pour en savoir davantage, cliquez ici

 

************************************************************************************************************************

1/ Quelques mots à propos de Laura Kasischke

 

Laura Kasischke est née en 1961 à Grand Rapids, dans l’État du Michigan. Elle a fait ses études à l’Université du Michigan. Ella a publié des recueils de poésie, également parus en revues, et reçu de nombreux prix littéraires ainsi que le Hopwood Awards, une bourse décernée par l’université du Michigan.

Laura Kasischke est aussi romancière. Les Éditions Christian Bourgois ont déjà publié neuf romans. Ils ont tous été édités en Livre de Poche ou dans la collection Points

Laura Kasischke vit actuellement à Chelsea, dans le Michigan, avec sa famille. Elle enseigne la poésie et l’art du roman à l’université de Ann Arbor.

2/ Les livres de Laura Kasischke

 

Je n’indique ici que les romans

  • A Suspicious River (Suspicious River) (1997)
  • Un oiseau blanc dans le blizzard (White Bird in a Blizzard) (1999)
  • La Vie devant ses yeux (The Life Before Her Eyes) (2002)
  • Rêves de garçons (Boy Heaven) (2007)
  • À moi pour toujours (Be Mine) (2007)
  • La Couronne verte (Feathered) (2008)
  • En un monde parfait (In a Perfect World) (2009)
  • Les revenants (The Raising) (2011)
  • Esprit d’hiver (Mind of winter) (2013)

Les romans La Vie devant ses yeux et A suspicious river ont été adaptés au cinéma.

Personnellement,  je n’ai lu que Les Revenants :

 

Ce fut un bon moment de lecture. C’est un roman halluciné, obsédant et convaincant. Les chapitres du livre sont brefs et se présentent comme des nouvelles à chute.

Le roman est extrêmement bien conduit et ne souffre d’aucune longueur. J’ai quand même regretté la banalité de certains passage et les quelques erreurs de traduction. Sinon le style de L. Kasischke est tel fait qu’elle pourrait nous raconter n’importe quoi et qu’on adhère grâce à sa maîtrise de la langue, à son phrasé incroyablement froid, distant mais poétique.Outre une enquête palpitante et une réflexion sur notre rapport à la mort, ce roman polyphonique est aussi une critique de l’Amérique puritaine, avec ses hypocrisies et son culte du secret.

 

Pour lire un extrait (pfd), cliquez ici

 

Allez, je cesse de causer et vous laisse voir et écouter Laura Kasischke (6’59) parler de l’écriture.Bonne vidéo.

 

 

À bientôt…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article