5 leçons à tirer du best-seller Nos étoiles contraires

Partager :
Nos étoiles contraires

Nos étoiles contraires

Sorti en janvier 2012 aux États-Unis et en février 2013 en France, vous n’avez certainement pas échappé au phénomène littéraire Nos étoiles contraires (titre original : The Fault in Our Stars) sixième roman de John Green

 

 

 

 

 

Le roman se classe parmi les meilleures ventes et fait un carton mondial. Traduit en 51 langues, 10 millions d’ouvrages ont déjà été vendus, et le film, sorti le 16 août dernier en France, a enregistré plus de 400 000 entrées les six premiers jours.

Nos étoiles contraires raconte l’histoire d’amour entre Hazel et Augustus, deux adolescents atteints d’un cancer incurable.

J’ai vu le film puis lu le livre. Dès la première page, on entre dans cette histoire hors du commun. Les sentiments sont forts, les émotions intenses. On passe du rire aux larmes. Les personnages sont attachants, entiers et prêts à tout pour faire aboutir leurs rêves. Le livre se lit d’une traite. L’auteur parvient à surprendre page après page.

J’ai passé un moment sur le site internet de John Green qui continue de répondre aux centaines de questions de lecteurs suscitées par son roman. Je voulais comprendre ce qui l’avait amené à écrire cette histoire et pourquoi elle plaisait tant.

De mes recherches et de ma lecture, j’ai tiré plusieurs leçons que tout auteur pourrait appliquer.

Voici ce que j’ai appris.

Écrivez ce que vous savez

 

Ce fut l’un des secrets de génie de Hemingway : il écrivait des fictions plus vraies que la réalité !

John Green, c’est un peu pareil. Avant de devenir écrivain, il a passé quelque temps comme aumônier d’hôpital. L’histoire de son best-seller lui a été inspirée par une jeune malade du cancer de la thyroïde que John Green a connue.

 

Construisez une communauté

 

John et son frère Hank partagent une chaîne YouTube très populaire appelée vlogbrothers. Ils y parlent de science, de philosophie, de politique, et autres sujets au gré de leur fantaisie.

Green a indéniablement puisé ses jeunes lecteurs dans sa chaîne YouTube.

Quelle leçon doit-on retenir de tout cela ?

John Green est allé chercher son jeune public là où il pouvait le trouver, C’est à dire sur Internet !
 
Autrement dit, allez à la rencontre des personnes que vous voulez atteindre. Et plus qu’une simple et bonne histoire, vous obtiendrez du mouvement !

 

Racontez une histoire ancrée dans la vraie vie

 

Bien sûr, il y a un marché actuel pour la romance paranormale et le roman érotico-SM et si c’est votre truc, allez-y !

Mais il y a aussi la possibilité de raconter une histoire simple et réelle. Et la réalité est une dimension que tout le monde peut comprendre.

Green a eu une excellente idée en écrivant l’histoire de deux adolescents atteints du cancer et tombant amoureux. Les dialogues sont drôles et souvent ironiques, parfois empreints d’incroyables injures.
 
En refermant le livre, la réalité du récit vous laisse le sentiment d’en avoir appris sur votre propre vie.

 

Semez un peu de tristesse

 

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais il se passe toujours quelque chose entre un artiste et son public quand ils partagent une douleur. Comme si en racontant une histoire triste, on partageait quelque chose d’universel dans laquelle chacun vient puiser.

 

Donnez de l’espoir

 

Mais il ne suffit pas de raconter une histoire triste pour qu’un livre plaise. Vous devez aussi donner de l’espoir aux lecteurs. Oui, vous devez être vrai et authentique et ce qui fait le succès de Nos étoiles contraires comme de toute autre bonne histoire d’ailleurs, c’est qu’au cœur même d’une tragédie inévitable, nous trouvons de l’espoir.

En lisant le livre, vous comprenez très vite que quelqu’un va mourir, mais en parallèle de l’histoire tragique plane une forme de salut. Autrement dit, vous savez que le pire se profile, mais en attendant, c’est le meilleur qui s’annonce.

En conclusion, une bonne histoire captive notre imagination et nous transporte ailleurs, mais elle nous ramène aussi à nos propres réalités, nous aide à mieux nous comprendre et à comprendre le monde. Rien d’étonnant que ce livre ait touché les lecteurs au cœur !

Connaissez-vous d’autres livres qui reprennent ces « ingrédients » ?

J’ai hâte de lire vos commentaires !

 

À vos succès d’écriture…

14 commentaires

  1. Jean-Philippe dit :

    Bien vu Marie-Adrienne ! J’aurais dit à peu près la même chose sur le succès de John Green. Je le suis depuis longtemps avec son frère sur YouTube avec P4A (Project For Awesome) et les fameux CrashCourse !

    Si tu le permets, j’aimerai reprendre tes 5 points dans une de mes vidéos sur le marketing des ebooks, est-ce que tu es d’accord ? 🙂
    Le dernier article de Jean-Philippe : Pourquoi doit-on travailler ?… (Pour rien.)My Profile

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Jean-Philippe

      Oui John Green a une personnalité tout à fait intéressante.

      Pour les vidéos sur le marketing des ebooks, je te contacte en direct. Bien à toi

  2. Audrey dit :

    Merci pour cette analyse 🙂

    Ce livre m’a fait pleurer comme je n’avais plus pleuré pour un livre depuis très très longtemps. Spontanément, l’autre roman qui me vient, c’est Love Story d’Erich Segal. Je l’ai lu il y a au moins 20 ans mais je me souviens de l’attachement aux personnages, du côté impertinent et touchant de l’héroïne.
    Je ne pense pas que la tristesse seule m’aurait tiré autant de larmes, c’est la combinaison avec l’humour qui fait mouche. Et d’autres émotions encore comme la colère, la révolte, la détresse, l’espoir, l’amour évidemment. Les personnages sont tellement humains qu’on ne peut que s’identifier et ressentir ce qu’ils ressentent.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Audrey

      Moi aussi ça m’a rappelé Love Story. Le mélange de l’émotion et des sentiments — colère, révolte, détresse, espoir, amour et autres – touchent toujours les spectateurs et les lecteurs.

      Bonne journée

  3. Isa dit :

    Bonjour,

    Merci pour cet article.
    Pour ma part, j’ai ressenti tout ce vous décrivez plus haut, en lisant KAROO de Steve Tesich. Un gros pavé et pour pourtant je ralentissais ma lecture vers la fin, trop attachée aux personnages, je ne voulais pas les quitter. Passionnant du début à la fin. Extraordinaire.
    A bientôt.

  4. Caroline dit :

    Merci pour ce bel article, c’est une bonne analyse ! A méditer quand on invente une nouvelle histoire…

  5. Martina Partoès dit :

    Bonjour à chacun !
    je n’ai pas vu le film ni lu le livre…
    Du coup, j’ai commandé le livre…et je vais aller voir le film qui passe actuellement à Berck…
    Tu as l’art de nous donner envie de lire et de découvrir Marie Adrienne ! Je me régale de lire tous tes articles ! C’est toujours inattendu et passionnant ! Merci à toi !!! A du génie celui qui nous en donne… Tu vas finir par nous en donner !!
    je t’embrasse.
    Martina

  6. Camille-Angelina dit :

    J’ai lu le livre puis le film. J’ai beaucoup ri et pleuré. C’est un livre magnifique à absolument partager, qui nous fait vivre des émotions intenses. On en apprend plus sur la vie et la mort en lisant ce livre qu’en lisant autre chose. Je le conseille vivement et je prévois de l’acheter en anglais pour comparer les deux versions (et cela améliorera mon médiocre niveau de lycéenne en anglais)
    Très bon article sur mon livre préféré
    Merci ♥
    Camille – Angelina

  7. eva dit :

    Je ne connais ni cet auteur, ni ce livre, ni le film…mais c’est clair que de vous voir décrire et discuter la qualité des ingrédients de cette réussite donne irrésistiblement envie de goûter cette recette. Par où commencer ?

    Merci Marie-Adrienne pour ce compte rendu clinique précis.

    • Marie-Adrienne Carrara dit :

      Bonjour Eva

      Par où commencer ?
      Peut-être par lire le livre ! Et ensuite de le décortiquer pour en tirer tous les enseignements.

      Bonne lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez pour afficher un lien vers votre dernier article